AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226442109
Éditeur : Albin Michel (21/08/2019)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 1554 notes)
Résumé :
Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles. Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires.
Réparti sur deux salles – d’un côté les idiotes et les épileptiques ; de l’autre les hystériques, les folles et les maniaques – ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (498) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  19 septembre 2019

Nous sommes fin du 19eme siècle, hôpital de la Salpêtrière, sous le commandement de Charcot, grand précepteur des maladies neurologiques. Plusieurs femmes sont enfermées dans cet hôpital qui rendrait folle n'importe quelle femme saine d'esprit. Victimes d'un traumatisme enfant, victimes de visions et de voix, pour peu qu'elles ne rentrent pas dans le contrat normalisé des leurs, elles sont envoyées à la Salpêtrière.
Le bal des folles ne figure qu'en dernière partie de ce roman et fait selon moi assez pâle figure dans ces figures de l'ombre. On suit Louise, Eugénie ou encore l'intendante infirmière qui est à mon sens, le personnage le plus utile à ce récit. de par ses premiers doutes, elle humanisera toutes ces femmes diabolisées. Charlot quant à lui au même titre que la médecine et les expériences sont très peu exploités. le roman axe davantage sa psychologie sur la folie, quand et pourquoi surgit-elle. C'est un portrait plutôt réaliste de la société médicale de l'époque assez effrayant deux siècles plus loin. Et un bon premier roman prometteur pour l'auteur.
Le bal des folles ou la salle de bal (Anna Hope), je ne sais pas vous, mais chez moi ça sentait un air de déjà vu que je craignais en ouvrant ce livre. Sans surprise, ce roman m'a replongée dans la salle de bal à nombreuses reprises. Un même lieu d'enfermement, la même époque, le contexte de la folie, des femmes incomprises, retenues souvent contre le gré. le bal des folles est d'ailleurs tellement ressemblant au roman d'Anna Hope qu'on pourrait penser au plagiât. Sauf qu'ici, le roman reste assez en superficie, l'histoire est assez brouillonne et pas aussi bien travaillée que la salle de bal selon moi (que j'avais littéralement dévoré). La plume se montre fluide et agréable mais il m'en fallait plus, déjà une touche d'originalité pour être totalement convaincue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          15428
Kittiwake
  15 septembre 2019
Il était prudent, à la fin du 19ème siècle de ne pas afficher une conduite hors des sentiers battus, lorsque l'on était une jeune femme de bonne famille. La sanction menaçait toute « déviante » : direction la Salpétrière, sans autre forme de procès, sans certificat médical, sans même avoir eu un comportement constituant un danger pour soi-même ou pour autrui. D'ailleurs, il est vraisemblable que la seule volonté de l'entourage suffisait à faire enfermer toute personne jugée gênante pour ses proches. Et bien sûr, une fois prisonnière de la sinistre bâtisse, il est extrêmement compliqué de prouver sa « normalité ».
C'est l'époque où Charcot travaillait sur les manifestations de l'hystérie, qu'il mettait en évidence par l'hypnose, devant un groupe d'étudiants admiratifs.
Certes les connaissances étaient maigres concernant le fonctionnement du corps humain, mais l'expérimentation faisait fi de l'individu. Aussi la folie pouvait-elle s'exposer, et se donner en spectacle, comme c'était la coutume une fois par an à l'asile, au cours de ce Bal des folles qui donne le titre à l'ouvrage.
A travers l'histoire d'Eugénie, qui a le tort de posséder des pouvoirs de communication avec les morts, Victoria Mas nous convie au quotidien des habitués du service de psychiatrie, patientes et soignants, et c'est toute la détresse de ces femmes qui apparait entre les lignes.
Témoignage d'un temps passé, peu enclin à prendre du recul sur ses pratiques scientifiques,
le roman a le mérite de rendre hommage à ces femmes victimes de la folie de leur entourage.
Sans pathos, basée sur des documents historiques, le roman se parcourt avec agrément, tout en frémissant d'indignation sur le sort injuste de ces femmes humiliées.
Premier roman, déjà deux fois remarqué (Prix Stanislas et Talents Cultura), présent dans la sélection du prix Fémina, Victoria Mas fait une entrée remarquée dans le monde de la littérature.
Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1397
lyoko
  01 janvier 2020
J'ai beaucoup apprécié ce roman qui remet pas mal de choses à leur place, et qui rend hommage à ces femmes internées pour rien ou tout au moins pour pas grand chose.
Le pouvoir de l'époux ou du père de famille fait froid dans le dos. Pour un peu de caractère et de contestation nous pouvions être mis au banc de la société ou des médecins en pleine étude de ces maladies psychologiques utilisaient des moyens peu orthodoxe, afin de mettre fin à une crise de folie ( panique , épilepsie,... )
J'ai bien de la chance de ne pas être née à cette époque, je pense que je ne serais pas restée longtemps en liberté avec mon caractère de rebelle.
L'écriture de l'auteure est très fluide et agréable. je me suis promenée tranquillement dans cet HP et j'y ai côtoyé des femmes extraordinaire.
Une histoire prenante qui nous renvoie dans un passé, pas si lointain. Une très belle découverte
Commenter  J’apprécie          1266
fanfanouche24
  21 novembre 2019
Une pépite absolue... un roman bouleversant, époustouflant !!

Intéressée par ce livre dès sa parution, j'en avais reporté la lecture,
les thèmes et l'ambiance m'évoquant trop " La salle de bal "...Entre "L'Oeil de la nuit" de Pierre Péju, et ce premier roman de Victoria Mas, je persiste dans les mondes de la neurologie, psychiatrie, et l'étude de la psyché humaine !!
Nous suivons le destin de différentes femmes au sein de la Salpêtrière,
et du service du professeur Charcot: "aliénées" et "soignantes"... Des femmes qui ont sombré, car on leur a fait subir des violences inouïes, comme la très jeune Louise, orpheline, violée par son oncle !
Eugénie, fille de bonne famille, se sent différente, en rebellion constante
avec son père, conformiste et autoritaire; elle se rend compte qu'elle
a comme une sorte de don: elle se sent reliée avec les défunts; sa
première prise de conscience de la présence d'un proche mort fut son
grand-père... Elle ira, en cachette, assister avec son frère à un débat
philosophique dans un café, où bien évidemment, elle se trouve être
la seule femme de l'assemble... C'est là, qu'elle découvrira Allan Kardec
et son ouvrage qui fait polémique: "Le livre des esprits"...
Elle se précipitera dans une librairie qu'on lui a signalée, qui n'est autre que
la boutique de son éditeur, Leymarie !
Elle dévore ce livre, qui bouleversera son existence et sa manière de voir
les choses... Malheureusement, dans un premier temps, les drames et
ennuis se succèderont...Son père la fera interner avec "les Folles de Charcot"...Nous suivrons donc avec grande émotion et suspens, les
parcours d'Eugénie, la "dite aliénée" et Geneviève, la fidèle assistante
du grand Charcot !
Un beau personnage que cette Geneviève , intendante, collaboratrice
de Charcot, depuis 20 ans...scientifique convaincue, célibataire
endurcie, minée de l'intérieur par la mort prématurée de Blandine,
sa jeune soeur ! Elle rentrera dans l'existence d'Eugénie, prendra
connaissance du fatidique ouvrage de Kardec, "Le Livre des esprits" !!
Une image mentale se juxtapose au moment où j'écris ces lignes:
je vois la fameuse tombe de Kardec au Père-Lachaise, toujours
abondamment fleurie et honorée !!
Un roman étonnant, qui "prend aux tripes"...racontant non seulement le corset physique des femmes, attribut obligatoire féminin de l'époque, mais surtout le "corset moral , social" supporté par toutes les femmes, dès qu'elles déviaient de leur destinée de mère et d'épouse... Dès qu'elles dérangeaient l'ordre bourgeois, et mettaient en doute la "parole masculine" ...
Au fil de cette histoire captivante, bouleversante, perturbante... une autre
image s'est superposée: celle de la sculptrice, Camille Claudel, enfermée
à vie, très jeune, à l'asile !!
"Son corset la gênait horriblement. Aurait-elle su qu'elle aurait parcourir une aussi longue distance, elle l'aurait laissé dans l'armoire. Cet accessoire a clairement pour seul but d'immobiliser les femmes dans une posture prétendument désirable- non de leur permettre d'être libres de leurs mouvements !
Comme si les entraves intellectuelles n'étaient pas déjà suffisantes, il fallait les limiter physiquement. A croire que pour imposer de telles barrières, les hommes méprisaient moins les femmes qu'ils ne les redoutaient. "(p. 54)
Une des phrases du roman résume excellemment les exclusions abusives de certaines femmes, dites "aliénées"... Que d'enfermements abusifs simplement parce que la Femme sortait de la norme, du chemin qui leur était tracé...On rejette ce qu'on ne comprend pas !!
J'aurais encore une foule de commentaires... mais je préfère laisser tout le "suspens" et le "mystère" aux différents parcours de ces femmes, arrivées par les circonstances les plus diverses au service du Grand Charcot !!
Un roman qui va me suivre un long moment !!... Bravo et Merci à Victoria Mas...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9112
La_Bibliotheque_de_Juju
  24 août 2019
Un carton d'invitation.
« Vous êtes cordialement conviés au bal costumé de la mi-carême, qui aura lieu le 18 mars 1885 à l'hôpital de la Salpêtrière. »
Tout ce que Paris compte de gens importants se réjouit à l'idée de se rendre à ce fameux bal. Ce bal des folles comme ils disent.
Une fois par an, en effet, il est possible de se mêler, le temps d'une soirée, à ces femmes enfermées dans ce fameux hôpital de la Salpêtrière. Au bal comme on va au zoo.
Les femmes qui entrent dans cette institution perdent à l'entrée leur identité, leur passé pour ne devenir qu'une pauvre folle dans ce XIXème siècle où les hommes peuvent simplement décider que leur femme, que leur fille est bonne à enfermer …
A l'intérieur, certaines veulent à tout pris sortir. Retrouver leur liberté, leur libre arbitre. D'autres y trouvent un abri, cachées de ces hommes pervers et destructeurs …
Victoria Mas nous convie au sein d'un roman entraînant à suivre ces femmes, ces filles dont la folie reste à prouver … Elle dresse le tableau d'une époque et de beaux portraits féminins. Louise. Eugénie. Et Geneviève, qui officie depuis des années au sein de l'hôpital et côtoie ces femmes abandonnées du monde. Ces folles.
J'ai passé un agréable moment de lecture. On veut connaître le destin de ces héroïnes. Pourtant, il m'a manqué peut-être un peu de folie justement, et le fameux bal tant attendu tout au long du roman semble peut-être, pour moi, finalement juste un peu trop anecdotique.
Il reste un premier roman qui se lit sans déplaisir, un oeil sur la médecine d'une époque révolue où les malades ne sont pas toujours celles que l'on croit … Et où la définition de la folie ne se trouve pas dans les dictionnaires.

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          971


critiques presse (8)
Lexpress   07 octobre 2019
Avec son premier roman, d'ores et déjà multi primé, Le Bal des folles, Victoria Mas nous entraîne dans les coulisses de l'hôpital de la Salpêtrière.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LaLibreBelgique   27 septembre 2019
Avec un premier roman qui n’élude pas les faits de viol comme tel, c’est autour de cet autre viol que constitue l’enfermement arbitraire d’un être vulnérable que Victoria Mas polarise un récit troublant.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Liberation   18 septembre 2019
Si le livre plaît autant, sans doute est-ce parce que d’une écriture limpide (à l’excès), il mêle spiritisme, sadisme et sexualité. A l’histoire des «hystériques» enfermées à la Salpêtrière à la fin du XIXe siècle et objets d’étude de Charcot, le Bal des folles agrège le portrait d’une femme qui discute avec les morts, un sport en vogue à l’époque.
Lire la critique sur le site : Liberation
Bibliobs   17 septembre 2019
Dans une prose limpide, légère comme un pastel, loin des délires d’un Bosch ou d’un Munch, la jeune romancière stigmatise le machisme triomphant et fait entendre, bouleversante, la voix de celles qu’on a muselées, étouffées, hypnotisées. Avec elle, c’est tout un gynécée qui se rebelle.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeJournaldeQuebec   16 septembre 2019
Victoria Mas, qui est la fille de la chanteuse Jeanne Mas, entre dans la danse avec un premier roman à lire sans faute.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeFigaro   05 septembre 2019
De sa plume documentée et énergique, Victoria Mas raconte la terrible condition féminine à la fin du XIXe siècle.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Culturebox   05 septembre 2019
La primo-romancière signe un roman riche et inspiré sur les internées de la Pitié Salpêtrière, symbole de l'oppression des femmes au XIXe siècle. [...] Avec un scénario bien ficelé, l'auteure signe un beau premier roman, qui nous fait frémir au rythme des mésaventures des personnages.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Actualitte   22 août 2019
À travers un univers asilaire régi par les exigences de bienséance des hommes, Le bal des folles de Victoria Mas nous propose un palais de femmes héroïnes, survivantes et conquérantes. Et la folie esthète.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (316) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   02 octobre 2019
Messieurs, bonjour. Merci d’être présents. Le cours qui va suivre est une démonstration d’hypnose sur une patiente atteinte d’hystérie sévère. Elle a seize ans. Depuis qu’elle est à la Salpêtrière, en trois ans nous avons recensé chez elle plus de deux cents attaques d’hystérie. La mise sous hypnose va nous permettre de recréer ces crises et d’en étudier les symptômes. À leur tour, ces symptômes nous en apprendront plus sur le processus physiologique de l’hystérie. C’est grâce à des patientes comme Louise que la médecine et la science peuvent avancer.
Geneviève esquisse un sourire. Chaque fois qu’elle le regarde s’adresser à ces spectateurs avides de la démonstration à venir, elle songe aux débuts de l’homme dans le service. Elle l’a vu étudier, noter, soigner, chercher, découvrir ce qu’aucun n’avait découvert avant lui, penser comme aucun n’avait pensé jusqu’ici. À lui seul, Charcot incarne la médecine dans toute son intégrité, toute sa vérité, toute son utilité. Pourquoi idolâtrer des dieux, lorsque des hommes comme Charcot existent ? Non, ce n’est pas exact : aucun homme comme Charcot n’existe. Elle se sent fière, oui, fière et privilégiée de contribuer depuis près de vingt ans au travail et aux avancées du neurologue le plus célèbre de Paris.
Babinski introduit Louise sur scène. Submergée par le trac dix minutes plus tôt, l’adolescente a changé de posture : c’est désormais les épaules en arrière, la poitrine gonflée et le menton relevé qu’elle s’avance vers un public qui n’attendait qu’elle. Elle n’a plus peur: c’est son moment de gloire et de reconnaissance. Pour elle, et pour le maître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
LadybirdyLadybirdy   19 septembre 2019
 Il existe peu de sentiments plus douloureux que de voir ses parents vieillir. Constater que cette force, jadis incarnée par ces figures que l’on pensait immortelles, vient d’être remplacée par une fragilité irréversible. 
Commenter  J’apprécie          866
FandolFandol   30 mars 2020
Pour ces bourgeois fascinés par les malades qu’ils ont l’occasion, une fois dans l’année, de côtoyer de près, ce bal vaut toutes les pièces de théâtre, toutes les soirées mondaines auxquelles ils assistent habituellement. Le temps d’un soir, la Salpêtrière fait se rejoindre deux mondes, deux classes, qui, sans ce prétexte, n’auraient jamais de raison, ni d’envie, de s’approcher.
Commenter  J’apprécie          350
fanfanouche24fanfanouche24   19 novembre 2019
Son corset la gênait horriblement. Aurait-elle su qu'elle aurait parcourir une aussi longue distance, elle l'aurait laissé dans l'armoire. Cet accessoire a clairement pour seul but d'immobiliser les femmes dans une posture prétendument désirable- non de leur permettre d'être libres de leurs mouvements ! Comme si les entraves intellectuelles n'étaient pas déjà suffisantes, il fallait les limiter physiquement. A croire que pour imposer de telles barrières, les hommes méprisaient moins les femmes qu'ils ne les redoutaient. (p. 54)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
LadybirdyLadybirdy   18 septembre 2019
Entre ces murs où l’on attend d’être vue par un médecin, le temps est l’ennemi fondamental. Il fait jaillir les pensées refoulées, rameute les souvenirs, soulève les angoisses, appelle les regrets – et ce temps, dont on ignore s’il prendra un jour fin, est plus redouté que les maux mêmes dont on souffre. 
Commenter  J’apprécie          350

Videos de Victoria Mas (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victoria Mas
Shirley Saver, présidente du Jury du Prix Première Plume dévoile le nom du lauréat 2020, Olivier Mak-Bouchard, pour "Le Dit du mistral" publié aux éditions du Tripode. Il succède à Victoria Mas, lauréate 2019. Découvrez son livre : https://www.furet.com/livres/le-dit-du-mistral-olivier-mak-bouchard-9782370552396.html Et plus encore ici : https://www.furet.com/prix-premiere-plume
autres livres classés : charcotVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2369 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

.. ..