AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Odile Ricklin (Autre)
ISBN : 2258009960
Éditeur : Les Presses De La Cite (01/03/1982)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 63 notes)
Résumé :
Les légendes parlent d’une race d’extraterrestres fabuleuse parcourant lentement l’espace, aux manettes de gigantesques vaisseaux à l’apparence de cités d’ombre…

Moi, Karoly d’Branin, je leur ai voué ma vie, et mes inlassables recherches m’ont enfin permis de les localiser. Avec mon équipe, nous avons embarqué à bord de l’Armageddon, vaisseau du commandant Royd Eris. Et dans peu de temps, les volcryns seront enfin à notre portée.

Mais e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
finitysend
  24 mars 2015
Le Volcryne un court roman sympathique par un auteur de Fantaisie .
C'est un roman assez court , qui nous parle d'une expédition spatiale au long court , partie enquêter dans l'espace sur une espèce extra-terrestre légendaire , nomade et hautement civilisée .
Une équipe qualifiée mais de fortune est requise pour cette expédition , qui se structure dans une relative urgence , sur un vaisseau qui s'avéra être de plus en plus spécial au fil du récit .
Le texte est court et il est habilement structuré pour répondre aux exigences induites par la nécessité de faire crédible tout en faisant court .
Les transitions sont assez elliptiques mais elle sont soignées alors que les procédés structurels sont aussi identifiables que bien ficelés.
Cependant malgré tout , ce roman est bien construit et il conserve un aspect roman abrégé plus que l'aspect d'un roman court .
Ce peut être un peu désagréable , mais à mon humble avis ce ne gâche en rien le plaisir de fréquenter l'agréable distraction , que constitue la lecture de ce récit avenant aux objectifs aussi modestes qu'éloquents .
On est véritablement dans l'espace sur un navire qui sera finalement très particulier et surprenant.
Le récit est une aventure spatiale en huis clos avec tous le charme de genre de récits .
Un texte où les problématiques affairantes à cette thématique sont bien identifiées et bien repérables par le lecteur.
Les aspects spécifiques au genre voyage en espace profond , tournent autour de l'environnement psychologique et matériel , avec la mise en valeur des variables autour de la survie et des difficultés psychologiques .
Qui sont des variables structurelles , liées à ce genre d'expéditions.
Ce n'est pas un récit de hard science même si c'est un texte crédible du point de vue contextuel . C'est plutôt principalement un récit de suspens à très forte coloration paranoïaque .
L'objectif est modeste , le texte est assez court , disons une très longue nouvelle un peu …
C'est un bon roman , une bonne distraction crédible du point de vue narratif , du point de vue psychologique et du point de vue environnemental .
Bref , pas mal pour se faire un petit weekend end dans l'espace sous pression .
Si on aime ces huis clos de SF flippants , il y a un texte , le dragon sous la mer de Herbert , il est savoureux et je vous le recommande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
pictura
  04 juin 2015
J'avais hâte de connaitre un roman de George R.R Martin, ce fameux auteur de game of throne. Ici, le volcryn n'est pas une histoire d'une dizaine de tomes. Non. Juste un petit livre, à peine 173 pages.
Voilà un bon petit roman de SF. Une histoire somme toute simple. Un groupe qui part à la recherche d'une race d'extra-terrestres légendaire à bord d'un vaisseau. L'auteur signe là un huis clos assez réussi. La première partie est prometteuse, la seconde moins. Un peu de déjà-vu dirons nous. Bien sur le suspense est présent, les idées et actions s'enchevêtrent et le tout est très agréable à lire mais on sent bien que le livre a été écrit il y a une trentaine d'années et rien de bien nouveau transcende là dedans.
En tout cas, je n'ai pas boudé mon plaisir, livre lu en un seul weekend-end. Amateurs ou non de SF, il plaira. Il a obtenu divers récompenses (Locus, Analog) . Ecrit aujourd'hui, je crains qu'il n'obtienne rien. On vit avec son temps, et puis les auteurs ne peuvent pas écrire un chef d'oeuvre à chaque fois.
Un grand merci à Babelio et au petit mot de Charlotte des éditions Hélios (editions-actu SF) pour l'envoi du livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
MissSherlock
  14 mai 2015
Lorsque j'ai vu que Babelio proposait LE VOLCRYN de George R. R. Martin lors de la dernière opération de Masse Critique, je n'ai pas hésité une seconde à le demander tant j'avais envie de découvrir ce court roman de science-fiction qui bénéficie d'une belle réputation.
Le succès de la saga du TRÔNE DE FER n'est probablement pas étrangère à la réédition des oeuvres de George R. R. Martin et, pour une fois, ce qui est bon pour le commerce n'est pas mauvais pour le lecteur, bien au contraire.
LE VOLCRYN raconte l'histoire d'un groupe de chercheurs mené par Karoly d'Branin parti à la recherche du mystérieux peuple des volcryns. Ils embarquent à bord de l'Armageddon, un vaisseau où le commandant de bord refuse d'apparaître autrement que sous la forme d'un hologramme. Très vite la tension monte entre le commandant et les passagers, d'autant que Thale Lasamer, un jeune télépathe, semble en proie à une terreur sourde. Est-il fou ou un danger menace l'équipage ?
LE VOLCRYN n'est pas un roman révolutionnaire car l'histoire est assez ordinaire : une équipe qui part sur les traces d'une civilisation extra-terrestre, c'est du réchauffé. Cependant il est fort bien écrit et tient en haleine jusqu'au bout car les personnages sont le meilleur atout du livre.
Malgré la brièveté du roman (160 pages), George R. R. Martin a su créer une véritable ambiance, bien croquer les personnages et faire monter la tension. le huis-clos est oppressant et les événements qui se déroulent à bord du vaisseau font peser les soupçons sur tous les membres de l'équipage. LE VOLCRYN est un habile mélange de polar et de space-opera avec une petite pointe de gore. Une petite pointe qui n'est pas pour me déplaire car elle donne des frissons.
Comme je vous le disais, ce sont les personnages qui sont le principal attrait du roman. Entre le télépathe qui vire maboule, le xénobiologiste alcoolique, la xénotechnicienne cradingue, le mécène obsédé par les volcryns et le commandant de bord mystérieux, l'auteur nous offre une galerie de personnage atypique et enthousiasmante. Sans oublier l'Armageddon, personnage à part entière, dont la nature est une source de crainte permanente.
Bien qu'imparfait, LE VOLCRYN est un thriller angoissant et maîtrisé que je ne peux que recommander aux amateurs de SF et de huis-clos.
Merci à Babelio et aux éditions ActuSF pour la découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
celindanae
  06 septembre 2018
Avant d'écrire la saga du Trône de fer, George R R Martin a écrit beaucoup d'autres romans, nouvelles ou novellas. Parmi ceux-ci, figure le Volcryn dont le titre original est Nightflyers. Une adaptation cinéma de ce texte a vu le jour en 1987 et une adaptation en série est en production pour Netflix. J'ai eu envie de lire le livre avant de voir la série, et les 2 récentes chroniques d'Apophis et de FeydRautha m'ont fait sauter le pas.
L'action de le Volcryn se passe dans l'univers des 1000 Mondes, univers de space-opera créé par George R. R. Martin et où se déroule plusieurs de ces oeuvres. Dans cet univers, l'humanité a rencontré différentes autres espèces aux noms étranges comme les Hrangans ou encore les Damoosh. Il subsiste pourtant des zones d'ombre dans l'univers, l'une d'elle concerne le Volcryn. On connait très peu de choses concernant cette espèce extra-terrestre qui est peu à peu devenue mythique, à part le fait qu'un vaisseau parcourt l'espace en partant du centre de la galaxie il y a des milliers d'années, et continue son chemin vers l'extérieur de la galaxie sans jamais s'approcher d'une planète.
Le volcryn est surtout légendaire et il n'y a pas eu de vraies expéditions menées pour tacher d'en apprendre plus sur eux ou lui. Cependant, Karoly D'Branin, chercheur de l'Académie, a consacré sa vie et sa carrière au volcryn et réussit enfin à monter une expédition pour partir à sa rencontre. le vaisseau choisi pour cette mission s'appelle l'Armageddon. Déjà avec un nom pareil, la mission ne part pas sous de bons auspices. L'équipage est composé de 9 personnes dont Karoly. Dès le départ de l'expédition, le commandant du vaisseau Royd Eris refuse d'apparaitre physiquement devant les autres passagers qui doivent se contenter d'une projection holographique. Puis, le télépathe de la mission devient vite suspicieux et sent un grand danger planer sur le vaisseau.
Le roman est court et George R R Martin ne perd pas de temps. C'est très rythmé, rapide et ça se lit d'une traite. Les dialogues sont vivants et contribuent à cette impression de vivacité. L'écriture de l'auteur contribue également à cette impression. le roman est extrêmement bien construit, la double intrigue est solide.
George R R Martin donne un côté thriller à cette aventure spatiale avec un côté qui fait un peu penser aux 10 petits nègres. Les mystères s'épaississent, l'angoisse monte peu à peu et le huis clos se fait de plus en plus tendu. le roman passe ainsi d'une expédition scientifique à un véritable huis-clos flirtant avec l'horreur. On est très vite pris par le récit et on a envie de connaitre le fin mot de l'histoire.
Le roman étant assez court, les personnages manquent un peu de développement, hormis les 2 qui apparaissent vite principaux: Karoly et Melantha Jhirl, qui est génétiquement améliorée. Même s'il est court, le roman aborde de nombreux thèmes comme la solitude, le transhumanisme, ou encore le sacrifice. L'histoire du livre pourrait se résumer au récit de quelqu'un qui est prêt à tout sacrifier pour un rêve, pour un savoir.
Le Volcryn est donc une très bonne novella qui se lit presque d'un trait. L'angoisse monte petit à petit et le huis-clos est maîtrisé de bout en bout par George R R Martin. Par contre, j'avoue être curieuse de savoir ce que donnera l'adaptation en série car le format court et rapide du livre convient parfaitement à l'intrigue et je ne sais pas si une série plus développée aura le même impact.
Lien : https://aupaysdescavetrolls...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
linnea_hjal
  26 janvier 2013

J'étais curieuse de lire l'auteur de Trône de fer, sans m'aventurer, pour l'instant, dans son épopée… Et si c'est court, comment refuser?
Alors j'ai acheté cette réédition par ActuSF de ce court roman au nom hermétique. Ce qui n'est pas peu dire car cette oeuvre est bien plus qu'un Thriller et n'est en aucun cas un soap opera comme le préfigurait (encore une fois!) la quatrième de couv' (ou nous n'avons pas la même définition de ce genre littéraire). Au delà du suspens savoureusement distillé, une mystique tans-sude en fil de l'histoire de ce petit bijoux sobrement écrit avec quelques belles images. (Et Juste un bémol: une confusion de narrateur dans la première page qui, heureusement, s'estompe… )


L'histoire s'ouvre sur le dernier acte d'une quête, longtemps menée en solitaire, par un scientifique, âgé maintenant et apparemment « aux fraises ». Affublé d'une équipe d'éclopés, fournie chichement par l'Académie où il officie, il embarque à bord d'un vaisseau spatial au nom biblique et prémonitoire: l'Armageddon. Entièrement automatisée, il est commandé par un être mystérieux qui vit reclus et n'apparaît qu'en hologramme…

Cette quête existentielle rappelle celle du Graal. le vieux scientifique est seul à faire le pari de l'existence du Volcryn, entité mythique, « inaccessible », antérieure à l'humanité et d'essence inconnue qui poursuit un voyage aux confins de l'espace. La première phrase est explicite: « Dans les temps reculés où l'on mettait en croix Jésus de Nazareth, le Volcryn se trouvait dans la voie lactée à moins d'une année lumière de la Terre ».
Grâce à l'Armageddon, la rencontre du Volcryn serait imminente, il embarque à bord de ce vaisseau où le bien et le mal vont s'affronter dans un combat perpétuel…

Au terme de ces quelques lignes, si vous ne l'avez pas encore lu, peut être vaut-il mieux se précipiter pour vous y plonger?
Pour ceux qui connaissent, alors poursuivez …
Pétri de Mystique, GRR Martin ressuscite un thème cher en SF: la relation de l'homme à la machine.
La parabole de l'humanité décrite est constituée en majorité de personnages égoïstes où la relation amoureuse se situe dans le contrôle de l'autre , fusionnel et destructrice (relation sadomasochiste des linguistes, relation du capitaine à sa mère toxique). La sexualité a une place importante mais n'a un rôle que fonctionnel, d'assouvissement pulsionnel. L'égocentrisme ne permet pas le partage, le don de soi et la rencontre de l'autre « humain ». Cette expérience ne s'accomplit que dans l'accouplement de l'homme à la machine: lors de sa connexion (physique) aux circuits de l'Armageddon, la cybernéticienne exprime une satisfaction plus importante que lors d'une relation sexuelle.
L'union de l'homme à la machine a atteint dans l'Armageddon son apogée! de l'Armageddon, le commandant en dit qu'il « faisait de moi un être humain ». Car le vaisseau a été la matrice puis la nourrice du capitaine, conçu par clonage par sa mère commandante (conception de l'individualisme ultime), morte avant « sa naissance », mais à qui, il reste enchaîné. Une mère toujours présente qui a atteint l'immortalité grâce à la machine, son esprit vivant et influant les circuits de l'Armageddon, et qui poursuit la destruction des autres… Qualifiée de sociopathe (mais l'individualisme forcené ne l'est-il pas?), elle garde le contrôle de son vaisseau et de son fils, fantôme parmi les autres, monstre de naissance, mi-homme mi-machine, condamné à vivre dans son vaisseau de naissance qui lui fournit l'atmosphère aseptisée et agravitationnelle dont il a besoin. Il est ainsi réduit à regarder vivre ses passagers, voyeur par résignation et obligation. Son amour platonique va toucher Melantha qui lui voue en retour un amour dans le sacrifice qu'elle fait. Tiens, comme Jesus se serait sacrifié pour les hommes? Pourtant, Melantha, modèle perfectionné physiquement et psychiquement se targue de sa suprématie mais les épreuves qu'elle va affronter et la confrontation à la sociopathe douée de pouvoirs exceptionnels de son vivants, à laquelle elle aurait pu ressembler plus tard, lui font découvrir l 'humilité. Melantha endosse pour se racheter une oeuvre monacale de collecte des connaissances sur le Volcryn sans que l'affrontement soir fini mais atténué entre le bien (Melantha) et le mal, qui collaborent au besoin…
De Volcryn qu'ai-je appris? Pas grand chose… Il reste qu'il serait extra-humain mais non intelligent, peut être lui même téléguidé par télékinésie. Mais le propose était autre. L'objet ne compte pas autant que sa quête . Ou est ce que les voies de dieu restent impénétrables?


Lien : http://fan2fantasy.fr/?p=2100
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
MissSherlockMissSherlock   14 mai 2015
Dans le foyer empli de pénombre, le fantôme luminescent de Royd regardait d'Branin boire sa tasse de chocolat doux-amer. Tous les autres étaient déjà couchés. Sur un vaisseau spatial, les notions de nuit et de jour sont dépourvues de sens, mais l'Armageddon reproduisait artificiellement les cycles usuels et la plupart des passagers s'y conformaient. Le vieux d'Branin, à la fois administrateur, généraliste et directeur de la mission, constituait l'exception. Il avait ses propres horaires, préférait le travail au sommeil et n'aimait rien tant que discourir à n'en plus finir sur ce qui constituait sa marotte et l'objet de sa chasse : les volcryns.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
lutiniellelutinielle   11 février 2016
- Parce que nulle part les IA n'ont d'existence légale. Un vaisseau ne peut pas se posséder lui-même. L'armagedon craint peut-être d'être saisi et déconnecté. Pour lui, ce serait la mort, Alys, la fin de la pensée consciente.
Alys Northwind secoua la tête.
- Je passe mes journées avec les machines, répondit-elle. Qu'on les branche ou qu'on les débranche rien ne change. Elles s'en fichent. Pourquoi celle-là serait-elle différente ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
finitysendfinitysend   20 janvier 2016
C'était une des nuits artificielles de la troisième semaine suivant leur départ d'Avallon .
Commenter  J’apprécie          160
PantasiyaPantasiya   23 juillet 2018
-Ceux qui sont morts ont péri alors qu'ils essayaient de violer le secret de Royd. Nous n'avons pas essayé et, de fait, nous sommes toujours là.
-Tu ne trouves pas ça un peu louche?
-Très louche. Mais si vous voulez, j'ai un moyen très simple de vérifier. L'un de nous n'a qu'à faire une autre tentative dans le même sens. S'il meurt, c'est que nous avions raison de nous méfier de Royd. (Elle haussa les épaules.) Vous m'excuserai si je me refuse à m'y coller, mais que cela ne vous décourage pas si vous tenez tenter l'expérience. Je noterai le résultat avec le plus grand intérêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lutiniellelutinielle   11 février 2016
S'il est vrai que la vie intelligente existe sur les géantes gazeuses, intervint sèchement Christopheris, ça ne présentent pas d’intérêt pour nous. Toutes les espèces sensitives rencontrées jusqu'ici sont originaires de mondes similaires à la Terre, et la plupart d'entre elles respirent de l’oxygène. à moins que tu ne veuilles laisser entendre que les Volcryns viendraient d'une géante gazeuse ?
Commenter  J’apprécie          10
Videos de George R.R. Martin (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  George R.R. Martin
George RR Martin à la librairie Grangier le 3 juillet 2014
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le Trône du Fer, Tome 9 : La Loi du Régicide

Quel est le nom de l'enfant que Davos cherche à sauver des griffes de Mélisandre ?

Petyr Frey
Aegon Snow
Belon Stone
Edric Storm

10 questions
207 lecteurs ont répondu
Thème : Le Trône de fer, tome 9 : La Loi du régicide de George R.R. MartinCréer un quiz sur ce livre
.. ..