AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
4,1

sur 362 notes
Yvan_T
  28 avril 2021
« La Datcha » invite à suivre les pas d'Hermine, une jeune femme sans repères, cabossée par la vie, abandonnée dès l'enfance, qui croise par hasard la route de Jo, tenancier d'un hôtel provençal. Une vieille ferme restaurée, rebaptisée « La Datcha », où les vacanciers viennent certes se ressourcer, mais où elle va non seulement trouver un endroit où poser ses valises, mais également une véritable famille d'accueil…

« La Datcha » c'est une auteure qui a l'intelligence d'effectuer un bond de vingt ans après le premier chapitre, dévoilant une héroïne mariée, mère de deux enfants et véritable pilier de l'établissement qui la accueilli. Entretenant le mystère au fil des pages, Agnès Martin-Lugand effectue ensuite de nombreux allers-retours dans le temps, levant non seulement le voile sur les évènements qui se sont déroulés durant ces vingt ans, mais révélant également des secrets enfouis bien plus profondément, datant d'avant son arrivée à la Datcha !

« La Datcha » c'est un lieu charmant où j'ai adoré séjourner. Un hôtel à l'ambiance familiale dont je suis immédiatement tombé sous le charme. Un endroit qui sera même parvenu à me faire danser sur de la musique tsigane, mais où j'aurai tout de même pris du poids à force d'y manger de succulentes ravioles au pesto. C'est donc bel et bien lire qui me fait grossir !

« La Datcha » c'est une brochette de personnages attachants, voire inoubliables. Une véritable famille qui vous accueille les bras ouverts. de Hermine, jeune femme blessée en pleine reconstruction, à Jo et Macha, les propriétaires qui ont su insuffler de la magie à l'endroit, en passant par leur fils Vassili ou Charly, le cuistot de l'hôtel.

« La Datcha » c'est la plume immersive d'Agnès Martin-Lugand, qui donne véritablement vie à ce havre de paix où il fait tellement bon de passer un peu de temps. Une narration débordante d'humanité qui vous lie aux personnages et vous invite à partager leurs émotions, le tout en abordant des thèmes sensibles tels que l'amour, l'abandon, la filiation et le deuil.

Comment ne pas vous recommander un roman dont la playlist sur Spotify débute par un titre de Janis Joplin et qui se referme avec le regret de quitter non seulement des personnages attachants, mais surtout un endroit qui continue de faire rêver après l'avoir abandonné : La Datcha !
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          767
Iboo
  10 juin 2021
Ayant déjà été grugée par ces nouvelles auteures qui pondent, chaque année, un best-seller - best-sellers tous calqués sur le même schéma bien plan-plan, à l'écriture plus que moyenne et dont l'histoire insipide est téléphonée dès les premières pages - je nourris une méfiance certaine à leur égard et n'aurais, de moi-même, pas acquis ce livre.

Seulement voilà... Amélie, ma petite infirmière avec qui j'entretiens des liens amicaux, a tout lu de cette auteure (dont, personnellement, j'ignorais jusqu'au nom) et elle a littéralement adoré ce bouquin qu'elle m'a conseillé avec enthousiasme.
Moi qui, en raison de mon âge, suis libérée de toutes les contraintes familiales et professionnelles, jouissant de tout mon temps, j'aurais jugé parfaitement déplacé de me la jouer pédante envers Amélie.
Amélie, maman de deux jeunes enfants, commençant son taf d'IDE dès 7h00 le matin jusqu'à 20h00, voire 21h00, rentre chez elle harassée, n'a guère le temps de lire et surtout pas de se retourner le cerveau après des journées moralement bien éprouvantes.
Elle sait ma passion de la lecture et, très touchée de la confiance qu'elle me faisait en partageant librement avec moi son engouement pour ce roman, j'ai donc acquis ce livre sans hésiter.

Bon... même s'il est certain que, dans moins d'un mois, j'aurais tout oublié de cette Datcha, sa lecture n'a pas été le calvaire auquel je m'attendais en mémoire de deux ou trois critiques assassines que j'ai publiées par le passé sur des ouvrages du même type.

Certes, une redondance assez pesante sur les exigences du travail dans l'hôtellerie-restauration : les saisons, les horaires, l'absence de vie privée... Vivant depuis quarante-cinq années dans une région touristique en bord de mer, j'ai longtemps exercé dans ce secteur d'activité et connais tout ça par coeur. Par conséquent, lire, relire et re-relire, les mêmes situations, dans les mêmes termes, durant les deux-tiers du bouquin était un tantinet gavant pour ce qui me concerne.
Néanmoins, les caractères des personnages et leur histoire sortaient des sentiers habituellement battus par ce genre de roman et n'ont pas manqué de m'intéresser, je l'admets.

Je conclurais en confirmant ce sentiment qui est le mien depuis toujours : il existe, en ce bas monde, des livres pour tous et pour chacun et nul n'est mandaté pour porter un jugement de valeur sur nos goûts en la matière ni sur le plaisir, ou non, qu'on en retire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4314
fabienne1809
  21 avril 2021
❤ Coup de coeur ❤
https://youtu.be/6NZ1Jx48stc

Ce dernier roman d' Agnès Martin-Lugand est un nouveau coup de coeur pour moi. C'est presqu'une habitude avec chaque roman de cette auteure. Et pourtant, à chaque fois, je me dis que je vais examiner de plus près les mécanismes qui font que l'auteure parvient à rendre ses personnages attachants ainsi que ce qui est mis en place pour faire naître en moi des émotions intenses. Eh bien, c'est encore raté cette fois. L'auteure m'a touchée en plein coeur d'emblée et entraînée dans la tourmente que vivent ses personnages sans que je puisse en comprendre les ficelles.

Hermine, le personnage principal, est une jeune fille abîmée par les abandons qui ont émaillé son parcours de vie. Elle a un petit air de sauvageonne lorsque Jo la rencontre. Il est un peu ours, mais elle n'a vraiment rien à perdre.

La datcha, qui donne son titre au livre, est l'endroit qu'Hermine va découvrir, dans lequel elle va s'investir, au risque de tout perdre. C'est un endroit qui a une âme et dont j'ai l'impression d'avoir l'image dans la tête. J'ai l'impression de voir briller la veilleuse allumée chaque soir dans le hall…

Comme dans ses précédents romans, l'auteure crée des personnages tous plus attachants les uns que les autres et pourtant si différents (Macha, Jo, Charly…) .

Macha est d'origine russe. Elle est particulièrement bienveillante et donne des petits noms affectueux en langue russe. En tant que lectrice, je me suis sentie comme personnellement dorlotée par cette femme sublime.

Vous pensez sans doute que j'ai dévoré ce livre en une après-midi. Eh bien non, j'ai voulu passer plusieurs soirées en compagnie d'Hermine… Et vous savez, si Agnès Martin-Lugand me lisait ou voyait la vidéo que j'ai consacrée à ce livre, eh bien, je lui suggérerais d'écrire un roman sur les 21 premières années de la vie d'Hermine, dont on sait finalement très peu de choses !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Sourisetdeslivres
  30 mars 2021
Bienvenue à la Datcha

Je ne savais rien de ce livre avant de le commencer juste son titre.
Je n'ai rien voulu lire.
Je voulais ouvrir ce nouveau roman et laisser Agnès me conter son histoire.

C'est étrange, car je n'ai jamais rencontré l'auteure ; (c'est un rêve, même si je ne sais pas si je pourrais aligner 2 mots
intelligibles), mais j'ai immédiatement entendu sa voix quand j'ai lu la première page.

Une voix que j'ai imaginée depuis 2013.
Une voix que j'ai toujours écoutée même quand j'adhérais moins à ce qu'elle avait à me raconter.
Ici, à la Datcha, je me suis laissée totalement porter par sa voix.
Je l'ai laissée m'emmener visiter la datcha et ses propriétaires.

Je ne peux pas expliquer ce lien que j'ai avec ses livres, je ne cherche même pas à l'expliquer, mais tous me parlent.
Tous touchent de près ou de loin à quelque chose que j'ai vécu, que j'ai connu.
Agnès Martin-Lugand a touché une fois de plus à une blessure, à une faille pourtant bien cachée de mon enfance.
Ses livres, certains plus que d'autres sont comme écrits pour moi.
Ce n'est pas la seule auteure à avoir ce pouvoir sur moi. (Tu verras tout bientôt de qui d'autres je parle)

Revenons au livre, on va suivre Hermine. L'héroïne de ce livre. On lit son arrivée à la datcha lors du 1er chapitre puis on bascule 20 ans plus tard.
Tu restes un bon moment dans le même flou, dans la même inquiétude, dans la même incertitude qu'Hermine concernant son avenir et celui des personnes chères à son coeur.
Les réponses aux questions pourraient ébranler toute sa vie.
Son stress, sa tristesse je les ai pris de plein fouet.

Évidemment, je ne te dirai pas de quoi il s'agit ni même ce qu'est la datcha à part un lieu.

« Doucha moya »

Je peux juste te dire qu'il est question de deuil, de liens plus forts que ceux du sang, de la peur de l'abandon, d'amour parental, des coups très durs de la vie.
De la signification d'un foyer quand on a pour toute possession qu'un sac à dos. de chanson tsigane, d'enfants et de personnes âgées
Du temps qui passe trop vite ; sans qu'on ait eu le temps de se préparer, de volonté et d'amour à toute épreuve.
De loyauté. de vivre pleinement ses émotions et ses ressentis pour ne pas se laisser ronger par les remords, les regrets ou de la négativité. Il parle aussi de main tendue et du destin qui te remet des clés entre tes mains.
Il te parle des racines celles ancrées profondément et celles qui peine à pousser par peur de se retrouver arrachées.
Les racines que l'on crée et celles que l'on a toujours eues, mais qu'on a étendues à d'autres.
Les racines que tu déploies au fil du temps.
Les racines de la datcha si tu décides de lire ce livre

Agnès Martin-Lugand laisse planer le suspens, elle entretient le mystère autour de son héroïne.
Elle te parle de l'amour qui fait du bien, qui soigne, qui répare et qui fait grandir.
L'amour qui blesse et l'amour qui se tait pour protéger.
L'amour qu'on comprend sans les mots et celui qui se dit chaque jour.
Celui qui fait peur, car il s'approche dangereusement du mur érigé et celui qui fait exploser les murailles dressées.

Quand j'ai ouvert la Datcha ; le temps s'est arrêté.
Rien n'aurait pu me déconcentrer, grâce au talent incroyable de conteuse de l'auteure, je me suis laissée porter hors du temps ; me laissant bercer par les mots d'Hermine, la gamine.

Ce livre a parlé à la petite fille qui est en moi, à l'adolescente, à la femme et à la mère, à la gamine ; ce livre a posé un regard bienveillant sur chacune d'elle et l'a apaisée.
Ce roman lui a susurré que tout ira bien, j'ai fermé la dernière page, j'ai serré le livre contre mon coeur et enfin les yeux mouillés, j'ai relevé la tête.

Je lève la tête, je vois Macha toujours élégante dans sa robe bleu — marine, un chignon bas, son port de tête altier.
Elle lève le bras, elle me fait signe et me signifie par là que ce n'est pas un au revoir.
Qu'elle restera auprès de moi !
Je la vois à bord de sa Méhari, les mèches folles au vent de sa voiture décapotée sillonnant ces routes qu'elle connaît par coeur.
Je vois sur l'allée de platane Hermine me sourire depuis le perron de la datcha.
Je tourne la tête et je vois le moulin, les cyprès et les oliviers. Les vignes et les champs à perte de vue.
J'observe au nord, le Ventoux et les monts du Vaucluse ; au sud le Luberon.

« Va, Goloubka, va. »

En faisant ce geste de fermer le livre, car je viens de terminer le récit, je ressens ce sentiment, une fois plus, d'être orpheline, qu'on m'enlève une part de moi, une part d'eux.
Qu'une part de moi est restée auprès d'eux, mais je sais aussi que je les reverrai comme je revois souvent Diane, Reine, Hortense ; Véra ; Iris ; Yael et Ava ; toutes sont là ; surtout Diane et Reine que je n'ai jamais vraiment réussi à oublier. Hermine et Macha viennent de les rejoindre.

J'ai tant aimé la sérénité des lieux, j'ai été apaisée par ses murs et ses micocouliers, la balancelle de Mâcha et ses lauriers.
J'écoute Jo fredonner « la belle vie », Macha parle au téléphone en russe, j'entends le rire tonitruant de Gaby. Je perçois la timidité de Charly et ses ravioles que je rêve de goûter dans sa cuisine avec Jo et la gamine.

J'ai levé la tête vers le soleil, je n'étais plus chez moi, mais là-bas.
J'ai offert mon visage au ciel, regardé vers la cime des arbres, ces micocouliers de Provence.
J'ai senti le soleil sur ma peau.
J'ai enregistré chaque détail de chaque pierre avant de dire au revoir, car ce n'est pas un adieu à la datcha.
Le village de Goult, les murs de la datcha, sa bibliothèque, sa terrasse, ces terres de Provence sont imprégnés en moi.
Je sais que la Datcha sera là pour m'accueillir quand j'en aurai besoin comme Reine se tient toujours sur les remparts de Saint Malo m'attendant un jour, comme Diane est assise et m'attend pour boire ce café depuis tant d'années.

Je te confie les clés de la Datcha à toi qui me lis et qui ne connais pas encore ce livre.
Je te fais confiance ; tu sauras prendre soin de ce roman et de ces personnages.

Je t'écris cet avis avec mon émotion, mon coeur, mon âme et mes larmes.
Je te donne ces mots ; tu en feras ce que tu veux.

Lien : https://unesourisetdeslivres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
prune42
  06 avril 2021
La Datcha, c'est un hôtel en Provence tenu par Jo et Macha où se côtoient des couples, des familles, des personnes célèbres ou des inconnus. C'est ici qu'il y a 20 ans, Hermine a trouvé refuge alors qu'elle ne savait plus où elle en était. Aujourd'hui, elle a bien changé, elle s'épanouit dans son métier et sa vie. Mais la mort de Jo, suivie peu après par celle de Macha, va tout bouleverser. Que va devenir Hermine ainsi que tous ceux qui travaillent à la Datcha ? L'arrivée de Vassili, le fils de Jo et Macha, va provoquer beaucoup d'inquiétudes et raviver des souvenirs chez Hermine alors qu'elle croyait la page tournée.

Comme à chaque parution d'un nouveau roman d'Agnès Martin-Lugand, j'attendais ce moment avec une grande impatience. En effet, je suis fan de cette auteur depuis son premier livre et j'achète chaque année son nouveau roman, n'attendant pas longtemps après sa sortie. J'étais aussi impatiente de le commencer, d'autant plus que mes amies lectrices qui l'avaient lu étaient vraiment positives à son sujet.
Par rapport à certains de ses anciens romans, mon coup de coeur pour celui-ci a été légèrement moins fort. Personnellement, j'ai trouvé le rythme plus lent, surtout dans la première moitié du livre, il se passe relativement peu de choses, le ton est plus introspectif. J'ai plus apprécié la deuxième partie du roman avec l'arrivée de Vassili qui va introduire une ambiance nouvelle, plus de sentiments, de ressentis.
Je me suis vraiment attachée au personnage principal d'Hermine, comme à chaque fois dans les romans d'Agnès Martin-Lugand, encore plus dans le dernier tiers du livre où j'aurais eu envie d'entrer dans l'histoire pour apporter ma touche personnelle, bouleverser les choses.
L'écriture est ici toujours aussi agréable, ce roman se lit avec plaisir et peut être découvert en quelques heures sans mal, je pense.
Avec du recul, je dirais donc que si j'ai un peu moins aimé ce roman que certains autres, c'est à cause du rythme plus lent et aussi sans doute de la fin que j'aurais aimé différente, plus romanesque, plus intense, comme dans certains romans de cette auteur. J'ai néanmoins passé un excellent moment avec ce nouveau roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
Hippocampelephantocamelos
  15 avril 2021
Comme tous les ans à cette époque, j'attends avec impatience le dernier roman d'Agnès Martin-Lugand, autrice découverte durant la rédaction de mon mémoire de master de musicologie, il y a quelques années. Si c'était donc sûr que j'allais lire ce roman, il m'interpellait d'autant plus par son titre: la Datcha. Depuis mon arrivée dans mon Grand Est, je prends des cours de russe (j'ai toujours voulu apprendre cette langue qui me fascine, et des cours étaient donnés à deux pas de chez moi). C'est donc ma troisième année. Cela m'a rappelé ce cours où nous avions étudié un texte qui parlait justement d'une дача, cette résidence secondaire paisible. J'ai ouvert la porte de cette Datcha provençale, pas comme les autres…

Hermine, qui déteste son prénom, a eu une enfance compliquée, sans repère. Sortie d'un foyer, elle fait la rencontre de Jo. Sans savoir pourquoi, jeune adulte, elle le suit. Très vite, elle prend ses repères dans cette nouvelle demeure, un hôtel provençal, qui est maintenant aussi la sienne, auprès de Macha et de Jo, ses parents adoptifs. Les années ont passé, et vingt ans plus tard, Jo tire sa révérence. Macha n'a plus le goût de vivre sans son mari. Comment Hermine va-t-elle rebondir ? Qu'adviendra-t-il de la Datcha, désormais sa seule maison ?

Comme pour tous les romans de cette autrice, le lecteur s'imagine de façon détaillée les lieux, les personnages. Impossible de ne pas vous figurer la Datcha, ses multiples lumières les soirs de fête, la bibliothèque, les passages secrets, le Moulin. On vit dans l'ombre, aux côtés des personnages, comme un caméraman qui filmerait en direct ce livre. Une histoire de famille, où les repères de toute une vie sont mis à mal. Des départs, des adieux, des retrouvailles : une illustration d'une tranche de vie. La Datcha est bien plus qu'un simple hôtel: elle est l'écrin de tous les secrets d'Hermine. A nous de prendre les clés de notre Datcha et d'y voir le reflet de notre vie…
Lien : https://hipelos.home.blog/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Chroniqueuse
  06 avril 2021
Quand les vacances approchent, on cherche naturellement un endroit féerique pour oublier les tracas du quotidien . Lâcher prise pour se reconnecter en famille , en couple ou seul , au soleil . Par l'ajout d'un accueil chaleureux , la clientèle se fidélise . Elle prend plaisir à passer des moments inoubliables et conviviaux . Ce lieu magique qui respire le bien-être si vous cherchez des instants de bonheur se trouve dans le nouveau roman d'Agnès Martin-Lugand paru aux éditions Michel Lafon s'intitule “La Datcha “.

Auteure à succès , Agnès Martin-Lugand attise toujours mon attention sur ces romans . Elle se déploie à nous faire passer un agréable moment de lecture tout en intégrant des thématiques sensibles comme la mort , le deuil , la séparation du couple , entre autres . Ce nouvel ouvrage faisait partie de ma Whishlist , il me tardait de vous en parler .

Depuis sa naissance , Hermine ne connait pas l'amour . Avec une mère indifférente à son appel , elle erre dans les rues . En quête d'un emploi , Hermine est plongée dans la tourmente du lendemain. le hasard a voulu qu'elle rencontre un homme au nom de Jo qui lui propose un travail dans son hôtel à la campagne. Elle se retrouve ainsi à travailler pour lui et sa femme Macha . A 21 ans , Hermine est une jeune fille usée par la douleur . Il est difficile d'obtenir sa confiance et pourtant …

La bonté et la bienveillance transforment bien des coeurs endurcis par l'existence. Jo et Marcha en sont la preuve de la transformation d'Hermine devenue femme, épouse, mère, vingt ans plus tard. Leur amour envers elle a produit un miracle. La vie est belle sous tout rapport malgré sa séparation avec Samuel . Hermine en quête identitaire trouve son indépendance chez ce couple .

La Datcha “ nous apporte des moments de souffrances face à la perte d'un être cher , des instants de réflexions face à cette violente rupture . C'est intense et authentique . le décès soudain de Jo va bouleverser ce lieu apaisant qui respirait la joie. Ce départ est une torture pour tout le monde révélant bien des secrets enfouis . L'écrivaine nous donne accès à des confidences troublantes tout en gardant un peu de mystère . A croire que tous les personnages vivaient dans une bulle de bonheur sans se soucier du vécu de l'autre antérieurement. Tout était soigneusement rangé dans le coeur de chacun . La discrétion était le compagnon de tous les habitants de ce coin magnifique aussi complices soient-ils . On se sent habité par une énigme à déceler durant cette lecture .

Agnès Martin-Lugand puise d'une plume magistrale pour nous sensibiliser sur son roman qui est également synonyme de douceur , d'indulgence , et de pardon . Un véritable tsunami d'émotions vous attend dans “la Datcha” qui se livre à coeur ouvert doucement , ouvrant une porte vers la réconciliation et la paix intérieure.
Lien : http://chroniqueuse6.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Billie72
  06 mai 2021
J'ai hésité à me lancer dans la lecture de « la Datcha » mais le titre m'attirait, et les nombreux avis positifs ont achevé de me convaincre. le mien sera hélas plus nuancé…

J'ai retrouvé la plume tout en douceur de Agnès Martin-Lugand découverte lors de ma lecture de J'ai toujours cette musique dans la tête, que j'avais bien aimé. Mais dans La Datcha, le ton est plus introspectif et le rythme trop lent pour moi (surtout dans la première moitié du roman). Certes les premiers chapitres permettent de s'imprégner de l'atmosphère du lieu, et de se demander quels liens vont unir les personnages, mais j'avoue m'être un peu ennuyée, et avoir (un peu) préféré la suite.

Au final je déplore aussi une histoire trop prévisible ; on « soupçonne la fin » dès le début... Bien évidemment, cela n'est qu'un ressenti personnel. Si ce roman ne me laissera pas un souvenir impérissable, la lecture en a été agréable, et je pense qu'il saura séduire de nombreux lecteurs et lectrices en recherche d'une histoire empreinte de douceur, de mélancolie mais aussi d'espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          185
booksandcookieslovers
  25 mars 2021
Dans ce nouveau roman d'Agnès Martin-Lugand, nous allons rencontrer Hermine, une jeune femme torturée par la vie, qui au détour d'un café va voir sa vie changer. Elle va intégrer la famille de la Datcha. La Datcha c'est un havre de paix, un air de vacances, c'est entendre les rires des enfants et les confidences des adultes. La Datcha, c'est plus qu'un hôtel, c'est une âme.
Ce roman est une grosse claque. J'ai retrouvée la plume des débuts de l'autrice. J'ai retrouvée cette plume très douce, très humaine,qui vous transporte en quelques phrases. Cette plume qui m'a tant fait pleurer dans Les Gens Heureux Lisent et Boivent du Café.
Les personnages de la Datcha, sont incroyables, pleins d'espoir, de douceur, de rêves.
C'était une immersion totale, je me suis vu dans cet hôtel. Je pense pouvoir dire que c'est un énorme coup de coeur pour moi. J'ai pleurée autant que j'ai put sourire. J'ai ressenti les émotions des protagonistes à m'en donner mal au ventre.
Je voudrais connaître un jour un endroit comme la Datcha où flotte les airs de musiques Tziganes, les rires et l'odeur des ravioles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Arthore
  30 avril 2021
Un livre d'Agnes Martin Lugand est toujours synonyme de parenthèse : une lecture facile, douce qui n'apporte pas de surprise sur le thème central mais qui va nous faire vivre quelques heures aux côtés de personnages attachants.
Avec La Datcha l'auteure remplit une nouvelle fois le contrat.
Nous nous trouvons transportés dans le sud au sein d'un hôtel de charme dont on imagine les platanes et la terrasse devant la piscine, la veilleuse de la réception le soir lorsque tout le monde est couché, et dont on a en bouche le goût des ravioles et du verre de vin du Ventoux.
Au sein de cet hôtel, des personnages de caractère, Jo et Macha le couple qui a fondé ce coin de paradis; Samuel, Charly, Gaby qui font tout pour satisfaire les clients et surtout Hermine, jeune femme qui vit à la datcha pour la datcha.
Arrivée 20 ans plus tôt, cabossée par la vie, perdue, c'est dans ce lieu magique qu'elle va se construire, rencontrer son futur mari et avoir deux enfants.
Mais tout va basculer avec le retour forcé de Vassily, le fils de Jo et Macha.
En dire plus serait dévoiler une histoire qui ne réserve que peu de surprise. Mais ce n'est pas très grave... on se sent bien dans ce petit coin du sud de la France.
Un roman qui ne laissera pas un souvenir impérissable mais qui fera du bien pour sa légèreté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

"Les gens heureux lisent et boivent du café" d'Agnès Martin-Lugand

Quel est le nom du meilleur ami de Diane ?

Colin
Jack
Edward
Félix

11 questions
291 lecteurs ont répondu
Thème : Les gens heureux lisent et boivent du café de Agnès Martin-LugandCréer un quiz sur ce livre

.. ..