AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2372580302
Éditeur : Taurnada Éditions (07/09/2017)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 9 notes)
Résumé :
San Francisco, sa baie, son océan, sa population cosmopolite.
C'est dans cette ville de l'Ouest américain que Michael Ballanger a décidé de se reconstruire. Loin de sa famille en lambeaux, loin de la France où un tueur en série mit sa vie en miettes.
Le coach de vie à succès renaît avec la difficulté qui suit la perte d'un être cher.
Mais le voilà mêlé au meurtre d'un notable.
Au moment de mourir, l'homme a composé un numéro, le sien.
>Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
vincent34380
23 septembre 2017
Michael Ballanger, coach de vie, s'est exilé aux Etats-Unis, après le drame qui a fait exploser sa famille. Il prodigue à ses clients des conseils de psychologie pour s'épanouir dans leur vie professionnelle ou personnelle. Là-bas, il rencontre un succès grandissant dans sa méthode de coaching. Il a même sa propre émission de radio. Sa méthode : « toujours dire la vérité au client, même si elle est dure à entendre ».
Au sortir d'une consultation, un de ses clients est assassiné, près de l'O'Doul Bridge. le lendemain, alors qu'il dîne avec un ami, Michael reçoit un coup de fil de la police, demandant à le voir pour « affaire le concernant », sans plus de détails. Il n'accorde pas trop d'importance à cette demande et part en weekend avec son amie Kim, à son chalet de Shaver Lake où la police vient le chercher, au beau milieu du weekend. le Lieutenant Larkin, véritable caricature de flic borné, lui reproche de n'avoir pas répondu à la convocation, et d'avoir pris la fuite. le dernier numéro composé par la victime était justement celui de Michael.
Or, Calvin Tenneson, la victime, était marié à Teagan Robbins-Tenneson, présidente de l'empire pharmaceutique Robbins, ce qui semblerait expliquer le zèle excessif de Larkin.
Michael ne peut donner beaucoup d'informations aux policiers, malgré leur insistance. En consultation, Calvin lui avait dit qu'il souhaitait changer de vie, mais sans donner plus de précisions. Il a été assassiné non loin de Castro Street, le quartier gay de San Francisco, et le jour de son assassinat il conduisait une voiture de location. Ce besoin de discrétion cachait-il une liaison extraconjugale, ou bien une autre, moins avouable ?

Par ailleurs, sa fille Karine annonce à Michael qu'elle vient passer quelques jours chez lui à San Francisco. Leurs relations étaient pour le moins distantes depuis le drame. Ce séjour le fragilise psychologiquement, car malgré le bonheur de revoir sa fille, il est très inquiet de l'attitude qu'elle va avoir à son égard, et lui reviennent en mémoire les journées du drame vécu par la famille, dont il fut malgré lui le déclencheur.
« Mais la réalité était tout autre. On quittait difficilement son confort, ses habitudes. Il se racontait une fable et le savait, mais il s'en foutait. Dans son histoire, il n'y avait pas de morale. »
Michael, agacé par sa mise en cause et par l'attitude de la police, commence à enquêter de son côté avec l'aide de Sean Milgram, journaliste échotier d'une publication de la communauté gay. Avec l'aide de ce journaliste paranoïaque, mais aux multiples ressources, Michael va pouvoir avancer dans ses recherches, et explorer de front plusieurs pistes, du crime homophobe de skinheads nazis, jusqu'au crime crapuleux, impliquant la richissime veuve pas très éplorée.
L'intrigue en elle-même est assez simple et n'offre que peu de rebondissements. L'intérêt réside surtout dans les personnages qui peuplent ce roman. Michael, hanté par son drame passé, ne peut dormir sans l'aide de somnifères à moins de revivre (et nous les vivons avec lui), tous les évènements qui l'ont conduit jusqu'ici. Il y a en lui une réelle ambivalence, il paraît incapable d'appliquer les conseils de vie qu'il prodigue à d'autres. le Lieutenant Larkin et le détective Kukotch forment un binôme paradoxal : l'un borné, paresseux, raciste, xénophobe et homophobe; l'autre pondéré et plus intuitif, conscient des défauts de son supérieur, mais il doit faire profil bas, hiérarchie oblige. le journaliste Sean Pilgrim, dont la paranoïa atteint des sommets, apporte un réel plus, de par les éléments qu'il apporte à l'enquête. La présence des deux personnages féminins Karine et Kim est à mes yeux plus anecdotique, et influe peu sur le déroulement de l'histoire.
L'enquête n'est pas facile à mener, car Michael doit évoluer dans le milieu gay, qui demeure assez fermé et méfiant. Marqué à la culotte par le Lieutenant Larkin qui guette la moindre occasion pour le faire plonger, il doit également composer en plus des skinheads, avec des sbires à la solde de la veuve, une femme autoritaire et pleine de morgue, qui a l'habitude que tout le monde plie devant elle.
Les personnages sont attachants, l'écriture est vive, le rythme et l'action ne faiblissent pas. Les retours dans le passé insérés entre les chapitres nous aident à mieux comprendre ce qu'a vécu Michael, et comment il y fait face. Tout est réuni pour nous entraîner à la suite de Michael dans une histoire qui, si elle ne nous réserve pas de coup de théâtre, garde tout de même un attrait certain, et au vu du dénouement, laisse penser à une suite possible.
En somme, un bon roman pour une lecture fort agréable et distrayante.
Éditions Taurnada, Septembre 2017
Lien : https://thebigblowdown.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Sharon
23 septembre 2017
Michael est coach, pas un coach sportif, non, plutôt un coach mental, qui aide ses clients à reprendre leur vie en main. Fait important : il ne les leurre pas avec de beaux discours, il les met face à leur problème, leur contradiction, et cette manière de faire son métier ne plaît pas à tout le monde ("collègues" y compris). Cette méthode, qui lui assure un certain succès (et une émission de radio) a tout à voir avec le passé de Michael. Il doit vivre avec ce qui s'est passé en France, ce qui l'a éloigné de sa famille, avec cette blessure dont nous connaîtrons l'origine au fur et à mesure du récit.  On emporte toujours son passé avec soi.
Le présent se complique quand son dernier client en date est assassiné. La police interroge le french coach, la veuve interroge le french coach à son tour (beaucoup d'argent = beaucoup de pouvoir) et le french coach s'interroge parce que l'enquête n'est pas un modèle du genre - ou plutôt du genre "ne cherchons surtout pas trop loin". Michael Bellanger va donc enquêter - à nouveau. Il va aussi renouer avec sa fille Karine, qui est venue lui rendre visite aux Etats-Unis. Il lui faudra concilier les deux. Comme les chiens ne font pas des chats, sa fille s'interroge sur les motivations de son père, et en cherche la cause dans ce passé qui l'a conduit à s'exiler. Elle s'interroge aussi sur Kim, call-girl, étudiante et assistante de son père - presque son coach personnel finalement.
Au cours de ses recherches, Michael croisera une galerie de personnages haut en couleur, qu'ils soient déterminés à lui nuire ou à l'aider. Mention spécial pour un journaliste particulièrement précautionneux, Milgram : c'est le prix à payer quand on veut vraiment faire éclater la vérité. Tout comme il est impossible de prendre son temps : cette enquête est aussi une course contre la montre, pour qu'elle ne soit pas définitivement enterrée. Mention spéciale pour la couverture, particulièrement bien adaptée au récit.
J'ai parfois pensé aux romans d'Harlan Coben en lisant ce roman, en ce qui concerne son rythme ou les caractères très marqués, hors normes de certains personnages - et pas seulement parce que le french coach a les mêmes initiales que Myron Bolitar. D'ailleurs, j'ai bien l'impression que l'on reverra Michael Bellanger pour d'autres séances de "coaching".
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LeslecturesdeKevin
07 septembre 2017
Aujourd'hui est le jour de la sortie nationale de ce roman plutôt original et je voudrais remercier Taurnada de me l'avoir fait découvrir quelques jours plus tôt. Je n'ai pas pu refuser car quand j'ai lu le résumé et l'extrait disponible, je voyais quelque chose de nouveau, d'original dans l'histoire. Arrivé à la fin de ma lecture, je peux dire que j'ai assez bien apprécié ce roman de Florent Marotta.
Tout d'abord, ce qui m'a fait apprécier ce roman est, comme mentionné dans l'introduction, son originalité. Donner un côté nouveau à un livre ou un genre littéraire est un pari assez risqué. Soit ça retombe du bon côté et ça plait aux lecteurs, soit, à contrario, ça peut retomber du mauvais côté et faire un flop total. Comme vous pouvez le devinez, j'ai apprécié de risque et le résultat qu'il donne. Lorsqu'on lit un thriller ou un policier, on a l'habitude d'être plongé dans un cadre sérieux qui se concentre sur l'enquête et sa résolution. C'est un cadre que j'aime énormément. Ici, le ton était plus léger tout comme le cadre. C'était différent. On abandonnait le sérieux pour se réfugier dans un univers qui misait plus sur l'humour. Les détails sur l'enquête étaient plus réduits pour faire place à une seconde intrigue sur le passé du personnage en question. Les normes habituelles de ces genres étaient chamboulées et il fallait s'y habituer rapidement. C'est un peu comme les couverts. Nous sommes habitués d'utiliser une fourchette et un couteau pour manger la plupart de nos repas. Si un jour, nous décidons de prendre des baguettes pour manger notre plat, nous aurons un certain temps d'adaptation. Certains abandonneront, d'autres continueront jusqu'au bout et trouveront cette expérience intéressante. J'ai abandonné les baguettes depuis longtemps. Par contre, je n'ai pas lâché ce roman une seule seconde.
Ensuite, le personnage principal était assez intéressant. Là, par rapport aux autres romans du genre disponibles sur le marché du livre, nous nous trouvions encore dans l'inédit. Les traits du personnage étaient plus adoucis, moins durs et froids. Il y'avait également une certaine distance entre le lecteur et le héros principal mais cette distance, à la place d'être handicapante, était confortable. le caractère du personnage étant assez détonnant, il était plus facile de le regarder en tant que spectateur que de courir avec lui, de le suivre à la trace. Et comme vous pouvez le voir, certes, cela n'a pas rapproché le lecteur du héros mais n'a pas joué en défaveur du roman. D'ailleurs, c'est assez original pour un thriller de ne pas être proche, collé au personnage et je pense que ne pas l'être est assez nouveau, ce qui fait que nous apprécions un peu ce changement. Ce qui m'a également plu dans ce livre est que nous apprenons son passé, par morceaux, par rêves. On ne se rapprochait pas de lui dans le danger mais plus dans la découverte de son passé. C'est pour cela que nous étions distants dans l'action et la prise de risques et plus proches lorsque nous découvrions ce qu'il a vécu.
Pour terminer, je ne peux pas terminer cet avis sans parler de la plume de l'auteur. J'avais déjà découvert le talent de Florent Marotta dans un thriller assez sombre et un roman de fantasy. Alors, le découvrir dans un policier un peu décalé m'a assez surpris. Et en même temps, je me suis dit « pourquoi pas », pourquoi ne pas le découvrir dans un autre genre, voir si cela lui convient, voir si cela me plaît autant que les romans précédents. Je pense que certains lecteurs aimeront ses romans d'avant et apprécieront celui-là, d'autres aimeront celui-là et apprécieront les autres. Tout dépend de leur genre préféré. En tout cas, je dois avouer être impressionné par un tel changement de plume entre deux livres. Un vrai caméléon. Son style d'écriture en fonction de l'histoire qu'il imagine. Beaucoup d'auteurs se cloisonnent dans un seul et même genre. À chacun de leur livre, on découvre les mêmes subtilités et malgré cela, on aime leurs romans car ils ont une plume affûtée. Dans le cas de Florent Marotta, c'est différent et plus nuancé. Il arrive de changer de plume comme de genre littéraire et on ne retrouvera pas les mêmes subtilités. On appréciera ses oeuvres d'une manière différente. Certains ouvrages auront un coup de coeur tandis que d'autres auront juste une bonne appréciation et je trouve cela assez excitant. Prendre un livre d'un auteur que l'on connait sans savoir à quel point on va apprécier le roman. C'est un mystère et comme tout mystère, cela nous emballe !
En conclusion, si vous voulez découvrir un roman un peu décalé par rapport aux autres tout en passant un moment sans prise de tête, je vous propose de découvrir ce récit de l'auteur caméléon, Florent Marotta ! Encore merci aux éditons Taurnada.
Lien : http://leslecturesdekevin.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
kerrylegres
09 septembre 2017
J'avais hâte de découvrir ce thriller et je n'ai pas été déçue du voyage ! C'est la première fois que je lisais un roman de cet auteur et certainement pas la dernière...
C'est une petite intrigue qui se lit très bien et qui n'est ni gore ni effrayante donc vraiment un thriller tout public et donc qui peut être lu même par les plus sensibles ou frileux du genre.
Le stéréotype du French coach...
Nous faisons donc connaissance de Michael Ballanger, un homme qui a tout perdu il y a quelque temps à cause d'un tueur en série. Pour se punir ou se reconstruire, selon les points de vue, il est parti vivre loin de sa famille, à San Francisco. Mais alors qu'il commence à revivre, il se retrouve mêlé au meurtre d'un homme. Un homme qui a essayé de l'appeler juste avant de mourir. Pourquoi ?
Il va alors mener l'enquête au risque de réveiller des cicatrices pas encore refermées.
Pour commencer par le moins bon, le choix du protagoniste. Je dirais que le personnage principal, auquel je ne me suis pas attachée du tout, est quand même bien traité et approfondi, il m'était indifférent au début, mais j'ai réussi à l'apprécier à défaut de m'y attacher.
Michael est un coach de vie, homme à femmes, et sûr de lui, tout ce que je n'aime pas donc, mais il se retrouve impliqué dans une sombre histoire de meurtre et là, il va réussir à remonter dans mon estime.
Mais pas autant qu'il aurait fallu, en comparaison, j'ai largement préféré les personnages secondaires, plus simples, moins superficiels comme Kim par exemple ou encore Sean Pilgrim, qui lui semblait vraiment charismatique (de par son rôle, son isolement, sa maîtrise, etc.)
Aussi, on découvre l'identité du tueur longtemps avant la fin, pas de grand suspense à ce propos et c'est dommage, car c'est ce que je recherche en lisant ce genre de romans. Tout comme il n'y a pas eu d'impressionnants retournements de situation. Je suis un peu restée sur ma faim à ce niveau-là.
Original et convaincant
Néanmoins, avec ces défauts qui pour un thriller peuvent être décisifs, j'ai quand même passé un excellent moment en compagnie du French coach et des ses acolytes.
Si le personnage seul ne m'a pas convaincu, la petite équipe qu'il avait autour de lui, elle, m'a bien plu !
Ces autres protagonistes ont rajouté de la valeur à l'histoire et de la pertinence. Comme je le disais ci-dessus, j'ai adoré Sean Pilgrim qui va jouer un rôle primordial dans cette intrigue même si on ne le voit pas tant que cela.
En ce qui concerne le rythme de l'enquête et de l'histoire, il est soutenu, l'action est présente et l'ennui totalement absent. Ça se lit vite et bien, et c'est parfait pour se détendre donc.
Malgré les petits bémols, il faut avouer que l'auteur a su maitriser les ingrédients pour en faire un bon roman, la sauce a pris avec moi en tout cas.
De plus, la plume de l'auteur est fluide et facile à lire. Peu descriptive, mais assez pour s'imprégner de l'ambiance, rien à redire là-dessus, là où on aurait pu, pourtant, réclamer davantage de mots.
En résumé,
Un thriller qui fait passer un bon moment de détente et qui ne déplaira pas aux âmes sensibles, au contraire !
Lien : http://www.lesperlesdekerry...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LeMondeDeMarie
08 septembre 2017
Un récit qui commence fort avec une course poursuite et un meurtre. Une victime qui va tout faire pour s'en sortir. Juste avant de mourir, elle va tenter un dernier appel et composer un numéro sans pouvoir regarder car il est déjà trop tard. Un malheureux concours de circonstances qui va lier le French Coach à cette sombre affaire.
Les enquêtes de police, il connait. La dernière en date lui a tout pris. Une seconde intrigue au récit qui est très efficace. On a besoin de savoir pourquoi Michael s'est retrouver dans cette ville, loin de sa famille dont il n'a presque plus de nouvelles. Une affaire qui, une fois toute l'histoire dévoilée, m'a beaucoup touchée. Elle donne une réelle profondeur au personnage et en même temps on ne peut que l'admirer dans sa manière de continuer à vivre malgré le drame vécu. Je pense que peu de personne y arriveraient.
L'intrigue principale demande de nombreuses investigations qui sont difficiles à mener. En effet, elle est dirigée par un flic qui a beaucoup d'idées préconçues et qui est surtout raciste et homophobe. Il ne supporte pas ce qui est étranger. Une enquête qui va se mener entre les quartiers gays de San Francisco et la haute bourgeoisie, les intouchables. Bien qu'il n'ait à la base rien à voir avec cette affaire (si ce n'est que la victime été son client), Michael va très vite s'investir et prendre à coeur cette enquête. Encore plus avec le retour de sa fille, il a besoin de prouver quelque chose.
Ils auront du mal à démêler les fils du mystère et j'ai beaucoup aimé la manière dont l'ensemble est construit. Qu'il soit aidé par sa fille et une amie très proche, Kim. Au plus il avance vers la vérité et au plus lui et ses proches deviennent gênants et en danger. Alors que le début de l'enquête démarre lentement, l'histoire va vite prendre un rythme plus soutenu et la tension deviendra plus intense. En même temps que l'on veut connaître toutes les réponses, on a peur de ce qui pourrait arriver. Surtout que Michael est une personne qui n'a pas froid aux yeux et n'hésite pas à se mettre en fâcheuse posture. Il fait toujours confiance à son intuition.
Outre l'intrigue policière, on y relate aussi sa relation avec sa fille. Il ne l'a pas vue depuis plusieurs années et, même si on sent tout l'amour qu'ils se portent, ils ont encore du mal à renouer les liens. C'est beau et très touchant de voir leurs efforts. Mais aussi de les voir unis pour un but commun qui est la résolution du crime.
J'ai beaucoup aimé Kim, une jeune femme qui est plus qu'une amie, comme une seconde fille pour Michael. Elle est devenue une sorte de pilier et, de par ses études pour devenir psy, l'aide énormément à faire face. Aucune forme de romance, une relation très forte.
Un récit dans lequel je me suis directement sentie embarquée. J'ai très vite deviné les grandes lignes de l'intrigue mais je ne me doutais pas de tous les tenants. J'ai adoré la manière dont les évènements s'enchainent, qu'il n'y ait pas de temps mort. Que chacun des personnages principaux nous soit rendu attachant grâce à la vie qu'il a vécu et son présent.
Une enquête captivante et palpitante. J'ai adoré.
Lien : http://unmondedepassionsetde..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
LadoryquilitLadoryquilit24 septembre 2017
Car Michael savait qu'il rêvait et qu'il ne pouvait rien faire pour arrêter son état. Prisonnier de son esprit, condamné à revivre les pires moments de sa vie. Encore et encore.
Commenter  J’apprécie          00
SharonSharon13 septembre 2017
Les filles discutaient avec chacune une tasse dans les mains. La nuit ne semblait pas les avoir affectées. Michael, en revanche, aurait bien passé la matinée sous la couette.
Coach mode vieillard. Un naufrage !
Commenter  J’apprécie          00
manU17manU1704 septembre 2017
Les premiers clients du matin étaient au nombre de trois. Une famille entière. Quand il les vit. Michael ne put s'empêcher de constater à quel point ils étaient différents. Le père était énorme, nourri aux hamburgers et à la bière. La mère était, à l'opposée, anorexique. ses os ressortaient sous sa peau et son visage émacié, presque décharnée. La fille était dans la phase où la nature hésitait encore de quel côté de ses géniteurs l'envoyer. La pauvre. Et justement, ils venaient pour elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Florent Marotta (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florent Marotta
Découvrez l'émission de Gilles Charles avec Florent Marotta...
autres livres classés : personnalités multiplesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Le visage de Satan" de Florent Marotta.

Qui est Fabienne pour Gino ?

sa mère
sa consierge
sa voisine
une cliente

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Le Visage de Satan de Florent MarottaCréer un quiz sur ce livre