AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782804801311
189 pages
Éditeur : Complexe (22/02/2007)
3.17/5   12 notes
Résumé :
" Jack l'Eventreur " : un des plus célèbres criminels de l'histoire, d'autant plus connu peut-être que le mystère de son identité n'a jamais été percé et que les hypothèses les plus folles, y compris la mise en cause de proches parents de la reine Victoria, ont été avancées à ce sujet et continuent de se nourrir de " révélations " successives. Cette " affaire " sert de point de départ à une enquête sur les mentalités victoriennes qui, seules, peuvent expliquer l'étr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
belette2911
  02 juin 2013
Que peut-il y avoir de si fascinant dans un tueur en série, assassinant des prostituées, les découpant, les mutilant, repeignant même la chambre de Mary Kelly avec son sang ?
Parce que ses meurtres furent monstrueux ?
Il a tout de même assassiné sauvagement cinq prostituées (au minimum, plus si affinités) dans le quartier pauvre de Whitechapel, à Londres, en 1888.
Est-ce parce que son identité ne fut jamais trouvée et qu'on suspecta bien des gens, jusque dans les plus hautes sphères du pouvoir ?
Une chose est sûre : il fascine depuis toujours et peu de tueur peuvent se venter d'avoir fait couler plus d'encre que de sang, d'avoir suscité autant de mystère, d'avoir eu leur nom sur des affiches de cinéma, dans des livres, d'avoir été mis à toutes les sauces et d'avoir TOUJOURS leurs noms au Panthéon des meurtriers, plus de cent ans après leurs méfaits. Tout en suscitant toujours les questions et les théories les plus folles !
Oui, je l'avoue, ce tueur me fascine. Pourtant, il a peu de meurtres à son actif, d'autres ont fait pire et bien plus de victime que lui. Mais sur Jack, il planera toujours une aura de mystère quand à son identité.
Qui était-il ? Nul le sait...
Tout le monde y passa : le petit-fils de la reine Victoria, le prince Albert Victor, duc de Clarence; le peintre Walter Sickert; John Druitt, l'avocat retrouvé noyé dans la Tamise; le chirurgien de la reine, Sir William Gull; ; George Chapman, barbier polonais; Sherlock Holmes (oui, dans un pastiche ! Mais étant un personnage de fiction - sacrilège que de l'avouer - il ne peut être tenu pour coupable),...
Pourtant, "Jack l'éventreur" ne fut sans doute pas le surnom qu'il se donna lui-même, mais pourrait provenir d'un journaliste... Une chose est sûre, le surnom provient d'une lettre envoyée à l'agence de presse London Central News Agency par une personne déclarant être le meurtrier.
Lorsque j'ai acheté ce livre, je savais que je n'aurais pas de réponse à mes questions. Ce n'est pas pour cela que j'ai acheté ce livre mais pour me plonger dans la société victorienne comme j'aime le faire...
Le début du livre est consacré - en grandes lignes - au serial-killer Number One mais il ne sert que de base pour un tout autre but : nous éclairer sur le "comment de telles choses ont pu arriver", faire la lumière sur les paramètres sociaux qui ont permis aux actions de Jack de prendre une telle proportion.
Ensuite l'auteur pourra nous parler, plus en profondeur, de la société victorienne, de ses tabous, de ses moeurs, de religion, de la place de la femme (aux fourneaux, oui),...
La première partie, qui détaille les us et coutumes ainsi que la politique, est agréable à lire et les pages tournent facilement.
C'est ensuite que ça à coincé et que ce fut plus laborieux, là où j'ai sauté des pages...
La seconde partie est brute de décoffrage, hyper pointue et nauséeuse quand l'auteur aborde des sujets tels que l'économique, la politique,...
A réserver pour les passionnés de l'époque !
Note : Il faut savoir aussi que si certaines rues furent éclairées, ce fut tout de même grâce aux meurtres de Jack... No comment.

Lien : http://thecanniballecteur.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
kuroineko
  29 juin 2019
Roland Marx était un historien spécialiste de la Grande-Bretagne et, plus spécifiquement, du long règne de la reine Victoria (1837-1901).
Cet ouvrage-ci ne se veut pas un énième livre à la recherche ultime de Jack l'Éventreur. Il s'agit plutôt d'une mise en perspective historique de ses ''exploits" macabres, au regard des fantasmes et des craintes que le meurtrier a suscités.
L'historien revient premièrement sur les faits de 1888 et comment la police échoua à mettre la main sur le responsable des massacres des cinq prostituées de l'Eastend, quartier populaire de la capitale. Roland Marx évoque le mélange d'horreur et de fascination pour l'affaire qui se diffuse alors. Et qui perdure encore jusqu'à maintenant au vu des innombrables productions écrites (romans ou nouvelles théories) et cinématographiques à propos d'un des plus illustres inconnus de l'Histoire des faits divers.
Dans les chapitres suivants, l'auteur revient sur les peurs de l'époque victorienne puis sur ses piliers fondateurs que sont la patrie, la religion, la famille, le travail et la propriété privée, gage d'une "harmonie capitaliste". Ceux-ci sont remis en question par le développement du syndicalisme et du socialisme, par une crise économique qui sévit depuis que l'Angleterre, première puissance mondiale en tant que locomotive de la révolution industrielle, a perdu cette place au profit des États-Unis. de même, la religion, dans une moindre mesure par rapport à la France de la même époque, perd du terrain et de son influence.
Par conséquent, entre les difficultés avérées de l'époque et celles fantasmées, l'aristocratie et la bourgeoisie craignent pour leurs modèles. Se développe une peur de ces vastes quartiers populaires ou pauvres comme celui de Whitechapel, antre de misère, de vices et de criminalité. En plus d'insalubrité en raison d'un urbanisme et d'un habitat mal gérés.
C'est donc dans cette période déjà marquée par diverses angoisses que surviennent les crimes horribles de Jack l'Éventreur, commis sans mobile apparent. Pour Roland Marx, le meurtrier cristallise alors ce qu'il nomme fantasmes de cette fin de règne victorien.
J'ai beaucoup apprécié cette mise en perspective historique d'une affaire criminelle qui permet d'élargir le point de vue et de mieux comprendre les mentalités de l'époque. Roland Marx maîtrise son sujet et l'amène avec une grande accessibilité. Sérieux et méthodique, son essai, paru en 1987, mérite d'être lu. Une courte chronologie des faits politiques, religieux, économiques et policiers du XIXème siècle anglais en fin de volume aide à se retrouver dans le cours des événements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Coral
  05 juin 2012
1888 Jack l'éventreur et les fantasmes victoriens, cache sous un air de petit livre indolent une analyse atypique du désormais célèbre Jack l'éventreur.
L'auteur se sert, ici, du meurtrier comme d'une base. Son but principal étant de mettre en lumière les multiples « paramètres » qui ont permis aux actions de Jack de prendre une telle proportion.
Bien écrit et détaillé, Roland Marx, dépeint les moeurs britanniques. La première partie détaillant les us et la politique reste accessible et moins lourde que la suivante. En effet, la suite est plus pointue et rébarbative au niveau des sujets (économique, politique, société).
Les grands curieux trouveront surement leur bonheur dans cette analyse minutieuse. Pourtant, à force d'insister ces « peurs » nous semble finalement un peu trop attendue, même unilatérale. le sentiment final étant que ces « fantasmes victorien » reste transposables à toues les époques quelque soient les lieux
Commenter  J’apprécie          20
Felipe28
  27 mars 2020
J'ai perdu l'intérêt après quelques minutes. Dès le début il y a des erreurs historiques au sujet des dates de certains événements. Ces erreurs m'ont définitivement fait perdre tout intérêt pour la suite.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
kuroinekokuroineko   20 juin 2019
S'il est un mythe criminel qui a bien supporté les épreuves du temps, c'est bien celui de Jack l'Éventreur. Il ne se passe guère de décennie, depuis 1888, sans que toutes les sortes d'écrits, dont le théâtre, et très vite le cinéma, pour ne rien dire des savantes études psycho-sociologiques, ne tentent de jeter une clarté plus ou moins nouvelle sur un mystère irritant. Le trait commun à bien des auteurs est de présenter avec certitude une identité de l'assassin : en fait, sans aucune preuve concluante.
Le grand nombre des hypothèses ajoute un charme trouble à celui qui relève de la morbidité même des forfaits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Video de Roland Marx (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roland Marx
A la manière de Marx dans le 18 Brumaire, l'un de nos plus grands analystes politiques, spécialiste des mouvements d'opinion, décrypte les impasses des enjeux et des perspectives de la France d'aujourd'hui. Superbement lumineux.
Retrouvez le livre ici : http://bit.ly/2NQCOTL.
>Iles Britanniques>Grande Bretagne, Royaume uni : Histoire>Histoire des Îles britanniques : Victoria et les Windsor (1837...) (13)
autres livres classés : jack l' éventreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2401 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre