AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791022601757
Éditeur : Métailié (11/05/2017)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Début des années 80. Dans une Turin dominée par la Fiat, où les Brigades rouges tirent leurs derniers coups de feu, Giovanni Oddone, petit dealeur et demi-maquereau que seuls le football et les grosses voitures passionnent, est arrêté à la suite d'un imbroglio qui lui vaut d'être accusé de terrorisme. Mais, du fond de sa prison, il va se lancer dans une entreprise à la mesure de son hilarante mégalomanie : monter une arnaque grandiose impliquant la Fiat, la Toro – l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Renod
  12 octobre 2018
« Kadhafi, le foot et moi », le titre fantasque de cette uchronie a piqué ma curiosité. Montez à mes côtés dans la DeLorean : direction l'année 1985. L'Italie vit alors une période trouble de son histoire : elle est dirigée par Bettino Craxi et Giulio Andreotti (des champions de la corruption), les affairistes sont en pleine curée (Silvio Berlusconi lance notamment ses chaînes à présentatrices dévêtues dans toute l'Europe), et le pays vit les derniers soubresauts du terrorisme politique. Un malfrat de Turin surnommé Giambone est le protagoniste de cette histoire. Il a deux métiers, dealer et proxénète, mais c'est un malentendu qui va le conduire en prison. du fond de sa cellule, Giambone s'illustre par sa faculté à monter des arnaques. Repéré par un parrain de la mafia, il retrouve la liberté pour mener à bien un projet aussi fumeux que grandiose : faire entrer Kadhafi dans le capitale du prestigieux club de la Juventus de Turin. L'escroc part de zéro et va devoir utiliser tous ses talents pour entrer en contact avec les dirigeants libyens et avec la famille Agnelli, propriétaire de Fiat et de la Juve.
Le roman semble avoir été écrit sous montée de cocaïne. Ça part dans tous les sens à un rythme incroyable. Fidèle à sa réputation de Transalpin, Giambone est un hâbleur qui ne cesse jamais de fanfaronner. Sa logorrhée contient parfois des remarques pleines de lucidité sur sa situation et sur la société italienne. C'est un petit truand qui va se retrouver dans une histoire qui le dépasse tant les tensions diplomatiques sont vives. Des unités clandestines sous l'égide de la CIA et du MI6 agissent sur le territoire italien sans que le gouvernement en soit informé. Si l'Union soviétique agonise, d'autres menaces plus difficiles à maîtriser apparaissent. Lucas Maselli aime Turin, sa ville natale, et son roman nous permet de découvrir la capitale du Piémont, sa géographie, ses monuments et ses deux clubs de football qui divisent ses citoyens. « Kadhafi, le foot et moi » est un roman extravagant et débordant : l'auteur a intégré trop d'événements et de personnages historiques dans son histoire, quitte parfois à surcharger le trait. E un peccato, davvero (je tente de justifier mes années d'Italien LV3 d'il y a deux décennies...).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
gonewiththegreen
  03 juin 2017
Un grand merci aux éditions Métailié et à Babelio de m'avoir permis d découvrir ce roman.
Turin ,au milieu des années 80. La Fiat est omnipotente, les brigades rouges sévissent, la ville est scindée en deux entre les "bossus" , fan de la Juve , et les supporters du "Toro". Giambone est l'un d'eux .Petit escroc sans scrupule, il se retrouve en prison où il cherche moyen de s'enrichir.Sa vie va basculer quand il va attirer l'attention d'un parrain mafieux, voisin de cellule.
A travers les péripéties de Giambone, l'auteur nous dresse un portrait sans concession de l'Italie des années 80. Il le fait dans un vocabulaire cru, avec des métaphores très drôles et des idiotismes très bien traduits .Un homme petit se traduit ici par "mesurant un mètre et une couille" et tout est à l'avenant.
Les politiques sont bien habillés pour l'hiver , on retrouve quelques noms célèbres. Tout cela pendant que Giambone tente de monter son arnaque à laquelle lui seul croît.
C'est vif, plein de rebondissement, drôle, instructif , plein de suspens. Une bien belle découverte , un peu trash pour être mise en toute les mains peut être et encore , il existe bien pire .
Merci encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PLOOM
  30 mai 2017
Les éditions Métailié ont le chic pour dénicher des polars méditerranéens d'une incroyable puissance narrative et d'une grande inventivité. C'est le cas du roman “Kadhafi, le foot et moi” un roman noir italien qui plonge le lecteur au début des années 80 à Turin au moment où les brigades rouges rendent leur dernier souffle . Luca Masali, qui est surtout connu en Italie pour ses ouvrages de SF, met en lumière un personnage haut en couleur, Giovanni Oddone, un peu souteneur et très dealer dont les deux passions sont le football et les voitures. Il faut dire que Turin a le mérite de pouvoir conjuguer les deux puisque la cité du Piémont accueille à la fois le siège de la FIAT - qui soit dit en passant porte le nom de la ville dans son acronyme – et deux équipes de football de première division : La Juventus et le Torino, les meilleurs ennemis du monde sur le plan footballistique.
Giovanni Oddone va rapidement se retrouver dans une sale affaire de terrorisme avec laquelle il n'a pas grand chose à voir mais disons que les circonstances sont tout simplement accablantes. Voilà à quoi peut mener d'avoir à faire à des brigadistes à la petite semaine et à cette époque, en Italie, la Justice ne faisait pas de cadeau à ceux qui étaient, de près ou de loin, impliqué dans une affaire terroriste. Oddone se retrouve incarcéré. Mais le personnage est si mégalomane qu'il va imaginer depuis sa cellule une invraisemblable arnaque impliquant la FIAT, l'équipe de football du Torino et le colonel Kadhafi. L'homme est inventif et quel meilleur alibi que d'opérer depuis une prison… Mais les adversaires ne manquent pas que ce soit la police ou pire, la Mafia.
Luca Masali – remarquablement traduit par Serge Quadruppani - réussit avec “Kadhafi, le foot et moi” un roman picaresque qui hésite entre la farce, la comédie et le roman noir à l'italienne. On prend beaucoup de plaisir, on s'amuse mais on reste prisonnier d'un suspense qui durera jusqu'au dernier chapitre. Une très belle découverte.
Archibald PLOOM
Lien : http://www.culture-chronique..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
natpiment
  26 juin 2017
ne comptez pas que je vous en dévoile plus sur l'intrigue , la 4eme de couv est totalement fidèle à l'imbroglio et à l'originalité de ce roman.
Je peux juste vous dire que la lecture est plaisante , plutot bien écrite (sauf le début où on est dans la tête de Giambone, et là, j'ai eu du mal à suivre...), il y a plein de situationd cocasses et drôles, les personnages sont attachants et à chaque fin de chapitre, on a envie de savoir la suite ....
j'ai donc beaucoup aimé ce roman, excellent pour se changer les idées de la tête sans chercher à trop réfléchir sur la vraisemblances de certains enchainements ....
Commenter  J’apprécie          20
croc1706
  18 juin 2017
Tout d'abord, je tiens à remercier Babelio et les éditions Métailié pour ce partenariat exceptionnel.
Très enthousiaste à la lecture du résumé, le soufflé est un peu retombé , une fois ma lecture terminée. Dans "Kadhafi, le foot et moi" on rencontre Giovanni Oddone, délinquant italien qui de mensonges en arnaques va se retrouver dans une situation improbable, entrainant avec lui des personnages hauts en couleurs, comme Cosa, sa petite amie usant de ses charmes ou Randazzo , la policière qui va se découvrir au fur et à mesure des pages. J'ai apprécié le ton picaresque de l'histoire, et les personnages qui sont tour à tour, hilarants et émouvants, mais l'histoire m'a laissée sur ma faim. Par moment brouillon , ou trop calme à mon goût , j'ai eu un peu de mal à le terminer .
Si vous êtes amateurs de polars d'ambiance italien , foncez vous apprécierez.
Lien : http://livresforfun.overblog..
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
RenodRenod   10 octobre 2018
Une arnaque est en soi une chose très simple. C’est comme pêcher. Vous devez avoir un appât appétissant, et le montrer au poisson sans éveiller ses soupçons. Les poissons ne sont pas cons. Ils ne se fient pas à un ver qui leur rentre dans la bouche tout seul, ils le crachent tout de suite. Vous devez lui faire voir le ver et le faire se dérober, vous devez le rendre dingue, le poisson, vous devez lui donner du mou, le fatiguer à suivre votre appât jusqu’à ce qu’il morde. Au moment où il vous remet l’argent, il faut que le poisson soit convaincu que c’est lui qui vous a arnaqué. Vous ne pouvez pas arnaquer un type honnête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
RenodRenod   06 octobre 2018
Huit heures à se crever la paillasse sur la chaîne de montage pour un appartement de 65m², la 850 au garage et la montre en or dans le tiroir, prêts à devenir des débris bons pour la casse en quarante ans. De toute façon, avec ces rebuts humains, notre bien-aimé Institut national de prévoyance fait une affaire : après une vie à la peinture, à la fonderie ou aux presses, si, une fois retraités, ils durent six mois, ce sera déjà trop.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
RenodRenod   12 octobre 2018
Les enfants désirent fortement les cadeaux, et pour les avoir, ils croiraient à n’importe quoi, même à une licorne rose qui se gratte le cul avec le truc qu’elle a sur le front. Et les taulards veulent la liberté au point de croire quiconque la leur promet, fût-ce un démocrate-chrétien qui n’a pas dit une seule fois la vérité dans toute sa vie, même quand il a pleuré dans les bras de la sage-femme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
rkhettaouirkhettaoui   14 octobre 2017
Ici, il y a des gentilshommes comme moi : innocentes victimes de malentendus que la bureaucratie transforme en injustices. Il y a les réguliers et ceux de la pègre. Il y a les détenus politiques (communistes ou fascistes ou anarchistes, toutes les nuances du rouge au noir), que pour faire court tout le monde appelle “les politiques”. Chacun a son rôle : les politiques savent lire et écrire et donc ils compilent les petites requêtes, les recours et les appels pour ceux qui ne savent pas. Incroyable le temps qu’on perd à écrire, en taule. Et ils le font gratis : de toute façon, ces gens font feu gratuitement, pourquoi devraient-ils se faire prier pour écrire ? Bien sûr, de temps en temps, à aller voir les politiques, on se tire une balle dans le pied parce qu’ils ne sont pas si justes que ça. Si vous les laissez faire, vous ne comprendrez pas à tous les coups ce qu’ils écrivent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
gonewiththegreengonewiththegreen   29 mai 2017
Il existe deux genres d'idiots : Ceux qui renoncent à faire quelque chose parce qu'on les a menacés et ceux qui font quelque chose parce qu'on les menace.

p168
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : footballVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
843 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre