AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B007SY62YY
Éditeur : Julliard (12/04/2012)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Avec ce livre aux allures d'autobiographie poétique, Jean-Luc Marty retrace le voyage intérieur qui l'a conduit au plus intime de son être, là où prennent naissance les pulsations du coeur et le mouvement du corps. Ayant longtemps vécu à Lorient, Jean-Luc Marty s'est toujours senti proche de son univers portuaire. Un port avec ses quais où l'on se tient debout face à la mer, prêt au départ ou à l'accueil. Autrefois, il fallait partir pour rencontrer les autres, aujo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
l-opulence-de-la-nuit
  27 août 2013
Jean-Luc Marty nous dit : " Pourquoi mes mots, si chétifs et fébriles, me condamnent-ils à une langue trop peu sûre, vacillante à ce point de lâcheté qu'aucune boussole n'a la force d'indiquer. " Quelle humilité face à un livre dont tous les mots sont d'une justesse et une poésie rare. Propre à chacun de faire ce long voyage, peu explicité dans le livre mais dans la juste raison de nous faire voyager nous même et nous appropier les mots de cet écrivain, pour naviguer dans nos propres voyages d'introspection.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   27 août 2013
Comment ordonner mes écarts intérieurs ? et leurs expressions disparates dont je quête la vraisemblance dans le regard de l'Autre, à en rater la dialectique parfaite : le retour à bon port après avoir vaqué en âme étrangère. Mais à quoi bon vous ordonner qui s'y refuse ? J'assume l'Indéfini et préfère naviguer d'une cohérence provisoire à une autre.
Commenter  J’apprécie          10
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   26 août 2013
Les mots m'ont toujours fait l'effet d'être en répétition générale jusqu'à trouver, un jour, à s'employer pour de vrai.
Commenter  J’apprécie          40
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   27 août 2013
Pourquoi mes mots, si chétifs et fébriles, me condamnent-ils à une langue trop peu sûre, vacillante à ce point de lâcheté qu'aucune boussole n'a la force d'indiquer.
Commenter  J’apprécie          10
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   27 août 2013
Dois-je attribuer au va-et-vient incessant des marées mon impuissance à penser à demeure ? Une inquiétude transformée au fil des ans en compagne légitime.
Commenter  J’apprécie          10
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   27 août 2013
Il y a toujours un double langage, un double corps, un refuge, un rêve, un royaume...
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jean-Luc Marty (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc Marty
Voyage au c?ur du Brésil, où trois personnages en quête d?eux-mêmes vont peu à peu réapprendre à vivre. ? ? ? Dans un village de pêcheurs, sur le rivage du Nordeste brésilien, Antoine Delacourt attend la visite d?Everton Dos Santos, le guide qui doit l?accompagner en repérage dans le Sertão, avant le tournage d?un documentaire. le Sertão est une région éloignée de tout, marquée par une aridité synonyme d?exodes et de famines. Rescapé d?un tremblement de terre au Bangladesh où il était en mission, Antoine garde en lui la trace indélébile des centaines de vies qu?il n?a pu sauver. de sa terrasse, il aperçoit depuis quelques jours une femme européenne, marchant seule sur la dune. Louise Fabre est pianiste, mariée à un homme d?affaires français. Elle n?est pas rentrée comme prévu à São Paulo où l?attendaient son mari et, surtout, leur fils de sept ans. Une décision subite, incompréhensible, qui ressemble à une fugue. Quant à Everton, ses tentatives pour se lancer dans l?aquaculture à l?embouchure d?un fleuve se sont heurtées à la corruption et au manque de moyens. Ce voyage en compagnie du « gringo » lui permettra de lutter encore un peu contre la misère qui guette sa famille. Au départ, rien ne rapproche ces trois personnages, déroutés de leur existence habituelle par de sourds conflits intérieurs, si ce ne sont désormais les banquettes inconfortables du vieux pick-up qui les emmène au c?ur d?un Brésil où la pluie vaut de l?or. Passé le temps du rivage nordestin et de ses vents de sable, la rencontre accidentelle avec un mort les aidera à démêler l?écheveau d?énigmes que chacun porte en lui. Sertão, littéralement « être tellement », telle est bien la destination finale de leur voyage. Lire un roman de Jean-Luc Marty est toujours une expérience à part. On y est emporté par la puissance de paysages capables de modifier la géographie intérieure des personnages. Sertão « être tellement » est une invitation à l?ailleurs où, par les vitres d?une voiture, se succèdent le travail de mémoire et celui du deuil, le réveil de vérités enfouies et la reconstruction de soi, où se libèrent enfin l?impossible mouvement vers l?autre et la renaissance des êtres à eux-mêmes. Subtil alliage d?intensité et d?économie de mots, l?écriture de Jean-Luc Marty parvient à restituer dans un même souffle poétique le silence des grands espaces et cette danse secrète des âmes qui lui tient tant à c?ur. ? ? ? Depuis La Dépression des Açores, paru en 2001, Rumba, en 2008, Un c?ur portuaire, en 2012, et La Mer à courir en 2014, Jean-Luc Marty écrit le mouvement des hommes, l?inquiétude de ce début de siècle, la difficile rencontre de l?histoire et de la géographie.
+ Lire la suite
autres livres classés : introspectionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
338 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre