AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782021094084
384 pages
Seuil (03/01/2013)
3.21/5   12 notes
Résumé :
« Il se revoyait maintenant le rasoir dans la main droite, revenir près du lit où elle reposait. Et le mouvement précis, sûr et net avec lequel il l’avait égorgée. Où avait-il appris un tel geste ? D’où le possédait-il ? Et cette démarche de fou ? D’où lui venait-elle ? Un meurtre, il le savait maintenant, il suffit d’en commettre un, et l’on comprend alors que ce n’est pas si difficile. Le meurtrier n’éprouve pas seulement de la jouissance, il atteint à une connais... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
didikari
  02 avril 2013
Eric Marty propose un livre assez déroutant. D'abord dans l'écriture. En effet on passe d'un personnage à un autre, du rêve à la réalité, de l'évocation du passé au présent sans balise. Pas de Guillemets, d'italiques, de sauts de lignes, de changements de chapitres. Ce n'est pas plus gênant que cela lorsqu'on lit l'esprit alerte, frais, vif, mais après une longue journée dans la chaleur de sa couette et le brouillard de la fatigue...
Du coup j'ai relégué ce livre aux débuts de matinée, après le café quand je suis au mieux de mes capacités.
J'ai été aussi déstabilisée par tous les discours philosophico-psycho-politique. Là c'est carrément un problème d'intérêt pour la chose (philosophique, politique ou psychologique). Je n'avais pas la bave aux lèvres mais il m'a fallu relire des passages (en vain d'ailleurs).
On pourrait considérer ces deux choses comme de la maladresse de la part de l'auteur mais je pense qu'il a adopté ce style délibérement pour rajouter à la confusion, à l'absurde.
Tout le monde semble courir dans ce roman. Ils ne savent pas trop après quoi, après qui, ils fuient, poursuivent, traquent mais sans véritables visions. Quand au groupuscule de gauche, ses dirigeants assomment avec leurs discours creux auxquels je ne suis pas sure qu'ils croient eux-même.
On oublie presque la trame de l'histoire: Politzer se réveille près de sa maîtresse , morte égorgée. Il va fuir la police, qui le pourchasse parce qu'il est un terroriste ET un meurtrier.
Son groupe monte des opérations de plus en plus sanglantes et de plus en plus ridicules (l'idéologie autour de l'action 24 est incroyable tellement l'argumentaire est stupide!).
A tout ceci se mêle une jeune chinoise, prostituée, objet de désir pour un flic légèrement pourri. C'est une jeune fille un peu naïve qui va accueillir Politzer et l'aider sur la base d'un horoscope. Un présentateur de télévision dénuée de moral et père d'une jeune fille anorexique et angoissée. Un psychiatre imbu de lui-même et consultant pour la police. Un dirigeant terroriste, bon père de famille mais à l'idéologie extrême.
Tout ce petit monde est lié du manière ou d'une autre.
Le plus étrange pour ce livre classé thriller c'est que l'on ne cherche pas l'identité du coupable, ou le mobile ou la prochaine victime. Comme les personnages on courre jusqu'à la dernière page pour savoir si tout ceci a une raison, une justification.
Et à la dernière page on a la réponse que l'on connaît depuis le début, que l'on connaît avant même d'ouvrir le livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zikline
  30 mai 2013
"Le coeur de la jeune chinoise" est un roman déroutant. Thriller politique, histoire de coeur, de meurtrier, c'est tout ça à la fois.
On suit l'organisation terroriste La Ligne Rouge, dirigée par Mao. Organisation ultra-gauchiste, qui comme tout terroriste de gauche qui se respecte, en veut à tout capitaliste qui a réussi ou qui semble avoir réussi.
Politzer en est un des membres les plus actifs... et les plus étranges. A se demander si l'idéologie prônée par l'organisation est la raison réelle qui l'a poussé à s'engager, je pencherai plus pour le côté terroriste de la chose. Après avoir assassiné d'une manière très sordide sa compagne, membre elle aussi de Ligne Rouge, il va tomber par hasard sur Lu, jeune prostituée chinoise avec qui il va s'enfuir. Ensuite, des morts, beaucoup de morts, toutes plus inutiles les unes que les autres.
J'ai eu énormément de mal à entrer dans ce roman, déjà, de par la tonne de personnages (parfois, il faut s'accrocher), et par la complexité apparente du raisonnement de Ligne Rouge. En fait, le chef de l'organisation se cache derrière des discours grandiloquents pour justifier les actes terroristes, mais leurs idées et leur révolution ne les mène nulle part. Finalement, on s'interroge : ne seraient-ils terroristes que par goût du sang, tous ?
Et puis, à un moment, l'organisation devient carrément une toile de fond très lointaine, le personnage important, c'est Politzer et lui, il n'a qu'une idée en tête, retrouver Lu. Quand on sait pourquoi, on se dit qu'il a vraiment un énorme grain, celui-là ! C'est là que l'histoire part en vrille complète, de thriller politique, on passe à une sorte de roman policier, où l'on suit le meurtrier... Très étrange procédé, qui fait qu'on se perd un peu.
Il y aurait sans doute beaucoup à dire encore sur ce roman déboussolant, mais alors cette critique balancerait des spoils à tort et à travers et s'éterniserait tellement il y a de chemins de traverse dans ce livre. Donc je m'arrêterais là.
C'est un livre qui ne m'a pas déplu, mais qui ne m'a pas plu. En fait, je ne sais pas s'il m'a plu ou pas. C'est là chose extraordinaire pour moi. Mais je ne pense pas que j'en garderai un souvenir impérissable, enfin l'avenir me le dira.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MaxLes
  09 avril 2013
Un groupe d'activistes d'extrême gauche sème la terreur dans le Paris contemporain en enlevant et assassinant.
Je ne suis pas arrivée à entrer dans l'histoire. Il y a beaucoup trop de personnages. de plus l'auteur passe très souvent du rêve à la réalité ce qui fait que l'on se perd. Son écriture avec beaucoup de phrases très courtes m'a beaucoup dérangée et a plombé le récit au lieu de le rythmer.
Moi qui en général aime les thrillers, j'ai plutôt eu l'impression de lire un livre philosophico politique. Il est certes intéressant au niveau d'une certaine analyse de notre société et de certains de ses citoyens mais pas toujours aisé à comprendre pour qui ne connait pas la psychologie.
Je n'ai pas été emballée par l'histoire et me suis un peu forcée pour le terminer.
Il faut par contre reconnaître à Éric Marty tout son travail de recherches aussi bien politiques, psychologiques que sociologiques.
Il m'est toujours difficile de dire que je n'ai pas aimé un livre, sachant le travail et l'investissement qu'a fourni l'auteur.
Je remercie les éditions du Seuil qui m'ont fait parvenir ce livre gratuitement.
www.seuil.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Dahlianoir
  30 mars 2013
le coeur de la Jeune chinoise nous raconte l'histoire d'un groupuscule terroriste d'extrême gauche pisté par la brigade policière de Gonzales-Roux. Au milieu de ces deux camps, Lu une jeune prostituée chinoise...
Je n'essaierai pas de résumer ce roman bien trop complexe pour que cela soit possible.

Beaucoup de points très positifs : l'évident travail de l'auteur sur l'activisme politique, la richesse de son roman, il y a aussi l'écriture sèche et saccadée avec de nombreuses énumérations et des phrases courtes qui donnent un rythme particulier au livre, une sensation de fuite en avant perdue d'avance. Il y a cette désespérance du combat que l'on sent derrière chaque page, il y a la violence si bien racontée.
Mais pourtant j'ai eu du mal à m'attacher aux personnages, j'ai aussi eu du mal à faire dans ma tête le film de cette histoire à m'y attacher et par conséquent c'est laborieusement que je suis arrivée jusqu'à la fin.
Pourtant et étrangement je conseille cette lecture, il y a ici la trame d'un grand roman, certaines scènes sont exceptionnelles et l'écriture est parfois d'une grande beauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
morticia
  13 mai 2013
Lectrice boulimique de "thriller" politique, généralement peu intéressée par les auteurs français, je me suis d'emblée laissée emporter par la fuite de Politzer et celle de la jeune chinoise. le Paris de leurs péripéties tumultueuses est tout à fait inhabituel. J'en veux pour preuve la description du quartier chinois, et tout particulièrement, celle de l'immeuble extravagant et réel qui abrite une partie de la communauté (Je me promets d'aller le visiter bientôt...) C'est là une des grandes réussites du roman que d'exposer avec finesse, précision réaliste, et poésie "amoureuse" des lieux pour le moins improbables. L'autre réussite tient à mon sens à l'inscription fragmentaire du "discours" idéologique de la Ligne rouge, cette organisation d'extrême-gauche qui sème la violence dans la ville. Un roman pour le moins déroutant - et palpitant, puisque c'est aussi une affaire de coeur. le lecteur, à son tour enquêteur, se plaira à identifier sous les masques et les personnages quelques figures actives (ou désactivées, aujourd'hui) de notre société du spectacle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
LeMonde   29 juillet 2013
Réflexion sur l'aspect tragique du militantisme et sur le désir de mort, doublé d'un hommage au Nada de Jean-Patrick Manchette [...] et au jazz de Charles Mingus.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
jarkusjarkus   19 mars 2013
Un dernier point, cognez aussi sur les clients... Il fallait être un idéaliste à la con comme l'était Zeller pour penser que les "consommateurs" sont des victimes... non ! Les consommateurs sont les putains du système, et ses kapos... il faut les crever comme les autres. On n'est jamais assez bolchevique avec les porcs !
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Éric Marty (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Marty
A l'heure où la Russie élargit sa loi contre la propagande LGBT, où la pénalisation de l'homosexualité au Qatar s'invite dans la Coupe du Monde, on s'interroge sur la place des réflexions sur le genre et sur l'identité au sein de nos sociétés.
Pour en parler, Guillaume Erner reçoit Eric Marty, essayiste et auteur de "Le Sexe des Modernes. Pensée du neutre et théorie du genre".
#lgbt #queer #genre
______________ Découvrez tous les invités des Matins de Guillaume Erner ici https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDroMCMte_GTmH-UaRvUg6aXj ou sur le site https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : Extrême gaucheVoir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2500 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre