AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Citations sur J'ai toujours cette musique dans la tête (53)

jeunejane
jeunejane   05 juin 2019
Jusque-là, j'arrivais à les faire rêver avec peu de chose, en construisant des châteaux-forts, en me déguisant avec eux. C'était encore facile d'être leur dieu. Dans quelques années, que penseraient-ils de moi, si je ne faisais rien de plus ?
Commenter  J’apprécie          180
veroniquemasagu
veroniquemasagu   30 juillet 2018
P 365 : Si me sacrifier me permet de le sauver, de faire qu’il existe encore d’une façon ou d’une autres, je le ferai. Mais tu n’auras jamais sa vie. Parce que je ne serai plus jamais heureuse, les enfants non plus. Yanis est notre souffle, notre énergie, notre lumière, toi, tu seras notre enfer, nos ténèbres.
Commenter  J’apprécie          100
rkhettaoui
rkhettaoui   18 mars 2017
Nous connaissions chaque parcelle de nos corps, nous savions quel geste, quelle caresse ferait frémir l’autre, et pourtant à chaque fois que nous faisions l’amour, nous explorions une nouvelle facette, un nouveau plaisir. Nous redécouvrions la connaissance que nous avions de l’autre et de ses désirs. La peau chaude des mains de Yanis, alliance de callosité et de douceur, me faisait toujours tressaillir, trembler, ses baisers provoquaient toujours autant de musique dans ma tête et mon cœur. Il regardait avec un mélange d’adoration et d’admiration mon corps marqué par mes trois grossesses. Pour lui, mon ventre qui ne serait plus jamais plat, mes hanches plus larges, les quelques vergetures et mes seins moins volumineux depuis que j’étais maman m’avaient rendue plus attirante encore à ses yeux, plus sexy. Il me rendait belle.
Repus d’amour, somnolents, dans les bras l’un de l’autre, nous luttions contre le sommeil. Comme pour faire durer la magie de la journée.
Commenter  J’apprécie          70
mlseditions
mlseditions   07 juin 2017
il y avait encore six mois de ça, avant que Yanis se mette à son compte, avant que tout m'échappe, avant que je ne comprenne plus rien, ce soir aurait été un soir normal. Aujourd'hui, ce dîner représentait un véritable événement, nous étions cinq à table. Yanis nous faisait l'honneur de sa présence. Enfin, de son enveloppe corporelle, puisqu'il n'ouvrait la bouche que pour ingurgiter son satané pinard.
Commenter  J’apprécie          60

leslivresmapassion
leslivresmapassion   11 août 2020
Elle se cramponna à moi, passa ses mains dans mes cheveux, se colla de plus en plus fort contre mon corps. Ce baiser me donna le tournis, le vertige. Je crois qu'on ne s'était jamais embrassés de cette façon. Puis elle arracha sa bouche de la mienne. Elle laissa son visage contre le mien, j'ouvris les yeux et découvris deux grosse larmes sur ses joues. Je les essuyai, et frottai mon nez contre le sien.
- Ne te méprends pas, murmura t-elle. Tout va bien, très bien , même.
Commenter  J’apprécie          50
didinne
didinne   05 juin 2018
i l y avait encore six mois de ça, avant que Yanis se mette à son compte, avant que tout m'échappe et avant que je ne comprenne plus rien, ce soir aurait été un soir normal.
Commenter  J’apprécie          50
Saiwhisper
Saiwhisper   03 octobre 2017
Il avait planté ses yeux dans les miens.
- Véra… J’ai comme une musique dans ma tête.
- Moi aussi…
Le métro s’était arrêté. Et il m’avait embrassée. Ce n’était plus une simple musique que j’avais dans la tête. C’était un concert philharmonique.
Commenter  J’apprécie          50
benifabs
benifabs   13 septembre 2017
A mesure que je m’enfonçais, lui rayonnait davantage. A croire qu’il me pompait mon énergie. Il pouvait bien, après tout je lui pompais son fric. (Page 258)
Commenter  J’apprécie          50
DianeRocch
DianeRocch   05 mars 2020
Je m’étais cru dans un jeu vidéo où les vies se rechargent au bout d’une heure ou deux, sauf que, dans la vraie vie, on n’a pas de seconde chance. Finalement, j’avais joué à la roulette russe, et j’étais tombé direct sur la balle.
Commenter  J’apprécie          40
Saiwhisper
Saiwhisper   03 octobre 2017
J’étais fatiguée de tout ça. Tous ces mots, toutes ces paroles, tous ces retournements m’ébranlaient, je ne savais plus où j’en étais. Qui manipulait qui, à la fin ? Je voulais que ça s’arrête. Je fermais les yeux, des larmes roulèrent sur mes joues.
Commenter  J’apprécie          40




    Acheter ce livre sur

    LirekaFnacAmazonRakutenCultura





    Quiz Voir plus

    "Les gens heureux lisent et boivent du café" d'Agnès Martin-Lugand

    Quel est le nom du meilleur ami de Diane ?

    Colin
    Jack
    Edward
    Félix

    11 questions
    311 lecteurs ont répondu
    Thème : Les gens heureux lisent et boivent du café de Agnès Martin-LugandCréer un quiz sur ce livre