AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Alexandra Herscovici-Schiller (Traducteur)
EAN : 9791033909965
304 pages
Éditeur : Harper Collins (06/10/2021)
3.8/5   74 notes
Résumé :
[Peut être lu indépendamment des tomes précédents]

1960. Alors que la ville d’Oxford se prépare pour son premier concours de beauté au Old Swan Theatre, on déplore le décès d'une des candidates favorites. Un suicide ? ou l’élimination d’une concurrente gênante ? Dans cette atmosphère de compétition féroce, la liste des suspects est interminable. Pour mener l’enquête, pas le choix : il faut se fondre dans la masse. Et quand, à son grand embarras, la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
3,8

sur 74 notes
5
9 avis
4
17 avis
3
8 avis
2
0 avis
1
0 avis

iris29
  10 septembre 2021
Troisième tome des enquêtes de la stagiaire dans la police d'Oxford, Loveday, et son mentor, le Dr Ryder, coroner.
La ville va connaître son premier concours de beauté orchestré par une entreprise locale, une des participantes est retrouvée morte et contre l'avis de tous, Loveday et Ryder pensent à un meurtre. Loveday va être infiltrée ( comprenez qu'elle va devoir défiler en maillot de bain, ce qui la stresse un maximum, on est en 1960 et si ses parents savaient.. )
Très vite, les choses se corsent ...
Ce qui me plaît dans cette série un peu fade, c'est son aspect historique ; cette jeune femme (19 ans) qui veut absolument exercer un métier "d'homme", alors que sa famille préférerait la voir chercher un mari, les difficultés qu'elle rencontre côté collègues, (bien machos, les collègues ), sa pudeur lors des essayages en coulisses, le fait que ses parents n'aient pas encore de téléphone chez eux, à la différence du coroner Ryder, de milieu plus aisé. Oui, toutes ces petits détails qui fait qu'on se sent vraiment dans les années 60, mais il y en a si peu !
Et comme l'enquête manque cruellement de suspens, et comme dans ce tome , la jeune femme et son mentor ne sont pas souvent en contact, vu qu'elle concoure comme Miss, tandis que lui est juré, je n'ai pas eu grand chose à me mettre sous la dent.
D'autant, que je me suis spoilée toute seule, vu que j'ai lu le tome 4 avant ce troisième tome, vu que ma médiathèque s'est emmêlée les pinceaux. et a acheté le 4 avant le 3..
A un moment, j'ai cru que cette série prenait un virage sous les Feux de l'amourrrr, mais non, cette série n'en prend pas le chemin. Dommage, ça aurait pu me réveiller !
J'avais un(e) meilleur(e) suspect(e) que le coupable à la fin...
A voir pour la suite, si l'auteure rend l'intrigue plus croustillante, plus historique, plus corsée, plus, plus...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
LePamplemousse
  15 décembre 2020
Ce troisième volume des aventures de la jeune policière Trudy Loveday et du coroner Clement Ryder a été très plaisant à lire.
J'ai bien aimé découvrir les coulisses d'un concours de beauté, surtout que Trudy va devoir y participer pour tenter de déjouer les plans d'une personne malveillante.
Le lien qui unit Trudy et le coroner est assez peu traité dans ce volume, qui manque un peu de piquant par rapport aux deux précédents tomes.
Heureusement, la fin réserve un gros suspense.
L'intrigue est basique, le nom du coupable ne m'a pas surprise, mais l'ambiance de la vie à Oxford en 1960 est agréable, même si elle n'est pas beaucoup développée.
Un roman léger et distrayant qui a le mérite de mettre à l'honneur une jeune policière, à une époque où les femmes n'étaient pas encore bien acceptées dans le monde du travail et encore moins dans l'univers très masculin de la police.
Commenter  J’apprécie          340
Eroblin
  19 décembre 2020
C'est le troisième tome de cette série qui met en scène les enquêtes policières d'un duo atypique –un coroner âgé et une jeune policière. L'intrigue démarre quand une ancienne amie d'école de Trudy vient la voir pour lui demander si elle ne peut pas interférer auprès de Ryder, le coroner, qui doit statuer sur la mort d'une jeune femme, Abigail Trent, retrouvée morte après avoir bu du poison. Pour la plupart des gens, c'est un accident mais pour Grace c'est un meurtre. Abigail Trent préparait le premier concours de beauté Miss Miel, il y avait de la concurrence et, en plus, de curieux incidents se sont produits. Trudy accepte d'en parler à son ami Clement Ryder qui, après avoir entendu tous ceux et celles qui ont côtoyé Abigail, convient que la mort est étrange, assez pour déclencher une enquête. Et Trudy de se retrouver inscrite au concours, le but étant de se mêler aux candidates, d'écouter et d'espérer trouver un indice.
Le roman n'est pas palpitant en lui-même, l'intrigue un peu poussive avec une fin un peu tirée par les cheveux mais le charme suranné de cet univers oxfordien des années 60 marche. Et le couple que forment Trudy et Ryder s'affirme de roman en roman. J'espère cependant que le prochain roman sera un peu plus dynamique.
Challenge Multi-défis 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
jmb33320
  17 juin 2021
"En cet instant, Clement Ryder n'était pas le seul à contempler les abysses du meurtre et de la folie.
L'individu du cimetière n'avait que cela en tête.
Son dernier sujet de prédilection était les chaudières domestiques et les propriétés merveilleuses du monoxyde de carbone. Ce modeste gaz était un superbe poison ! Inodore, au goût presque indécelable, et doté d'une capacité étonnante à corrompre l'oxygène du corps, plongeant la victime dans un sommeil paisible – et éternel – avec une facilité déconcertante, en toute discrétion."
Ce troisième volet des enquêtes de Trudy Loveday a pour cadre un concours de beauté, "Miss Miel", qui se tient dans un théâtre un peu miteux d'Oxford en 1960. le sponsor (et organisateur) de cet évènement est un homme d'affaire local, qui espère un résultat conséquent sur ses ventes avec cette publicité.
L'endroit est une sorte de nid de vipères. Toutes les candidates se mettent en valeur et beaucoup essayent de séduire les membres du jury (essentiellement des hommes plus ou moins faibles face à leurs charmes ravageurs). Des malveillances se produisent. Un décès a déjà eu lieu, bientôt suivi d'un second. Ces morts paraissent accidentelles. Mais le sont-elles vraiment ?
Trudy (elle s'inscrira comme candidate) et Clement (il fera partie du jury) chercheront les raisons de ces possibles crimes.
J'ai passé un bon moment de lecture avec ce volume. Comme les deux premiers, il ne révolutionnera pas le genre mais le duo est sympathique et un poil plan-plan, comme j'aime. La suite au prochain numéro.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
belette2911
  29 décembre 2020
Les enquêtes de Loveday et Ryder sont toujours un petit moment de plaisir, comme un chocolat qu'on enfourne dans la bouche et qu'on déguste avec délectation.
Non seulement le duo d'enquêteur est équilibré, sympa et qu'il n'y ait pas de flirt entre eux est une excellente idée car entre Trudy Loveday, la jeune stagiaire de police et Clement Ryder, le coroner sexagénaire, il y a une certaine forme d'amitié qu'une histoire d'amour gâcherait.
Non seulement l'auteure a eu l'intelligence de créer un excellent duo que tout oppose, mais en plus, elle a situé ses enquêtes à Oxford, dans les années 60.
Alors oui, pour les conditions de la femme, on repassera (mais ne chantons pas victoire de nos jours, il reste encore du chemin à faire) puisque la place des jeunes filles et des femmes est dans un foyer, mariée et mère de famille, mais pas au travail.
Cette pensée est partagée aussi bien par les hommes, que les autres femmes ou bien par leurs parents, si ces filles sont jeunes. Alors, une jeune fille stagiaire de police, c'est l'hérésie totale, aucun mâle ne peut concevoir qu'elle soit capable de faire autre chose que de fouiller les suspectes ou réconforter les familles endeuillées. Merci les gars…
Et c'est ce qui fait le sel de ces romans (une pointe de sel, avec du chocolat noir, c'est un plaisir de fin gourmet), le fait que l'histoire se déroule dans les années 60, car l'auteur, avec de petites touches parfaitement intégrée au récit, nous en apprend plus sur les moeurs et les pensées de la société de 1960.
Cette fois-ci, j'ai trouvé le duo moins piquant puisque Loveday, infiltrée dans le concours de beauté Miss Miel doit faire comme si elle ne connaissait le coroner Ryder qui a réussi à se faire accepter comme membre du jury.
Rassurez-vous, rien à voir avec un scénario à la "Miss détective / F.B.I" où notre Loveday devrait suivre des cours de maintien. Ceci est une enquête anglaise, pas une comédie américaine.
Même si cette enquête est assez basique et que j'ai trouvé le nom du coupable bien avant notre duo de choc, j'ai pris un grand plaisir à déambuler dans le théâtre, à écouter les rêves des filles qui se présentent à ce concours, à découvrir les dessous de certaines (pas les dessous coquins, mais du caractère), leurs travers, leurs secrets…
L'époque, le lieu et nos deux enquêteurs ajoutent aussi une plus-value à ce roman qui, sans eux, ne sera pas aussi agréable à lire. Oxford dans les années 60 a un charme suranné et grâce à la série Endeavour, je la connais mieux, ainsi que les us et coutumes des gens à cette époque…
Loveday et Ryder, c'est une série plaisante, agréable, une bouffée d'air frais dans la morosité ambiante, le tout porté par un duo atypique que je trouve très équilibré et bien pensé. Vivement la suite !
Une LC réalisée avec Bianca qui est sur la même longueur que moi dans sa chronique.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
NadgeNadge   16 novembre 2021
La presse était capable de tout, comme d'inventer des histoires à dormir debout pour vendre plus de journaux. Il n'y avait qu'à voir la légende de la "malédiction du pharaon" échafaudée par les journalistes quand Howard Carter avait découvert la momie de Toutankhamon!
Commenter  J’apprécie          10
NadgeNadge   16 novembre 2021
N'importe quel policier avec quelques années d'expérience vous le dira. Ce n'est pas comme dans les films ou les polars où tout est bien ficelé à la fin. La vraie vie est bien plus chaotique.
Commenter  J’apprécie          10
NadgeNadge   14 novembre 2021
Elle était beaucoup trop populaire et intimidante. Et je n'avais rien de spécial. Enfin, je n'étais pas capitaine de l'équipe de rugby ni rien.
Commenter  J’apprécie          10
iris29iris29   10 septembre 2021
Il remarqua que les Dunbar ne s'assirent pas côte à côte, mais chacun à un bout de la longue rangée de tables - comme deux serre-livres désapprobateurs.
Commenter  J’apprécie          100
iris29iris29   10 septembre 2021
Après tout, bien des femmes de son milieu devaient composer avec des époux infidèles, surtout s'ils étaient riches, puissants et éminents. Les hommes étaient comme ça. Tant qu'ils faisaient preuve de discrétion, cela permettait à tous de faire comme si de rien n'était. Et elle devait admettre que Robert était toujours particulièrement prudent. C'était la moindre des choses !
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Faith Martin (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Faith Martin
Le secret de Briar's Hall - Faith Martin
autres livres classés : cosy mysteryVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2211 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..