AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749923875
Éditeur : Michel Lafon (14/04/2016)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 1089 notes)
Résumé :
Yaël ne vit que pour son travail. Brillante interprète pour une agence de renom, elle enchaîne les réunions et les dîners d’affaires sans jamais se laisser le temps de respirer. Les vacances, très peu pour elle, l’adrénaline est son moteur. Juchée sur ses éternels escarpins, elle est crainte de ses collègues, et ne voit quasiment jamais sa famille et ses amis qui s’inquiètent de son attitude. Peu lui importe les reproches qu’on lui adresse, elle a simplement l’impre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (272) Voir plus Ajouter une critique
jeunejane
  08 janvier 2018
Yaël, vient de terminer des études de commerce.
On la rencontre au début du livre, amusante, pas du tout accro au boulot, faisant partie d'une joyeuse bande d'amis.
Très rapidement, on fait un bond de 10 ans en avant dans le temps et c'est une Yaël transformée qui nous apparaît, complètement absorbée par son travail, insensible à tout ce qui arrive à sa soeur, à ses amis.
A petites doses, on apprend ce qui lui est arrivé.
On va suivre cette jeune femme blessée, bien attachante jusque la fin où l'auteure nous amène très habilement.
Ce n'est pas un roman de midinette, c'est un roman féminin, humain, à l'image de la vraie vie, jeune de par son langage et l'âge des protagonistes.
L'auteure a l'art de décrire les scènes intimes qui semblent extrêmement réalistes, sensuelles et pas crues du tout. Elles font partie de l'essence de l'histoire. Elles ne sont pas là pour appâter le lecteur.
Le titre est employé dans les deux sens : lorsque Yaël veut échapper à ses entrevues familiales mais aussi à ses obligations professionnelles. A la fin, un être cher lui renvoie l'expression à ses dépens.
J'ai aussi apprécié le rôle des parents dans l'histoire. Yaël les aime et ils ne sont pas envahissants du tout. Ce n'était pas toujours le cas dans ses autres romans où elle les fuyait.
"Désolée, je suis attendue" est le roman d'Agnès Martin Lugand que j'apprécie le plus.
Challenge plumes féminines
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          666
Archie
  12 juillet 2016
Il faudra que j'affine ma façon de choisir mes lectures. Ce livre n'était pas pour moi. En fait, l'auteure, Agnès Martin-Legrand, avait attiré mon attention par son parcours personnel et son succès rapide. Et comme j'évite de lire à l'avance les critiques d'un livre – je ne le fais qu'après avoir écrit la mienne –, il peut m'arriver de faire des choix que je regrette.
Désolée je suis attendue raconte la vie quotidienne de Yaël, une espèce caricaturale de working girl, obsédée jour et nuit par l'image qu'elle donne d'elle-même à son patron – c'est ce qu'elle appelle « réussir » ! – dans un métier supposé passionnant, ce qu'on a du mal à percevoir, le livre n'en présentant que des aspects superficiels, secondaires et répétitifs.
Retrouvant Marc, un ami de jeunesse perdu de vue depuis dix ans, Yaël engage une relation amoureuse fondée sur une extase physique qui finit par s'exalter dans une passion fusionnelle... incompatible avec sa carrière ! L'impasse est véritable, la rupture consommée...
Le ton est glaçant. Normal, c'est Yaël la narratrice. Quelques passages à l'eau de rose... Yaël et Marc auront ils un avenir commun ? L'auteur ne nous donne sa réponse qu'à la dernière ligne de la dernière page... Quel suspens !...
Mais que je ne t'y prenne pas, lectrice ou lecteur, à aller subrepticement jeter un coup d'oeil à la fin du livre ! Tu dois auparavant te colleter les presque quatre cents pages du roman, où tu auras l'impression de relire plusieurs fois les mêmes épisodes, en te faisant resservir les mêmes clichés...
Et là, ça devient dur à supporter !...
Lien : http://cavamieuxenlecrivant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          683
KATE92
  19 mai 2016
LECONS DE VIE
4ème roman d'Agnès MARTIN-LUGAND et toujours un réel plaisir à lire cette auteure sensible avec une écriture simple, limpide sans fioritures mais au combien efficace.
On découvre notamment le personnage principal (Yaël) encore étudiante et son parcours professionnel sans faute ou presque… parce que le passé est toujours là et arrive sans crier garde dans un quotidien que l'on croyait inébranlable.
Je n'en dirais pas plus ; je vous laisse découvrir….
Commenter  J’apprécie          580
stokely
  15 novembre 2016
J'ai été déçu par cette lecture et pourtant j'avais bien aimé Les gens heureux lisent et boivent du café.
Ici c'est certainement dû au personnage imbuvable qu'est Yaël tout au long du récit celle-ci fait passer son travail avant tout sa famille, ses amis, elle a des aventures sans lendemain, travaille 7/7 jours et quasiment/ heures elle ne dort plus qu'avec des somnifères, ne mange que des salades bref la fille vraiment détestable de bout en bout
Un jour au détour d'une rue elle entre dans une boutique et elle retrouve Marc qu'elle n'a pas vu et qui n'a pas donné de nouvelle depuis ans. Yaël va donc se trouver devant un choix inédit pour elle laisser entrer l'amour dans sa vie.
Je ne me suis attaché à aucun des personnages et ce récit m'a du coup paru très très long. On se doute évidement de la fin de l'histoire.
Commenter  J’apprécie          410
zabeth55
  23 novembre 2018
Pourquoi j'ai choisi ce livre ?
Pour donner une deuxième chance à Agnès Martin-Lugand.
Les gens heureux lisent et boivent du café ne m'avait pas convaincue.
Pourquoi avoir abandonné celui-ci à la page 100 ?
Parce que c'est déjà pas mal d'avoir été si loin.
Mêmes reproches que pour le précédent. Des personnages caricaturaux, une héroïne antipathique des dialogues médiocres, une histoire qui tient à peine la route.
Alors pourquoi ce succès ? C'est du Musso féminin, c'est tout dire.
Alors qu'il y a tellement de bonne littérature qui ne bénéficie pas d'une bonne campagne publicitaire, tellement de bons auteurs qui m'attendent.
Je ne saurai jamais ce qu'il advient de Yaël et sa bande, ce n'est pas grave, ils ne m'intéressent pas.
Commenter  J’apprécie          388
Citations et extraits (90) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   16 janvier 2018
"J'ouvris les yeux et les vestiges de mon téléphone apparurent sous mon nez. [...] Je fixai les lambeaux d'électronique qui avait failli nous coûter la vie, surtout la sienne. Puisque finalement, la mienne se résumait à ça. cette chose. Le monde, les autres n'existaient plus, je n'avais plus aucune notion de ce qui était bon, mal juste ou injuste. Mon existence se résumait au prisme des informations délivrées par cette chose inanimée, sans émotions. J'étais une coquille vide de tout, sans considération pour mon entourage. Et j'avais failli tuer Marc pour sauver mon téléphone, cet iPhone6 avec lequel je dormais, qui finalement était mon bien le plus précieux, l'unique d'ailleurs."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          513
KATE92KATE92   05 mai 2016
Tout le monde éclata de rire, Marc balança son mégot à l’extérieur du bus, qui put enfin démarrer. Le trajet de Saint-Paul jusqu’à la place Léon-Blum dut être relativement pénible pour les autres usagers, vu le bruit que nous faisions. Ma vie était parfaite, merveilleuse, je ne souhaitais rien d’autre que de rester toujours auprès de ces cinq personnes que j’aimais, me promettant de ne jamais m’en éloigner, quoi qu’il se passe. Jeanne s’ébroua comme un chien devant la porte de l’immeuble avenue Ledru-Rollin, c’était sa technique pour dessaouler juste avant d’affronter la concierge. Nous traversâmes à pas de loup la cour intérieure pour l’attendre en rang d’oignons devant l’ascenseur, où elle nous rejoignit, Emma emmitouflée dans une couverture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
BlanquitaBlanquita   10 mai 2016
Les heures s'égrainèrent sans que je réussisse véritablement à me concentrer, je passai mon temps à jeter des coups d’œil à mon portable m'assurant plusieurs fois de suite qu'il n'était ni sur vibreur ou en mode silencieux, ni déchargé. Cette attitude me fit rire jaune ; la dernière fois que j'avais scruté mon téléphone de cette façon, c'était pendant les vacances à Loumarin, et j'attendais désespérément des nouvelles de Bertrand. Celui-là même qui travaillait à quelques mètres de moi. Aujourd’hui, c'était Marc qui ne me répondait pas. Allais-je devoir passer le reste de ma vie à attendre des coups de téléphone providentiels qui ne viendraient pas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
rkhettaouirkhettaoui   17 avril 2016
Avec le recul, je comprenais mieux pourquoi j’avais réussi à trouver le mien à la dernière minute. Contrairement à tous mes camarades d’école de commerce, prêts à turbiner comme des malades, je ne l’avais pas cherché dans l’idée de me défoncer pour décrocher mon premier CDI. J’étais partisane du moindre effort et je savais ce que j’aimais : manier mes deux langues – le français et l’anglais – et permettre aux gens de communiquer entre eux. J’adorais parler. Plus bavarde que moi, ça n’existait pas. À force de mettre mon nez dans l’annuaire des anciens de l’école, j’étais tombée sur les coordonnées de cette agence d’interprètes dans le milieu des affaires, j’avais envoyé mon CV, eu un entretien avec l’assistante du patron, et le problème avait été réglé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
jeunejanejeunejane   08 janvier 2018
Marc était complètement détaché du pratique, la seule chose qui comptait pour lui était la dimension sentimentale et affective des choses. Ça me semblait complètement ahurissant et si éloigné de ce que je vivais au quotidien...
Commenter  J’apprécie          290
Videos de Agnès Martin-Lugand (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Martin-Lugand
Interviews croisée des auteures Agnès Martin-Lugand ("À la lumière du petit matin", éd. Michel Lafon), et Agnès Ledig ("Dans le murmure des feuilles qui dansent", éd. Albin Michel), aux micros de Laurence Bellon et Constance Lecat.
autres livres classés : working girlVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

"Les gens heureux lisent et boivent du café" d'Agnès Martin-Lugand

Quel est le nom du meilleur ami de Diane ?

Colin
Jack
Edward
Félix

11 questions
250 lecteurs ont répondu
Thème : Les gens heureux lisent et boivent du café de Agnès Martin-LugandCréer un quiz sur ce livre
.. ..