AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782271091222
640 pages
Éditeur : CNRS Éditions via OpenEdition (16/06/2016)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Le voeu avait été exprimé, en 1975, de voir chacun des tomes à venir s'ouvrir sur un large panorama des faits et surtout des traits saillants de la vie quotidienne, sociale, politique qui ont exercé une influence sur les destins de la langue au long de la période considérée. Celle qui est ici en cause apparaît à cet égard fortement significative : l'instauration d'une école primaire et d'un service militaire obligatoires est un double facteur d'une extrême portée. L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Florellia
  12 décembre 2018
Je recommande cet ouvrage pour qui s'intéresse à la langue française d'il y a tout juste cent ans. Les nombreuses informations sont classées de façon très accessible grâce à une table des matières détaillée et sont largement illustrées de citations.
https://books.openedition.org/editionscnrs/9255?format=toc
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
FlorelliaFlorellia   14 décembre 2018
Le Grelot n° 295, déc. 1876 :
« Les artilleurs qui prennent... un nombre incalculable de canons non sur l’ennemi mais sur le zinc » (canons est imprimé en italique).

ibid., pseudo-lettre d’une lectrice (page « Le Petit Caporal ») :
« Mossieu le raidacteur,
Alfonse qui ne sai pas aicrire me charge de vous praisanter se compliman au sujet de votre nouvo journal et de vous envoyer notre photographie où il est représenté avec sa plus belle casquette (...) »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
FlorelliaFlorellia   12 décembre 2018
[Chapitre "le langage populaire"]
« Dame ! on vous a ses petits quarante-neuf ans... pas plus de cheveux que sur une bille de billard, une barbe de chiendent qu’on en ferait de la tisane, des fondations pas trop tassées, des pieds longs comme la Villette... avec ça maigre à prendre un bain dans un canon de fusil... Voilà le déballage ! Passez le prospectus ! »
(Gautruche, « fréquentation » de Germinie, in Germinie Lacerteux, p. 123).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
FlorelliaFlorellia   13 décembre 2018
[Chapitre : les argots.]

« Moi j’ai l’cœur gai, c’est pas ma faute.
J’rigol’quand j’vois les gens d’la haute
L’cou engoncé comme des bossus.

On doit rien suer sous leur capote !
Et quand on a sué, ça ch’lipote
J’voudrais pá’et’ leur pardessus »
(Jean Richepin, La Chanson des gueux, « Pas frileux »)
Commenter  J’apprécie          50
FlorelliaFlorellia   14 décembre 2018
Ex : « Mince qu’ils vont ribouler des calots et faire une margoulette en tirelire, les aminches, quand je sortirai de ma profonde les trois mille balles que le roi vient de m’abouler ». (les Pieds-Nickelés s’en vont en guerre)

Ex. : « Ils furent superlativement surpris de ne pas entendre le moindre bruit dans le camp ennemi et le sommeil profond de tous ces Bulgares les egastrouilla d’une façon phénoménale ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FlorelliaFlorellia   14 décembre 2018
[Chapitre : le langage populaire]

sur une carte postale :
"pences à mois à dimanches Bonne à niversèr" (1908, Ado Kyrou)
Commenter  J’apprécie          21

Lire un extrait
autres livres classés : langue françaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus