AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782203314023
64 pages
Éditeur : Casterman (04/05/1993)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 67 notes)
Résumé :
Le journaliste Guy Lefranc aide l'inspecteur Renard à remonter la piste de fraudeurs qui opèrent à grande échelle entre la Suisse, la Belgique et la France. Leur enquête les mènera dans les Vosges, au pied de la mystérieuse Tour Noire, d'où opère une puissante organisation clandestine. Celle-ci a l'audace de lancer au gouvernement français un ultimatum terrifiant, lui enjoignant de remettre la somme de trois milliards de francs-or, sans quoi Paris sera détruit! En c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
saigneurdeguerre
  26 octobre 2019
XXe siècle. Début des années '50.
Frontière entre la Suisse et la France.
Une magnifique Bentley qui se dirige vers la France est arrêtée au poste frontière. Un douanier s'assure que tout est en ordre.
A un mètre d'elle, un vieux tacot cale.
Malencontreusement, le douanier qui examine la Bentley laisse tomber sa torche électrique qui heurte le parechoc… de l'or ! le parechoc est en or ! le douanier s'apprête à lancer l'alerte lorsqu'un coup de matraque asséné par le chauffeur le met KO. Au même moment, le chauffeur du vieux tacot met discrètement le feu à un paquet d'étoupe imbibé d'essence disposé sous le tableau de bord pour détourner l'attention. La Bentley en profite pour filer en trombe ! Sur la route, elle manque de peu d'emboutir la voiture de Guy Lefranc qui se rend en vacances en Suisse. Arrivé à la douane, le véhicule de Lefranc est réquisitionné par un douanier. Notre journaliste se lance à la poursuite de la Bentley et des trafiquants qui l'occupent…

Critique :
Voilà plus de quarante ans que je n'avais pas relu cette magnifique BD de Jacques Martin. L'opportunité m'en a été offerte grâce aux éditions Hachette et CASTERMAN qui rééditent toutes les aventures de Lefranc dans une très belle collection avec dos toilé et vernis sélectif. En fin de livre, huit belles pages précisent le contexte de la création du personnage de Lefranc.
Pour cette première aventure de Lefranc, Jacques Martin situe essentiellement l'aventure dans son Alsace natale, et plus précisément du côté du château du Haut-Koenigsbourg. Il utilise les vestiges de la Ligne Maginot pour y ancrer une base souterraine occupée par une armée privée qui fait chanter le gouvernement français en menaçant de détruire Paris si une colossale rançon n'est pas versée.
C'est dans cette aventure que Lefranc rencontre un jeune louveteau, Jeanjean, qui sera son compagnon, comme Enak le fut pour Alix. D'ailleurs, les ressemblances physiques entre Lefranc et Alix sont frappantes et semblent avoir été voulues par les Editions du Lombard qui éditaient le journal Tintin.
Où est passée la femme ? Cette histoire nous rappelle combien la société du début des années cinquante était machiste. Point de femmes pour accompagner Lefranc dans ses prouesses ! Les rares dames dessinées sont ménagères, clientes de restaurant, touristes ou prennent le train… La castagne est une affaire d'hommes !
Martin était ingénieur et cela se sent dans son trait lorsqu'il dessine avions, trains, voitures… La « ligne claire » fut vraiment une invention prodigieuse qui marqua un tournant dans la BD et Jacques Martin y contribua largement.
Mon autre plaisir en lisant cette histoire, c'est de retrouver les couleurs qui enchantèrent mon enfance et qui brillent de mille feux dans cette nouvelle édition sur papier glacé. Comme la plupart des BD de l'époque, celle-ci est très « bavarde » : le texte y prend beaucoup de place. Les habitués y retrouveront les expressions « Ah, mes gaillards ! », « Crétin ! Empoté ! », « Blanc bec ! », « A nous deux, misérable ! », …
Si je n'ai mis « que » 4 étoiles, c'est parce qu'à peu près à la même époque, j'ai lu « le Secret de l'Espadon », de Black et Mortimer qui m'avait profondément marqué et qui me semblait tellement plus « fort » avec une troisième guerre mondiale à la clé. Les aventures de Lefranc, un journaliste qui venait après Tintin, et avant Ric Hochet, sont caractéristiques d'une époque qui a connu quelques vrais grands reporters tels qu'Albert Londres ou Joseph Kessel. Il n'en reste pas moins étonnant de voir Guy Lefranc savoir tout faire : piloter un avion, guider une fusée, être l'égal d'un général ou d'un inspecteur de police…
J'ai été ravi de redécouvrir la technologie de l'époque : voitures, avions, téléphones, trains…
Avis aux nostalgiques : précipitez-vous sur cette nouvelle édition (Hachette – Casterman).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
jamiK
  15 septembre 2017
L'intrigue est bien ficelée, le dessin précis, documenté, on sent l'influence de EP Jacobs, il y a un peu de James Bond aussi, avec ce méchant qui veut devenir le maître du monde. le scénario est dense, il y a beaucoup de texte, parfois trop même, l'action est privilégiée au dépend du travail sur les personnages dont les caractères sont juste effleurés. Tout comme Enak dans la série Alix, JeanJean est un personnage qui ne semble être là uniquement comme prétexte pour qu'un public collégien puisse s'identifier, en gros, on retrouve les défaut habituel des oeuvres de Jacques Martin, ce qui n'est pas rédhibitoire. le scénario est suffisamment costaud et haletant pour rendre cette lecture très plaisante.
Commenter  J’apprécie          150
rulhe
  07 septembre 2018
en 1951 trois ans après la création d, alix, Jacques Martin en promenade dans les Vosges découvre un stock d,armes abandonné par les allemands.qui vont
lui donner l,idée d,écrire les aventures de cuy Lefranc.
un journaliste comme tintin,
mais lui n, est pas spécialement attaché a un journal.c'est un journaliste
d,investigation que l'on voit jamais écrire.car il est toujours par monts et par vaux a combattre le crime et faire triompher la justice.
a la différence de tintin, son autorité est grande,il a le
soutient de la police, et il capable de mobiliser l,armé
et les plus grands moyens de l,état quand la menace
s,avère imminente.
il pilote des avions,des voitures,fait de l,escalade,
courses poursuites, combat au corps à corps,et manie
la mitraillette comme un vétéran de la deuxième db.
les dessins sont très sympa.
les avions et voitures
très année cinquante ( pour les nostalgiques) il a un emmenie récurant dans la personne d,axel borg un homme d, affaire qui rêve de conquérir le monde.
il y a de l,action de l,humour.
un héros sympa.qui va séduire toute la famille.👍
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
domisylzen
  22 septembre 2015
Des trafiquants se font pincer à la frontière Suisse. Grâce à une organisation sans faille, ils parviennent à s'échapper. le reporter Lefranc arrive en sens inverse et manque de les percuter. Arrivé à la frontière, un douanier réquisitionne sa voiture pour prendre en chasse les malfaiteurs. La voiture devenu trop voyante, les trafiquants s'en séparent en la précipitant dans un ravin. Mais Lefranc est sur leurs traces et ne lâche rien tel un fox-terrier. Il a raison car un grave danger menace Paris.
Des dessins de bonne facture et du suspense en veux-tu en voilà. Un peu longuet tout de même vers la fin ou le dénouement est repoussé sans arrêt.
Je n'ai pas bien compris ce que Jean-Jean vient faire dans cette histoire, si ce n'est de nous rendre le héros encore plus sympathique.
Commenter  J’apprécie          101
Guillaume72
  13 avril 2020
Il y a dans cet album une influence jacobsienne indéniable à la fois au travers du personnage de Borg, des inventions d'armes inspirées de l'espadon, du graphisme ligne claire et de la tendance à mettre pas mal de texte dans les planches dans une graphie même qui rappelle beaucoup celle du maître. le tout, sans atteindre la niveau de Jacobs se tient bien. le scénario est fourni et le graphisme loin d'être mauvais. Pour les amoureux de l'Alsace, je tiens à la dire : le haut koenigsbourg est loin d'être lugubre.
La principale différence est dans le épique.
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (2)
Sceneario   01 octobre 2018
Jacques Martin nous offre un très bon thriller, quoique un peu bavard par moment. Il est vrai que quelquefois, le rythme est ralenti par un peu trop de textes à lire. Heureusement, que l'enquête est réussie et maintient le suspense jusqu'au bout.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Sceneario   11 avril 2012
Le scénario de Jacques Martin est d'une précision parfaite. L'action et l'aventure vous tiennent en haleine durant toute la lecture. Que voulez vous de plus ? Le graphisme de Martin est très "année 1950". Mais cela ne gène en rien la lecture. Son trait reste toujours aussi efficace et très ligne claire aussi.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
gillgill   21 octobre 2013
C'est toute l'histoire de "la grande menace", parue en 1952. Lefranc, après une enquête patiente, truffée de rebondissements, parvient à contrecarrer les plans d'Axel Borg, un bandit de haut vol, qui menace de larguer une bombe atomique sur Paris si on ne lui livre pas une quantité appréciable d'or.
Tout cela se passe dans les Vosges, dans les souterrains d'une ceinture des fortifications de la ligne Maginot, réellement érigée avant la guerre.
Outre les bombes, les souterrains sont un thème cher à Jacques Martin : c'est le terrier du comploteur, l'aubaine du fuyard....
(extrait de "Guy Lefranc - le journaliste anti-bombes revient dans "les portes de l'enfer", article signé Michel Perrin et paru dans le n° 105 du journal "Nouveau Tintin" en septembre 1977)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
domisylzendomisylzen   24 septembre 2015
Enfin, la Simca débouche à l'air pur et croise un automobiliste stupéfait.
- Qu'est ce qui se passe ?
- C'est la pipe de mon ami qui charbonne ! Rien de grave ! … Mais allez-y doucement !
- Sa pipe qui charbonne ! Ma parole il se paie ma tête ! … Dites- donc galopin ! Je vais ….
Commenter  J’apprécie          80
gillgill   21 octobre 2013
Des "la grande menace", Lefranc fait la connaissance de Jean-Jean, un louveteau courageux qui désormais ne le quittera plus. Dorénavant, tous deux se heurteront régulièrement aux agissements déments d'Axel Borg.
Celui-ci est un industriel, amateur d'art et redoutable comploteur. La distinction de ce truand aristocratique est égale à sa soif d'argent.
Lefranc, Jean-Jean, Axel Borg : un trio qui rappelle celui formé par Alix, Enak, Arbacès...
(extrait de "Guy Lefranc - le journaliste anti-bombes revient dans "les portes de l'enfer", article signé Michel Perrin et paru dans le n° 105 du journal "Nouveau Tintin" en septembre 1977)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gillgill   21 octobre 2013
C'est peu après la fin de la seconde guerre mondiale que l'idée de la première aventure de Lefranc germe dans l'esprit de Jacques Martin. En voyage dans les Vosges, celui-ci visite un tunnel où ont été abandonnés des stocks entiers d'armes allemandes parmi lesquelles une célèbre bombe volante, l'épouvantable V1.
Et Martin commence à imaginer ce qui se passerait si, en temps de paix, une crapule mettait la main sur ce trésor meurtrier...
(rapporté par André Leborgne dans "Alix, Lefranc et Jacques Martin")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Jacques Martin (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Martin
La chronique de Jean-Edgar Casel - Alix - Lefranc
autres livres classés : espionnageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

jhen tome 5 : la cathédrale Ludovic .C

Guillaume II de Diest est l’Évêque de la cathédrale de quelle ville ?

Reims
Chartres
Amiens
Strasbourg
Paris
Tours
Metz
Clermont-Ferrand
Lille

3 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Jhen, tome 05 : La cathédrale de Jacques MartinCréer un quiz sur ce livre

.. ..