AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2377220142
Éditeur : Jigal Editions (08/09/2017)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
« Dans ce cas-là, dit Wotjeck, ce ne sont pas les braises qu’il faut étouffer, c’est le souffle. »

En ce temps-là, il y avait une raffinerie de sucre dont la grande cheminée dominait le village de Chanterelle. On l’appelait la Reine Noire. Tous les habitants y travaillaient. Ou presque… Mais depuis qu’elle a fermé ses portes, le village est mort. Et puis un jour débarque un homme vêtu de noir, effrayant et fascinant à la fois… Wotjeck est parti d’ici... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Laurie_lucas
  18 novembre 2017
Un village de Lorraine est dominé par une grande cheminée, la Reine Noire. C'est la grande cheminée de la raffinerie de sucre. Une usine qui employait presque la totalité des habitants du village. Une usine qui, en fermant ses portes, a sonné le glas pour tous. En fermant, elle a plongé le village et ses habitants dans le déclin.
Ce village s'appelle Chanterelle-les-Bains. le genre de village où tout le monde connaît tout le monde. le genre de village rempli de secrets et de non-dits. le genre de village que l'on ne quitte pas, de sa naissance à sa mort. Les enfants reprenant les affaires des parents. Deux personnes l'ont pourtant quitté il y a plusieurs années, pour faire leurs vies ailleurs, sous d'autres horizons. Ils sont aujourd'hui de retour. Deux hommes diamétralement opposés l'un de l'autre.
L'un est tout de noir vêtu et porte des lunettes, noires également, cachant ses yeux. Il roule en BMW, tout en écoutant de la musique étrange à plein volume. Il s'appelle Wotjeck, son père travaillait à l'usine avant son décès. À son arrivée, les habitants pressentent qu'il n'est pas venu rendre une petite visite de courtoisie... Tous ou presque le craignent en attendant fébrilement qu'il passe à l'action.
L'autre est totalement différent. Il porte des costumes chic, fume la pipe, s'arrose de parfum « Habit Rouge » et met du Pétrole Hahn dans ses cheveux... Il s'appelle Durand, c'est le fils du propriétaire de la raffinerie. Il est maintenant flic et une enquête le conduit dans son village d'enfance.
Depuis qu'ils sont de retour, des choses anormales se produisent. Des poules sont égorgées, un cimetière est profané. Quelque chose se trame, quelque chose de mauvais. Les secrets du passé vont ressurgir. Et tel l'ombre de la Reine Noire, ils vont dominer le village tout entier.
Ce livre est un polar noir, très noir, que j'ai beaucoup aimé lire. J'ai ressenti de drôles de choses pendant ma lecture, que je vais tenter de vous décrire. Cette chronique est difficile à écrire parce que je ne veux pas trop en dire et gâcher votre lecture. Et vous pouvez me croire, il y a beaucoup à dire sur ce livre ! L'atmosphère est étrange. C'est lourd et parfois malsain. J'ai été plus d'une fois mal à l'aise pendant certains passages, pendant certains dialogues où le langage est assez cru. Les non-dits, le passé et les secrets dominent le village de Chanterelle-les-Bains et ça en deviens assez oppressant. Mais malgré tout, j'ai beaucoup aimé ce livre ! Incapable de faire une pause, voulant tout savoir, tentant de résoudre certaines choses en même temps que les personnages, lisant avidement chaque page, chaque ligne. L'auteur, maniant habilement les mots, a fait voler en éclats certains standards, certains codes et je pense que c'est justement ça qui m'a le plus plu. C'est écrit à la troisième personne et on ne se focalise pas uniquement sur un seul personnage en particulier, mais sur plusieurs d'entre eux. Au fil des pages on apprend à les connaître, à deviner leurs intentions, leurs véritables visages. Et qu'ils soient bons, moins bons, voir carrément mauvais, les personnages qui se cachent entre ces pages sont puissants. Un en particulier m'a beaucoup touché dans sa façon d'être, dans son attitude... Je terminerai en vous disant que je suis assez troublée par cette lecture, je ne pensais pas être autant attirer par quelque chose qui m'a paru oppressant et lourd de prime abord. Je suis scotchée, je l'avoue ! Et contre toute attente, je conseille ce livre à tous les amateurs de polar, de polar noir et à tous ceux qui ont le coeur bien accroché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
vincent34380
  08 octobre 2017
Il était une fois, dans le village de Chanterelle, avant la crise, une raffinerie de sucre, qui employait la quasi-totalité du bourg. On l'appelait la Reine Noire, sa haute cheminée de l'usine était comme un phare pour toute la région. le conte de fées s'arrête là. Un jour, mondialisation oblige, l'usine est délocalisée en Indonésie. Depuis lors, les jeunes s'en vont chercher du travail ailleurs, et l'usine et le village se meurent lentement.
Seul le bistrot de la mère Paillet conserve un semblant d'activité, ainsi que l'auberge du vieux Joe, qui a du voir passer tous les couples illégitimes du village.
Un jour arrivent au village deux hommes au look diamétralement opposé. L'un a le style gothique, tout habillé de noir, les yeux cachés par d'épaisses lunettes noires, comme un masque de soudeur. Il conduit une luxueuse décapotable BMW dont s'échappent des accents de musique médiévale à plein volume. C'est Toto Wotjiek,qui traînait derrière lui une réputation de sale gosse, et a quitté le village il y a longtemps. Son père, un ouvrier polonais descendait un litre de pastis par jour, et sa mère contre une passe gagnait de quoi remplir la marmite. Il a fait fortune ailleurs, on ne sait où ni comment.
L'autre porte un costume de bon faiseur, le bouc bien taillé, les cheveux enduits de Pétrole Hahn, et il s'asperge abondamment d'Habit Rouge. Il s'appelle Michel Durand, il est flic et lui aussi a vécu son enfance à Chanterelle, où son père fut le dernier directeur de l'usine.
Peu après leur arrivée, des évènements étranges se produisent dans le village : poules égorgées, cimetières profanés… Jusqu'à la mère Lacroix, qui assassine sa fille débile avant de se donner la mort.
Il n'en faut pas plus pour que le village s'alarme et réclame un coupable. Toto Wojtiek est le bouc émissaire tout désigné. Son père, cet ivrogne de polack, ne tuait-il pas les chats ?
Toto Wojtiek et Michel Durand sont revenus au village dans un but bien précis. Tous deux ont des comptes à régler avec leur passé et la Reine Noire. En habiles manipulateurs, ils placent leurs pions en de subtils gambits sur l'échiquier de Chanterelle où trône la Reine noire, promise à une prochaine démolition.
Dans le bistrot de la mère Paillet, autour du comptoir, les commérages vont bon train entre les pochetrons du coin, prompts à passer de l'invective à la flatterie et la servilité.
Et au fur et à mesure de l'avancée du récit, se font jour toutes les lâchetés, les compromissions, les secrets gênants que l'on étale maintenant au grand jour.
L'intérêt de ce roman réside surtout dans son duo de héros qui sortent vraiment de l'ordinaire, un flic et un tueur vraiment à contre-emploi, où le méchant n'est pas toujours celui que l'on attend. Les personnages secondaires, comme Marjolaine, la mère Lacroix, Joe, ou Milos, le fils du maire Spätz, sont d'une réelle épaisseur, et contribuent à donner du corps au récit.
La narration est fluide et le récit habilement structuré. Malgré la noirceur et la violence qui habitent ce roman, l'auteur se laisse aller par moments à un style plus gouailleur qui contribue à alléger l'ambiance délétère de suspicion qui plombe toutes les pages.
Dans un environnement social glauque, en pleine décomposition, un univers aux limites étriquées, Pascal Martin orchestre à merveille ce duel entre deux hommes que tout sépare, jusqu'au dénouement, pas très moral, mais tellement légitime.
Il signe là un roman social d'un réalisme brut. Noir, machiavélique et violent, c'est une belle lecture, que je vous recommande.
Éditions Jigal, 2017

Lien : https://thebigblowdown.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fihi72
  30 octobre 2017
Tout d' abord, je tiens à remercier Masse Critique et les éditions Jigal pour la réception de ce livre que j'ai eu plaisir à lire.
En ce temps là, il y avait une raffinerie de sucre dont la grande cheminée dominait le village de Chanterelle. On l' appelait la Reine Noire. Tous les habitants y travaillaient. Ou presque... Mais depuis qu'elle a fermé ses portes, le village est mort.
Et puis un jour débarque un homme vêtu de noir, effrayant et fascinant à la fois... Wotjeck est parti d' ici il y a bien longtemps, il a fait fortune ailleurs, on ne sait trop comment... le même jour, un autre homme est arrivé. Lui, porte un costume plutôt chic.
L'un est tueur professionnel, l' autre flic.
Depuis, tout semble aller de travers: poules égorgées, cimetière profané, suicide, meurtre...
Alors que le village gronde et exige au plus vite un coupable, dans l'ombre se prépare un affrontement entre deux hommes que tout oppose: leur origine, leur classe sociale et surtout leur passé...
La Reine Noire est peur-être morte, mais sa mémoire, c'est une autre histoire...

Mon avis:
En recevant ce livre, je ne savais pas où je mettais les pieds et je dois dire que je suis agréablement surprise.
Une atmosphère spéciale je trouve, des personnages principaux pas forcément attachants, mais il ressort quelque chose de ce livre que l'on a du mal à quitter en cours de lecture.
Et une fois fini, on se dit, j'aurais bien continué encore un peu.
On en s'attend pas forcément aux rôles que jouent les deux personnages principaux, mais c'est bien.
La surprise est là et je dois dire que je ne suis pas du tout déçue par cette lecture.
Merci à l'auteur de ce livre qui est un coup de coeur pour moi.
Une belle découverte que je vous recommande vivement. J'ai été envoûtée par ce roman noir et réaliste.
Note: 5/5


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
junko1
  09 novembre 2017
"L'usine qu'on appelait autrefois "la Reine Noire" n'était plus qu'une carcasse de ferraille, un vieux cadavre décharné." Elle faisait vivre Chanterelle. Aujourd'hui, elle est fermée. Elle a entraîné dans sa déchéance les habitants de ce village lorrain, le laissant sans avenir et désespéré.
Deux personnages vont refaire surface dans ce Chanterelle lugubre, surplombé par la grande cheminée de la Reine Noire. le premier est Antoine Wotjeck, un tueur professionnel, dont le père a été retrouvé assassiné entre les murs de l'usine. Certains habitants le reconnaissent et les rumeurs vont bon train : il est certainement venu se venger. Les bruits s'amplifient davantage lorsque surviennent des événements inattendus : des poules égorgées, un cimetière profané, un suicide, des meurtres. Tous en sont persuadés : Wotjeck est forcément le coupable.
Deuxième personnage qui revient à Chanterelle : Michel Durand, flic d'Interpol, et fils de l'ancien directeur de la raffinerie. Son père a été évincé de son poste par Spätz, l'actuel maire du village. Lui aussi désire se venger, mais il est revenu sous une autre identité pour enquêter sur un tueur à gages qui aurait été engagé pour tuer Spätz. 
Le troisième personnage central, et certainement le plus important de l'intrigue, est la Reine Noire, qui plonge les habitants dans une morosité permanente. 

"Il expliqua qu'autrefois la raffinerie était comme une grosse araignée insatiable. Les enfants de Chanterelle naissaient sur son ventre et crevaient entre ses pattes. Maintenant qu'elle était morte, les gens du village erraient à ses pieds comme des fantômes tristes et désemparés." (page 43).

La Reine Noire, c'est également une histoire de vengeances. Wotjeck et Durand ont tous deux des ressentiments profonds contre Spätz, l'ancien directeur de l'usine et maire actuel de Chanterelle. Et même la Reine Noire nourrit un sentiment de vengeance, selon les dires d'un habitant du village :
"— Nous, on est coincés ici. On crève de mort lente.
Comme si la Reine Noire avait voulu se venger. 
— Se venger de quoi ?
— Dans le temps elle nous faisait vivre.
Elle ne nous a pas pardonné de l'avoir laissée mourir." (page 69)
Le face-à-face entre Wotjeck et Durand, deux hommes que tout oppose (fils d'ouvrier et fils de directeur), promet...
Ce roman noir se lit facilement, il est très réaliste, il comporte des dialogues crus et un très bon humour noir ! Les chapitres sont courts, l'intrigue est très bien rythmée, le personnage de Wotjeck est intéressant et attachant. Est-il celui qui sème la mort dans le petit village de Chanterelle ? Ce sera à vous de le découvrir ! Enfin, le personnage de Marjolaine, la serveuse du bar du village, est aussi très intéressant de par son envie de construire sa vie ailleurs.
En bref, La Reine Noire est un roman noir réaliste, à l'intrigue bien rythmée, aux dialogues crus et à l'humour grinçant. le village de Chanterelle, ses rumeurs et ses secrets, l'ambiance morose, la Reine Noire et son emprise, le personnage de Wotjeck sont véritablement les points forts de ce roman. Par ailleurs, l'auteur rend mine de rien un bel hommage aux femmes... pour le découvrir, il vous suffit de lire La Reine Noire et son dénouement détonnant...
Lien : http://lesmotsdejunko.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
polacrit
  01 mars 2018
La reine noire, publié en septembre 2017 par les éditions Jigal, est plus un roman social noir qu'un véritable roman policier, même s'il y a une enquête et des crimes. C'est l'histoire d'un village foudroyé depuis que la seule source de travail, la raffinerie de sucre, a fermé ses portes, plongeant Chanterelle dans un trou noir sans fond.
Le style de Pascal Martin est vif, noueux comme les hommes et les femmes de son roman, déployant sa langue imagée comme un rempart contre la morosité et le désespoir: "A force de lui bourrer le cul, l'abbé a fini par lui coller un polichinelle dans le tiroir. L'évêque n'a pas apprécié, d'autant plus que la môme a des courants d'air dans le caberlot. Il a envoyé le curé faire le guignol dans un monastère en Bretagne." (Page 30).
"En ce temps-là, il y avait une raffinerie de sucre dont la grande cheminée dominait le village de Chanterelle-les-Bains. On l'appelait la Reine Noire. Tous les habitants y travaillaient. Ou presque...Mais depuis qu'elle a fermé ses portes, le village est mort" et ses habitants errent comme des zombies.
Un jour, un homme étrange, portant des lunettes rondes et noirs avec des sortes de manchons en cuir collés à ses tempes, entièrement vêtu de noir, arrive au village au volant d'une splendide BMW noire, Les Troubadours de Lorraine emplissant l'habitacle de leur musique d'un autre temps. Qui est-il? Pourquoi s'installer précisément à Chanterelle, ce trou perdu où il n'y a rien à faire qu'attendre la mort?
Le même jour, arrive Durand, un flic qui travaille pour Interpol. Qu'est-ce qu'il peut bien chercher ici? Est-ce le fruit du hasard ou y a-t-il anguille sous roche? Personne au village ne le sait mais, une chose est certaine, depuis qu'ils sont là, tout va de travers: des poules égorgées, le cimetière profané, des suicides et des meurtres à répétition. Alors que les villageois désignent un coupable tout trouvé en la personne de l'homme étrange tout de noir vêtu, le passé refait surface et les comptes vont devoir se régler une fois pour toutes.
Avec La reine noire, Pascal Martin nous invite à découvrir un univers plutôt inhabituel dans le monde très diversifié du polar: celui du polar social, dénonçant le règne de l'argent et du profit, n'hésitant pas à sacrifier tout un village sous prétexte de rendement et de modernité.
La plume est incisive, parfois même empoisonnée, comme celle de ces lettres anonymes qui inondent Chanterelle. Ici pas de langue de bois, ni de compromission. Pascal Martin met à nu ce décor fait de lâchetés et de jalousies, braque son projeteur impitoyable sur les murs et les rues fantômes, débusquant en chacun les pires instincts, la règle d'or du chacun-pour-soi dans ce monde désabusé qui survit en dehors du temps.
Un grand moment de littérature policière un peu déjantée, avec ses scènes d'anthologie, qui vous fera pour le moins passer un très bon moment et, au mieux, toucher du doigt les dysfonctionnements et contradictions de notre société dite moderne, car n'oublions pas que La reine noire est d'abord et avant tout un polar social.

Lien : https://legereimaginarepereg..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Laurie_lucasLaurie_lucas   18 novembre 2017
- Vous vous êtes conduits comme des moutons.
Les joueurs de cartes regardaient Marjolaine, visages figés.
- Et vous savez comment ils finissent les moutons? poursuivit la jeune femme.
Silence.
- À l'abattoir!
Commenter  J’apprécie          20
polacritpolacrit   01 mars 2018
Remarque bien, pour qu'un lupanar existe, il faut des clients, lança-t-il. Les habitants de Chanterelle me traînent dans la boue mais ils ont tous poussé ma porte un jour ou l'autre, hommes et femmes, tous!
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Pascal Martin (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Martin
« du noir à la Patrick Manchette, du social qui tache et de l?acide qui ronge ! » INTERVIEW PASCAL MARTIN / DES POLARS ET DES NOTES
« Une usine qui tombe en ruine? des personnages énigmatiques? le café local qui bruisse de rumeurs? Des tombes profanées, des poules égorgées, un suicide, un meurtre? Un roman noir magistralement maîtrisé qui n?est pas sans rappeler Jean Patrick Manchette? » LA REINE NOIRE http://polar.jigal.com/?page=liens&p=193 © Jigal Polar
autres livres classés : roman socialVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
13930 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre