AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290106984
Éditeur : J'ai Lu (04/03/2015)

Note moyenne : 4.34/5 (sur 336 notes)
Résumé :
Tyrion Lannister, membre éminent de la famille régnant sur Westeros, n'aurait jamais imaginé en être un jour réduit à jouer les bouffons. Capturé par des esclavagistes lors de la traversée qui devait l'amener à Meereen, puis vendu à un riche marchand, il doit apprendre à maîtriser l'art difficile de la joute à dos de cochon pour assurer sa propre survie. Mais peu importe la manière, seul compte le résultat : s'il faut en passer par là pour attirer l'attention de Dae... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  10 octobre 2014
Booooooooouuuuuuuuuuuuuhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !
Snif, snif... c'est fini... ***bruyant torchage de nez tout dégoulinant (le mien)***
Oui, mon pauvre Petit Dragon Chéri (celui que je serre convulsivement contre moi quand je lis GOT), c'est pas la peine de taper comme ça sur la tablette, y a plus de pages à afficher, c'était la dernière, tu vois bien... Et arrête de souffler de la fumée, la fenêtre est trop loin, si tu crois que je vais me lever pour aérer, tu te trompes.
Booooooooouuuuuuuuuuuuuhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !
Snif, snif... ***re-bruyant torchage de nez dégoulinants (le mien + celui de Petit Dragon Chéri)***
Bon, en même temps, on voit bien que ce n'est pas vraiment la fin, hein, parce que ça NE PEUT PAS être la fin, IMPOSSIBLE. Non, impossible, j'te dis, mon Petit Dragon Chéri, après 15 tomes, on peut tout simplement pas en rester là, y aura forcément une suite. Ecoute Maman.
YOOOOUUUUUPPPPPPPPIIIIIIIIIII ! ***dégoûtants mouchoirs qui volent et battements d'ailes effrénés de Petit Dragon Chéri***
Oui, parce qu'on peut quand même pas laisser Jon dans ce...., et Daenerys dans cet...., et Cersei aussi...., sans parler de Jaime et de...., et puis y a Sam, hein, et puis, surtout, y a MON OURS, hein, je peux pas le laisser comme ça, là, tout seul, avec une armure qui ressemble à une boîte de conserve ! Donc, rassure-toi, mon Petit Dragon Chéri, ils vont tous revenir. Comment ça, quand ????
Booooooooouuuuuuuuuuuuuhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh ! J'en sais fichtre rien !!!
Mais maintenant que l'Hiver est là, on va pas se presser pour sortir, ok ? On va attendre bien sagement que l'Eté revienne, quoi faire d'autre de toute façon, hein ?
ll
ll
ll
V
NB : Non, mais, ne me dites pas que vous avez vraiment cru que je lisais GOT avec une peluche de dragon dans les bras !?! Sans blague.
Allez, viens, Petit Dragon Chéri, on va faire dodo... ou alors, fais-nous juste un petit jet de flammes qu'on fasse fondre une brochette de marshmallows. Là... brave petit, va. Bon, arrête maintenant avec tes flammes, ça devient pénible... ARRÊTE ! Paf, tu l'auras pas volée, celle-là. Non, mais, qui c'est qui commande ici ? Qui c'est la Mère des Dragons ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5421
Dionysos89
  01 décembre 2013
Décidément, les tomes du Trône de fer se lisent comme des petits pains : par fournée entière ; et ce tome-ci ne change rien à nos habitudes.
Comme souvent dans le découpage des tomes originaux en plus petits français, c'est le dernier qui reprend le titre original. Ici, Une danse avec les dragons correspond normalement aux tomes 13, 14 et donc 15, mais, au moins, cela présente bien les choses : tout le monde, ou presque, tourne autour des enfants de Daenerys, et notamment dans ce quinzième tome. Certains s'y brûlent, certains en meurent, certains s'en foutent même certes, mais peu (voire personne) sont indifférents au danger qui plane au loin, sur l'horizon oriental.
Comme à son habitude, dans Une danse avec les dragons, George R. R. Martin dénoue une toute petite partie des intrigues mises en place depuis bien longtemps. Finalement, est-ce là l'important ? Son but est incontestablement de nous tenir en haleine toujours plus longtemps, de manière toujours plus insoutenable : le destin de Jon, de Daenerys, de Tyrion et des autres est en suspens comme jamais. Amis lecteurs, sortez vos mouchoirs ! Par contre, nous pouvons déplorer de gros problèmes de traduction (au niveau des noms de personnages notamment), même par rapport aux tomes 13 et 14, alors que les publications ont été réalisées à la suite et par le même traducteur !
Encore un tome énorme, au niveau de la narration comme du suspense, qui pâtit d'une intrigue qui tire en longueur certes, mais qui a surtout comme seul point noir une édition « made in Pygmalion », autant dire un découpage suranné, un prix en augmentation et une traduction qui se perd.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
Arakasi
  14 janvier 2013
Réjouissons-nous mes frères, car le troisième tiers du cinquième tome du « Trône de fer » (ricanons ensemble…) est enfin dans nos librairies et par extension dans nos bibliothèques ! En bonne groupie endurcie, je me suis ruée sur « Une danse avec les dragons » dès sa sortie pour le refermer quelques jours plus tard, ravie, excitée et passablement irritée.
Pourquoi ravie ? Car ce cinquième tome – autant en parler dans son ensemble puisqu'il est maintenant intégralement traduit – réunit tous les éléments qui m'ont fait adorer la colossale saga du George RR Martin : une intrigue solide et maîtrisée de bout en bout, des personnages nuancés et tourmentés (Oh, Jaime ! Oh, Tyrion !), un style à la fois riche et incisif, et surtout ce souffle épique sans pareil qui balaie la saga de fond en comble et nous donne l'impression de voir l'Histoire – la vraie, la grande – se mettre en place devant nos yeux éblouis. Rien ne semble être laissé au hasard. Aucun événement ne semble forcé ou gratuit. Grande amatrice de romans historiques, j'ai pourtant vu peu d'écrivains parvenir à ce résultat avec une telle virtuosité et je tire encore une fois mon chapeau au sieur Martin pour son incomparable maîtrise.
Pourquoi excitée ? Car, même après cinq tomes épais comme des briques, George RR Martin parvient encore à me prendre par surprise et à me faire couiner de stupeur et d'anticipation joyeuse dans mon fauteuil. Alors que le destin du royaume des Sept Couronnes semble tout tracé, l'auteur n'a de cesse de tordre son intrigue dans les directions les plus inattendues. de nouveaux joueurs apparaissent sur la scène alors qu'on ne les attendait plus, d'autres disparaissent brutalement. Martin bat ses cartes, les redistribue, les bat encore et brouille si bien son jeu qu'il nous faut attendre les dernières lignes de l'épilogue pour comprendre toutes les implications des événements de ce cinquième tome et leurs terribles résonnances pour l'avenir. Un avenir qui s'annonce sanglant, glacial et passionnant, comme il se doit…
Pourquoi irritée ? Car le sieur Martin est décidément, et malgré tout le respect que je lui dois, un gros bâtard sournois. Avec un sadisme résolu, il enchaîne les cliffhangers dans les derniers chapitres de son roman (et continue accessoirement à décimer joyeusement son casting), nous donnant grosso modo l'impression d'être à l'orée de quelque chose de dantesque mais que nous ne découvrirons que dans le tome suivant – sensation à la fois très excitante mais aussi passablement frustrante. Il ne reste plus qu'à prier les anciens dieux que « The Winds of Winter » se révèle à la hauteur des attentes suscitées… Personnellement, j'ai bon espoir et vous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
BazaR
  21 juin 2015
Une semaine trop tard.
J'ai attaqué ce dernier tome le jour même de la diffusion du final de la saison 5 de la série. J'ai passé la semaine à éviter les spoils et à neutraliser mes collègues qui mouraient d'envie d'en parler. Je me suis aussi dépêché de finir ; plus de 500 pages en une semaine n'est pas dans mes habitudes.
Enfin, c'est fini.
Que dire ?
Que ressens-je ?
Un petit choc, un peu de tristesse, de la frustration.
La présence du « gros morceau » de la fin (ceux qui ont lu voient de quoi je parle, les autres ne devraient pas lire cette critique) ne m'a pas surpris outre mesure. George a déjà utilisé la recette précédemment. En revanche je ne m'attendais pas à ce que ce morceau concerne « ce » personnage. On sait qu'avec George personne n'est protégé, cependant j'en avais épinglé deux ou trois que j'estimais à l'abri de son courroux. Simplement parce que sans eux l'histoire perdrait beaucoup de sel.
L'auteur s'est chargé de me détromper. Bien fait pour moi.
Ce n'est pas de la cruauté gratuite. Pour ce personnage les évènements s'enchainent logiquement. Il prend des décisions courageuses et censées dans la situation présente, mais il est victime des gars aux oeillères qui l'entourent. C'est très réaliste. Et avec George, si c'est réaliste, ça arrive, même si on n'aime pas ça et si ça le fout dans la merde pour construire la suite.
La frustration, c'est surtout parce que George nous laisse sur notre faim sur pratiquement toutes les zones d'action. Il y a bien l'explosion d'un ou deux petits pétards sympas du côté de la Baie des Serfs, mais la grosse explosion, on l'attend toujours !! Pareil au Nord. Tout le monde est simplement transformé en bonhomme de neige (c'est vrai qu'on sent bien l'hiver arriver là) mais aucun noeud n'est vraiment dénoué, même partiellement. Je ronge mon frein avec Bran, Arya, Jaime, Sam, Dorne, etc.

Les choses n'ont finalement que peu avancé durant la danse avec les dragons. Espérons que les vents de l'hiver nettoieront beaucoup de ces situations inextricables.
Combien de temps à attendre encore ? Je ne sais pas mais moins que précédemment. La prochaine fois je n'attendrai pas la traduction française découpée. le foutage de gueule ça suffit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
boudicca
  03 août 2013
« Une danse avec les dragons » marque la fin du cinquième volume original du « Trône de fer ». Sortez les mouchoirs, nous ne risquons pas de revoir Westeros et ses habitants avant un bon moment ! Comme dans les deux volumes précédents l'essentiel de l'action prend ici place dans le nord ou au-delà du détroit, du côté des cités libres et de la baie des Serfs. C'est là que se joue le sort de Jon, forcé par les circonstances à faire alliance avec ceux que lui et ses frères considéraient il y a peu comme l'ennemi ; de Daenerys, qui apprend à Meereen ce qu'il en coûte d'être une reine ; de Stannis et Mélisandre, qui poursuivent leur combat pour le trône de fer, chacun à leur manière ; de Tyrion, qui enchaîne les mésaventures mais parvient toujours (plus ou moins) à retomber sur ses pattes... Comme dans le volume précédent, on retrouve également une fois ou deux certains des protagonistes absents depuis un moment, comme Arya, qui poursuit son noviciat au côté des adeptes du dieu multiface, et Cersei, à qui on demande enfin de rendre des comptes. Certains personnages jusque là un peu plus secondaires se retrouvent également cette fois sur les projecteurs, qu'il s'agisse de la soeur de Théon, Asha, ou du fidèle vieux chevalier au service de Daenerys, Ser Barristan Selmy.
Si certaines des interrogations qui nous obsédaient depuis la fin du quatrième tome trouvent enfin ici un semblant de réponse, il faut toutefois admettre qu'avec ce cinquième volume, G. R. R. Martin pose plus de questions qu'il n'en répond. On n'en apprendra ainsi pas plus sur le sort de certains personnages, resté précédemment en suspens, et pire, voilà que d'autres se retrouvent menacés ! Et pour ajouter à la confusion, l'auteur se plaît à brouiller davantage les cartes en faisant apparaître de nouvelles menaces ou de nouvelles figures que l'on attendait pas et qui viennent tout chambouler. Cette complexification de l'intrigue se caractérise également par une évolution permanente de la dénomination des personnages qui tour à tour changent d'identité et de masque au gré de la plume de leur créateur, qui ne semble pas prêt à tomber un jour en panne d'inspiration. G. R. R. Martin est un auteur qui aura toujours mon respect et ma reconnaissance pour avoir écrit une oeuvre telle que « Le trône de fer », mais une fois refermée la toute dernière page, que je l'ai détesté !
« Une danse avec les dragons » nous offre donc un final à la hauteur de ce que l'on pouvait espérer et qui remet encore une fois tout en question. Les scènes choques qui concluent le récit ainsi que la perspective de devoir attendre encore des années avant de découvrir la suite auront toutefois de quoi vous faire déprimer pendant un long moment. Quel génie mais quel monstre, ce Martin !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3012

critiques presse (1)
SciFiUniverse   06 mars 2013
Toujours aussi à l’aide dans l’art du twist, de la scène choc et du cliffhanger, George R. R. Martin ne nous épargne rien dans ce « nouveau roman ».
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
boudiccaboudicca   29 juillet 2013
-Bien, comment fais-je pour me procurer des armes et une armure ?
-Auras-tu également besoin d'une truie à chevaucher ? s'enquit Kasporio.
-Diantre, j'ignorais que ta femme fît parti de la compagnie, répliqua Tyrion. C'est fort aimable à toi de me la proposer, mais je préférerais un cheval. 
Commenter  J’apprécie          241
BazaRBazaR   21 juin 2015
" L'un de vous a déjà tué un homme?
-- Moi, répondit Tyrion. Je les fais tomber comme des mouches.
-- Avec quoi?
-- La hache, le poignard, une remarque bien choisie. Mais c'est avec l'arbalète que je tue le mieux.
... -- Une saloperie, l'arbalète. T'en as tué combien, avec ça?
-- Neuf ". Assurément, son père comptait pour autant, à tout le moins. Seigneur de Castral Roc, Gardien de l'Ouest, Bouclier de Port-Lannis, Main du Roi, mari, frère, père, père, père.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Dionysos89Dionysos89   16 février 2014
Un chat tue les souris, un cochon se vautre dans la boue et un mercenaire décampe quand on a le plus besoin de lui. On peut pas leur en vouloir. C’est dans la nature de la bête.

Commenter  J’apprécie          292
Dionysos89Dionysos89   09 février 2014
Je me suis élevé trop haut, j’ai aimé trop fort, j’ai osé trop loin. J’ai voulu saisir une étoile, j’ai surestimé mes capacités, et je suis tombé.

Commenter  J’apprécie          350
Gwen21Gwen21   10 octobre 2014
La note de Brun Ben était la dernière. [...] Cent mille dragons d’or, cinq mille arpents de terre fertile, un château et un titre de lord. Eh bien, eh bien. Cela coûte cher, de travailler pour des Prünh.
Commenter  J’apprécie          240
Videos de George R.R. Martin (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  George R.R. Martin
Une interview de Stephen King par G.R.R.Martin.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le Trône du Fer, Tome 9 : La Loi du Régicide

Quel est le nom de l'enfant que Davos cherche à sauver des griffes de Mélisandre ?

Petyr Frey
Aegon Snow
Belon Stone
Edric Storm

10 questions
201 lecteurs ont répondu
Thème : Le Trône de fer, tome 9 : La Loi du régicide de George R.R. MartinCréer un quiz sur ce livre