AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2866454863
Éditeur : Le Félin (06/02/2003)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Dans un hameau du Loiret, Philippe vit en vase clos avec sa femme, son fils et ses voisins chasseurs.

L'arrivée d'un jeune parisien, Julien, va rapidement conduire cette micro-société à l'implosion.

La "recherche au sang" désigne la piste sanglante laissée par l'animal blessé.

Ce premier roman écrit dans un style à la fois cru et littéraire est un récit violent, ambigu, subversif, dans la lignée des écrivains du sud de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
LeChauve31
  29 avril 2014
J'ai lu ce livre par hasard n'ayant jamais entendu parler d'Elsa Marpeau.
Le début semble classique mais on se rend compte rapidement que l'on a affaire à un excellent livre, plus qu'un polar, il n'y a pas de policiers dans cette histoire.
J'ai aimé cette description de la chasse hors des lieux communs.
Et surtout c'est très bien écrit ce qui ne m'a pas étonné quand j'ai parcouru la biographie de l'auteure.
Je n'ai pas mis 5 * car il reste quelques défauts certainement liés à un premier roman. Mais je le conseille sans réticence.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   22 mars 2016
Le chasseur chasse là où se trouve le gibier, et le gibier choisit pas forcément les frontières tracées sur les actes de vente, on s'en doute, il choisit d'autres frontières, celles d'un monde différent, qui nous appartient durant toute une saison. Les gens se plaignent qu'on tire sur leurs terres, ils nous trouvent dangereux : moi je parle pas pour les autres, c'est vrai que j'aime les armes, le bruit des balles dans le silence des forêts, j'aime viser le canard en vol, ses plumes qui brillent, et le voir tomber dans un nuage de poussière, les grains de poussières couvrant ses ailes d'un voile, certaines ont des plumes bleutées, que je ramenais à Paul quand il était gosse, après ça l'intéressait plus alors je les laissais retomber au sol. J'aime aussi la redistribution des richesses et des hiérarchies, être roi d'un domaine instable, qui change selon les saisons et le hasard, être roi, pas de la terre, mais de sa surface, de ses animaux, de son ciel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   22 mars 2016
Le découpage des terres, dans les villes de campagne, ça relève toujours de l'aberration, des parcelles d'un mètre carré de large, striant votre terrain, mais appartenant à un gars qui loge à deux bornes de distance. Des fois, le gars accepte de vous revendre à prix d'or la parcelle qui lui revient, mais qu'il peut pas franchir parce qu'il faudrait piétiner votre terrain, dont vous pouvez lui interdire l'accès ; d'autres fois, il refuse de vous la rendre, rien que pour vous emmerder, et on se retrouve dans des situations pendables ; d'autres fois encore, on veut se porter acquéreur des languettes de terre qui jalonnent son propre jardin, mais le propriétaire a disparu, peut-être mort, il faut alors lancer une procédure coûteuse pour retrouver ses héritiers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   22 mars 2016
Les prisonniers, donc, se divisent pour moi en deux catégories : les bons et les mauvais. Les bons, c'est ceux qui comme moi, mais agressifs, ont refusé le système ; les mauvais, c'est les tueurs d'enfants, ceux qui violent une petite fille de 4 ans, ceux qui noient leur propre rejeton dans l'eau, je vise personne mais j'oublie rien : les coupures de journaux, les entrefilets, les trois lignes écrites en minuscule, j'oublie rien de ces salauds qui ont égorgé leur nouveau-né, qui ont étranglé leur gamine de 6 ans, qui ont emmuré vivants leurs trois petits, qui ont attaché à un pied de table un môme de 3 ans et, avec une cigarette, lui ont brûlé les épaules, le ventre, le dos et les mains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   22 mars 2016
Les gens pensent qu'on parle du temps pour meubler la conversation : on voit qu'ils sont pas chasseurs, ou pire, qu'ils aiment pas la nature. Est-ce qu'il reste des crétins qui savent pas, ou qui se foutent de savoir, que les pluies détruisent les portées, les couvées trop précoces, mais qu'elles permettent le développement des invertébrés, qui font la pâture des canards, que le temps, enfin, c'est ça qui fait naître ou mourir les animaux, réussir ou échouer une vendange, une moisson ? Et on parlerait du temps pour combler les blancs de la conversation ! Il y a vraiment des gars qui ont pas les yeux en face des trous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   22 mars 2016
"Le jeune tire quand le vieux mire" : ça c'est l'adage. Ça veut dire que tu dois réfléchir avant de tirer. Faut pas s'emballer. Garder la tête froide. Et PAN !
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Elsa Marpeau (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elsa Marpeau
Elsa Marpeau - Et ils oublieront la colère .Elsa Marpeau vous présente son ouvrage "Et ils oublieront la colère" aux éditions Gallimard. http://www.mollat.com/livres/marpeau-elsa-ils-oublieront-colere-9782070148134.html Notes de Musique : ?Course de Cheveux. (L'Etalon A L'Allure Paisible).? (by France Sauvage). Free Musique Archive.
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1506 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre