AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Citations sur Nos résiliences (43)

fabienne1809
fabienne1809   20 mai 2020
Les jours qui suivaient son retour, Xavier était toujours ailleurs, toujours un peu loin, toujours un peu soucieux. La même question me hantait ; avait-il fait le voyage de trop ? Celui dont il ne reviendrait pas. Son esprit était-il encore là-bas ?
Commenter  J’apprécie          180
prune42
prune42   25 juillet 2020
Quand une histoire débute, on est dans l'euphorie, dans le désir insatiable, on veut s'aimer, on veut se prendre, ne jamais être séparé ou alors juste le temps de susciter une frustration jouissive qui sera apaisée dans un corps à corps passionné.
Commenter  J’apprécie          150
jeunejane
jeunejane   15 décembre 2020
- Son regard partit au loin, il pensait à sa femme, tout comme je pensais à Xavier. Nos douleurs étaient similaires. Malgré l'incongruité de la situation, il y avait un je-ne-sais-quoi de rassurant à ne plus se sentir seule.
Commenter  J’apprécie          130
Elodieuniverse
Elodieuniverse   19 mai 2020
Le manque, la faim de nous appartenir nous emmenaient dans un autre monde, notre monde. Il fallait le recréer, nous réadapter, nous le réapproprier.
Commenter  J’apprécie          130
BRAEM
BRAEM   12 juin 2020
Même dans une grande histoire d'amour, rien n'est acquis, il faut sans cesse en prendre soin et l'alimenter.
Commenter  J’apprécie          80
RLSblog
RLSblog   05 mars 2021
- On s'est perdu tous les deux, on a oublié qui nous étions... On voulait juste survivre, même si on en paye le prix aujourd'hui. Je veux te retrouver, je veux nous retrouver...Je t'aime, si tu savais comme je t'aime...
- Encore ? sanglotai-je.
- Ça ne ferait pas si mal si je ne t'aimais plus.
Commenter  J’apprécie          50
LeGuideDuLivre
LeGuideDuLivre   20 octobre 2020
Page 314 : "La route se fit en silence, Xavier n'arrêtait pas de faire tourner son alliance autour de son annulaire. C'était la première fois que je le voyais le faire depuis l'accident."
Commenter  J’apprécie          30
GODINHO
GODINHO   27 septembre 2020
" ne t'attache jamais trop, mon Ava, les artistes ne nous appartiennent pas, il faut savoir les laisser partir "
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui
rkhettaoui   27 mai 2020
Mon père était un funambule des mots. Cela s’était imprimé dans chaque fibre de mon être, j’avais absorbé cette passion, elle était devenue mienne. Le sens de la communication, cet art de la séduction et cet amour pour les artistes qui étaient le propre des galeristes s’étaient inscrits en moi d’une manière irrévocable. Je laissais Grand-Père dire que ses gènes l’avaient emporté sur ceux de maman, sachant pertinemment que contredire un vieil homme buté comme lui aurait été une dépense d’énergie inutile.
Commenter  J’apprécie          30
fabienne1809
fabienne1809   20 mai 2020
Mon père était un funambule des mots. cela s'était imprimé dans chaque fibre de mon être, j'avais absorbé cette passion, elle était devenue mienne. Le sens de la communication, cet art de la séduction et cet amour pour les artistes qui était le propre des galeristes s'étaient inscrits en moi d'une manière irrévocable.
Commenter  J’apprécie          30




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    "Les gens heureux lisent et boivent du café" d'Agnès Martin-Lugand

    Quel est le nom du meilleur ami de Diane ?

    Colin
    Jack
    Edward
    Félix

    11 questions
    291 lecteurs ont répondu
    Thème : Les gens heureux lisent et boivent du café de Agnès Martin-LugandCréer un quiz sur ce livre