AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782818502181
320 pages
Éditeur : Fayard (16/05/2012)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Sans confiance entre les individus, c’est toute notre société qui s’écroule. Apparaissent la peur, la déraison, la faillite, la guerre, la paranoïa. Et pourtant, la judiciarisation des rapports contractuels, le désir de contrôle, le refus d’offrir à l’autre une part de vulnérabilité humaine, sans laquelle la confiance n’existe pas, engendrent une société de défiance.
L’essai magistral de Michela Marzano, offre une double perspective, historique et philosophiq... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Baldrico
  20 août 2020
Un bouquin épatant!
C'est riche, intelligent, sensible, pertinent.
On n'en ressort pas sans se poser des questions sur nos choix d'existence. Et c'est bien le but de la philosophie.
Le sujet est fondamental mais difficile à saisir. À trop vouloir définir la confiance, l'enserrer dans des règles immuables ou la décréter, on la perd. En même temps, elle est indispensable à tout rapport humain digne de ce nom.
Michela Marzano commence par montrer que la confiance ne peut pas s'identifier au crédit ou au contrat. Certes dans ce type de rapports un minimum de confiance est nécessaire pour accorder du crédit (monétaire ou moral) ou pour conclure un contrat. Les contraintes en cas de non respect de la parole donnée ne sont pas suffisantes. Mais en même temps, elles manifestent que la confiance est limitée, que des garanties juridiques sont nécessaires, que la défiance l'emporte sur la confiance. Quant au crédit (monétaire), il permet le déploiement de potentialités apparemment infinies, qui donnent l'illusion de la confiance en soi.
Car aujourd'hui c'est le maître mot: il faut avoir confiance en soi, notamment dans les prescrits managériaux des entreprises. La concurrence génère des individus bulles qui ne compteraient que sur eux-mêmes. Sauf que cette confiance aussi est illusoire. Il ne peut y avoir de confiance sans rapport à l'autre. Cette confiance en soi solipsiste ne peut que conduire à l'échec, lui-même rejeté comme comme un signe de manque d'assurance.
La confiance n'est pas non plus la foi. La foi en un dieu tout-puissant et donc d'une fiabilité absolue ne peut servir de modèle aux rapports entre humains faillibles. À force de vouloir rechercher quelqu'un à qui on peut faire une confiance absolue, comme c'est souvent le cas dans les rapports amoureux, on court systématiquement à se sentir trahi un jour ou l'autre.
C'est que la confiance s'accommode mal de garanties, elle est un pari, un saut dans l'inconnu. Elle comporte en elle-même le risque de trahison. Pour autant, elle n'exclut pas le discernement. Il est utile de connaître la personne à qui on accorde sa confiance, mais la part d'incertitude est irréductible. C'est sur elle que comptent les pervers et les manipulateurs qui gagnent la confiance d'autrui pour en abuser et augmenter leur propre illusion de puissance.
Pour traiter tous ces aspects, et encore d'autres, de la confiance, Michela Marzano convoque évidemment de nombreux philosophes, mais aussi une large culture littéraire et cinématographique. Et l'on se prend à regretter quelquefois qu'elle passe un peu vite sur telle analyse, qu'elle n'approfondisse pas la pensée de tel auteur. Mais c'est le rôle d'un livre clé, d'un livre qui nous ouvre des portes, que de nous pousser à chercher plus loin dans les directions indiquées pour poursuivre notre propre chemin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
JunieJunie   10 novembre 2012
Je voudrais montrer dans ce livre que la confiance, à la différence du crédit, renvoie à la fois à quelque chose de fondamental et de dangereux.
Elle est fondamentale car, sans confiance, il est difficile d'envisager l'existence même des relations humaines: des rapports de travail jusqu'à l'amitié, en passant bien évidemment par l'amour, toute relation semble devoir s'appuyer sur un noyau minimal de confiance mutuelle. (...) Elle nous permet de parier de nouveau sur nous-mêmes, sur les autres, sur l'avenir, en cassant le cercle vicieux de l'angoisse.
Mais la confiance est dangereuse aussi: elle implique toujours le risque que le dépositaire de notre confiance ne soit pas à la hauteur de nos attentes. La confiance est un pari humain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
JunieJunie   10 novembre 2012
La confiance renvoie à l'idée qu'on peut se fier à quelqu'un ou à quelque chose. Le verbe confier (du latin confidere: cum: "avec", et fidere "fier") signifie qu'on remet quelque chose de précieux à quelqu'un, en s'abandonnant à sa bienveillance. Lorsque je pense être avec un ami, avec quelqu'un que j'aime et qui m'aime en retour, je peux décider de lui avouer mes craintes ou de lui révéler mes secrets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
JunieJunie   10 novembre 2012
Mais je peux aussi croire trop facilement à ce qu'on me raconte et finir par devenir crédule: je peux me fier aux apparences et être trompé. D'où les liens étroits qui existent, du moins au niveau étymologique, entre la confiance, la confidence, le crédit, la crédulité, la foi, la fidélité. (.....) Qu'est ce alors que la confiance?
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Michela Marzano (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michela Marzano
La question du « genre » embrase et divise depuis quelques années la société française. D?un côté, ceux qui voient dans cette question une idéologie visant à détruire les fondements de la famille et donc de la société. de l?autre, ceux qui font de la lutte contre les discriminations une priorité absolue. Mais si le sujet cristallise toutes les passions, de quoi parle-t-on réellement ? La philosophe Michela Marzano décrypte la question en dénonçant les nombreuses confusions des militants et des intellectuels entre : différence des sexes, identité de genre, orientation sexuelle, pratiques sexuelles. Elle rétablit, avec une intelligence fine et lucide, la vérité sur un enjeu de société.
http://www.albin-michel.fr/ouvrages/papa-maman-le-genre-et-moi-9782226397959
+ Lire la suite
autres livres classés : pariVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
328 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre