AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782264001900
349 pages
10-18 (01/04/1994)
2.7/5   15 notes
Résumé :
Ngaio Marsh (1899-1982) a consacré l'essentiel de sa carrière d'écrivain (elle a aussi beaucoup travaillé dans le milieu du théâtre) à l'inspecteur Roderick Alleyn. Cet homme vigoureux, issu d'une famille de la grande noblesse et d'abord destiné à la diplomatie, apporte à ses enquêtes la parfaite tenue d'un gentleman qui a pratiqué les meilleures écoles.
Selon Michèle Witta, « il ne faut pas hésiter à lire ces ouvrages d'une qualité littéraire et d'invention... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
fanfan50
  30 août 2016
Luke Watchman, son cousin Sebastian Parish, et Norman Cubitt, un ami peintre se retrouvent pour des vacances à l'auberge du Bouquet de Plumes à Ottercombe dans le sud du Devon dont le propriétaire est Abel Pommeroy. Luke est un avocat de renom, arrogant et volontiers provocateur. le premier soir, les clients de l'hôtel participent à un jeu de fléchette. À la faveur d'une panne électrique, Luke Watchman est retrouvé mort assassiné, près de la cible. Qui est le coupable ?
Il y avait sept personnes dans la pièce dont deux femmes : une irlandaise, Violet Darragh, qui touche un peu à la peinture et Decima Moore, qui est éprise de Will, le fils de l'aubergiste. C'est Nicholas Harper, le commissaire de police d'Illington, qui conclut un peu trop rapidement à une négligence de la part de M. Pommeroy ; le coroner appelé à la barre résume la situation et conclut à un empoisonnement au cyanure. le jury n'ayant pas de preuves pour savoir comment ce poison avait pu être administré, établit un verdict en conséquence. L'affaire en serait resté là si l'aubergiste n'était pas allé à Londres demander à Rodrick Alleyn, inspecteur à Scotland Yard de poursuivre l'enquête. Qui va se révéler fort complexe pour notre plus grand plaisir.
C'est le premier roman policier que je lis de cette écrivaine de Nouvelle-Zélande. Une affaire de meurtre à l'ancienne (ce fut écrit en 1939) donc pas trop de détails sanguinolents et tout est dans la finesse de l'analyse du crime. Un meurtre digne de Mme Agatha Christie. J'ai aimé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Philios
  14 juillet 2020
Luke Watchman, avocat de la Couronne, reprend avec bonheur la petite route d'Ottercombe, village de pêcheurs du Devon, aux abords duquel les peintres installent leur chevalet face à la Manche. Période de vacances d'autant plus appréciée qu'il va rejoindre à l'auberge du "Bouquet de Plumes" son cousin et y retrouver d'autres visages familiers. L'histoire débute agréablement, emportant Luke, en même que le lecteur, dans ce cadre enchanteur et apaisant. Mais… L'auteure possède de grandes qualités de narratrice et une intelligence démontrées dans d'autres de ses romans. Ses personnages sont souvent atypiques (ici les plus intéressants sont les deux femmes), le ton, les dialogues sont « modernes » (« Au jeu de la mort » a pourtant été écrit en 1939) et souvent emprunts d'humour. Comment se fait-il alors que ce roman bien vite nous ennuie, donne le sentiment de piétiner ? Sa longueur (350 pages) ? Les hypothèses retournées dans tous les sens ? L'impression de n'être que dans l'enquête (alors que le cadre est idyllique, très peu d'échappées hors de l'auberge) ? L'absence de mystère ? Je mets toujours un point d'honneur à terminer un roman d'un auteur apprécié, mais comme celui-ci m'a paru long et fastidieux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Isamax56
  14 mai 2021
J'avais beaucoup de mal à lire en ce moment, et ce roman m'a quand même pris 2 mois !
Cette auteure contemporaine d'Agatha Christie, bien que moins connue, a écrit de très nombreux romans policiers whodunit avec l'inspecteur alleyn, mondain et aristocrate.
Ce roman se situe dans une auberge du Devon, où quelques privilégiés se retrouvent pour une semaine de congés. Les personnages sont intéressants, l'intrigue se tient, mon seul regret est qu'on ne profite pas du décor, on reste enfermés dans l'auberge sans profiter de la région.
Ce livre m'aura donc accompagnée dans me lasser durant ces semaines presque sans lecture.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
fanfan50fanfan50   30 août 2016
Déjà tout au début de sa carrière, Alleyn avait dû mettre un frein à l'habitude de réagir instinctivement devant chaque nouveau visage. A maintes reprises, il s'était répété la mise en garde élémentaire que la malhonnêteté n'était pas incompatible avec le charme. Mais il n'avait jamais réussi à dépasser entièrement une certaine tendance aux élans de sympathie spontanée ; et son austérité apparente n'était qu'un garde-fou, une sorte de vernis protecteur, un uniforme de comportement.
Ainsi, en rencontrant Violet Darragh, il avait pressenti qu'elle allait l'amuser et l'intéresser, qu'il serait plaisant de l'écouter et de lier avec elle un semblant d'amitié. Il savait qu'il lui serait difficile de la soupçonner de mener un double jeu. Aussi fit-il appel à toute la rigueur d'un système qui développe chez ses membres un haut degré d'objectivité. Son attitude se fit polie à l'extrême.
- J'espère que vous me pardonnez, dit-il, de vous avoir suggéré de venir ici. M. Pommeroy a mis cette pièce à notre disposition, et comme tous nos papiers...
- Ah ! ne vous inquiétez donc pas, répondit Miss Darragh.
Elle s'assit dans le fauteuil que Fox avait rapproché, et, s'enfonçant dans les coussins profonds, ramena ses pieds sous elle.
- C'est plus confortable ici, ajouta-t-elle, et je suis un peu fatiguée. Je suis descendue à l'aube dans le port pour peindre, et avec toutes ces marches, il y a de quoi avoir une crise cardiaque.
- Il doit y avoir de jolis sujets en bas, murmura Alleyn. Tout au bout de la jetée, par exemple.
- Vous avez un bon oeil en peinture, répliqua Miss Darragh. C'est là où je suis allée. Ou peut-être m'y avez-vous vue ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fanfan50fanfan50   30 août 2016
Comme il faisait doux, Parish était vêtu d'un short et d'une chemisette bleue. Sur lui, ces vêtements avaient tant d'allure que les fabricants l'eussent imploré de porter leurs shorts et chemises gratuitement, en saison et hors saison, jusqu'à la fin de ses jours. Ses jambes couleur de bronze luisaient légèrement ; sa poitrine bronzée était recouverte d'un duvet doré. Son apparence semblait avoir été soignée jusque dans les moindres détails. Ses cheveux, d'un or sombre, étaient en désordre, comme si son habilleur s'était précipité derrière lui dans les coulisses pour passer une main experte dans ses boucles. Une illustration si spectaculaire de la beauté masculine, c'en était presque gênant. Parish réunissait en lui les traits les plus admirés du parfait gentleman, du dieu grec et du jeune Anglais idéal. A côté de lui, dans son costume gris bien fonctionnel, Fox parut prosaïque à pleurer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fanfan50fanfan50   30 août 2016
- Je crois que ça s'appelle "routine. Vous voyez, je connais mes classiques.
- C'est la routine, dit Alleyn. Vous avez parfaitement raison. La routine représente l'âme même de l'investigation policière. Finis les beaux jours où les auteurs lisent des livres sur Scotland Yard et potassent les manuels de police. Sachant que la routine est tout ce qu'il y a de plus ingrat et fastidieux pour un roman, en bons commerciaux, ils choisissent le compromis. Il suffit d'intituler un chapitre "La routine", d'expédier six semaines de besognes laborieuses en autant de phrases, de couper court au radotage et de s'attaquer à l'essentiel. Dieu sait que j'aimerais pouvoir suivre leur exemple !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
fanfan50fanfan50   30 août 2016
Il se leva, s'étira et se pencha par la fenêtre. La lune était haut dans le ciel ; et les toits d'Ottercombe au dessin contrasté noir et blanc, ressemblaient à une gravure. C'était une vue à vol d'oiseau, le décor d'un conte de minuit. Un chat assis sur un toit pentu regardait la lune. Peut-être attendait-il l'heure de son rendez-vous avec une petite créature en chemise de nuit, qui allait se pencher rêveusement par la fenêtre d'une mansarde. Alleyn, qui aimait bien les vieux contes de fées, ne put s'empêcher de songer à ceux qu'il avait lus, enfant. Le village dormait, silencieux, au clair de lune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
fanfan50fanfan50   30 août 2016
La surveillance représente l'une des tâches les plus ingrates du détective. Les profanes parlent de "filature", un terme poétique qui désigne une corvée des plus pénibles. A ses débuts au Yard, Alleyn avait détesté cette pratique, dans laquelle il excellait, du reste, fait révélateur de l'évolution de sa carrière de détective. Les policiers connaissent deux sortes de surveillance. On peut suivre quelqu'un en restant dans son champ visuel, mais sans qu'il vous remarque. On peut aussi être obligé de suivre un homme dans un contexte où l'on doit passer totalement inaperçu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Ngaio Marsh (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ngaio Marsh
La Reine du Cosy Mystery. #ngaiomarsh #agathachristie #cosymystery
« Si vous aimez Agatha Christie, vous allez adorerez ! », The Guardian
Réédition de deux enquêtes des 32 romans de Ngaio Marsh mettant en scène son personnage fétiche, l'inspecteur Roderick Alleyn de Scotland Yard. Lauréate du Grand Master Award décerné par la Mystery Writers of America pour l'ensemble de son oeuvre, elle fut à son époque la grande rivale d'Agatha Christie. Un classique de la littérature policière qui n'a pas pris une ride.
« Chaque roman de Ngaio Marsh est une pépite, et celui-ci ne fait pas exception. » New York Times
Les enquêtes : - "Le jeu de l'assassin" : https://www.lisez.com/livre-grand-format/le-jeu-de-lassassin/9791039200189 - "L'assassin entre en scène" : https://www.lisez.com/livre-grand-format/lassassin-entre-en-scene/9791039200349
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature néo-zélandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2417 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre