AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782842631611
124 pages
Le Dilettante (13/10/2008)
3.71/5   29 notes
Résumé :
Réédition d’une novella parue au Dilettante en 1986 en même temps que deux romans chez d’autres éditeurs.
Une longue nouvelle à lire comme un journal de noyade où chacun apporte à l’autre le secours d’une bouée de plomb, la vue d’un naufrage rapide.
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Marti94
  26 mai 2015
Je suis enchantée. J'étais passée à côté de cet auteur que j'ai lu grâce à Nicolas Delesalle qui le cite comme auteur essentiel dans « un parfum d'herbe coupé » très beau premier roman.
Je ne regrette pas ce moment de lecture que j'ai adoré malgré la noirceur du sujet.
« Ceux qui n'en mènent pas large » de Jean-Pierre Martinet est un texte court datant de 1986 qui se lit avec délectation. Comme le montre la couverture de Tardi, c'est l'histoire d'un dépressif donc ce n'est pas drôle a priori mais j'ai trouvé ce récit cruel plein d'autodérision.
D'abord le nom du narrateur « Georges Maman », à quelque chose de comique. Cet acteur raté est au bout du rouleau. Il raconte son désarroi et une soirée de beuverie qu'il va passer avec Dagonard, un raseur graveleux, réalisateur de mauvais films pour la télévision. Il va pouvoir le taxer ne touchant plus d'indemnités des Assedic.
Les deux « anti-héros » sont drôles et pourtant tragiques devant leurs litres de gros rouge et la boîte de Canigou qu'ils n'hésitent pas à manger et à trouver bonne. Durant la soirée, il va aussi se passer un tas de choses que Maman ne comprend pas : un poster de Lauren Bacall qu'il ne se souvient pas d'avoir punaisé au mur, un réveil dans une baignoire, un ascenseur qui fout le camp, entre autres…
Il y a chez Jean-Pierre Martinet une ironie permanente qui donne le ton et des descriptions impitoyables. « Ceux qui n'en mènent pas large » est un journal de naufragé qui a des choses à dire, des messages à faire passer sans drame, et moi je les ai entendus.
Lu en mai 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cronos
  28 janvier 2022
Comme l'annonce la couverture de Tardi, le livre n'est pas joyeux, notre personnage principal, Georges Maman est un alcoolique, drogué à l'occasion et surtout dépressif et acteur raté. L'autre personnage c'est Dagonard, « gros poings, grande gueule » assistant de cinéma. le deux se rencontrent, et se noue alors une étrange amitié, un peu louche, un peu désorganisée mais une amitié quand même.
C'est un petit roman ou une longue nouvelle, « comme une noyade où chacun apporte à l'autre le secours d'une bouée de plomb », les personnages sont bons, aussi joyeux que chez Michel Houellebecq mais pas aussi profond. Ca se lit vite et bien mais mieux vaut être dans le même état que les personnages pour mieux l'apprécier sinon le risque d'ennui sera présent.
Commenter  J’apprécie          30
mediatheque-de-valence
  28 avril 2009
Une paire de perdant.
Georges Maman, acteur raté qui se déshumanise, sort de moins en moins de chez lui et cherche par tous les moyens de se faire du fric.
Il rencontre Dagonard, ancienne connaissance, qui l'invite à diner. Les deux compères vont s'enfoncer dans la nuit et n'en ressortiront pas indemne.
L'écriture de Martinet est très noire mais chaque phrase a un humour et une ironie ravageuse.
Commenter  J’apprécie          30
MarianneDesroziers
  29 avril 2010
Un livre mineur de Martinet, mais un très bon livre quand même, plus drôle que d'habitude même si l'on sent poindre derrière le cynisme de cet antihéros les regrets de Martinet de n'avoir pas réussi en tant que cinéaste.
Commenter  J’apprécie          10
lotoise
  24 avril 2014
Noir, cynique, angoissant, gluant comme la poisse, pessimiste et bouleversant. Magnifique !
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
MarianneDesroziersMarianneDesroziers   29 avril 2010
L'air devenait irrespirable. C'était à cause de Marie Beretta. Chaque fois qu'il pensait à elle, il étouffait. C'était une souffrance qu'il n'aurait pas su décrire. Même un génie de l'écriture, un Chandler, un Mac Coy, aurait baissé les bras. D'ailleurs qui lui demandait de décrire cette souffrance ? Juste le sommeil. Juste le sommeil consolait. Ou peut-être la mort, comment savoir ? Où était la ligne de partage des eaux ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Marti94Marti94   26 mai 2015
L’essentiel était d’avoir un projet, comme les autres. D’avancer au même rythme que lui, tranquillement, de le caresser, de le bichonner sans cesse. De vieillir avec, sans risques, sans révolte, jusqu’à la fin. Oui, c’était là l’essentiel.
Commenter  J’apprécie          50
Marti94Marti94   26 mai 2015
Comédien, j’aimerai bien l’être un peu plus, figure-toi. Depuis le début de l’année, j’ai à peine totalisé huit jours de boulot. Et encore, rien que des panouilles. Même plus droit aux Assedic. C’est la merde, si tu veux savoir…
Commenter  J’apprécie          50
SBysSBys   09 janvier 2016
Ce fut un délice. Une éternité qu'il ne s'était pas senti aussi bien. Presque heureux aurait-il pu dire, si ce mot avait signifié quelque chose pour lui. Rien de tel que ces petits plaisirs négatifs, où l'on passe juste de la souffrance à l'absence de souffrance, pour vous redonner un bref instant le goût de vivre.
Commenter  J’apprécie          10
SBysSBys   09 janvier 2016
- Tu es quand même bizarre, tu as l'air de te foutre de tout.
- Effectivement, je me fous de tout.
- C'est pas comme ça, en tout cas, que tu vas remonter la pente, ma vieille...
- Qui te dit que j'ai envie de remonter la pente? Tu la remontes, toi?
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Pierre Martinet (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Martinet
« […] Je ne valais », écrit t'Serstevens (1886-1974) dans Regards vers la jeunesse, « que par des illusions que je n'ai plus, des enthousiasmes qui agonisent, une ardeur mystique qui me portait au-dessus de moi-même. Je préfère mes erreurs et mes sottes impulsions d'autrefois à mon intelligence prudente, à l'esprit critique dont je suis accablé. » […] […] t'Serstevens n'a cessé d'être poursuivi par son double, comme dans les cauchemars. […] La course-poursuite, malgré tout son entêtement, il l'aura perdue : l'horrible vieillard l'aura rejoint, il l'aura serré contre lui, il lui aura souri avec l'air doucereux et indulgent de ceux qui n'aiment plus la vie. […] […] On peut trouver contradictoire, en vérité, l'attitude d'un homme qui a su trouver les accents les plus vibrants pour célébrer la jeunesse, cette jeunesse qui se confond un peu […] avec l'esprit d'aventure, et sa férocité à l'égard de toutes les utopies, qui sont un peu la jeunesse des idées, leur adolescence. Cette contradiction, t'Serstevens en a eu conscience, et il l'a vécue dans le déchirement, du moins dans les premières années de sa vie d'écrivain. […] La tour d'ivoire où prétendent s'enfermer certains littérateurs pour échapper à la médiocrité de leurs contemporains, il n'y voit qu'une prison dérisoire : il lui faut l'air du large, la rumeur des ports, le sourire des femmes, l'odeur des acacias. Oui, ce qu'exprime en profondeur la première partie de l'oeuvre de t'Serstevens, c'est l'horreur de ne croire en rien. Cela n'a rien à voir avec le scepticisme, c'est, précisément, tout le contraire : la douleur de se sentir ballotté dans un monde où l'on ne comprend rien, où l'on n'a aucun repère, où toutes les idéologies s'effritent les unes après les autres […] : amertume ricanante, et non pas scepticisme souriant. […]
Il aura manqué, en somme, à t'Serstevens, d'avoir su se mettre en valeur, ce qui est une faute impardonnable dans notre petite république des lettres, qui oublie facilement les errants, les navigateurs, les ivrognes, les rêveurs, ou, tout simplement, les modestes. […] » (Jean-Pierre Martinet, « Un Apostolat » d'A. t'Serstevens, Éditions Alfred Eibel, 1975)
« Né […] en Belgique d'un père flamand et d'une mère provençale, Albert t'Serstevens, après un voyage en Égypte, s'installe en France en 1910 ; il est successivement employé de librairie, puis secrétaire d'un banquier, avant de publier en 1911 son premier ouvrage Poèmes en prose. […] » (universalis.fr)
0:00 - Absence 1:19 - Au seuil 4:49 - Générique
Image d'illustration : https://www.alamy.com/stock-image-albert-tserstevens-belgian-novelist-1910-1915-photo-taponier-creditphoto12coll-164523513.html
Bande sonore originale : Lacrymosa Aeterna Industry - Je te vois Je te vois de Lacrymosa Aeterna Industry est référencée sous license Art Libre.
Site : https://lacrymosa.tuxfamily.org/?String-Theory,65
#AlbertSerstevens #PoèmesEnProse #PoésieBelge
+ Lire la suite
autres livres classés : autodérisionVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
6600 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre