AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782311101775
144 pages
Éditeur : Vuibert (16/09/2016)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Louise Michel (1830-1905) a eu un destin hors du commun : combattante politique, féministe avant l'heure, aventurière de la liberté...
Dans ce roman graphique, Mary et Bryan Talbot font revivre l'héroïne de la Commune de Paris et nous transportent à ses côtés, des rues de la capitale pendant le siège de 1870 aux plages de Nouvelle-Calédonie où elle fut exilée. De combats en arrestations, de victoires en défaites, de fusillades en moments de partage, nous som... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
cascasimir
  30 décembre 2019
28/03/1871: Dix jours après l'insurrection, la Commune de Paris est officiellement déclarée. Vive la Commune!
Ce furent la misère du peuple et les conditions de vie et du travail des enfants qui embrasèrent Paris et menèrent à l'insurrection...

Louise Michel (enseignante, poétesse, journaliste, féministe, militante anarchiste...) est au devant de la scène, avec ce foulard rouge qui préfigure l'élan communiste...
Elle fut aussi la première à arborer le drapeau noir des anarchistes!

Le 16 avril, décret de la Commune:
Le personnel religieux est chassé des hôpitaux et des écoles, et remplacé par des laïques...
Le comité de vigilance des citoyennes demande le pouvoir immédiat de réquisitionner les maisons abandonnées, afin d'y loger les citoyens sans abri et de leur permettre de nourrir leurs enfants.

Louise Michel harangue le peuple, lors des rassemblements:
-" Travailleurs, nous sommes en guerre, en guerre contre les parasites et les exploiteurs. Les riches sont un autre mal de notre société, eux qui ne font que boire et s'amuser.
Le mariage, citoyennes, est la plus grande erreur de l'humanité. Être mariée, c'est être réduite en esclavage!"

Louise Michel n'avait peur de rien: rue Peyronnet, elle joue de l'orgue dans l'église abandonnée, attirant les obus sur la barricade... Mais, elle devra se rendre pour faire libérer sa mère, arrêtée à sa place.

Ensuite, ce sera la déportation, en Nouvelle Calédonie... pour celle à qui Victor Hugo rendit hommage !
Il la dépeint comme "Judith, la sombre juive" et "Aria la romaine", dans le poème "Viro major."

" Les femmes, surtout, sont le bétail humain, qu'on écrase et qu'on vend. Notre place, dans l'humanité ne doit pas être mendié, mais prise!" Louise Michel, Mémoires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          809
ClaireDoc
  05 janvier 2019
Une Bd à posséder. Très bien documenté, le récit est prenant. le graphisme est principalement un travail du noir (belle maîtrise), agrémenté de rouge. Les notes permettent un éclairage supplémentaire sur les contemporains de Louise Michel. Et ça donne envie de lire les oeuvres de Louise Michel ! Bravo aux auteurs.
Commenter  J’apprécie          140
IreneAdler
  25 mars 2020
On connait Louise Michel comme une icône de la Commune de Paris. Ce qu'elle est, évidemment ; en même temps qu'une battante, une guerrière. On sait moins qu'elle a continué à militer lorsqu'elle est revenue du bagne en Nouvelle-Calédonie, où là aussi elle s'est opposée à la puissance colonisatrice (son pays, donc), a rencontré et a appris à connaitre et comprendre les Kanaks. Puis les Algériens emprisonnés avec elle. Sans hésiter à s'opposer aux autres blancs en exil forcé, dont le racisme lui était insupportable. Une battante jusqu'à la fin de sa vie.
Le graphisme est vraiment très beau. L'album est en noir et blanc, avec des touches de rouge (socialiste, bien évidemment).
C'est très prenant, très instructif et sans démystifier le personnage, nous fait entrer dans sa pensée et ses combats. Elle aura droit à des obsèques nationales, à la fin.
Challenge BD 2020
Commenter  J’apprécie          90
Marti94
  13 août 2017
Publié en 2016, "Louise Michel, la Vierge Rouge" est le troisième roman graphique commun de Mary et Bryan Talbot qui sont respectivement auteur et dessinateur britanniques, et c'est le premier traduit en français. Tant mieux pour moi qui ne maitrise pas suffisamment l'anglais pour le lire.
Ils s'intéressent à l'histoire des femmes et proposent une biographie de Louise Michel particulièrement bien documentée. La preuve avec, à la fin de l'album, une quinzaine de pages de notes passionnantes détaillant l'histoire et les sources utilisées mais pas nécessaires à la lecture (c'est un complément).
Nous sommes à Paris le 22 janvier 1905, à la gare de Lyon, où une jeune femme attend Charlotte Perkins Gilman, sociologue et écrivaine américaine dont l'oeuvre a eu une grande influence sur le féminisme. Ce jour n'est pas ordinaire puisque c'est le jour de l'enterrement de Louise Michel que les deux femmes ont connue. Monique, la jeune femme, parce que c'est la fille d'une amie de combat qui a été blessée sur les barricades pour défendre Paris face aux versaillais en 1871 et Charlotte Perkins Gilman parce qu'elle a croisé Louise Michel à Londres pendant leurs tournées de conférences et avec qui elle a partagé la même obsession, le roman utopique.
Les deux femmes vont donc raconter ce qu'elles connaissent de Louise Michel, ses débuts à Montmartre où elle se dévoue pour les enfants défavorisés puis son engagement dans les luttes féminines en tant qu'adhérente à l'Internationale socialiste. Sa participation au siège de Paris et à la Commune. A cette époque, pour que sa mère ne soit pas inquiétée, elle se rendra aux Versaillais. Louise Michel sera condamnée à la déportation à Nouméa en Nouvelle-Calédonie où elle s'intéressera à la flore mais surtout aux problèmes des Canaques. L'amnistie de 1880 va lui permettre de rentrer à Paris, de voir l'exposition universelle de 1889 et de reprendre ses activités révolutionnaires et anarchistes jusqu'à sa mort en 1905.
Cette vie trépidante d'une femme engagée qui reste droite face à l'adversité m'impressionne car jamais Louise Michel ne cessera de défendre les valeurs d'éducation, d'égalité, de progrès.
J'ai beaucoup aimé ce roman graphique au format très agréable. Il y a juste un détail que je n'ai pas compris, c'est la référence à Franz Reichelt, un tailleur d'origine autrichienne vivant en France et qui aurait inventé le parachute. Il y a quelque chose qui a dû m'échapper.
Lu en août 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Xian_Moriarty
  26 janvier 2017
Avant tout, je voudrais remercier mon amie Sophie qui m'a offert cette chouette BD pour mon nowel.

Louise Michel, je connaissais beaucoup de noms. Avec cette BD sous forme de biopic, j'ai pu découvrir cette femme de conviction. Et j'avoue que je pense me pencher sur une biographie d'elle pour en apprendre beaucoup plus, surtout sur sa condamnation en Nouvelle-Calédonie.

Pour le contenu, comme je ne connais pas très bien le personnage, je ne saurais quoi vous dire. Cependant, je pense que la vision que les auteurs anglais lui donnent doit avoir un recul que nous, Français, n'avons pas forcément sur nos hommes et femmes politiques, encore plus pour des personnages controversés comme Louise Michel.
On suit le récit de femmes ayant connu Louise Michel dans ses combats et ses actions. On peut aussi découvrir comment la mort de cette figure de la commune et de l'égalité est perçue par d'autres personnalités non françaises.
Il y a quelques choses de puissant dans cette BD et je pense que cela vient des choix des auteurs des scènes et des moments historiques à évoquer.

Mais cette puissance vient aussi que l'ouvrage est en noir et blanc, parfois ponctué de rouge. Je crois que le visuel de la BD m'a permis de me plonger dans cette période de l'histoire qui fut sombre, mais aussi très importante pour les droits sociaux et pour l'égalité des femmes.

L'ouvrage est ponctué de très nombreuses notes qui permettent d'approfondir ce que l'image ne montre ou ne développe pas toujours.

J'ai beaucoup apprécié ma lecture que j'ai trouvée très bien construite pour une première approche du personnage de Louise Michel. de plus, l'ouvrage propose une bibliographie – beaucoup en anglais – pour permettre de continuer l'aventure avec cette femme de conviction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (2)
BoDoi   21 octobre 2016
Nourri par d’abondantes recherches, ce portrait historique et empathique de Louise Michel en pasionaria féministe et antiraciste est idéalement mis en images par Bryan Talbot.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario   26 septembre 2016
Bien qu'étant sorti très discrètement je vous conseille ce passionnant album, en format plus petit que la moyenne.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Xian_MoriartyXian_Moriarty   27 décembre 2016
On débite aux filles un tas de niaiseries appuyées par une logique puérile tandis qu'on essaie de faire ingurgiter aux garçons des boulettes de sciences à leur crever le jabot. Pour les unes comme pour les autres, cette instruction est ridicule.
S'instruire n'est pas seulement la voie royale vers l'indépendance économique, c'est aussi un moyen d'accélérer la reconnaissance des droits des femmes.
Commenter  J’apprécie          20
Xian_MoriartyXian_Moriarty   27 décembre 2016
-Vos bêtes errent dans nos jardins. Elles mangent toutes nos ignames et tous nos taros.
-Dans ce cas, installez une clôture dans votre jardin pour qu'elles ne mangent pas vos cultures.
-Je poserai une clôture autour de mon jardin le jour où je verrai mes ignames et mes taros sortir de terres pour aller manger ton bétail.
Commenter  J’apprécie          20
Marti94Marti94   13 août 2017
Les quartiers pauvres du nord – Montmartre, Belleville, La Villette- rêvaient d’une révolution sociale depuis des années. Cet espoir fut ravivé en septembre 1870, lorsque les Prussiens capturèrent l’empereur. Le régime s’était effondré.

Les députés élus s’organisèrent en un gouvernement de la défense nationale et proclamèrent la République ! Le changement était à venir.
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   13 août 2017
Louise a toujours été quelqu’un de passionné. Alors qu’elle n’était qu’une jeune fille, elle envoyait des poèmes à Victor Hugo. Ils ont entretenu une correspondance durant près de trente ans, jusqu’à la mort de l’écrivain.
Commenter  J’apprécie          20
Marti94Marti94   13 août 2017
Elle s’est rangée du côté du peuple indigène, tout comme elle s’est toujours rangée du côté des opprimés !
Commenter  J’apprécie          30

Video de Mary M. Talbot (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Mary M. Talbot
"Louise Michel, la vierge rouge" de Mary M. et Bryan Talbot
autres livres classés : CommuneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
970 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre