AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2260020755
Éditeur : Editions Julliard (21/08/2014)

Note moyenne : 2.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Paul, le Tahitien, débarque en métropole pour continuer ses études de géographie. L'ami qui a promis de l'héberger n'est pas à l'aéroport mais a envoyé un proche qui le conduit dans une cité de banlieue. Paul s'était imaginé habiter Paris. À Tahiti, sa mère lui a confié une enveloppe contenant un mystérieux livre de bord, comme on en trouve sur les bateaux. Paul doit le remettre à une jeune fille qu'il ne connaît pas. Elle s'appelle Virginie. Âgée de vingt-cinq ans,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Missbouquin
  13 octobre 2014
A la périphérie de Paris, deux mondes se côtoient en s'ignorant : l'entreprise, gigantesque immeuble de verre hautement sécurisé et protégé ; et la cité, blocs d'habitation repoussés à la limite de la « civilisation ». Virginie évolue dans la première, stagiaire en journalisme ; tandis que Paul, Tahitien fraîchement débarqué à Paris, se retrouve propulsé dans le deuxième monde. Ils ne devraient pas se rencontrer, et pourtant ils vont rejouer la célèbre partition de Bernardin de Saint-Pierre, en essayant de trouver une fin différente, plus heureuse.
Une réécriture donc du célèbre roman du XVIIIe siècle, que je me suis empressée de relire, où l'idylle de Paul et Virginie se retrouve broyée par la civilisation, quand la jeune fille est envoyée en France et n'en reviendra pas intacte …
Mais si vous vous attendez à ce que cette réécriture soit assumée, vous allez être déçus. Je m'attendais en effet à ce qu'il y ait plus de similitudes, ou du moins des évocations par les personnages eux-mêmes qui semblent aveugles à cette ressemblance de leurs prénoms … Comme si l'auteur s'était un peu perdu lui-même dans son projet, peut-être trop ambitieux. Les thèmes de l'exil et du déracinement y sont bien présents, mais tellement délayés que l'on passe à côté, sans s'attacher ni aux personnages, ni aux sujets abordés.
Ceci pour dire que finalement on ne sait pas bien où l'auteur veut en venir, et très vite je me suis ennuyée ferme : aucun rebondissement, aucune difficulté particulière, avec un style désespérément plat et sans intérêt. Ça se lit tout seul, et ça s'oublie aussi vite … Ce qui est dommage car le titre et la couverture auguraient bien …
Un roman donc « sans mer à courir », c'est-à-dire sans horizon, sans envergure.
Pour passer le temps, relisez ou lisez plutôt Paul et Virginie, l'original, qui a les défauts de son siècle mais qui reste d'une grande beauté !
Lien : http://missbouquinaix.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
blandine5674
  04 janvier 2015
Cela devrait être une histoire de Paul et Virginie (lol). Une femme tombe d'un bateau, alors qu'elle a une fille de 6 mois. Qu'on retrouve plus tard avec un polynésien dont la mère a vécu avec son mère. Description de l'île de France intéressante. Mais le reste ! L'auteur a beaucoup voyagé, puisqu'il a été directeur de GEO magazine. L'impression de lire un magazine avec un sujet par ci, un sujet par là. Un étalage mal orchestré. Que de blabla ! Quel ennui !
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
blandine5674blandine5674   04 janvier 2015
Il y a eu des irradiations chez les militaires algériens, mais aussi chez les civils. Les cousins disaient que la terre n'était plus fertile, que les animaux et les plantent disparaissaient. C'est pour ça que les français ont été faire ça chez vous, Paul, parce que ça se voit moins dans les océans. (l'auteur parle de la Polynésie)
Commenter  J’apprécie          50
anaisbabelioanaisbabelio   12 août 2014
Josse terminait ses études à Santé navale. Il avait choisi la médecine militaire car son père, marin-pêcheur, n’aurait pu financer les mêmes études dans le civil. Il devait soutenir sa thèse de doctorat à la fin de l’année. Son sujet portait sur les pathologies tropicales en milieu marin : une vieille envie de courir le monde. Avec Livia, le monde était venu à lui.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jean-Luc Marty (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc Marty
Voyage au c?ur du Brésil, où trois personnages en quête d?eux-mêmes vont peu à peu réapprendre à vivre. ? ? ? Dans un village de pêcheurs, sur le rivage du Nordeste brésilien, Antoine Delacourt attend la visite d?Everton Dos Santos, le guide qui doit l?accompagner en repérage dans le Sertão, avant le tournage d?un documentaire. le Sertão est une région éloignée de tout, marquée par une aridité synonyme d?exodes et de famines. Rescapé d?un tremblement de terre au Bangladesh où il était en mission, Antoine garde en lui la trace indélébile des centaines de vies qu?il n?a pu sauver. de sa terrasse, il aperçoit depuis quelques jours une femme européenne, marchant seule sur la dune. Louise Fabre est pianiste, mariée à un homme d?affaires français. Elle n?est pas rentrée comme prévu à São Paulo où l?attendaient son mari et, surtout, leur fils de sept ans. Une décision subite, incompréhensible, qui ressemble à une fugue. Quant à Everton, ses tentatives pour se lancer dans l?aquaculture à l?embouchure d?un fleuve se sont heurtées à la corruption et au manque de moyens. Ce voyage en compagnie du « gringo » lui permettra de lutter encore un peu contre la misère qui guette sa famille. Au départ, rien ne rapproche ces trois personnages, déroutés de leur existence habituelle par de sourds conflits intérieurs, si ce ne sont désormais les banquettes inconfortables du vieux pick-up qui les emmène au c?ur d?un Brésil où la pluie vaut de l?or. Passé le temps du rivage nordestin et de ses vents de sable, la rencontre accidentelle avec un mort les aidera à démêler l?écheveau d?énigmes que chacun porte en lui. Sertão, littéralement « être tellement », telle est bien la destination finale de leur voyage. Lire un roman de Jean-Luc Marty est toujours une expérience à part. On y est emporté par la puissance de paysages capables de modifier la géographie intérieure des personnages. Sertão « être tellement » est une invitation à l?ailleurs où, par les vitres d?une voiture, se succèdent le travail de mémoire et celui du deuil, le réveil de vérités enfouies et la reconstruction de soi, où se libèrent enfin l?impossible mouvement vers l?autre et la renaissance des êtres à eux-mêmes. Subtil alliage d?intensité et d?économie de mots, l?écriture de Jean-Luc Marty parvient à restituer dans un même souffle poétique le silence des grands espaces et cette danse secrète des âmes qui lui tient tant à c?ur. ? ? ? Depuis La Dépression des Açores, paru en 2001, Rumba, en 2008, Un c?ur portuaire, en 2012, et La Mer à courir en 2014, Jean-Luc Marty écrit le mouvement des hommes, l?inquiétude de ce début de siècle, la difficile rencontre de l?histoire et de la géographie.
+ Lire la suite
autres livres classés : réécritureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le Quidditch

Ce sport se pratique :

En l'air
Sur terre
Sous l'eau

12 questions
47 lecteurs ont répondu
Thèmes : quidditchCréer un quiz sur ce livre