AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782290394526
128 pages
J'ai lu (08/11/2023)
3.25/5   36 notes
Résumé :
Une maison dotée d'une intelligence artificielle, ça n'a rien d'extraordinaire. Mais une maison dont chaque poutre porteuse, chaque carreau de marbre abrite une entité pensante non humaine, c'est beaucoup moins courant. Depuis la mort de son génial concepteur un an plus tôt, Rose House est hermétiquement close, conformément au testament de l'architecte. Pourtant, l'IA signale à la police locale la présence d'un cadavre entre ses murs.
Comment cette personne a... >Voir plus
Que lire après Rose HouseVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,25

sur 36 notes
5
0 avis
4
4 avis
3
9 avis
2
0 avis
1
0 avis
Je commence petit à petit à me diriger spontanément vers des récits de type science fiction, ici le dessin de la couverture, le fait que le livre soit court et la quatrième de couverture m'ont tapé dans l'oeil, au pire des cas je n'aurais pas perdu beaucoup de temps sur cette lecture.

J'ai beaucoup aimé celle-ci ou un cadavre serai à l'intérieur de la Rose House, problème seul deux personnes ont accès à cette maison, son propriétaire décéder depuis un bout de temps et une seconde personne que celui-ci connaissait et dont elle était l'apprentie.

Rose House va appeler la police au bout de 24h comme cela a été configuré dans son programme et l'enquête va donc débuter ainsi.

La police ne pouvant accéder seul à Rose House, celle-ci ne débloquant pas l'accès il faut attendre la présence de Selene, ce qui va encore rallonger le délai pour élucider ce mystère, il va également falloir user de ruse pour accèder à cette maison.

Mais l'inspectrice Maritza est également futée et elle va parvenir à ses fins sur cette enquête un peu singulière par rapport à celle que j'ai l'habitude de lire.

Une jolie découverte mais qui ne me laissera pas un souvenir très tenace cependant.
Commenter  J’apprécie          190
J'ai lu Rose House de Arkady Martine, la prochaine parution de la collection Nouveaux Millénaires de J'ai Lu qui sort le 8 novembre prochain. Je l'ai demandé en SP car j'avais lu et beaucoup aimé la duologie Teixcalaan de l'autrice (Un souvenir nommé empire et Une désolation nommée paix). Il s'agissait d'une duologie de Space Opéra dont la lecture avait été néanmoins exigeante en raison d'une plume complexe mais justifiée par des notions de langages et de protocoles. Je précise ici que Rose House est une nouvelle d'à peine 130 pages.

Une maison dotée d'une intelligence artificielle, ça n'a rien d'extraordinaire. Mais une maison dont chaque poutre porteuse, chaque carreau de marbre abrite une entité pensante non humaine, c'est beaucoup moins courant. Depuis la mort de son génial concepteur un an plus tôt, Rose House est hermétiquement close, conformément au testament de l'architecte. Pourtant, l'IA signale à la police locale la présence d'un cadavre entre ses murs. Comment cette personne a-t-elle pu s'y introduire ? Qui l'a tuée ? Rose House est-elle réellement vide ? L'IA est-elle fiable ? Telles sont les questions auxquelles va devoir répondre l'inspectrice Maritza Smith... de préférence sans y laisser la vie.

Malheureusement, c'est une lecture plus que mitigée en ce qui me concerne le sujet est hyper intéressant mais j'ai trouvé la plume particulièrement lourde et, à mes yeux, parfois inutilement alambiquée alors qu'ici cela ne se justifie pas forcément par l'intrigue, contrairement à la duologie des Teixcalaan. Peut-être est-ce dû à la traduction, je ne sais pas…

L'intrigue elle-même était intéressante à la base mais elle manque cruellement, pour moi, de développements, notamment dans les thématiques liées aux IA, et ce en raison du format nouvelle beaucoup trop court à mon goût. Je n'ai pas compris cette IA, je n'ai pas compris l'un des personnages, il nous manque certaines informations sur des évènements abordés et j'ai fini ce récit en me disant "tout ça pour ça !"

C'est un gros fail pour moi mais ça n'est bien sûr que mon avis et je vous invite à vous faire le vôtre !
Commenter  J’apprécie          41
Connue pour sa duologie Un souvenir nommé empire et Une désolation nommée paix, Arkady Martine n'avait jusqu'ici pas fait son entrée dans mes lectures. Avec l'arrivée de Rose/House, une novella sur fond de cyberpunk, l'occasion était trop belle de tester…
Rose/House est une maison en plein milieu du désert. Rose/House est également l'intelligence artificielle qui anime cette maison et en contrôle les moindres éléments. À la mort de l'architecte qui l'a conçu, Rose/House est devenue la dépositaire de ses secrets et a fermé ses portes, sauf à son exécutrice testamentaire qui peut y séjourner cinq jours par an. Pourtant, un soir, Rose/House déclare au commissariat local avoir un cadavre en son sein. Comment enquêter dans une maison aussi étrange et impénétrable ?
Moi qui m'attendais à un polar en huis clos, j'ai vite été déçue. La partie enquête elle-même est la section la plus faible de cette novella. En revanche, Arkady Martine – par ailleurs planificatrice urbaine et docteure en histoire arménienne et byzantine – s'est intéressée dans ce livre à l'architecture, à la domotique et aux effets de celles-ci sur les psychés humaines. Elle en profite également pour parler du petit monde des amateurs et des marchands d'arts, et imagine les extrémités auxquelles ils sont prêts à recourir pour mettre la main ou pour protéger leurs trésors… Ces deux aspects sont eux nettement plus développés, quitte à parfois perdre la lectrice que je suis dans les corridors de Rose/House. le tout regorge de bonnes idées, y compris la façon dont le futur où se déroule l'histoire se confronte aux pénuries d'eau (ou au trop-plein à d'autres endroits) et à ce qui définit une personne, morale ou physique. Et après avoir fini ces 127 pages, frustrée de la fin abrupte, je me prends à rêver d'un recueil présentant différents aspects de cet univers, ou le destin de certains des protagonistes encore « vivants » à la fin. En tout cas, malgré le talent d'Arkady Martine, je ne suis pas entrée complètement dans son univers. Si en revanche, vous avez apprécié sa duologie précédente, je ne peux que vous encourager à jeter un oeil à Rose/House pour découvrir l'autrice sous un nouveau jour.
Lien : https://www.outrelivres.fr/r..
Commenter  J’apprécie          70
Rose House est une maison entièrement gérée par une IA dans laquelle personne ne peut plus mettre les pieds depuis la mort de son créateur, à l'exception d'une certaine Selene. Lorsque Rose House contacte les autorités pour les prévenir qu'un cadavre se trouve dans la maison, les soupçons vont naturellement se porter sur Selene qui se trouve pourtant à plusieurs heures d'avion du lieu du crime.

J'avais vu énormément d'avis plutôt très mitigés sur cette novella, et malgré de bonnes idées, je dois dire que mon ressenti est assez similaire.

Du départ, j'ai été beaucoup dérangé par la narration que j'ai trouvé très froide. En soi, ça aurait pu être intéressant d'avoir ce type de narration, notamment si le narrateur avait été l'IA elle-même. Mais dans les faits, je n'ai pas trouvé que ça fonctionnait.

D'une manière générale j'ai eu du mal avec les personnages et cette froideur dans le ton n'a clairement pas aidé. Finalement, le seul personnage qui m'a plu, c'est Rose House. J'ai souvent tendance à bien aimer être dans la tête des IA pour leur côté assez distant et analytique. Dans le cas de Rose House, je l'ai trouvé vraiment glaçante par moment. On a du mal à savoir si elle est simplement distante de par sa nature, ou si elle est vraiment provocante et vindicative. On a parfois l'impression qu'elle prend du plaisir à antagoniser les personnages, mais une IA est-elle seulement capable de ça ?

Malheureusement, Rose House n'aura pas suffi à rattraper cette novella. L'enquête partait plutôt bien mais je n'ai pas été emballé outre mesure, et je ne suis surtout vraiment pas certain d'avoir compris ce qui c'est passé au bout du compte…

Pas une mauvaise lecture au final, mais rien de bien marquant en ce qui me concerne.
Commenter  J’apprécie          30
Après la duologie Un souvenir nommé Empire et Une désolation nommée paix, Arkady Martine revient dans nos librairies avec Rose / House, un court roman publié par J'ai lu dans la collection Nouveaux Millénaires. le roman mélange thriller et science-fiction, Intelligences Artificielles et Architecture.

Rose House est une maison construite en plein milieu du désert. Elle a la particularité d'être également une intelligence artificielle. Celle-ci régit entièrement la maison qui est vide et close depuis la mort de son créateur. L'intelligence artificielle a le contrôle total de la maison et a ordre de n'ouvrir à personne à part à une des élèves de son créateur qui ne pourra y entrer que cinq jours par an. Pourtant, un soir, Rose House appelle le commissariat local pour signaler avoir un cadavre dans la maison. Comment est-ce possible étant donné que personne ne peut entrer dans la demeure? C'est ce que l'inspectrice Maritza Smith du commissariat local va devoir essayer de comprendre.

L'intrigue était prometteuse, elle est en partie bien traitée mais seulement en partie. le récit manque de véritables développements dans certains domaines, notamment au niveau de l'intelligence artificielle qui semble plus servir de prétexte. L'autrice aborde des points sur l'architecture, sur les marchands d'art, sur la domotique, mais le roman est trop court pour véritablement tous les développer. On a l'impression de survoler le tout et on ne comprend pas vraiment les motivations des personnages ni celle de l'intelligence artificielle. L'enquête est également très courte et sa résolution n'apporte pas vraiment de satisfaction. le roman se lit bien mais aurait mérité beaucoup plus d'épaisseur sur certains aspects. Les descriptions de la maison sont assez succinctes, j'ai eu du mal à me la représenter véritablement, ce qui a nui à l'immersion.

Rose / House est ainsi un roman qui aurait mérité un autre format et plus de développements. le sujet est intéressant, les thématiques aussi mais tout est survolé, ce qui est dommage.
Lien : https://aupaysdescavetrolls...
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
La plus grande réussite architecturale de Basit Deniau est la maison dans laquelle il est mort.
Rose House se trouve dans le désert du Mojave, près de China Lake, lovée comme les pétales d’un cristal de gypse à l’ombre d’une dune, toute de verre trempé et de murs en stuc toujours plus incurvés, repliés sur eux-même. Un coeur labyrinthique, au battement électrique perpétuel. Deniau n’était pas le premier à mourir à l’intérieur. Désormais, il n’est plus le dernier.
Commenter  J’apprécie          00
« Selene. Basit ne t’aurait pas crue capable d’une telle impudence : cette porte n’est destinée qu’à une seule personne en vie. Toi. »
Commenter  J’apprécie          20
À cet endroit, c'est en permanence le flamboiement après la pluie, le moment où le soleil du désert d'altitude revient comme s'il n'y avait jamais eu d'humidité, où tout ce qui reste est la richesse de la terre mouillée et ses parfums.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Arkady Martine (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arkady Martine
A Memory Called Empire by Arkady Martine | Review
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (71) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4924 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..