AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de ChtiBaboun


ChtiBaboun
  05 octobre 2017
Jean Luc Marty nous emmène dans le Nordeste du Brésil et plus particulièrement dans le Sertao.
Le Sertao sera la toile de fond du roman et des 3 protagonistes de cette histoire.
Tout d'abord il y a Antoine Delacourt , un français qui s'est échoué pour diverses raisons sur la côte du Nordeste brésilien
Il y a Louise Luisa , femme de diplomate vivant à Sao Paulo et qui vient rejoindre une amie Margaret , dans une maison du Nordeste ,plantée sur une falaise face à l'océan.
Il y a Everton Dos Santos , sa femme son fils. Ils vivotent de leur exploitation de crevettes. Mais il n'a pas les moyens d'acheter des grosses machines pour ventiler les eaux et ses crevettes sont en danger.
Lors de ces 20 ans il a fait son service militaire dans la coopération à l'arsenal de Toulon
De ce séjour il a gardé la langue française et à son retour il s'est mis en relation avec l'Alliance Française de Récife.
Bien lui en a pris. Celle ci le contacte afin d'emmener dans le Sertao un Français qui doit superviser un documentaire.
Ce français est Antoine Delacourt. Il n'est pas seul. Louise Luisa est aussi de cette expédition.
Voila nos 3 personnages partis dans le Sertao.
Le Sertao devenant le quatrième personnage à part entière.
ce Road Movie dans le Sertao va permettre à chacun de se trouver , de se retrouver
Ce Road Movie va aussi nous raconter l'histoire du Sertao , des flagelados , de la guerre des Canudos et de l'enferfement.
L'exil intérieur existe.
La géographie violente du Sertao , sa séchéresse , sa pauvreté sont à rapprochée de la violence des hommes , des fazendas et des cangaceiros
La mort rode.
C'est dans ce contexte qu'Antoine Delacourt , Louise Luisa et Everton Dos Santos vont faire un pas vers leur Vérité.
Etre, Tellement
C'est aussi un lien trés fort avec le Sertao
Par son écriture qui peut être poétique , violente , visuelle Jean Luc Marty nous livre un roman plein de mélancolie où les hommes et les femmes se cherchent s'anéantissent dès fois ,se battent.

Ce livre m'a rappelé qu'il y a 37 ans Bernard Lavillers avait écrit et chanté le Sertao.

A travers ce désert la sèche et la boue
Pour chercher quelques cruzeiros à Caruaru
Un éternel été émiette le sertao
Le temps s'est arrête en plein midi
Il y a déjà longtemps
....
Tu n'as que la poussière pour parler d'amour
Aveuglé par la lumière comme dans un four
Que tous les chanteurs de foire gueulent ta chanson
Même si c'est le désespoir qui donne le ton
Tu n'as pas peur de la mort , Même tu l'attends
Avec ton parabellum au cour du Sertao
Un soleil ivre de rage tombe dans le ciel
Et dévore le paysage de terre et de sel
Où se découpe l'ombre de Lampaio
D'où viendront les cangaceiros de la libération
Sertao, sertao,sertao

Etre , tellement
Sertao
Commenter  J’apprécie          50



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (4)voir plus