AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Le bal des folles (32)

Ladybirdy
Ladybirdy   19 septembre 2019
 Il existe peu de sentiments plus douloureux que de voir ses parents vieillir. Constater que cette force, jadis incarnée par ces figures que l’on pensait immortelles, vient d’être remplacée par une fragilité irréversible. 
Commenter  J’apprécie          556
Ladybirdy
Ladybirdy   18 septembre 2019
Entre l’asile et la prison, on mettait à la Salpêtrière ce que Paris ne savait pas gérer : les malades et les femmes. 
Commenter  J’apprécie          310
Ladybirdy
Ladybirdy   18 septembre 2019
La maladie déshumanise ; elle fait de ces femmes des marionnettes à la merci de symptômes grotesques, des poupées molles entre les mains de médecins qui les manipulent et les examinent sous tous les plis de leur peau, des bêtes curieuses qui ne suscitent qu’un intérêt clinique. 
Commenter  J’apprécie          283
Ladybirdy
Ladybirdy   18 septembre 2019
Entre ces murs où l’on attend d’être vue par un médecin, le temps est l’ennemi fondamental. Il fait jaillir les pensées refoulées, rameute les souvenirs, soulève les angoisses, appelle les regrets – et ce temps, dont on ignore s’il prendra un jour fin, est plus redouté que les maux mêmes dont on souffre. 
Commenter  J’apprécie          270
Ladybirdy
Ladybirdy   19 septembre 2019
Les compresseurs ovariens parvenaient à calmer les crises d’hystérie ; l’introduction d’un fer chaud dans le vagin et l’utérus réduisait les symptômes cliniques ; les psychotropes – nitrite d’amyle, éther, chloroforme – calmaient les nerfs des filles.
Commenter  J’apprécie          267
ValerieLacaille
ValerieLacaille   17 septembre 2019
Libres ou enfermées, en fin de compte, les femmes n'étaient en sécurité nulle part.
Commenter  J’apprécie          100
dechosal
dechosal   04 septembre 2019
La foi inébranlable en une idée mène aux préjugés (...). Oui, il ne faut pas avoir de convictions: il faut pouvoir douter, de tout, des choses, de soi-même.
Commenter  J’apprécie          72
Crista
Crista   15 septembre 2019
C’est un roman historique, sur la condition des femmes en 1885, à cette époque si on était une femme insoumise, infidèle, libertine, si on pensaient trop fort ou parlait trop nous etions internées à l’hôpital de la Salpetrière par les pères, maris, fils ou frère . Dans ce roman On retrouve Geneviève femme dévouée à la médecine, Eugénie qui parle avec les morts, Louise hystérique et le professeur Charcot qui pratique une médecine incroyable et plutôt barbare, qui organise ce « bal des folles » pour exposer ces femmes dites folles ! Mais le sont elles vraiment ?

Un gros coup de cœur pour ce roman de Victoria Mas.
Commenter  J’apprécie          60
Charliebbtl
Charliebbtl   24 août 2019
Au sujet de la Salpêtrière :

Un dépotoir pour toutes celles nuisant à l'ordre public. Un asile pour toutes celles dont la sensibilité ne répondait pas aux attentes. Une prison pour toutes celles coupables d'avoir une opinion.
Commenter  J’apprécie          50
jack56
jack56   13 septembre 2019
Oui, il ne faut pas avoir de convictions : il faut pouvoir douter, de tout, des choses, de soi-même.

page 249
Commenter  J’apprécie          40




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox


    Autres livres de Victoria Mas (1) Voir plus




    Quiz Voir plus

    Freud et les autres...

    Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

    3
    4
    5
    6

    10 questions
    299 lecteurs ont répondu
    Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre