AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2354081510
Éditeur : Mnémos (15/02/2013)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 8 notes)
Résumé :
C’EST AVEC LE SANG QUE S’ÉCRIVENT LES LÉGENDES.

Une cité millénaire au bord du monde, assiégée depuis des siècles.
Derrière ses murs, un jeune messager tente de survivre et de trouver un moyen de fuir.
Devant ses murs, l’armée de la reine-guerrière qui a fait le serment d’ouvrir les Grandes Portes, prête à lancer l’ultime assaut.
À quelques lieux, la terre tremble sous les sabots des cavaliers de l’invincible guerrier que l’on ap... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
bran_601
  12 novembre 2014
La guerre de l'Hydre est un roman qui nous relate le siège d'une cité antédiluvienne dont les origines remontent aux sources de l'humanité.
Le récit suit le parcours de trois personnages très différents qui vivront les événements avec un regard et des motivations très personnelles.
Tout d'abord il y a la neuvième exilée, qui à la tête d'une Grande armée entame le siège d'Ur Al-Khàlam.
Cette dernière est bien décidée à réussir là où ses aïeux avaient échoué auparavant L'assoiffée revendique la souveraineté de la cité par son héritage de sang alors que ses illustres ancêtres en avaient été injustement bannis.
Mahesha le Khan des khans des Grandes steppes, marche à la tête d'une véritable force d'invasion afin de se rendre mettre de ce qu'il considère comme la pièce manquante pour sublimer Sa Grandeur, la plus ancienne et la plus prestigieuse cité de la création.
Et puis il y a le jeune Rhyàan (Kàss) à la double identité, qui vit ou plutôt survit derrière les murs de la citadelle et ne rêve que d'une seule chose, profiter des débordements à venir pour soustraire la jeune Khàlyn de l'emprise du maitre de la fosse, et s'échapper en sa compagnie vers des horizons qui l'éloigneront de l'enfer que recèlent les bas fonds d'Ur Al-Khàlam.
À ces trois personnages principaux l'on peut greffer autant de personnages secondaires ayant reçu un traitement certes moins important, mais revêtant des rôles tout aussi clefs dans le récit.
Ur Ahlyatte, prince des piètre, le Vieu, le seigneur sorcier de la fosse conspire secrètement contre le roi Sàdyatte Ud afin de le renverser.
À la tête des nombreux mécréants de la fosse (secteur malfamé de la ville où grouillent parias, mendiants, voleurs et assassins); il désire plus que tout retrouver son ancien rang et pour réinstaurer la dévotion au culte de Mos dont il est le premier serviteur .
Hardi visiteur, conseiller de Mahesha, homme aux motivations aussi obscur que son passé. C'est lui qui insufflera les germes de l'ambition à Mahesha afin de l'inciter à se rendre maitre d'une cité légendaire se situant aux confins du monde connus.
La guerre de l'hydre est roman remarquablement bien écrit et extrêmement précis, Jacques Martel y a accompli un travail titanesque afin de concevoir un monde original et cohérent.
Bien que la trame principale nous invite à suivre le déroulement d'un siège assez classique, cet aspect-là de l'histoire n'est que le fond sonore à trois intrigues beaucoup plus originales . le fil narratif se concentre sur le destin des différents personnages et au final le récit nous apparaît tel un puzzle complexe dont l'auteur nous dévoile progressivement les pièces afin de nous amener à découvrir un tableau bien plus séduisant qu'il n'y paraît.
Les scènes de bataille sont violentes et sauvages, et en cela nous rappelle David Gemmell notamment dans le livre légende qui traite également du sujet d'une forteresse assiégée.
Mahesha, l'hydre, le seigneur des larmes est une force de la nature, un véritable Dieu de la guerre que rien n'ébranle sur le champ de bataille.
Telle une vague déferlante, sa furie sanguinaire ravage tout sur son passage et s'exprime notamment par des hurlements de rage, véritables ondes de choc qui ébranlent le moral de ses ennemies et provoque la confusion dans leurs rangs.
Si l'intrigue avait été encore plus centrée sur ce personnage, nul doute qu'on aurait pu trouver en Jacques Martel le successeur probable de David Gemmell tant sur bien des aspects l'Hydre semble sortir d'un roman de ce dernier.
Pour autant le rythme du roman et le soin apporté au développement du contexte avec ce souci du détail "presque trop poussé par moments", donnent à la guerre de l'Hydre l'aura d'une belle préquelle à un grand cycle de fantasy.
Toutefois les partis pris de l'auteur de forcer la plume sur les aspects descriptifs, historiques, contemplatifs de cet univers, ainsi que de traiter de manière poussée la psychologie, les origines et l'introspection de ses personnages, ralentissent parfois le rythme du roman sans trop de conséquences en revanche sur le plaisir de la lecture.
La guerre de l'hydre est un excellent roman à découvrir après la lecture du sacrifice du guerrier (tome I et II) et ce bien que les évènements qui y sont relatés se déroulent avant.
Finalement la seule vraie faiblesse du roman réside dans l'absence d'un véritable personnage principal qui aurait pu nous amener à nous impliquer un peu plus émotionnellement.
J'ai parfois ressenti lors de la lecture une certaine indifférence aux sorts de certains protagonistes, d'un autre côté le parti pris de scinder le schéma narratif selon trois points de vue différents offrent une profondeur à l'intrigue intéressante et assez peu commune.
Au final, la guerre de l'hydre est un bon Livre de fantasy à découvrir en complément du sacrifice du guerrier dans un cycle qui adopte sur bien des aspects une forme semblable au cycle Drenai, avec toutefois une plus gros travail de recherche de l'auteur sur le background que David Gemmell.
Lien : http://david-gemmell.frbb.ne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MissJZB
  07 mars 2013
La guerre de l'hydre est un livre fantasy de qualité, servi par une belle écriture, qui nous raconte l'histoire d'une ville très convoitée dont on suit le siège à la fois de l'intérieur à travers les yeux d'un jeune messager, Rhyan, qui nous décrit les conditions de vie qui ont cours dans la cité, mais aussi de l'extérieur là où la descendante d'une souveraine exilée tente de reprendre son trône en défiant les dieux. S'ajoute aux points de vue de ces protagonistes, celui qui nous entraîne au sein d'un peuple barbare dirigé par l'hydre, le khan des khans, un guerrier impitoyable dont on ne cesse de nous vanter les exploits.
Malgré l'ingéniosité de la construction qui, dans un premier temps, esquisse les enjeux présents, grâce à des chapitres courts, qui s'allongent au fil des pages pour nous révéler le passé des principaux intervenants, j'ai eu du mal à m'immerger dans cet univers car je ne me suis pas attachée aux personnages, je me suis contentée d'écouter leur histoire sans vraiment la vivre à leurs côtés. Cette distanciation avec le récit, qui a parfois rendu ma lecture pénible, est restée tout du long, et ce malgré la présence d'éléments qui ne manquaient pas d'intérêt.
Les légendes, notamment celles ayant trait aux ascendances divines de l'hydre et aux tentatives infructueuses des précédentes exilées pour reprendre leur couronne, sont savamment évoquées que ce soit dans des dialogues bien ficelés ou dans l'esprit de Rhyan qui aspire à écrire son propre destin en dehors des murs d'Ur Al-Khálam. J'ai apprécié qu'on nous en dévoile plus sur les personnages en milieu de livre, ce qui a permis de les crédibiliser dans leurs quêtes respectives. Les combats sont assez intéressants du fait du mouvement de caméra, néanmoins, je déplore que l'on soit resté dans l'expectative pendant un long moment lorsqu'on se focalise sur l'hydre. le dénouement est peut-être un poil rapide, mais j'ai bien aimé le clin d'oeil de fin concernant « la main du Destin ».
À défaut de m'y attacher, je dois reconnaître que Malesha le favorable, l'hydre, était un personnage plutôt intéressant, colérique mais pas idiot, et capable de clémence. En cela, il m'a changé des guerriers tout en muscles de l'heroic fantasy pure. Phénomène assez étrange, j'ai finalement trouvé plus de matière humaine dans les rôles secondaires, je pense notamment à Targoutaï un étranger au passé obscur vivant à Ur Al-Khálam, à Surdikhan Triste Donneur, le bras droit de la neuvième exilée, loyal et sage, et aussi au Hardi Visiteur, cet homme aux multiples visages qui conserve une part de mystère appréciable.
Si vous lisez ce livre, sachez que c'est surtout le background de cet univers qui est mis en avant, les personnages constituant autant de témoins impliqués, ou en retrait, qui apportent chacun leur version des faits. Ce roman plaira à n'en pas douter aux adeptes de la fantasy qui sauront apprécier l'originalité de ce focus sur une ville où les destins se croisent.
Lien : http://www.place-to-be.fr/in..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Goupilpm
  27 mai 2017
En virtuose de la narration, dans la lignée de David Gemmell, Jacques Martel nous offre un roman d'Héroic fantasy flamboyant et subtil dans lequel il tisse les fils machiavéliques d'une intrigue au final percutant. C'est par cette phrase que l'éditeur nous présente le dernier roman de Jacques Martel. C'est donc à un retour aux sources de la Fantasy que nous convie l'auteur avec l'un de ses héros brossé à la manière de Robert E. Howard. C'est ce retour aux sources qui m'a convaincu d'acquérir le livre. En effet, c'est avec l'héroïc-fantasy que j'ai commencé a arpenter en rôliste l'imaginaire avec Dungeons and Dragons.
La guerre de l'Hydre c'est avant tout le siège d'une cité millénaire qui aurait été bâtie par les dieux pour les protéger du déluge. C'est donc dans le fracas des haches, la clameur des guerriers, le sang et le choc des épées que nous allons assister au siège d'Ur Al-Khàlam, car comme le précise la quatrième de couverture : c'est avec le sang que les légendes s'écrivent.
Bien que le synopsis nous invite un déroulement de siège somme tout classique, cet aspect de l'histoire sert de décor à trois intrigues beaucoup plus originales. le fil narratif construit comme un puzzle repose sur le destin de différents personnage jusqu'au dénouement final, l'auteur nous dessine, en dévoilant touches par touches, un tableau beaucoup plus captivant que le laisse supposer cette histoire.
Le récit suit le parcours de trois personnages très différents et c'est avec leurs regards et leurs motivations personnelles que nous allons suivre cette histoire.
C'est tout d'abord avec la Neuvième Exilée, qui campe hors les murs de la cité à la tête de son armée. Une héroïne, typiquement Héroïc-fantasy féministe, célibataire, conduite par une haine viscérale et motivée par un désir de vengeance. La première protagoniste par son idéal et le tableau peint par l'auteur n'est pas sans nous rappeler Xéna la Guerrière ou Sonia la Rouge. Ge Ussu, l'Assoiffée, revendique par le droit du sang la souveraineté de la cité. C'est sur les routes que nous découvrons le deuxième protagoniste Mahesha le khans des khans, un guerrier massif, une force de la nature que n'aurait pas dédaigné pour héros Robert E. Howard -un rappel de Conan le Cimmérien- avec un esprit de conquête qui surgit, à la manière de Gengis Khan, dans notre imaginaire, pour s'emparer de la cité aux mille richesses. Mahesha surnommé l'Hydre, un véritable dieu de la guerre qui ravage tout sur son passage nous ramenant à notre monde médiéval et à la grande invasion barbare avec Attila à la tête des Huns. Rhyàan, qui survit intra-muros derrière les murs de la citadelle, va nous permettre de découvrir sous un angle différent la cité où les plus pauvres tentent de subsister. Trois destins qui vont s'entrecroiser sur fond de combats et aux cris de râle des mourants. Trois personnages aux psychologies marquées, qui prennent réellement vie sous nos yeux.

Les scènes de bataille sont violentes et sauvages, et en cela nous rappelle le regretté David Gemmell notamment dans le livre Légende qui traite également du sujet d'une forteresse assiégée.
Tout en nous emmenant dans un univers de fantasy classique, l'auteur se démarque par un certain réalisme empreint d'onirisme qui contribue en France au succès de ses romans au caractère quasi-cinématographique qui permet aux lecteurs de s'intégrer dans le récit et, c'est cette qualité qui m'ont fait apprécier cet opus.
Lien : http://imaginaire-chronique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kikibaba
  22 décembre 2014
L'Hydre est un grand guerrier, le seigneur incontesté des grandes steppes. Il conduit ses armées à l'attaque d'une ville mythique dont ses ancêtres ont été chassés par une femme. Depuis, cette lignée de femmes règne sur la ville qui a été fortifiée. Après plusieurs mois de marche, les hommes de l'Hydre, menés par un sorcier, commencent à douter quand soudain les murailles apparaissent. Mais l'Hydre n'est pas le seul à vouloir conquérir la ville. S'ensuit une bataille entre les assaillants. Les bas-fonds de la ville vont devoir choisir leur camp. Difficile au début de s'y retrouver entre les personnages. Quant à la fin, elle est très décevante.
Commenter  J’apprécie          20
Lireoumourir
  02 mars 2013
Lançons-nous dans le nouveau livre de Jacques Martel avec La guerre de l'Hydre.
La première ville du monde est assiégée depuis 8 générations par des exilées auxquelles on refuse le retour. Mais la Neuvième Exilée est bien décidée à faire changer les choses et à prendre la ville une bonne fois pour toutes, et tous les moyens sont bons.
Au sein de la ville, nous suivons également un jeune messager, Rhyan, dont le passé a l'air de receler un sombre secret, qui cherche par tous les moyens à quitter la ville pour explorer le vaste monde.
Et beaucoup plus loin dans le sud, l'Hydre, khan des khans des tribus barbares de la Grande Steppe, est bien décidé à trouver la ville pour en prendre possession.
Voici une magnifique lecture qui m'a vraiment fort plû.
Suite voir lien
Lien : http://lireoumourir.e-monsit..
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Elbakin.net   11 avril 2013
Leurs histoires sont touchantes et plutôt bien ficelées, leurs personnalités intéressantes. Mais les promesses suggérées par certaines conversations et réflexions n’aboutissent qu’à de la frustration au vu du peu de réponses aux questions posées.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Videos de Jacques Martel (II) (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Martel (II)
La voie Verne de Jacques Martel
autres livres classés : heroic fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1384 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre