AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2359660004
Éditeur : Editions Fei (21/01/2010)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 55 notes)
Résumé :
Il y a mille ans en Chine, un homme exceptionnellement droit consacra sa vie à lutter contre la corruption : le juge Bao. Découvrez pour la première fois en France cette icône de la justice encore adulée par plus d'un milliard de chinois, dans un polar médiéval haletant.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
chocobogirl
  14 mai 2015
Chine du 11ème siècle, dynastie des Song du Nord.
L'empire est riche et puissant, entraînant par là-même une corruption galopante parmi les hauts fonctionnaires. Pour lutter contre ce fléau, l'empereur a donné les pleins pouvoirs à l'incorruptible juge Bao. Sillonnant le pays, accompagné de sa petite troupe, le juge Bao traque ceux qui bafouent la loi, sans distinction de rang.
Dans ce premier épisode, notre juge chemine vers la préfecture d'une province située au Nord-est de l'empire et découvre que la population est sous le joug d'un groupe de notables corrompus. Expulsions illégales, chantages, intimidations, emprisonnements abusifs, meurtres,… cachent toute une série de manipulations visant à l'édification d'une cité nouvelle, servant de base à l'enrichissement des hommes de pouvoir de la ville. Interpellé par une vieille femme clamant l'innocence de son fils emprisonné depuis 3 ans, le juge Bao va mettre son nez dans les affaires peu recommandables de la préfecture.
Si le Juge Bao est une figure peu ou pas connue en occident, il est un véritable héros pour la population chinoise. Ce personnage historique qui a réellement existé (999 – 1062) se retrouve dans bon nombre de romans et de légendes orales qui ont traversé le temps. On compte même aujourd'hui des adaptations audiovisuels. Reconnu pour son impartialité et son intégrité, il a toujours lutté contre la corruption, ce qui fait de lui un personnage romanesque par excellence.
De fait, c'est le scénariste français Patrick Marty qui s'associe au dessinateur chinois Chongrui Nie, pour nous offrir une version dessinée des aventures de ce célèbre juge.
La trame de l'histoire est plutôt classique et ce premier volume nous présente les personnages de façon très académique. L'entrée en scène du juge est précédée de la mise en scène de ceux qui l'accompagnent : son garde du corps, Zhan Zhao ; son assistant et médecin légiste, Gongsun Ce ; son jeune page, Bao Xing ; et enfin une petite troupe de soldats dirigée par 2 gardes. le juge, affublé d'une belle barbe à l'ancienne tel un vieux sage, se présente comme un homme droit et attentif à la population. Charismatique et autoritaire, c'est une vraie personnalité qui en impose. Il n'hésite pas à se grimer et à imaginer une mise en scène retorse pour mieux avoir accès aux coulisses de la ville. Envoyant son équipe enquêter sur différentes pistes, il dénoue les fils d'une intrigue qui prend place dans une Chine médiévale très traditionnelle.
En dépit de son aspect policier, cette histoire nous plonge d'ailleurs dans l'histoire de la Chine d'autrefois. le lecteur découvre une Chine à la fois distinguée et pauvre. le contraste entre la population qui survit difficilement et doit faire face à l'oppression des hommes de pouvoir, et entre les notables qui profitent de leur statut et des largesses de l'empire pour s'enrichir personnellement est très fort. le lecteur visite les différents quartiers de la ville : les maisons populaires, celles des notables, la prison, les maisons de courtisanes. On découvre une justice qui prend des formes anciennes et où les verdicts peuvent ici s'accompagner de coups de fouet ou même de peines de mort. Très documentée, cette série laisse pourtant une grande part à l'imagination et s'affranchit des faits historiques dont les auteurs ne reprennent que l'esprit.
Graphiquement, le juge Bao se veut hyperréaliste. Extrêmement précises, les illustrations donnent l'impression d'être issues de photographies. L'encrage est très fort, les visages des personnages sont très expressifs et leur côté figé leur donnent un aspect caricatural. Tout cela donne un air théâtralisé que l'on retrouve d'ailleurs dans le théâtre et l'opéra chinois. Si cela peut désarçonner de prime abord, il faut reconnaître que ce style s'associe parfaitement à l'aspect historique de l'histoire, en reprenant certains codes culturels chinois.
Présenté dans un petit format à l'italienne, cette édition se veut un hommage au lianhuanhua (petits formats de 18×13 cm au dessin réaliste dont les pages ne contiennent généralement qu'une seule vignette et dont les textes et les dialogues sont présents sous forme de récitatifs) tout en en étant bien loin ! le travail des auteurs est fortement ancré dans la modernité d'aujourd'hui. Bien que petites, les pages s'étalent entre 3 à 7 cases par planches. Les cadrages sont libres et s'adaptent à l'action tout en offrant une belle fluidité dans la narration. Certaines vignettes m'ont parfois rappelé des scènes cinématographiques de films chinois d'arts martiaux (les réinterprétations récentes des époques reculées) et je note une certaine ressemblance (voulue ou non ?) entre Zhan Zhao, le garde du corps, et l'acteur Takeshi Kaneshiro (qui n'est pas chinois mais japonais) ! Une certaine forme d'humour ponctue parfois le récit. Des passages amoureux et presque érotiques (non, vous ne verrez rien !) s'insèrent également entre l'enquête et les scènes d'action.
La tradition se retrouve ponctuellement dans le récitatif. Les sous-titres de chapitres résument en quelques mots l'action de ces derniers. Des personnages nous racontent un évènement ou leur passé et la narration se fait non pas par des phylactères mais par un texte qui s'inscrit dans la case, explicitant ainsi l'action représentée visuellement et renforçant les paroles des personnages. Une technique traditionnelle qui permet de donner de la force aux propos et permet, en outre, le déroulement de 2 actions simultanées.
Mélange d'occident et d'asiatique, de tradition et de modernité, la série du Juge Bao se révèle particulièrement étonnante.
Tel le Juge Ti, elle rapporte le parcours fictif mais réaliste d'un homme à la notoriété historique. D'un homme mais aussi de son entourage. Nul doute que les tomes suivants viendront étoffer les personnalités de chacun des protagonistes et enrichir la solide trame policière de chaque épisode. En conclusion, un manhua original et graphiquement très intéressant qui a su tirer parti du mélange des genres et des différences culturelles de leurs deux auteurs.
Lien : http://grenieralivres.fr/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
tchouk-tchouk-nougat
  29 mars 2015
Le juge Bao est une figure historique de la chine médiévale. Il deviendra la représentation de la justice, inflexible et incorruptible.
C'est ce personnage mythique que Patrick Marty a choisi de mettre en avant dans ce polar en plein coeur de la chine impériale.
Pour ce premier volume le juge Bao se rend dans une province où la justice et l'honneur sont plus que bafoués. Avec l'aide de Zhan Zhao fidèle garde du corps expert dans les arts martiaux et Gongsun Ce qui joue le rôle de greffier autant que de médecin légiste, sans oublier le jeune et malicieux Bao Xing l'apprenti, le juge Bao va mettre de l'ordre dans ces emprisonnements abusifs.
Une enquête policière classique et très efficace qui emène le lecteur pile là où il faut. le suspence est maintenu jusqu'au bout.
On découvre avec ce premier opus la troupe du juge Bao et on se prend vite de sympathie pour tout ce petit monde. Il y a en chacun beaucoup de potentiel.
Le dessin a une facture incroyable. Crayonné en noir et blanc d'un réalisme fou et d'une précision à couper le souffle. Je ne sais pas comment Chongrui Nie fait. Chaque case doit lui demander des heures de travail.
Petit bémol cependant. On a parfois du mal à reconnaitre les personnages et les noms chinois n'aident pas toujours notre esprit à replacer qui est qui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
MissSherlock
  04 mars 2015
C'est avec le Phoenix de Jade que nous faisons connaissance avec le Juge Bao, personnage historique, figure mythique et symbole d'une justice inflexible pour le peuple chinois.
En effet le Juge Bao fut mandaté par l'Empereur Ren Zong pour lutter contre la corruption au sein de l'Empire et il ne prit pas son travail à la légère. Aujourd'hui encore il est adulé par de nombreux Chinois qui voit en lui un héros populaire.
Le format à l'italienne de la BD a de quoi dérouter mais je l'ai très vite adopté. Ce qui est plus difficile c'est de comprendre l'agencement des cases car Chongrui Nie ne se soucie pas toujours du sens de la lecture dans ce tome.
Une autre difficulté vient du nombre de personnages : il n'est pas évident de tous les reconnaître et de les différencier lorsque l'on débute la lecture. Petit à petit on apprend à les connaître et là tout devient plus facile. Il n'empêche qu'une seconde lecture s'impose pour apprécier pleinement l'histoire.
Histoire qui est passionnante et tient en haleine jusqu'au bout. D'ailleurs la fin en forme de cliffhangher annonce le second tome.
Le Phoenix de Jade est un vrai polar médiéval avec meurtres, enquête, fausses pistes, découvertes du coupable et jugement inflexible du Juge Bao. Je me suis régalée !
Quant aux dessins de Chongrui Nie, ils sont magnifiques et je ne me lasse pas de les regarder car ils sont autant de petites pépites.
Une réussite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
alouett
  16 janvier 2012
(...)
Ce polar nous plonge dans la société féodale chinoise. Chaque tome de la série développe une intrigue complète, les albums peuvent donc se lire indépendamment les uns des autres. D'un tome à l'autre, on repère une récurrence dans la manière de développer le récit, créant une certaine redondance dans la lecture. On identifie au premier coup d'oeil les étapes narratives : 1/ Un état initial qui définit le cadre de l'intrigue : il met en place le lieu, l'époque, les personnages…, 2/ Un événement perturbateur ou modificateur qui remet en cause l'état initial: rencontre, découverte, événement inattendu… 3/ Une suite de transformations modifie la situation des personnages : elles peuvent prendre la forme de péripéties, de rebondissements ou de coups de théâtre. 4/ Un événement équilibrant ou élément de résolution qui annonce la résolution de l'intrigue et 5/ L'état final est celui, heureux ou malheureux, des personnages à la fin du récit.
J'ai eu l'impression que Patrick Marty construisait ses intrigues de manière mécanique autour de personnages assez stéréotypés. le contexte historique sur lequel se construisent les enquêtes est riche et permet de se sensibiliser à la hiérarchie sociale de la culture chinoise en abordant les enjeux politico-financier à l'échelle urbaine. Il permet également de donner un aperçu de ses répercussions d'un bout à l'autre de l'échelle sociale : des indigents aux notables. Les liens tissés entre chaque élément du récit sont parfois un peu lourds, parfois prévisibles. Pourtant, malgré cette trame narrative très figée d'un récit à l'autre, le rythme de lecture est agréable, sans accélération majeure ; cela permet d'entretenir la tension tout au long des albums et de préserver le dénouement. Une fois le pot aux roses découvert, un passage final se consacre à travailler l'ouverture vers le tome suivant ; ici aussi, il y a quelque chose de très chirurgical dans cette manière de travailler : c'est propre mais dépourvu de tout affect. Enfin, la découpe de planches n'étant pas toujours opérationnelle, on reprend régulièrement la lecture de la case précédente, on balbutie sur l'ordre de lecture des cases…
(...)

Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
yvantilleuil
  14 février 2011
Il faut bien du courage pour monter une nouvelle maison d'édition au sein d'un neuvième art noyé par la surproduction. Ce premier tome de « Juge Bao », une saga prévue en neuf volumes, vient pourtant inaugurer la maison d'éditions Fei.
Dessinée par un auteur chinois et scénarisée par un français, cette nouvelle série propose un récit policier au sein d'une chine d'antan. le lecteur se retrouve à l'époque de la dynastie des Song du Nord, mais est pourtant invité à suivre une enquête qui a des allures plus modernes.
Le personnage principal est Bao Zheng (999 – 1062), juge sous la dynastie Song et tellement célèbre pour son intégrité et son respect des lois qu'il reçu le surnom de Bao Gong, « Bao le juste ». Pour cette première enquête, liée à un vaste projet immobilier frauduleux, il est accompagné de Zhan Zao, son valeureux guerrier, de Gongsun Ce, son médecin-légiste et de Bao Xing, son jeune apprenti. Ca quatuor est assez attachant, très complémentaire et s'avère plutôt efficace.
L'intrigue proposée par Patrick Marty est assez classique, mais bien menée et très fluide. On peut peut-être juste regretter les petites introductions de chapitres qui, à l'image de feuilletons modernes, résument ce qui va suivre, mais ont quand même tendance à spoiler un peu trop le reste de la lecture et à enlever toute surprise.
Outre ce format à l'italienne bien sympathique, il faut surtout noter le travail remarquable de Chongrui Nie (« La Belle du Temple Hanté » et « le Fils du Marchand ») au niveau du graphisme. L'auteur propose un dessin noir et blanc précis qui procure beaucoup d'authenticité au récit et des personnages aux traits photo-réalistes assez réussis.
Bref, une belle surprise et une très belle entrée en matière pour ce nouvel éditeur !
Lien : http://brusselsboy.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Culturebox   03 février 2014
Chongrui Nie, le dessinateur chinois du "Juge Bao", symbole d'une justice indépendante, peaufine le 6e tome des aventures de son héros à la maison des auteurs à Angoulême.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   29 mars 2015
-Maitre, j'ai l'impression que ces gens sont comme le vol d'hirondelles qui sent l'orage gronder...
-Hum... Les oiseaux ou les hommes, quand ils se posent sur votre épaule, que leur chant soit triste et déchirant comme celui du corbeau ou gai comme ceui du rossignol, le devoir du magistrat est de les écouter.
Commenter  J’apprécie          90
MissSherlockMissSherlock   04 mars 2015
- Gongsun Ce : Maître, j'ai le sentiment que le Juge Gu a une drôle de façon de rendre la justice.
- Juge Bao : J'ai échappé de justesse à une bastonnade pour avoir simplement effrayé le cheval de Zhan Zhao !
- Gongsun Ce : Maître, toutes les plaintes l'incriminent.
- Juge Bao : Gongsun Ce, le Juge Gu est un fieffé coquin ! Il rançonne les familles des gens qu'il condamne. Si elles ne payent pas, il fait exécuter les prisonniers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MissSherlockMissSherlock   04 mars 2015
En Chine, sous la dynastie des Song du Nord (960 - 1126), l'Empire vit un formidable essor, tant d'un point de vue matériel qu'intellectuel. Une puissante économie de marché voit le jour. Mais si le pouvoir central extrêmement fort favorise une grande stabilité dans le pays, il doit en revanche sans cesse lutter contre une corruption endémique et galopante. Le pays est riche et les tentations des hommes qui le dirigent sont grandes. Notables de provinces reculées, administrateurs, militaires, fonctionnaires, gouverneurs abusent de leur prérogatives pour s'enrichir personnellement, bandits de tout poil œuvrent sans vergogne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
cvd64cvd64   28 janvier 2020
Hum les oiseaux ou les hommes, quand ils se posent sur votre épaule, que leur chant soit triste et déchirant comme celui du corbeau ou gai comme celui du rossignol, le devoir du magistrat est de les écouter.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Patrick Marty (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Marty
Entretien avec Patrick Marty et Nie Chongrui
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3650 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre