AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
>

Critique de Sardine_Bernard


Le récit commence dans la steppe, dans « le cercle des regards qui crépitent avec le feu de camp ». Les Torvath forment une petite kumpania, un petit cirque familial tzigane renommé qui sillonnent les routes d'Europe. Alors que la première guerre mondiale s'achève, Anton Torvath, le « fils du vent » arrive au monde. On lui prédit un avenir de dresseur de chevaux.

Les années s'égrènent au rythme des spectacles mais le monde devient moins accueillant. Les frontières deviennent plus difficiles à franchir pour les peuples nomades. Anton, quittant l'enfance, comprend que c'est la fin de son monde. L'engloutissement est proche. le terme « Porajmos » (littéralement "dévorer") désignera les persécutions et le génocide tziganes.

On suit alors le parcours du jeune homme épris de liberté, une sorte d'épopée aux heures les plus sombres de l'Europe et du monde. Porté par les siens, ses amis, leurs histoires ou leur souvenir, il traverse l'enfer du ghetto, celui des camps d'Auschwitz et de Mauthausen, puis, survivant, se reconstruit aux États-Unis, en Inde... Il reconstitue la grande famille des circassiens, interrogeant sans cesse, sa lindra, son âme, examinant les moindres recoins de sa mémoire, pour revenir, enfin, là où tout à commencé, dans la steppe.

Un récit profond qui trace le destin d'un jeune tzigane et du monde qui l'entoure. L'écriture poétique nous embarque dans la roulotte de ce voyage incroyablement humain et beau malgré le chaos et la barbarie.
Commenter  J’apprécie          40



Ont apprécié cette critique (3)voir plus