AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756101591
Éditeur : Léo Scheer (17/02/2009)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Marlène, Serge et Pauline vivent dans la même chambre. Mais pas au même moment. Comment se rencontreront-ils, comment, par-delà les bifurcations du temps, l’amour bref, intense, que Marlène et Serge ont connu en ce lieu passera-t-il dans la vie de Pauline, venue plus tard, après que tout s’est tragiquement achevé ?

Les tableaux de Hopper, une statuette africaine, un mégot sur un balcon, et la lumière mêlée d’ombre d’une ville hantée, traversée du souv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
becdanlo
  11 juillet 2009
Un récit autour d'une chambre où se sont succédés des occupants avec leurs histoires, des objets ou des traces...
J'ai adoré le chapitre 8, qui comporte un long plan séquence à bord d'un autobus bloqué dans un encombrement. Plus de deux pages consacrées à la contemplation... une véritable méditation sur le présent, une écriture quasiment phénoménologique:
"A côté du siège, donnant sur le trottoir, la rose était toujours là, à égale distance entre deux barreaux, l'abeille posée sur ses pétales enveloppants, difficiles à écarter, rendant la pénétration impossible. Mais la bestiole s'obstina, sans doute à cause de la couleur et de la taille de la fleur. On pouvait voir passer, au même instant, un couple qui occultait subrepticement le rosier. Une jeune femme embrassait le cou d'un homme un peu plus âgé, grand et mince, qui offrait une surface imposante par le choix des habits et les gestes mesurés pour le mettre en valeur." (page 54)
J'ai aussi aimé cette sorte d'anthropomorphie attribuée au objets, comme la texture d'une toiles ou cette statuette africaine qui fait le lien entre les différents occupants de la chambre:
"La statuette était cabossée de coups, repolie par la main, marquée par les éclatements du temps mais encore par les traces du couteau, qui suivaient le sens des stries, la manière dont le bois pouvait se fendre, comme si l'artiste voulait mettre à nu les sceaux laissés par la croissance du végétal, par la sève desséchée ses veines. On aurait dit qu'il désirait faire parler les forces en lutte dans cette matière. Pas étonnant que le motif réalisé consonât si bien avec la mère dont le ventre poussait à travers les striures naturelles du bois. Sur l'arrondi de l'abdomen, Pauline pouvait encore distinguer, avec peine, l'empreinte d'un pouce effilé, sans doute féminin. Elle ressentit, entre ses mains, comme une impulsion, un faible contact avec une histoire qui n'était plus la sienne, mais dont le bois poli constituait cependant un joint, un point de passage. Elle sentit fourmiller, sous ses mains, tous ceux qui s'étaient transmis ce bois sacré, de proche en proche, l'ensemble ouvert des légataires qui y avaient versé les quelques larmes de leur trop brève biographie". (page 158)
La « Chambre » ne retient pas l'attention par son intrigue mais par une une ambiance très particulière due à la peinture de Hopper, aux paysages de la ville, à leurs lumières, et à « l'envoûtement » d'un voyage en afrique.
Pour parodier Jean Pierre Coffe: « Ça ne se bouquine pas, ça se lit ».
Lien : http://becdanlo.blogspot.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
becdanlobecdanlo   05 juillet 2009
Le plancher craqua un peu plus fort, derrière eux, et ils virent en se retournant les deux personnes de tout à l'heure dans une posture franchement indélicate, la main de l'homme passant derrière la taille de sa compagne inespérée, laissant deviner un attouchement fort déplacé tandis que se marquait un sourire assez insolent sur le visage maquillé de celle qui s'y livrait avec un air de plaisir à peine dissimulé dans ses yeux. Marlène, excédée, hâta le pas en accédant à la dernière partie de la rétrospective.

(page 98)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
becdanlobecdanlo   02 juillet 2009
On croit se rencontrer, s'applaudir, se sourire, mais en réalité nous sommes comme des dômes de cristal, clos sur soi, sans aucune possibilité d'échapper à l'heure et au temps qui correspondent à notre vie. Autant de gouttes isolées !

(page 85)
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Jean-Clet Martin (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Clet Martin
Entretien avec Jean-Clet Martin .Entretien avec Jean-Clet Martin, à propos de La chambre Editions Léo Scheer, collection M@nuscrits Plus d'information : http://www.leoscheer.com/spip.php?article1713
autres livres classés : AbécédairesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr