AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246794394
352 pages
Éditeur : Grasset (02/05/2012)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 50 notes)
Résumé :
"Des années durant, j'ai cherché par tous les moyens à devenir aussi légère qu'un papillon. Et j'y suis presque arrivée. En termes de kilos, s'entend. Car pour ce qui est du reste, la vie a souvent été trop pesante pour moi. De devoir être la meilleure. De m'efforcer de répondre aux attentes des autres. D'oublier Alessandro, d'abandonner mon pays, de faire du français ma langue. Mais le plus pesant fut de recommencer à vivre..."Dans ce livre intime et émouvant, la p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
BMSierre
  14 novembre 2012
Ce livre "thérapie" a été écrit par une femme qui a souffert sa vie durant du manque d'harmonie dans le couple de ses parents. le père, plein de principes, aime sa fille et croit en elle, mais la pousse à toujours se surpasser pour être la meilleure. La mère, écrasée par les idées de son mari, manque de confiance en elle. La fille essaiera de se libérer du poids de son éducation en devenant" légère" (anorexique), puis elle tentera ensuite, dans sa vie professionnelle et amoureuse de se libérer des idées reçues dans son enfance. Une expérience de vie qui fait réfléchir et montre le poids d'une éducation castratrice ! G.
Commenter  J’apprécie          90
LiliLee
  30 juin 2016
Voilà, je crois que c'est bon, je le tiens, mon livre-coup de foudre de l'année 2012!
Je suis tombée sur lui, comme toujours dans ces cas-là, par hasard. Un livre qui s'est retrouvé dans mes mains sans que je sache pourquoi, et qui fera partie de ceux qui comptent dans mon cheminement. le titre m'a sûrement d'abord accrochée, moi qui suis une toquée des papillons. Et puis, dès les premières phrases, une connivence, ce sentiment que ce texte n'est écrit que pour moi, que c'est forcément de moi qu'elle parle!
Un auteur-philosophe qui raconte son parcours en partant de son anorexie (mais pas uniquement), et qui décortique tout ce qui s'est construit autour de ça, ce qu'il y avait avant, et ce qu'il y a eu après. Ce mal-être, ce désir de plaire à tout prix et de chercher la perfection dans tous les domaines, quitte à y laisser perdre celle qu'on est vraiment, mais qu'on n'ose pas laisser s'exprimer.
Un bonheur de lecture et certainement une aide, un espoir, pour celles et ceux qui se cherchent, qui se débattent dans leurs contradictions, avec un passé qui fait mal et qui s'obstine à rester bien présent quoi qu'il arrive.
Je crois que l'idée principale de ce livre, c'est “devenir soi”!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
photomum01
  27 janvier 2020
Michela vit une enfance heureuse et protégée mais son père d'une exigence obsessionnelle la contraint à se surpasser constamment.
Peu à peu Michela a perdu pied souffrant de dépression et d'anorexie, ce qui l'a conduite à l'hôpital psychiatrique.
Sa vie durant, par le biais de la philosophie, qu'elle a étudié et qu'elle enseigne, elle explique ce que peut être le doute, le besoin d'être aimé, la recherche de l'absolu, ce qui provoque le mal être.
Un roman humaniste autobiographique qui dresse le portrait d'une jeune fille victime d'anorexie de longues années durant, mais aussi de son parcours professionnel.
Le texte est émaillé de réflexions introspectives sur sa vie, ses rapports aux autres et au monde ainsi que de nombreuses références à Kant, Freud, Kafka, etc...
Un roman qui est également un cri de souffrance et de solitude mais aussi d'espoir.
" Avec le temps va tout s'en va
Et l'on se sent blanchi comme un cheval fourbu
Et l'on se sent glacé dans un lit de hasard
Et l'on se sent floué par les années perdues..."
Mais le temps efface aussi les peines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Taraxacum
  27 juillet 2012
Voici un livre écrit pour parler de l'anorexie, des causes qui le sous-tendent, ou pas, des idées reçues, des problèmes des rapport père fille... Et dire que quelqu'un me l'a offert pour me montrer qu'il y a plus malheureux que moi et m'expliquer que je devais arrêter de me plaindre! Franchement, si ce n'avait pas été un cadeau, je ne l'aurai pas lu jusqu'au bout.
Pas que le thème me dérange, non, c'est la structure du livre qui m'a empêchée de l'apprécier. Très décousu, pas de chronologie, plus un ensemble de réflexions jetées sur le papier. Peut-être qu'il saura toucher, et aider ,d'autres personnes, sûrement, même mais il ne correspondait pas à ce que moi je recherchais.
Commenter  J’apprécie          40
andras
  26 janvier 2016
Michela Marzano est italienne et professeur de philosophie à l'université Paris-Descartes. Son livre est un récit éclaté et "dans le désordre" de certains épisodes clés de sa vie, en particulier celui de son anorexie et celui de sa tentative de suicide quand "l'homme de sa vie" l'a quittée. J'ai regretté que Michela Marzano ne donne que des récits très brefs des événements, et souvent sans chronologie, ce qui fait que ses réflexions au sujet de ces événements semblent parfois abstraites, comme désincarnées. Mais il y a néanmoins de très beaux passages, en particulier sur sa relation avec son père.
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Lexpress   04 août 2012
Réflexion sur le couple, la liberté d'être soi, le passé dont il faudrait dénouer les lanières comme celles d'une sandale qui blesse la chair, le texte de Michela Marzano laisse une empreinte. Légère, mais tenace.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   06 novembre 2014
Comment faire comprendre aux autres que dans ce tout magnifique, il manque l'essentiel ? Comment leur expliquer que manque la simple petite preuve que la vie est belle ? Comment trouver les mots pour dire qu'il manque la joie. La paix. La force d'affronter le monde. L'envie... (p.165)
Commenter  J’apprécie          300
lululifatlululifat   21 février 2013
Comment peut-on à la fois être autonome et dépendant ? Il en va pourtant bien ainsi. On ne devient libre qu'en acceptant la dépendance. Car on accepte alors cette part de fragilité qui est en nous. On admet alors de ne pas "tout avoir" et de ne pas "être tout". On comprend que l'autre "a quelque chose" que nous n'avons pas, qu'il "est quelque chose" que nous ne sommes pas.
Commenter  J’apprécie          141
fanfanouche24fanfanouche24   06 novembre 2014
Car pour respecter les autres et les traiter avec équité, nous ne devons pas oublier que nous avons tous besoin de quelqu'un. Que nous sommes tous dépendants. Sans exception. Et que la dépendance n'est pas nécessairement négative.
Comment pourrait-on envisager d'aimer quelqu'un si on ne dépendait pas, au moins un instant, des mots qu'il nous dit, des regards qu'il nous offre, des attentions qu'il nous réserve ? (p.168-169)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24fanfanouche24   09 juin 2013
On peut être anorexique ou boulimique, on peut s'automutiler ou se droguer...C'est le "pourquoi" qui compte. Pourquoi est-on passé par là? Et au-delà du "pourquoi", le "comment"....
Comment retrouver l'envie de vivre ? ce très long chemin qu'on parcourt dès lors que l'on cherche à briser le cercle vicieux de la souffrance. (p.14-15)
Commenter  J’apprécie          70
TaraxacumTaraxacum   12 juillet 2012
J'ai toujours été une enfant sage. Mais à quel prix? Qu'est ce qu'il m'a fallu sacrifier à jamais pour être sage? Si sage qu'en cours de route, j'ai oublié ce que je voulais... Pire encore, qui j'étais....
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Michela Marzano (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michela Marzano
La question du « genre » embrase et divise depuis quelques années la société française. D?un côté, ceux qui voient dans cette question une idéologie visant à détruire les fondements de la famille et donc de la société. de l?autre, ceux qui font de la lutte contre les discriminations une priorité absolue. Mais si le sujet cristallise toutes les passions, de quoi parle-t-on réellement ? La philosophe Michela Marzano décrypte la question en dénonçant les nombreuses confusions des militants et des intellectuels entre : différence des sexes, identité de genre, orientation sexuelle, pratiques sexuelles. Elle rétablit, avec une intelligence fine et lucide, la vérité sur un enjeu de société.
http://www.albin-michel.fr/ouvrages/papa-maman-le-genre-et-moi-9782226397959
+ Lire la suite
autres livres classés : anorexieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
917 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre