AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264071044
Éditeur : 10-18 (15/02/2018)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 161 notes)
Résumé :
Tout ce qu'on a su de cette soirée-là, c'est que Katie Mackey, 9 ans, était partie à la bibliothèque pour rendre des livres et qu'elle n'était pas rentrée chez elle. Puis peu à peu cette disparition a bouleversé la vie bien tranquille de cette petite ville de l'Indiana, elle a fait la une des journaux nationaux, la police a mené l'enquête, recueilli des dizaines de témoignages, mais personne n'a jamais su ce qui était arrivé à Kathy.
Que s'est-il réellement ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (84) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  26 juin 2017
"Si une fillette part de chez elle pédalant sur son vélo à la vitesse de 8 km/h, à destination de la bibliothèque publique qui se trouve à 2,2 kilomètres, combien de temps mettra-t-elle pour y parvenir ?". Dans Cet été là, Lee Martin propose sa solution littéraire à ce problème arithmétique : Katie, 9 ans, n'arrive jamais à destination, puisqu'elle disparaît sur le trajet.
30 ans après le drame resté sans explication, l'heure est aux confessions. À tour de rôle, des témoins ou proches s'expriment pour préciser ou avouer leur implication et leur niveau de responsabilité respectifs dans cette énigme : Gilley, le grand frère de Katie... Raymond R., un consommateur de drogues sujet aux pertes de mémoire... Claire, tellement reconnaissante que Raymond l'ait épousée, elle, veuve de 60 ans vouée à la solitude, qu'elle ignore la face sombre de son mari. Enfin, le voisin de Ray et Clare, Henry Dees, un célibataire qui vit reclus, enseigne les maths au lycée, un peu voyeur, malsainement préoccupé par les petites filles.
Servi par une écriture classique, quasi-universitaire dans sa précision démonstrative, Cet été là entraîne le lecteur dans des profondeurs d'ordinaire intimes pour révéler toute la complexité et la noirceur de la psychologie humaine. Si cette lecture m'est apparue quelquefois dérangeante, ce n'est pas en raison du thème très utilisé dans les polars-thrillers, de la disparition d'enfants. C'est davantage parce que l'auteur plonge le lecteur dans l'ambivalence en lui faisant parfois éprouver une forme de compassion pour des personnages ignobles qui ont tous leur propre vision légitime de LA vérité. Du grand art littéraire mâtiné de manipulation !
Dans l'ensemble, une excellente découverte, cependant tempérée par l'absence de rythme et la monotonie, sans doute voulues, du récit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          701
Souri7
  27 février 2017
Trente ans après la disparition de Katie Mackey un soir d'été sur le parcours de la maison à la bibliothèque, quelques protagonistes reviennent sur les faits et livrent leurs « vérités ».

En toute honnêteté, plus la lecture avançait et plus le malaise en moi s'installait. Cette sensation n'était pas tant due aux faits relatés mais au contraste saisissant entre le crime et le ton utilisé par les différents protagonistes pour décrire cette période. Il est question de journée ensoleillée, d'été merveilleux… Même les passages où Henry Dee et Raymond R. croisent la petite fille puis partent ensemble sur les routes sont truffés d'humour, de bonne humeur. Ce décalage entre la joie de vivre que dégageaient ces différents moments et les événements qui ont suivi donne une sensation de froid viscéral. Le tout relaté ensuite trente ans plus tard de manière quasi détachée voire pour Henry Dee comme un moyen de se dédouaner.

Un récit percutant sans être trash pour autant et permettant via des retours en arrière, des apartés, des changements de point de vue de suivre cette journée fatidique. Lee Martin ne tombe pas dans la facilité en nous livrant une histoire clef en main avec un crime, un coupable mais laisse le soin au lecteur de juger selon ce qui est déclaré par les personnages. Ajouté à cela, les personnages notamment ce Henry Dee qui entraîne une succession de question. Après avoir terminé le livre, la lectrice que je suis ne peut s'empêcher de se dire que cet homme n'a cessé durant tout le livre de mentir, d'omettre des éléments, de cacher des choses… donc, qu'est-ce qui nous permet au final de croire son témoignage final quant aux derniers moments de Katie…

Un livre permettant également de revenir sur la société américaine et ses petites villes industrielles assez banales. L'image qui nous est souvent renvoyée de ces endroits sont des lieux où tout le monde se connaît, tout le monde fait attention à son voisin… Lee Martin nous livre ici une vérité plus brute : l'individualisme touche également les petites villes. En témoigne la disparition de la petite fille en pleine journée et au centre-ville sans que quiconque ne se demande ce que pouvait faire une petite fille avec deux hommes… en témoigne également les différents témoignages où tout le monde se focalise sur Raymond R, l'étranger et non sur ce Mr Dee, enfant du pays. Cette atmosphère de petite ville tranquille est rayée au profit d'une image d'épinale moins sympathique.
Enfin, le système de caste qui régit ces petites villes est également dénoncé. Après la disparition de Katie, le père décide de prendre les choses en main… sans être inquiété le moins du monde… le professeur Dee ne cesse de faire sonner dans l'esprit l'alerte rouge d'un danger potentiel mais à chaque fois il est excusé, voire victimisé. Les habitants ont tous fermé les yeux et trouvé un moyen de chercher un coupable.

Un livre qui ne peut laisser le lecteur indifférent. Vous ne pouvez le lâcher tout en ayant envie de cesser d'avancer dans la progression du récit. La structure du récit alternant entre protagonistes et récit apporte justement cette sensation de malaise. En achevant sa lecture, vous risquez comme moi de vous dire : Où est la vérité ?
C'est justement le choix que fait l'auteur : Nous laisser seuls juge...

Un grand merci à Babelio et aux Editions Sonatine pour cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          590
Stelphique
  10 février 2017
Ce que j'ai ressenti:…Le malaise d'une bonne lecture noire…
« Si vous voulez écouter, vous allez devoir me faire confiance. Sinon, refermer ce livre et retournez à votre vie. Je vous préviens : cette histoire est aussi à entendre qu'elle l'est pour moi à raconter. »
Si vous voulez lire ce livre, vous allez devoir me faire confiance. Sinon, refermez la page et retournez à votre vie. Je vous préviens: cette chronique est aussi dure à écrire qu'elle était pour moi, à ressentir…Mais quelle lecture addictive!
Je me suis installée tranquillement pour lire le dernier livre de Sonatine Editions, déjà impatiente de connaître, LE thriller sélectionné pour le prix Pulitzer…Et là, aussi sûrement que efficacement, l'aiguille du malaise a gratté, gratté jusqu'au sang, cet instant de bien-être…Vous savez cette gêne qui s'installe dans la lecture, qui prend sa place sous les feuilles, et qui vous le savez, va vous mettre mal à l'aise tout au long de la lecture…Vous connaissez cette sensation?!!Délicieux moment…
L'auteur arrive à instiller cette dose, tout en crescendo, lentement, sous forme de témoignages. Il nous ouvre les portes du souvenir de cette petite ville de l'Indiana, et nous régale de cette escalade des voix tournoyantes . Chaque personnage se révèle au fil des chapitres, et doucement, on reconstitue à force, de détails infimes, le fait divers qui a bouleversé tous les habitants: la disparition d'une fillette de 9 ans.
« Ca se passe ainsi avec les personnes qui sont au bout du malheur. le tourment monte en eux, leur vie explose, et ils se retrouvent brisés à jamais. »
Vous saurez tout de l'ambiance, de la chaleur du lieu, de l'horrible angoisse des proches de cette victime…C'est un roman noir qui vous saisit et ne vous lâche plus jusqu'au dénouement…Le duel d'hommes est saisissant, mais c'est toute cette mystérieuse reconstitution de la tranquillité des années 70, qui s'écaille une fois qu'on y regarde plus près, qui rend ce roman des plus intéressant: toute cette culpabilité qui ressort de ses pages, car chacun ne peut plus ignorer ce drame… Et 30 ans, ça en laisse des traces, des regrets…Lee Martin rend ce livre dérangeant, puisque il nous est impossible de s'attacher à ses personnages, et pourtant, nous ne sommes qu'au plus près, des failles humaines, de leurs contradictions les plus dangereuses…Ses fenêtres ouvertes sur les pensées et les derniers gestes enfuis, nous embourbe dans cette boue fangeuse, qu'est l'esprit des hommes dérangés….
« Ma petite chérie, nomme ton paradis. »
Cet été là, a été marquant pour ses habitants, et ne sera plus un paradis pour certains, mais pour nous, lecteurs, Cet été là, sera tout aussi déchirant…
« Mais à vous je ne mentirai pas. Ne vous en faites pas . A vous, je dirai la vérité. Dans sa totalité. »
Et, moi, aussi, je vous dis toute ma vérité: ce livre est terrible, dérangeant et admirablement bien construit! Un très bon moment de lecture….

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          585
iris29
  25 mai 2017
Cet été- là , une petite fille de neuf ans a disparu en allant rendre ses livres à la bibliothèque ... Il était tard, c'était presque l'horaire de la fermeture , mais elle a foncé avec son vélo .
C'était il y a trente ans , dans une toute petite ville de L'Indianna , de ces villes où tout le monde se connaît au moins de vue . Katie , c'était la fille du notable local . Les gens s'arrêtaient pour photographier leur maison . Oui Katie et sa famille étaient heureux , ils avaient une vie parfaite. Une vie qui faisait envie ...
Oh , la police a travaillé sérieusement , un suspect a été arrêté , mais de nombreuses personnes ont gardé des renseignements pour elles , trop longtemps . Trente après , elles nous parlent , nous interpellent, se racontent et se confient . Qu'auraient-ils dû faire , taire, dire ?
Magnifiquement racontée, cette tragédie nous touche par sa sensibilité .
Le suspens ne vous scotche pas au fauteuil, il est "sourd" . L'auteur arrive par un procédé de narration original , à nous faire aimer même un pédophile ... Presque tous les personnages ont la parole, ils s'adressent à nous, nous supplient de leur faire confiance , nous assurent qu'ils disent la vérité : " Mais attendez. Nous arrivons presqu'à la fin. Restez avec moi juste un peu plus longtemps. Qu'avez-vous à perdre maintenant ? Je vous en prie, ne partez pas."
On ne serait pas un peu manipulé ?
Si , mais c'est jubilatoire !!!
Magistral ! L'auteur est sélectionné pour le prix Pullizer et il le mériterait amplement .
Magistral , oui mais aussi : poignant douloureux, fin, nostalgique, gracieux ...
Il faisait très chaud ce soir là quand Katie a disparu . C'était le début des vacances d'été , vous savez comme quand le temps est suspendu ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          465
diablotin0
  21 juillet 2018
Un livre dont le sujet principal est la disparition d'une fillette, vous conviendrez que ce n'est pas très original ! Mais alors pourquoi mettre 4 étoiles ?
Tout d'abord parce que l'originalité n'est pas forcément le critère primordial pour que j'apprécie une lecture. Ensuite parce que l'atmosphère de ce roman est tout à fait particulière et qu'il est bien difficile de penser à autre chose lorsque l'on a ce livre entre les mains. Enfin parce que les personnages sont attachants . Tous ? Ben oui tous, même ceux qui devraient nous provoquer de la répulsion ! ils suscitent tous de l'empathie.
Chacun a des failles, des choses à se reprocher, des petits moments qui peuvent nous faire culpabiliser., On va découvrir pour chaque personnage ces instants qui interrogent, qui viennent mettre un doute dans nos comportements, qui empêchent de vivre sereinement. Ce roman choral est bien fait, il interpelle le lecteur qui n'a pas, lui non plus, l'esprit tranquille tant qu'il n'a pas tourné la dernière page.
Une fois de plus, interviennent les questions qui restent de toute façon inutiles , « et si je n'avais pas dit ça, si j'avais fait ça …. » Hé oui, l'être humain a le don de se torturer l'esprit … Ici, dans cette petite ville de l'Indiana, les choses n'iront pas autrement, tout le monde va s'interroger sur sa part de responsabilité et sur celle de l'autre…
Ce roman psychologique est très bien construit, cette narration à plusieurs voix est un vrai plus et permet aux lecteurs de se sentir vraiment impliqués dans cette disparition.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          435

critiques presse (1)
Lexpress   20 février 2017
Un thriller polyphonique, plongée saisissante dans les eaux obscures de la nature humaine.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (70) Voir plus Ajouter une citation
AntyryiaAntyryia   13 février 2017
Quand une personne qu'on aime disparaît, c'est comme si la lumière faiblissait, et on se retrouve dans la pénombre. On essaie de faire ce que nous disent les autres : mettre un pied devant l'autre ; relever la tête ; s'abandonner aux secondes, aux minutes et aux heures. Mais il y a toujours cette petite lumière - cette vie qu'on vivait auparavant. Elle est un peu estompée et embrumée, comme un croissant de lune par une nuit d'hiver, quand l'air est plein de glace et de nuages, mais elle est tout de même présente, flottant juste au-dessus de notre tête. On pense qu'elle n'est pas loin. On pense qu'à n'importe quel moment on pourra l'attraper.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Souri7Souri7   26 février 2017
À la table de la cuisine, j’ai rédigé ce problème, celui qui me hante encore : « Si une fillette part de chez elle, pédalant sur son vélo à une vitesse de 8 km/h, à destination de la bibliothèque publique, qui se trouve à 2,2 kilomètres, combien de temps mettra-t-elle à y parvenir ? »
Commenter  J’apprécie          381
namelessnameless   20 juin 2017
La vie avait continué. Elle le faisait toujours. C'était ce qu'on apprenait en vieillissant. Le temps. Il continuait d'avancer. On ne pouvait pas l'arrêter. On ne pouvait pas revenir aux moments qu'on voudrait pouvoir changer. Ils avaient disparu.
Page 96
Commenter  J’apprécie          370
hcdahlemhcdahlem   07 février 2017
Je n’ai jusqu’à présent jamais réussi à relater cette histoire et le rôle que j’y ai tenu, mais écoutez, je la raconterai en toute honnêteté : un homme ne peut vivre qu’un temps avec une telle chose sans la partager. Mon nom est Henry Dees et j’étais alors enseignant – professeur de mathématiques et tuteur pendant l’été auprès d’enfants tels que Katie qui en avaient besoin. Je suis désormais un vieil homme, et même si plus de trente années se sont écoulées, je me rappelle encore cet été et ses secrets, la chaleur et la manière qu’avait la lumière de se prolonger le soir comme si elle n’allait jamais partir. Si vous voulez écouter, vous allez devoir me faire confiance. Sinon, refermez ce livre et retournez à votre vie. Je vous préviens : cette histoire est aussi dure à entendre qu’elle l’est pour moi à raconter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
nadiouchkanadiouchka   20 février 2017
Je pouvais m’imaginer que c’était ma maison et que bientôt elle serait remplie de bruits cde ma famille : le rire vif et joyeux de Patsy ; le rock-and-roll de Gilley jaillissant de sa chaîne : et Kathie – oh, ma chère, chère Kathie -, elle descendrait l’escalier en sautillant, chantant quelque comptine idiote :
Eenie, Meenie, Disaleenie
Ooh aah, Gotchaleenie
Hotchy Totchy
Liberace
I love you !
(comptine que les enfants chantent en se tapant mutuellement dans les mains). (NDT).
P.169
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Video de Lee Martin (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lee Martin
Bande annonce de "Cet été-là" de Lee Martin
Tout ce qu’on a su de cette soirée-là, c’est que Katie Mackey, 9 ans, était partie à la bibliothèque pour rendre des livres et qu’elle n’était pas rentrée chez elle. Puis peu à peu cette disparition a bouleversé la vie bien tranquille de cette petite ville de l’Indiana, elle a fait la une des journaux nationaux, la police a mené l’enquête, recueilli des dizaines de témoignages, mais personne n’a jamais su ce qui était arrivé à Kathy. Que s’est-il réellement passé cet été là ? Trente ans après, quelques-uns des protagonistes se souviennent. Le frère de Katie, son professeur, la veuve d’un homme soupçonné du kidnapping, quelques voisins, tous prennent la parole, évoquent leurs souvenirs. Des secrets émergent, les langues se délient. Qui a dit la vérité, qui a menti, et aujourd’hui encore, qui manipule qui ?
Avec ce magnifique roman polyphonique, littéralement habité par le désir et la perte, Lee Martin nous entraîne dans la résolution d’un crime à travers une exploration profonde et déchirante de la nature humaine.
+ Lire la suite
autres livres classés : indianaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Cet été-là" de Lee Martin.

Comment Katie quitte-t-elle la maison au début du roman ?

à pied
en roller
à vélo

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Cet été-là de Lee MartinCréer un quiz sur ce livre
.. ..