AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714456839
Éditeur : Belfond (14/08/2014)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 73 notes)
Résumé :
Claire, Juliette et Kader ont un peu plus de vingt ans, et la vie les a déjà malmenés. Dans un contexte peu accueillant, ils se sont adoptés et ont fabriqué ensemble une nouvelle famille. L'arrivée de l'indomptable Tisha et les tourments enflammés de monsieur Bréhel vont tout bousculer. De Toulouse à Tunis, pris entre amour et amitié, ils se frôlent et se heurtent, mais tentent à tout prix de préserver leur tendresse et leur solidarité.

Jusqu'au jour ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  19 février 2015
Une agression verbale dans le métro. Violente. Et pourtant, personne ne bouge. Ou presque. Une femme prend à part l'agresseur, lui parle en douceur tandis que la victime, Tisha, grande Black, s'est repliée dans un coin. Claire a tout vu et s'en veut de n'être pas intervenue. Aussi, lorsque la jeune femme agressée sort du métro, elle la suit pour être sûre que rien de grave ne lui arrive. Rien sauf qu'elle n'a pas d'endroit où dormir ce soir. Claire lui ouvre grand les portes de son appartement qu'elle partage avec Kader et Juliette. Ils travaillent tous les trois, plus ou moins précairement. Kader est manutentionnaire en attendant de trouver un emploi digne de ses études, Juliette, devenue orpheline tragiquement, travaille dans une maison de retraite tandis que Claire, violoncelliste, fait juste quelques ménages. La vie à trois, bientôt quatre, est moins pénible par moment. L'on est content de retrouver quelqu'un une fois la journée terminée, l'on se recréée une famille, l'on partage les factures qui s'accumulent mais surtout les petits riens de tous les jours, les petits bobos, les chagrins, les sourires comme pour se protéger d'un monde qui va toujours plus vite...
L'on suit le quotidien pas si banal des ces quatre vingtenaires au coeur de la ville rose. Tous portent en eux des blessures, profondes, lointaines ou encore vives. L'on découvre aussi leurs failles, leurs faiblesses, leurs chagrins ou leurs rêves. Alors, ils tentent de se construire un quotidien, d'amuser les autres, d'attirer le regard et surtout de rendre cette vie plus agréable. Les amours vaines ou inavouées, les amitiés solides ou improbables notamment en la personne de Monsieur Bréhel, le voisin retraité, se tissent. L'auteur réussit à nous captiver avec ces petits héros du quotidien souvent meurtris, malmenés mais ô combien touchants. Elle dresse de formidables portraits écorchés mais animés d'une force incroyable. Elle dépeint aussi une société bien amère, chaotique et vacillante. Porté par une écriture à la fois forte, sensuelle et délicate, ce remarquable roman, tout en émotions et justesse, regorge d'amour, de tristesse et de force.
Rien... Sauf quand on les aime...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          675
Annette55
  20 mai 2015
Ouvrage lu d'une traite: un récit qui débute comme un grand coup de poing. Une jeune femme , Tisha, se fait agresser et insulter dans un train....Claire, Juliette et Kader vivent en colocation par choix autant que par nécessité. Claire ramène donc Tisha à l'appartement suite à cette agression....qui marque le point de départ de l'histoire et sera son fil conducteur.....
C'est un roman d'ambiance et d'époque, trés contemporain, il brosse la réalité des stratégies quotidiennes et les pensées de ces colocataires, des jeunes de bonne volonté, qui, à vingt ans, doivent se loger,trouver un emploi , faire face à la violence dans les lieux publics, trouver un sens à sa vie, dans un contexte économique difficile.....Des écorchés vifs, chacun selon sa sensibilité et son passé récent.....Claire joue du violoncelle, Kader, un jeune Tunisien est amoureux de Juliette qui se juge "indigne d'étre aimée" et qui pense" que ce qui est beau n'est pas fait pour durer" il faut sans cesse le ressusciter".....Tisha est amoureuse De Claire......
Un livre touchant qui fait mouche, secoue, porté par de trés beaux personnages, pris entre amour, solidarité et amitié entre personnes de génération différente , notamment monsieur Brehel.
C'est un ouvrage porté par une belle sensibilité à la fois tendre et doux , oú les personnages sont désenchantés, malmenés mais combatifs.Un mêlange de solidarité et de violence irriguent ces jeunes gens : tendresse et douceur côtoient violence et passion.....
C'est le portrait interessant d'une jeunesse contemporaine qui se débrouille comme elle peut avec ses faiblesses , ses échecs, sa culpabilité, ses douleurs, ses failles , ses espoirs et sa générosité surtout.....Bref, la vie , quoi!
Un très bel opus découvert grâce à Babelio., qui interpelle !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
Bazart
  15 septembre 2014
Une nouvelle petite chronique de la rentrée littéraire en cette mi septembre : en effet, il est plus que temps d'accélerer le mouvement vu le nombre de livres de la rentrée que je reçois et le peu que j'ai chroniqué jusqu'à présent.
Ce roman, encore une fois, est l'oeuvre d'une romancière française relativement peu médiatique, Frédérique Martin ( qui avait publié un précédent roman le vase où meurt cette verveine dont on avait pas mal parlé mais que je n'avais pas eu la chance de lire.
Sauf quand on les aime est un roman sur l'amitié, l'amour, la culpabilité. On pense beaucoup en le lisant, à un roman d'Anna Gavalda, "Ensemble c'est tout", vu que les deux récits mettent en scène des colocataires, qui vont essayer d'allier leurs différences culturelles et de personnalité pour combattre les épreuves de la vie et l'injustice. Mais "Sauf quand on les aime" est un peu plus réaliste, un peu moins mièvre et un peu plus inscrit dans le contemporain que le roman de Gavalda.
On n'élude pas dans le récit de Frédérique Martin la violence de la société, notamment dans la scène de départ qui se déroule dans un train,alors qu'une une jeune fille est agressée verbalement, devant le silence de tous les passagers, ou presque. Seule une femme osera réagir et s'interposer. Claire, elle, s'en veut de sa peur et de sa lâcheté, et pour se rattraper, aborde Tisha, la victime, et lui propose de venir chez elle, ou plutôt chez eux. Kader, Claire, Juliette, Tisha, et le voisin Monsieur Bréhel vont tenter de s'aider et de combler tous les bleus à l'âme qu'ils possèdent au fond d'eux.
Alors évidemment, on n'évite pas toujours les bons sentiments qu'on sentait venir très vite dans le roman et qui, avouons le, irritent parfois, et ce trop plein de gentillesse, assumée par l'auteur empêche parfois la crédibilité des situations, mais aime ce mélange de violence et de solidarité qui irriguent chacun des personnages du roman ...
Sauf quand on les aime touche par la grande tendresse qui sort de ce joli livre, qui mérite de se distinguer un peu de la prolifération des romans qui sortis depuis presque un mois.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
NCJ
  02 septembre 2015
J'ai été prise dans les filets de l'émotion avec ce livre que j'ai lu en quelques heures.
Quelle chaleur, quelle humanité dans ce petit monde de jeunes colocataires !
J'ai rencontré Claire, Juliette, Tischa, Kader et Monsieur Bréhel, tous différents, mais tous terriblement attachants.
Kader est fou amoureux de Juliette, mais Juliette en aime un autre... un autre qui ne l'aime pas ou plutôt pas comme elle aimerait...
Monsieur Bréhel, le voisin discret est secrètement épris De Claire, cette jolie et délicate violoncelliste qui aime... quelqu'un d'autre.
Ce livre est une histoire de vies croisées, une fiction arrachée à un monde contemporain difficile pour certain, où la violence, l'alcool et la drogue sont souvent les seuls recours ou échappatoires.
J'ai beaucoup aimé l'écriture franche, vraie, fluide et poétique de Frédérique Martin, mais aussi et surtout la bienveillance qui s'en dégage. Je pourrais encore épiloguer sur mon ressenti, mais je préfère vous laisser découvrir ce très beau roman.
Lien : http://uneautrelecture.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
ManouParis
  18 septembre 2015
Juliette, Claire et Khader vivent en colocation. Chacun, pour des raisons différentes, trouve un avantage à partager sa vie avec les autres. Ils se sont ainsi créés une nouvelle famille. Mais la rencontre imprévue De Claire et Tisha va tout bouleverser.
Parce qu'elle n'a rien fait pour la défendre contre cet inconnu qui agressait verbalement Tisha dans le train, Claire lui offre l'hospitalité. Elle regrette de ne pas être intervenue, de ne pas avoir eu le courage d'agir, face à cet homme si menaçant. Tisha accepte l'invitation et les deux jeunes femmes nouent une relation qui va les épanouir mutuellement. L'amour serait-il un remède au mal-être ? Pas certain, pour Khader dont les sentiments ne sont pas réciproques, ou pour Juliette. Ces deux-là ont choisi pour élu de leur coeur un Autre inatteignable.
Malgré les difficultés du quotidien, l'unité de ces quatre jeunes gens est indéniable. Elle est leur bien le plus précieux. Car ensemble, ils sont plus forts. Plus forts que la société, plus solides face à sa violence qui heurte de plein fouet les plus vulnérables : les femmes, les jeunes, les pauvres, les personnes âgées condamnées à la solitude. C'est un sentiment que Monsieur Bréhel, le voisin des colocataires, connait bien. Confrontés à l'absurdité et à la folie du monde, les héros de Sauf quand on les aime ne devront leur salut qu'à l'humanité qui les habite. Auront-ils en eux assez d'espoir et de force pour continuer à se battre, à y croire malgré tout ? Leurs emplois précaires sont un frein à leurs rêves, l'ascenseur social s'est bloqué au mauvais étage, il y aurait de quoi baisser les bras pour moins. de Toulouse à Tunis, entre larmes retenues et sourire doux-amer, le roman distille une petite mélodie qui ne vous quitte plus…
Si j'ai mis autant de temps à vous en parler, c'est parce qu'il m'est difficile d'exprimer à quel point ce roman m'a remué. J'ai été, dès le départ, en totale empathie avec les personnages. Les sujets que le roman aborde me parlent, ma sensibilité va naturellement vers ce genre de thèmes. Mais il ne s'agit pas que de cela. Au-delà d'une histoire bien faite, d'un « scénario » bien ficelé qui nous tient en haleine, il y a le talent d'une auteure que je viens de découvrir. Autant vous le dire, je suis encore sous le choc de cette rencontre. L'écriture de Frédérique Martin est à l'image de ceux qu'elle décrit : d'une fragilité sublime, d'une force vibrante. En fermant les yeux, j'ai presque pu entendre le violoncelle De Claire briser le silence de mon salon. J'ai eu envie que chacun de ces héros ordinaires s'en sortent, qu'ils puissent accomplir leurs rêves. Que la fatalité s'arrête au seuil de leur appartement. J'ai vécu durant deux jours avec eux, comme s'ils étaient mes amis. Ébahie, assommée par la beauté du texte, j'ai avancé dans ma lecture avec un sentiment croissant de tristesse et d'espoir conjugués. Car la leçon à tirer de cette histoire (si tant est qu'il y en ait une) réside dans le message qui traverse tout le livre et que je tairais, vous invitant à vous-même le découvrir.
Un incroyable coup de coeur, de ceux dont on se rappelle longtemps. Un roman à lire de toute urgence, comme on doit boire la vie… jusqu'à la lie !
http://manouselivre.com/sauf-quand-on-les-aime/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

critiques presse (2)
LeDevoir   02 février 2015
Roman d’époque et d’ambiance, il brosse une tranche de réalité qui rend hommage aux pensées et stratégies quotidiennes des jeunes de bonne volonté. C’est une sorte de guide pour traverser ce qu’à vingt ans on perçoit comme d’implacables impasses, un monde qui donne plus envie de cauchemarder que d’y entrer pour y participer.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Actualitte   03 septembre 2014
Cette histoire a un peu la tonalité des romans d'Anna Gavalda ou de Marie-Sabine Roger, se veut moins féroce que le précédent roman mais n'enthousiasme pas avec la même force au final et laisse le lecteur désappointé, pas vraiment convaincu, hésitant trop souvent entre agacement et émotion, ennui et divertissement.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   19 février 2015
On ne refait pas sa vie
On continue seulement
On dort moins bien la nuit
On écoute patiemment
De la maison les bruits,
Du dehors, l'effondrement

Stéphane Eicher, "Tu ne me dois rien" (paroles de Philippe Djian)
Commenter  J’apprécie          360
Annette55Annette55   20 mai 2015
"Nos mains nues
Rincées de larmes
Ne savent plus où trouver
Les mauvaises réponses

Nos lèvres sèches fardées de suie
Butent sur des mots brisés
Nous fouillons dans les cendres
Pour lever des fossettes,
Des clavicules
De tendres poplités,
Et l'écho d'un certain rire
Quand nous éveillerons -nous
À l'immense désir du vivant?"
Commenter  J’apprécie          150
marina53marina53   21 février 2015
Il ira chercher ailleurs un espace dépeuplé, coupé de tout bruit autre que celui de la croissance des racines dans leur obstination à posséder les sols. Seules l’indifférence implacable des roches, la massivité de l’eau, la pesanteur féroce de la terre, ou encore cette obstination sans état d’âme que la plus insignifiante des herbes engage pour durer, lui éviteront de devenir fou à son tour. Il le sait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
marina53marina53   19 février 2015
Il faut toujours s'y coller un jour ou l'autre (…), Sinon, on passe à côté de soi et on disparaît sans s'être rencontré.
Commenter  J’apprécie          300
marina53marina53   21 février 2015
Les gens se cognent dans leurs questions et les réponses leur manquent. Alors ils se bricolent des guides, ils cherchent à s’éclairer.
Commenter  J’apprécie          220
Videos de Frédérique Martin (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédérique Martin
Frédérique Martin : "Je sais que je travaille sur une nouvelle si je connais la chute" .L'écrivaine Frédérique Martin parle de son recueil de nouvelles J'envisage de te vendre, publié chez Belfond. Elle évoque les différences entre le travail d'écriture de roman et celui d'écriture d'un recueil de nouvelles. Elle décrit également le retravail avec son éditeur.
autres livres classés : colocationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3443 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..