AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782075079815
32 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (09/03/2017)
3.78/5   9 notes
Résumé :
« Il y avait jadis une forêt de l'on disait enchantée et où personne n'osait aller. On raconte qu'un soir d'hiver, un cavalier épuisé, surpris par une tempête, s'égara entre nuit et neige. Soudain, les arbres s'écartèrent sur le parc d'un sinistre château. »

Une Belle de caractère, une Bête intrigante et touchante... Une histoire d'amour intemporelle, réinventée pour les plus jeunes par une grande auteure, Carole Martinez, et superbement illustrée par... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
MissSherlock
  22 mai 2017
Je me demandais ce que valait la réécriture de la Belle et la Bête par Carole Martinez. Je n'ai pas lu le conte original, je ne connais que la version «disneyienne» avec ses tasses de thé qui parlent et la Bête qui ne fait pas peur du tout. Et je reconnais que j'aime cette version, je suis même allée voir le film avec Emma Watson.
Je me doutais qu'avec Carole Martinez, on s'éloignerait du sucré du dessin animé. D'ailleurs, la couverture promet un conte sombre emplit de mystères. Et c'est réussi.
Le récit est très agréable à lire, très poétique - le bouquin est destiné aux 5/9 ans et je pense que les petits vont se régaler.
La Bête est ici une vraie bête avec un corps d'ombre, des bois de cerf sur la tête et une apparence proche de celle d'un gorille et d'un fauve. En bref, elle fout les jetons.
Belle n'est pas si belle que cela par contre elle est courageuse, fidèle à ses principes et clairvoyante. C'est une femme de caractère et c'est très plaisant.
Le conte est donc moins cucul que la version de Disney même s'l y a des passages doucereux avec la Bête qui découvre l'amour.
Les illustrations de Violaine Leroy rendent hommage à l'histoire. Elles sont déroutantes au début mais magnifiques. Les couleurs froides sont superbes. En bref, j'adore le graphisme.
Le seul bémol que je formule vient de la brièveté du conte : on a à peine commencé que c'est déjà fini. Mais cela devrait largement suffire aux petits bouts à qui est destiné l'ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
nightsreadings
  02 avril 2017
La réinvention des contes est devenue un phénomène annuel que j'attends chaque année avec impatience. Grands ou petits, on aime toujours autant ces récits à la fois merveilleux mais aussi tragiques et sombres. Et cet album, de par ses dessins et son texte poétique fait totalement honneur à notre vieux La Belle et la Bête tout en lui donnant un souffle nouveau. Je ne veux pas faire de résumé pour ne pas gâcher le plaisir et je vais me contenter de vous parler de l'album.

Si je dois avouer que le conte de Mme de BEAUMONT est loin d'être mon préféré, j'avais quand même la curiosité de voir comment on faire un album sur un récit aussi connu et aussi vieux. Mes aïeux, je n'ai pas été déçue ! Nos auteures ont su renouveler ce titre qui nous capture dès la première page. D'ailleurs, la couverture est sans équivoque : le côté glamour du conte est éliminé et pour laisser place à l'inquiétude avec cette ombre difforme qui surveille par derrière Belle. Aussi, la Bête est vraiment monstrueuse pour faire de cet album un univers original et puissant ; fini la bête masculine et bien dessinée de Disney. Ici, nous avons un monstre mi-gorille, mi-cerf, qui ne se dévoile jamais totalement. Et les couleurs des illustrations ne contribuent pas à nous rassurer : il y a peu de couleurs chaudes tandis que les formes esquissées des décors sont floues pour être d'autant plus menaçantes héritées du cinéma expressionniste allemand. En parallèle de ces illustrations sombres et captivantes, nous avons une voix douce qui s'élève du texte. La poésie est au rendez-vous mais elle est tout aussi inquiétante et à créer un suspens qui s'étire jusqu'à la dernière page. de même, certains éléments sont ajoutés et nous font frissonner même adulte, notamment le carrosse de mouches. Violaine LEROY a su distiller dans ses illustrations la peur et l'angoisse de son héroïne que Carole MARTINEZ a installée dans sa narration. D'autres éléments nous font sourire et gardent le côté cucul du conte : la bête ignore réellement son Humanité et elle ne la découvre qu'au contact de Belle. Aussi, la malédiction traditionnelle est enlevée et nous nous plongeons dans l'esprit de la Bête qui s'étonne de découvrir l'amour. Je ne me souviens plus du conte originel, mais il ne me semble pas que Belle doivent se battre pour rejoindre la Bête. Les auteures suppriment la dualité Homme/animal en montrant une héroïne capable de s'ensauvager et de vivre comme celui dont elle est amoureuse. de plus, Belle ne se distingue pas par sa beauté mais plutôt par son courage. Je crois que c'est la raison pour laquelle cet album est si génial : il arrive à donner une fin féministe au conte le plus misogyne.
Lien : http://lecturesdunenuit.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Sanchan
  26 mars 2017
L'écriture poétique de Carole Martinez, associée aux illustrations magnifiques et contemporaines de Violaine Leroy, font de cette version, la plus belle qu'il m'a été donné de lire du célèbre conte de Madame Leprince de Beaumont.
Commenter  J’apprécie          10
MelodyPond
  27 septembre 2017
Très belle adaptation de ce conte lu, relu et rerelu. Les illustrations sont originales et il s'en dégage une poésie certaine.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
MissSherlockMissSherlock   22 mai 2017
- Si cette fille qui vaut ma rose, accepte de mourir à ta place, conduis-la ici dans trois jours, grogna la bête. Mais si elle refuse, tu reviendras et je te dévorerai.
Commenter  J’apprécie          50
wivinwivin   02 août 2018
Il lui sembla que ses jambes devenaient pattes, qu'elle courait avec les loups et que sa peau prenait un parfum fauve. La forêt la laissa passer.
Commenter  J’apprécie          00
wivinwivin   02 août 2018
Le même soir, les mouches revinrent tenant les diamants entre leurs petites pattes, et belle compris qu'on ne pouvait lutter contre la Bête.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Carole Martinez (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carole Martinez
Carole Martinez parle à ses lecteurs et à ceux de la librairie la Galerne.
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'oeil du témoin

Comment se nommais la bibliothécaire ?

Mathilde
Marguerite
Nathalie

7 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : L'oeil du témoin de Carole MartinezCréer un quiz sur ce livre