AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072840686
Éditeur : Gallimard (07/03/2019)

Note moyenne : 3.31/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Sarah est une coureuse de rallye reconnue dans un milieu hautement macho. Un jour, lors d'une "spéciale", elle sort de route. Son coéquipier meurt sur le coup et elle se retrouve plongée dans le coma, avant de se réveiller paralysée des deux jambes. Elle intègre un centre hospitalier perdu en haute montagne, où rayonne un médecin que tout le monde surnomme le "docteur Lune". Brisée physiquement et psychologiquement, Sarah développe une dépression paranoïaque, qui at... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  27 décembre 2017
Sur un sujet difficile, le handicap, le nouveau d'Elsa Marpeau une romancière de polar reconnue dont on avait bien aimé les yeux du mal déçoit, la faute à une intrigue finalement prévisible sur la découverte de soi et une écriture plate et sans aspérités.. dommage..
Commenter  J’apprécie          142
zebres16
  30 septembre 2017
Sarah est coureur automobile, elle aime la vitesse, les défis, les victoires. Mais cette fois, sa soif de gagner, la conduit directement dans le coma à l'hôpital, pour un virage raté.
Paralysée des jambes, elle doit alors se faire à ce nouvel état et à la culpabilité d'avoir « tué » son co-pilote. C'est dans une clinique à la montagne qu'elle doit ré-apprendre à vivre et à envisager un futur.
Mais vivre autour de tous ces gens abimés, la pousse de plus en plus vers la dépression, que seuls Clémence, sa compagne de chambre et Alexandre, l'infirmier, peuvent empêcher.
L'espoir crée par l'amitié, la promesse de l'amour et de remarcher un jour, la maintiennent en vie, jusqu'au jour où sans explication, Clémence disparaît. Régulièrement, il ya eu des disparitions dans cette clinique, et Sarah en est convaincue, ce n'est pas un hasard mais un acte malveillant.
Seulement à trop vouloir en savoir, ne se met elle pas en danger ?
Le bandeau du livre nous annonce A la croisée de Sade et de Misery, et je me suis demandé pendant un long moment le pourquoi, de cette accroche.
Le livre s'ouvre plutôt sur la vie de quelqu'un qui n'a plus aucune faculté physique, que l'on lave, que l'on promène, que l'on prend complètement en charge. de femme forte et déterminée dans un milieu de machos, Sarah n'est plus que l'ombre d'elle même, et le récit se rapproche de celui de Grand Corps Malade qui racontait dans Patients, les heures qui s'égrainaient sans fin, dans la souffrance.
De la souffrance à la folie, il n'y a qu'un pas et Elsa Marpeau, met en place un climat lourd, de plus en plus étouffant, où Sarah plonge dangereusement dans la paranoïa. D'ailleurs, on se demande même si elle ne rêve pas ces disparitions ….
Ce court thriller est vraiment très efficace, la dernière partie, en huis clos vraiment prenante, et en même temps, extrêmement angoissante lorsque l'on sait que des faits réels l'ont inspirée. On se dit que l'atrocité humaine peut être sans fin….
L'appât du gain dans les situations les plus atroces, le handicap, la place de la famille, et toutes les choses qui font la vie au quotidien, autant de thèmes dépeints avec beaucoup de justesse par cette auteure dont j'ai vraiment envie de découvrir les précédents livres.
Une belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
chocoladdict
  19 mai 2017
J'ai emporté Les corps brisés d'Elsa Marpeau lors d'un trajet à Paris : 2h aller, 2h retour, assez pour le commencer et le terminer alors que les paysages défilaient derrière la fenêtre. C'est presque un plaidoyer pour les transports en commun mais à Lyon, je marche beaucoup et la durée entre quelques stations est trop courte pour se plonger vraiment dans un livre.
J'avais d'abord vaguement lu la quatrième de couverture et le début de l'intrigue et j'ai pensé retrouver un peu « Patients » de Grands Corps Malade (« chronique » qui est un des billets les plus lus, le titre ayant été probablement donné à étudier à des élèves et histoire de gagner du temps, j'imagine qu'ils viennent lire le résumé, espérant aussi un avis très détaillé….perdu )). En effet l'intrigue se passe dans un centre de rééducation pour grands accidentés de la vie et l'héroïne principale se retrouve dans un fauteuil roulant suite à un accident. Néanmoins la comparaison s'arrête là : Les corps brisés est un titre de série noire chez Gallimard et le bandeau entourant le bouquin annonce à ses futurs lecteurs « A la croisée de Sade et de Misery« .
Le livre commence par la sortie de route de Sarah, coureuse émérite, lors d'un rallye automobile. Son co-équipier meurt sur le coup, elle se réveille paralysée des deux jambes. Après un séjour à l'hôpital, la jeune femme se retrouve dans un centre hospitalier où l'isolement est total (isolement géographique, isolement numérique -pas de wifi, pas de réseau vous imaginez un peu ?, isolement familial) et où certains membres du personnel paraissent étranges. Quand la compagne de chambre de Sarah disparait, le côté « enquête » du livre s'accélère mais l'ambiance pleine de mystère règne depuis longtemps.
Ce thriller a tellement bien fonctionné pour moi (le fait qu'il soit inspiré d'un fait réel « les torturées d'Appoigny » et que certains détails n'ont malheureusement pas été inventés n'y est pas étranger) que j'ai cauchemardé, la nuit suivant ma lecture, au sujet d'un boucher prélevant de la chair humaine (comme on est heureux de se réveiller dans ces cas là).
Si la dernière partie du livre est plus axée autour de la résolution de la disparition, le suspense montant alors crescendo, l'auteur parvient à nous faire ressentir, dans Les corps brisés, toutes les étapes psychologiques par lesquelles passent Sarah face à son handicap et le fait que son corps est comme une prison. L'écrivain montre aussi très bien la multiplicité des regards que les autres posent sur elle (de l'infantilisme de certains membres du personnel soignant à la tendresse d'autres patients).
Lien : http://www.chocoladdict.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
Seraphita
  17 juin 2018
Sarah mène sa vie à cent à l'heure. Au volant de son bolide, aiguillée par son copilote, elle enchaîne les rallyes automobiles et n'a qu'une ambition : dans ce milieu plus que macho, elle veut battre son adversaire de toujours, un homme. Mais un terrible accident va briser ses rêves de gloire en plein vol. Il la laisse paraplégique, clouée à une immobilité et une impuissance qui la rendent dépressive, voire paranoïaque. Elle intègre un centre de réadaptation niché en plein coeur des montagnes et tente de se faire à sa nouvelle vie et son corps transformé. Elle sympathise peu à peu avec Clémence, sa voisine de chambre. Mais quand celle-ci disparaît mystérieusement, elle se met à soupçonner le personnel et essaie à tout prix de la retrouver. Ce faisant, elle se lance dans une entreprise dont l'issue semble aussi dangereuse qu'incertaine…
« Les corps brisés » est un roman noir écrit par Elsa Marpeau, le cinquième dans la collection de la série noire aux éditions Gallimard.
L'auteur a bien pensé la construction de son intrigue en trois actes, depuis le paradis jusqu'à l'enfer en passant par le purgatoire. Les chapitres sont brefs, le suspens habilement dosé jusqu'au crescendo final qui plonge le lecteur et les protagonistes dans un huis clos terrifiant.
Comme Elsa Marpeau l'indique en incipit, elle s'est « inspirée de faits réels, survenus dans l'Yonne durant les années 1980 et dont les victimes sont connues sous le nom des « torturées d'Appoigny » ». Dès lors, on peut se douter des événements qui vont se produire et cela a tendance à amoindrir le suspens. Pour autant, l'auteur sait nous capturer dans les rets de sa narration et de sa façon très juste d'approcher le monde du handicap, le vécu par ceux dont le corps est brisé, le regard des valides, le sentiment de stigmatisation et d'exclusion.
Et même si l'incipit dévoile une bonne part des ressorts de l'histoire, il n'en reste pas moins que la fin est très émouvante, portée par un style lyrique qui laisse entrevoir un chemin autre pour des corps brisés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AliceW
  12 juin 2017
La vitesse l'a toujours animée Sarah, fondre son corps dans les voitures de course pour vibrer avec le bitume, déjouer le temps, dépasser les limites. Elle a très tôt décidé d'en faire sa vie, puis son métier, faisant petit à petit sa place dans ce monde très masculin.
Sarah vit son corps au rythme de sa passion, ne s'en soucie guère, jusqu'à l'accident qui la conduit dans le coma puis dans un fauteuil roulant. La douche froide. Passage obligé dans un centre de rééducation où elle va devoir réapprendre à faire corps avec elle-même, dompter ce qui ne la suit plus, et finalement se redécouvrir personnellement en profondeur.
Mais des rumeurs rôdent dans l'établissement et certains membres de l'équipe soignants semblent étranges. D'autant que la disparition soudaine de sa voisine de chambre ne semble émouvoir personne. Coincée à la fois dans son corps, dans son fauteuil et en pleine montagne, coupée du monde, sans proches ni téléphone, l'avenir immédiat s'annonce rude pour Sarah qui a bien du mal à faire la part des choses entre son imagination, la dépression latente, le sentiment de claustrophobie qui l'enserre et la folie qui semble faire son nid.
Elsa Marpeau signe un polar tendu, à la fois très social et glaçant. L'angoisse est double, celle de ce corps qui ne répond plus comme elle le voudrait, et celle du climat étrange planant sur le centre, jusqu'à ce que tout s'accélère, que le mystère se lève et le danger deviennent brûlant.
L'auteure s'inspire ici de l'affaire des torturées d'Appoigny survenue dans l'Yonne dans les années 80. Ne connaissant pas les faits, la surprise a été totale pour moi. Mais quand bien même, Elsa Marpeau a modifié des paramètres, et elle saisit le handicap dans toute sa contrainte et son dépassement pour reformuler l'histoire.
L'écriture de Elsa Marpeau est précise. Elle s'applique à décrire scrupuleusement les sensations de son personnage, ce qui implique une certaine lenteur, et qui pourtant vous happe sans détour. C'est une violence latente, une noirceur qui s'éparpille, prend place comme un brouillard, vous entoure progressivement pour vous saisir d'un coup. L'étau se resserre et le suspense grimpe de façon grinçante et vous vous rendez soudainement compte que vous êtes cerné.
C'est un roman fort et très instructif sur le handicap, et un roman psychologique avec une tension glissant sur le terrain du thriller pour le bonheur de vos nerfs. C'est aussi ma première rencontre littéraire avec Elsa Marpeau, qui débouchera sans doute très prochainement sur ces précédents romans.
Lien : http://casentlebook.fr/corps..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
chocoladdictchocoladdict   19 mai 2017
Quand ils étaient petits, l’un et l’autre avaient cette pensée magique « T’as qu’à appeler papa, il saura. » Le mantra marchait pour tous les ennuis. Un grand qui embêtait l’un ou l’autre dans la cour. Un réfrigérateur vide. Une panne d’électricité. Un orage. Et même plus tard, au début de leur vie d’adultes, ils continuaient à convoquer la divinité paternelle : un tuyau encrassé, une fuite d’eau, une recette de tartiflette, un bon bouquin à lire, le meilleur fromager de Paris… »T’as qu’à appeler papa, il saura. »
Aujourd’hui, la divinité s’est rompue avec la même facilité que le verre du pare-brise. Il n’est pas venu parce qu’il le sait aussi bien qu’elle : il ne peut rien devant sa souffrance. Son impuissance s’est révélée si brutalement, si clairement pour eux deux, qu’ils préfèrent s’éviter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   14 mai 2017
Sarah a toujours aimé la vitesse, les éclats des réverbères sur la carrosserie, la sensation du moteur sous ses pieds. Gamine, elle rêvait déjà de faire le grand huit comme son frère. Jeune adolescente, elle participait aux courses que Nathan organisait avec ses copains sur les chemins de campagne. Elle se saoulait du bruit des moteurs. Ils roulaient sur n'importe quoi : vélos, mobylettes trafiquées, motos, puis voitures dès qu'ils ont eu le permis. À dix-huit ans et trois mois, l'un comme l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   14 mai 2017
Quand elle a eu ses premières règles, sa mère était déjà morte. Ni son frère ni son père ne se sont portés candidats pour lui expliquer d'où et pourquoi coulait ce sang hors d'elle. Quand la puberté est venue, elle ne s'est pas inquiétée, elle a juste ressenti un vif dégoût. La sexualité lui a également inspiré une répulsion vague, mêlée d'intérêt. Pas assez d'intérêt pour surmonter la répulsion, pas assez de répulsion pour s'en passer complètement.
À ses yeux, le corps vaut dans le dépassement de soi, dans la quête pour se fondre à la tôle, à la route, quand il est pur mouvement vers autre chose que soi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   14 mai 2017
À la suite d'une lésion de la moelle épinière, elle est paraplégique. Paralysée de la partie basse du tronc et des jambes. Elle peut bouger tout le reste, sa tête, son cou, ses bras, mais pas ses « membres inférieurs », comme ils disent.
Malgré ces termes apparemment objectifs, rien de stable, rien de définitif. Sa confiance en la médecine s'est évanouie. Elle la considérait jadis comme une science dure, s'appuyant sur des faits et des certitudes. Il n'en est rien. Les picotements qu'elle ressent dans les cuisses peuvent être le signe avant-coureur qu'elle va remarcher ou une simple illusion psychique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zofiamiuzofiamiu   29 juin 2017
L'accident a placé son corps, et visiblement celui des autres, au centre de ses préoccupations. Alors qu'elle voudrait l'oublier, il se rappelle sans cesse à elle. Elle a cherché à le museler, il revient, autonome et omnipotent, régnant sur sa vie en maître tyrannique.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Elsa Marpeau (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elsa Marpeau
Elsa Marpeau vous présente son ouvrage "Son autre mort" de la collection "Série Noire" aux éditions Gallimard.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2307802/elsa-marpeau-son-autre-mort
Notes de Musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre