AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070128385
Éditeur : Gallimard (09/09/2010)

Note moyenne : 2.89/5 (sur 44 notes)
Résumé :
Une grille, trois marches, l’entrée des urgences […] Entassés dans le hall, des gens assis sur des bancs en fer attendent leur admission. A l’intérieur, les tumeurs qui dévorent, les virus qui s’étendent, les artères bouchées. Et puis les meurtres. Que représentent deux morts de plus dans cette guerre quotidienne, dissimulée derrière les murs de l’hôpital ? Rien, sauf pour Gabriel Ilinski, le technicien de scènes de crime appelé sur les lieux. Il est le seul à ne pl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  22 janvier 2011
Gabriel, technicien de scènes de crime au bout du rouleau, ne peut supporter l'oubli dans lequel retombent les cadavres sur lesquels il doit travailler. Et notamment celui d'un toxicomane de 17 ans, retrouvé près de l'hôpital Lariboisière, et dont le sort ne semble pas intéresser pas grand monde. Gabriel, révolté par cette indifférence générale, va alors tout faire pour prouver que ce décès n'est pas lié à une banale overdose, quitte à infiltrer l'hôpital comme patient et à risquer sa vie pour faire éclater la vérité.
Alors que les séries télévisées qui prennent l'hôpital en toile de fond sont nombreux, assez rares sont les romans policiers de référence qui utilisent ce décor comme lieu principal de l'intrigue.
Dans les yeux des morts, les Urgences de Lariboisière sont plus qu'un simple décorum, et constitue pratiquement un personnage à part entière du roman. A ce titre, force est de constater que la description de ce lieu, où se côtoient infirmières dépassées et démotivées, SDF venus là pour tenter de passer la nuit au chaud, médecins déshumanisés, est particulièrement bien rendue, l'auteur s'étant assurément bien documentée sur le sujet et contribue grandement à apporter une ambiance intense et poisseuse , inhérente à tout bon thriller qui se respecte.
Le personnage principal, Gabriel, personnage très tourmenté, à la frontière de la névrose, suscite à la fois assez d'empathie et d'intérêt pour le suivre au bout de sa quête, jusqu'au dénouement assez inattendu pour surprendre.
Cependant, quelques bémols empêchent le livre d'être le grand polar sur les Urgences qu'il aurait aimé être. Certains passages sentent un peu l'artifice, et des personnages tels que Nadja ou Karen, les collègues de Gabriel sont dessinés à trop gros traits pour forcer l'adhésion. Les yeux des morts manque de souffle et d'épaisseur pour convaincre totalement. Cela étant pour un premier roman, il reste parfaitement recommandable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Seraphita
  02 août 2017
Lariboisière, service des urgences. C'est un flux constant de patients qui défile dans les couloirs, certains debout, d'autres assis, la plupart à l'horizontale, tous emplis de maux divers. A proximité de cette cour des miracles, un adolescent est retrouvé mort, le cou tranché. Dans la soirée, il était venu se faire recoudre l'arcade sourcilière aux urgences. Gabriel Ilinski, technicien de scènes de crime dépêché sur les lieux, s'interroge sur les circonstances du drame. Très apprécié pour sa méticulosité, il n'en reste pas moins trop impliqué dans les affaires qu'il traite, bien au-delà de son temps de travail. Son sens aigu du zèle le conduit à avaler une boîte de Lexomil pour intégrer les urgences de Lariboisière sur un brancard. Malgré sa torpeur, Gabriel mène l'enquête, jusqu'à découvrir un second meurtre au coeur des urgences…
« Les yeux des morts » est le premier roman d'Elsa Marpeau publié dans la collection « Série Noire ». Il s'agit d'un thriller très prenant, un redoutable page-turner qu'on ne peut lâcher avant la fin et qui glace le sang.
La construction est bien pensée en trois grandes parties, rythmées par des chapitres courts, portées par une écriture incisive et mordante. Les protagonistes sont hauts en couleur, atypiques, même si ces caractéristiques les rendent finalement peu crédibles. le lecteur peut assez vite comprendre le fin mot de l'histoire, mais l'auteur sait l'emmener dans des fausses pistes et voies de traverse pour l'égarer temporairement. L'étau se resserre progressivement et, du prologue jusqu'au déchocage, en passant par « Les écorchés », puis « Les intubés », le voyage à Lariboisière dans les yeux des morts laisse un frisson de sueur glacé tant celui-ci nous amène à tanguer sur le fil ténu qui sépare la vie du trépas…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
christinebeausson
  08 août 2013
Je vais aboyer avec les loups pour ce livre....c'est vraiment pas terrible, il n'y a pas grand chose à en dire.
Le style, heurté, direct, abrupt ne permet pas de souffler un peu et d'entrer dans l'intimité des personnages. Ils restent secs et sans saveur.
L'intrigue à la fois, simpliste et compliquée, ne tient pas la route. C'est plutôt improbable, nous n'y croyons pas du tout!
Le point positif, l'essai de description de la population miséreuse qui fréquente les urgences! de bonnes photos qui nous font toucher du doigt certains laissés pour compte de notre système social et sanitaire. Mais ça ne suffit pas pour faire un bon bouquin!
Commenter  J’apprécie          50
Nyx
  23 juin 2012
Qu'on se le dise d'emblée : je n'ai pas aimé ce roman. Mais je ne vous laisse pas sur cette note pour le moins négative, je m'explique.
L'univers des urgences - que ce soit Lariboisière ou pas - est très bien décrit. Oui c'est la course et le personnel n'est pas toujours empathique, certains sont carrément froid. Les SDF sont remis dehors, les corps ne sont pas vu comme des corps mais comme des objets à soigner. Les employés ont un humour noir et salace pour la plupart. Les urgences c'est la réunion de toutes les misères. L'auteur a très bien su le décrire sans sombrer dans la mélancolie ou la caricature. Les personnages sont réels et percutants.
Pour ce qui est de l'aspect enquête, je ne peux pas me prononcer, mais une chose est sure : les employés y sont plus originaux que dans la plupart des romans. On ne suis réellement que le "technicien des scènes de crimes". C'est un personnage assez trouble. Il semble avide de justice, prenant chaque affaire personnellement, et pourtant il a un côté voyeur assez malsain qui met un peu mal à l'aise.
L'histoire : des morts suspectes dans le service des urgences de Lariboisière. Des personnes qui ont été soignées et qui finissent par mourir mystérieusement. Une injection de KCl indétectable (chlorure de potassium).
L'enquête est très survolée puisqu'on ne suis par un vrai enquêteur, on se contente plutôt d'être ballotté par les événements et de subir l'enchainement de réactions. le style, mélange un peu flou qui se veut à la fois percutant et mystérieux, n'arrive pas à se décider pour un adjectif ou l'autre et n'aide pas le lecteur à rentrer dans l'histoire.
Je suis vraiment resté "à la porte" de ce roman, ne pouvant m'intéresser ni à l'intrigue ni au personnage. La fin m'a parue surprenante - même si un peu malsaine - et pas terminée puisqu'on se pose énormément de question en terminant ce livre.

En bref, un polar qui ne m'aura convaincu sur aucun plan.
Lien : http://nyx-shadow.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
aurelie_henrard
  04 décembre 2014
Gabriel Ilinski, méticuleux technicien de scène de crime doit travailer sur le meurtre de Frank Delorme, 18 ans, retrouvé égorgé dans un hall d'immeuble.
Ses investigations, au delà de ses missions de simple technicien, le mèneront aux urgences de l'hôpital Lariboisière. Il n'hésitera pas à simuler une tentative de suicide pour s'y faire admettre afin d'infiltrer le service de réanimation où un ange de la mort pourrait sévir...
Son obsession pour l'enquête, son coup de coeur pour le Dr Louise Delaunay et surtout son amitié avec Nadja Zargoyouna, enquetrice de la PJ lui permettront de trouver le coupable. Mais à quel prix????
Très bien écrit, ce polar met en lumière la réalité des urgences d'un hôpital parisien entre misère sociale, pauvreté et investissement de l'équipe médicale.
Le personnage de Gabriel est également bien conçu: sa ténacité à poursuivre l'enquête quitte à mettre sa vie en danger et en parallèle son côté "dérangé" le rend simplement génial à suivre.
De plus le dénouement, inattendu, emmène le personnage principal dans une voie finale surprenante mais égale à son profil.
En bref, polar à lire, à minima pour découvrir le monde hospitalier en toile de fond et un homme pour qui l'enquête sera source de choix personnels importants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Telerama   23 mai 2012
Une œuvre poétique et grave portée par une écriture incisive et très dialoguée.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
fertiti65fertiti65   29 novembre 2018
Homme blanc, quarante-trois ans, un mètre quatre-vingt-dix-sept. Son visage sillonné comptabilise plus que son âge. Ses cheveux poivre et sel s'étalent en auréole sur l'oreiller. Difficile de dire s'il est beau. Il faudrait qu'il s'anime. Qu'il habite cet énorme quartier de viande.
Commenter  J’apprécie          50
christinebeaussonchristinebeausson   05 août 2013
Les machines se taisent. Écran noir. Rideau. Le corps de la morte est recouvert d'un fin drap blanc pour un instant seulement. Car il faut dégager. Faire place nette. La cohorte des malades attend dehors. Elle tambourine à la porte. Elle se répand. Un coup de serpillière, un nouveau drap, on rallume les machines. Le veuf sort par la porte des urgences. La même qu'il avait franchie quelques jours plus tôt. A ce moment là, ils étaient deux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
bolulou3bolulou3   15 février 2013
Malades, qui n'faites que gémir,
Si vous voulez crever toute de suite,
A notre hôpital faut venir.
Rendre visite.
Si vous en avez les moyen,
Au lieu d'prendre une civière,
Faites-vous conduire en sapin.
A Laribosière.
Commenter  J’apprécie          30
ambraambra   03 novembre 2013
Quand j'aurai bien bourlingué, je m'installerai quelquepart. Je poserai mes bagages en Malaisie. De toute façon, j'aurai presque rien gardé. Pas de photos, pas de bibelots. Mes souvenirs seront juste dans ma tête. C'est le seul truc qu'on peut pas nous voler, non?
Commenter  J’apprécie          10
BadoleBadole   31 mai 2017
Malades, qui ne faites que gémir,
Si vous voulez crever toute de suite,
A notre hôpital faut venir.
Rendre visite.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Elsa Marpeau (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elsa Marpeau
Elsa Marpeau - Et ils oublieront la colère .Elsa Marpeau vous présente son ouvrage "Et ils oublieront la colère" aux éditions Gallimard. http://www.mollat.com/livres/marpeau-elsa-ils-oublieront-colere-9782070148134.html Notes de Musique : ?Course de Cheveux. (L'Etalon A L'Allure Paisible).? (by France Sauvage). Free Musique Archive.
autres livres classés : Urgences médicalesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1509 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre