AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290105945
Éditeur : J'ai Lu (18/01/2017)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Dans cette anthologie, George R.R. Martin a convoqué les plus belles plumes féminines de la scène imaginaire.
Cet ensemble de nouvelles célèbre les femmes: mères de famille ou séductrices, princesses ou roturières, innocentes ou coupables, riches héritières ou pilotes émérites, toutes ces héroïnes ont un incroyable destin qui ne demande qu’à s’accomplir!
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
boudicca
  22 février 2017
Reines, aviatrices, tueuses en série, intrigantes, mères au foyer ou encore super-héroïne : voilà le genre de personnages auxquels vous allez avoir à faire dans cette seconde partie de l'anthologie « Dangerous Women » dirigée par Gardner Dozois et G. R. R. Martin. La version française n'échappe pas au désormais récurrent découpage, même si dans le cas présent la taille conséquente de l'ouvrage original peut effectivement justifier une publication en deux tomes distincts. Je serais en revanche plus nuancée en ce qui concerne les critères retenus pour ce découpage qui oppose de manière assez curieuse plumes masculines et féminines... A Joe Abercromie, G. R. R. Martin, Jim Butcher ou encore Brandon Sanderson succèdent donc Caroline Spector, Megan Lindholm (Robin Hoob), Nancy Kress, ou encore Diana Gabaldon. Si dans le premier volume paru l'an dernier, les textes relevaient presque systématiquement de la science-fiction, du fantastique ou encore de la fantasy, on trouve dans cette seconde partie davantage de diversité avec par exemples plusieurs récits purement historiques ou encore du polar. Si les douze nouvelles présentes au sommaire de l'anthologie ne se valent évidemment pas, la qualité de l'ensemble est en tout cas indéniable et a de plus le mérite de faire découvrir aux lecteurs francophones des auteurs souvent méconnus de ce côté de l'Atlantique car trop rarement traduits.
Parmi les textes les plus marquants figure certainement la nouvelle chargée d'ouvrir ce second volume, « Soit mon coeur est gelé », dans laquelle Megan Abbott dépeint le calvaire vécu par un couple de parents dont l'enfant vient d'être kidnappé. Mais s'agit-il vraiment d'un enlèvement ? Et pourquoi la mère endeuillée se met-elle à agir comme si elle avait de nouveau vingt ans ? La réponse n'est pas celle que l'on croit et la chute remarquablement bien amenée ne manquera pas de provoquer chez le lecteur un profond malaise. Sans surprise, Megan Lindholm parvient elle aussi à tirer son épingle du jeu avec un long texte (« Les Voisines ») mettant en scène une vieille dame en proie à la sollicitude non désirée de ses enfants et à des visions d'un autre monde jouxtant le notre. Même si l'aspect post-apocalyptique est assez sympathique, c'est surtout la réflexion de l'auteur sur la vieillesse, ou plutôt la manière que nous avons de traiter les personnages âgées, qui provoque une vive émotion chez le lecteur. Nancy Kress choisit pour sa part de mêler post-apo et danse dans une nouvelle pleine de surprises et de poésie (« Deuxième arabesque, très lentement »). le texte de Diana Rowland (« La ville Lazare ») est lui aussi très réussi et met en scène un policier de la Nouvelle-Orléans racheté par son amour pour une strip-teaseuse pas comme les autres. Là encore le final est assez inattendu mais élégamment dévoilé.
Caroline Spector, elle, nous plonge dans le monde des Wild Cards, cet univers partagé construit par G. R. R. Martin qui propose depuis des années à divers auteurs d'écrire sur l'émergence de nouveaux super-héros, contaminés par un virus extraterrestre. La nouvelle met ici en scène le personnage de Bubule (oui, pour le coup la traduction n'est pas des plus heureuses...) aux prises avec une mystérieuse organisation cherchant à atteindre les personnes qui lui sont le plus chers. Là encore le récit est assez long mais l'aperçu donné de l'univers et de sa complexité est pour le moins saisissant (« Les mensonges que me racontait ma mère »). Sans atteindre le niveau de ces cinq textes, d'autres nouvelles méritent à mon avis elles aussi le détour. C'est notamment le cas de Sharon Kay Penman qui revient dans « Une reine en exil » sur un personnage historique rarement mis en scène : Constance de Hauteville, impératrice du Saint-Empire Romain Germanique luttant ici pour regagner la couronne de Sicile. Diana Gabaldon met quant à elle en scène l'un des personnages emblématiques de la série à succès « Outlander », Jaimie Fraiser, après sa première et douloureuse rencontre avec le capitaine anglais Jack Randall. L'ensemble est sympathique même si le lien avec le thème de l'anthologie est ici plutôt ténu. Enfin, Pat Cadigan signe avec « Les aides-soignantes » une nouvelle intrigante qui aurait pu être vraiment excellente si la chute avait elle aussi été à la hauteur.
Avec cette seconde partie, c'est au tour des auteurs féminins de mettre en scène de dangereuses héroïnes, et le résultat est plus qu'à la hauteur. Que ce soit par son thème et la diversité qu'il suggère ou par la qualité de ses textes, l'anthologie « Dangerous Women » vaut incontestablement le détour et vous permettra de vous familiariser avec de nouveaux auteurs et/ou univers. Et s'il vous fallait un argument supplémentaire, je ne peux que vous encourager à admirer les deux splendides couvertures signées par Benjamin Kuntzer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
lebazarlitteraire
  27 février 2017
Venons-en donc au second tome, qui comporte 12 nouvelles rédigées par des femmes. Cette fois, plus de deux nouvelles ont retenu mon attention. Tout d'abord, trois nouvelles que je ne pensais pas du tout aimer, car elles se déroulent dans des contextes qui ne m'attirent pas habituellement pour mes lectures, mais je me suis laissée transportée par l'écriture. Raisa Stepanova de Carrie Vaughn : histoire d'une des rares pilotes de l'armée russe lors de la Seconde Guerre mondiale ; une figure féminine emblématique, indépendante, avec la rage de vivre et de gagner. Une reine en exil de Sharon Kay Penman, grande auteure de romans historiques : dans la Sicile du XIIème siècle, une reine en exil fait tout pour ne pas perdre le pouvoir que son mari a mis à mal avec ses mauvaises décisions. La chanson de Nora de Cecelia Holland, une autre histoire de pouvoir dans une famille régnante, avec un mari cruel et une mère prête à tout pour protéger ses enfants, mais surtout ses propres intérêts.
Ensuite, il y a deux autres nouvelles qui sont pour moi une grande découverte de la plume qui les a écrites et dont d'autres de leurs romans viennent de s'ajouter à ma PAL. Deux nouvelles où les femmes sont belles et bien dangereuses, fortes d'esprit et au coeur du récit. L'enfer n'a pire furie de Sherrilyn Kenyon, m'a fait découvrir le genre du paranormal à l'écrit. Un genre que je connais et affectionne en film, mais que je n'avais jamais tenté en lecture. Ce recueil m'a permis de découvrir ce genre et de l'apprécier au point d'envisager d'en lire d'autres de cette auteure. L'enfer n'a pire furie conte une légende indienne qui fait froid dans le dos. Et il y a Les aides-soignantes de Pat Cadigan, un récit ancré dans le réel, dans le quotidien d'une maison de retraite. Il n'y a que des femmes qui composent ce récit, toutes différentes les unes des autres et c'est ce qui fait le charme de cette nouvelle.
Puis, il y a deux nouvelles très différentes l'une de l'autre, que j'ai fortement apprécié, pour diverses raisons. Soit mon coeur est gelé de Megan Abbott : un père et mari raconte la descente aux enfers de sa femme après la disparition de leur enfant ; sa descente aux enfers, vraiment ? Ce récit nous montre sans conteste une femme très dangereuse. Et, Les mensonges que me racontait ma mère de Caroline Spector : une histoire un peu compliquée à réduire ici en quelques lignes tellement c'est un genre complexe et nouveau, mais avec toute une trame bien ficelée et où les deux personnages principaux sont réellement des femmes dangereuses, pleines de pouvoir et indépendantes.
Dans une catégorie à part, je classe Les voisines de Megan Lindholm. Alias Robin Hobb. Alias « Loulou n'est absolument pas objective quand il s'agit d'elle tellement elle l'idolâtre ». Je me vois effectivement contrainte de placer cette nouvelle seule, car je l'ai adoré puisqu'il s'agit de la plume de Megan Lindholm, mais que si j'essaie d'être parfaitement objective par rapport à mes critiques sur les autres nouvelles, je ne vois pas tout à fait où est la femme dangereuse dans ce récit. L'histoire se situe dans le quotidien d'une vieille dame que ses enfants veulent contre son gré placer en maison de retraite, mais un monde parallèle s'y intègre peu à peu. Ce récit est prenant, bien écrit, on s'attache à notre petite vieille dame. Mais en toute objectivité, ce n'est en rien une femme dangereuse… Ou alors est-ce la dernière figure féminine que l'on rencontre à la toute fin du récit qui devrait être perçue comme telle ? Mais même là je ne vois pas en quoi… Ce récit reste donc un coup de coeur pour moi à cause de son auteure, mais je ne peux nier que je le classe aussi dans les indésirables par rapport à son thème imposé pas vraiment respecté.
Enfin, il y a les nouvelles que je n'ai pas aimé, sur lesquelles je ne m'épancherai donc pas. Toutes ont une belle écriture, un bon style, mais c'est le récit qui ne m'a pas emportée, notamment parce que les femmes n'étaient pas assez au premier plan pour moi, ou bien pas de vraies dangerous women, ou encore trop à la botte des hommes : Les mains qui n'y sont pas de Melinda Snodgrass, Deuxième arabesque très lentement de Nancy Kress, La ville Lazare de Diana Rowland (la seule nouvelle que je n'ai pas fini de lire) et Novices de Diana Gabaldon (mais cette dernière nouvelle pourra attirer plus d'un lecteur car elle est située au coeur de l'intrigue de Outlander, série phare de cette auteure).
Pour découvrir la critique du premier tome et la comparaison entre les deux, ainsi que la place que tiennent les femmes dans ces nouvelles, rendez-vous sur notre site !
Lien : http://lebazarlitteraire.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AlouquaLecture
  06 juillet 2018
J'avais déjà aimé le premier tome qui renfermait des nouvelles écrites par des plumes masculine, j'étais curieuse de savoir quelles plumes féminines nous proposerait ce second tome. Cette fois encore, j'en connaissais certaines pour les avoir déjà découverte lors de précédentes lectures, d'autres je ne les connaissais que de nom, et pour les autres eh bien je ne les connaissais pas du tout. Ce second opus est pour moi une très belle découverte car je n'avais pas encore découvert la plupart des auteures présentes. Ce fut l'occasion pour moi de les découvrir et ainsi voir quelles auteures j'ai envie de retrouver prochainement.
Voici les auteurs de ce recueil :
Megan Abbott
Cecilia Holland
Melinda Snodgrass
Carrie Vaughn
Megan Lindholm
Sharon Kay Penman
Nancy Kress
Diana Rowland
Diana Gabaldon
Sherrilyn Kenyon
Pat Cadigan
Caroline Spector
Je ne vous cache pas que je n'en connaissais que deux via d'autres lectures que j'ai eu. Comme vous le constatez, deux parmi tant d'auteures cela fait peu ! Je peux vous dire que pour la plupart des auteures, eh bien j'ai aimé leurs styles, me voilà donc avec pas mal de livres à découvrir en prévisions. Je ne sais pas qi vous de votre côté vous en connaissez plus que moi, mais si c'est le cas, je serai ravie de savoir ce que vous pensez de leurs livres pour me faire une idée plus précise de ce que je découvrirai dans le futur.
Si je dois donner mes préférences, les voici : Megan Abbott / Carrie Vaughn / Diana Gabaldon / Pat Cadigan. Les autres nouvelles sont très bien également, je ne dirai pas le contraire, mais celles des quatre auteures que je viens de citer ont eu ma préférence. Leurs héroïnes m'ont plus touchée que les autres. Je ne sais pas pour vous, mais c'est justement ce que j'aime dans ce genre de livres, nous avons la possibilité de faire connaissance avec des univers que nous ne connaissons pas, des plumes qui nous sont inconnues, bon ok ce n'est pas bon pour nos PAL parce que du coup elle se voit rallongée avec les livres de ces auteurs, mais il faut avouer que en tant que lectrice totalement addict, nous avons toutes des PAL énormes et nous ne pouvons nous empêcher de les allonger encore et encore !
Pourquoi pas vous laisser tenter par ces deux recueils comme lectures de vacances ? Ce qui est certain, c'est que je vous les recommande sans hésiter, moi, je les ai dévoré !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
boudiccaboudicca   19 février 2017
Il ne lui restait plus un seul allié, plus personne ne se rappelait qui elle avait été. Les gens qui l'aimaient le plus étaient ceux qui représentaient le plus grand danger pour elle. 
Commenter  J’apprécie          140
the_billthe_bill   24 juin 2018
Il était très tard, voire très tôt, et Lorie n'était pas là.
Il crut d'abord qu'elle était malade à cause du vin, mais elle n'était pas non plus dans la salle de bains.
Un sentiment de malaise l'envahit quand il s'approcha de la chambre de Shelby.
Il vit son dos, nu et blanc à la lumière de la lune. La culotte prune qu'elle avait mise pour dormir.
Elle était debout devant le petit lit de sa fille, à la contempler.
Il eut un pincement à la poitrine.

[ Megan Abbott - Soit mon cœur est gelé ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de George R.R. Martin (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  George R.R. Martin
George RR Martin à la librairie Grangier le 3 juillet 2014
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Le Trône du Fer, Tome 9 : La Loi du Régicide

Quel est le nom de l'enfant que Davos cherche à sauver des griffes de Mélisandre ?

Petyr Frey
Aegon Snow
Belon Stone
Edric Storm

10 questions
205 lecteurs ont répondu
Thème : Le Trône de fer, tome 9 : La Loi du régicide de George R.R. MartinCréer un quiz sur ce livre