AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782849658604
208 pages
Kazé Editions (01/07/2010)
4.18/5   91 notes
Résumé :
Quand les Services sociaux envoient une inspectrice évaluer le travail de Fujimoto, le jeune fonctionnaire sent soudain sur ses épaules le poids de la suspicion étatique. Difficile alors pour lui d'être d'un quelconque secours aux deux jeunes hommes qui reçoivent cette fois l'Ikigami. Pour accepter leur destin amputé, ils vont devoir trouver la paix dans leur passion, face au regard des autres et malgré le temps qui passe trop vite... Que feriez-vous de vos dernière... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
4,18

sur 91 notes
5
4 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

DawnG
  07 février 2013
Les deux histoires de ce tome m'ont particulièrement touchée. Même si bien sur au bout du 7ème tome, les événements sont un peu redondants, il est indéniable que Motorô Mase réussit toujours à nous émouvoir et à nous faire réfléchir. Deux histoires sur les espoirs perdus de la jeune génération sacrifiée pour « apprendre aux autres la valeur de la vie ».
Dans le premier épisode, « photo souvenir », on suit un tout jeune garçon passionné de photos, il veut en faire son métier, il aimerait travailler dans le studio de son quartier où il fait développé ses photos argentiques, le gérant est même d'accord s'il poursuit des études dans ce sens.Il va jusqu'à lui donner son vieux appareil pour ses études. le gérant de la boutique toutefois ne veut pas passer au numérique pourtant considérer comme l'avenir de la photographie. Pendant ses études, le jeune homme passera au numérique, car l'argentique d'après son école n'a plus d'avenir et donc il ne reprendra pas le studio. Qu'adviendra-t-il du studio ? Comment ce jeune garçon marquera-t-il le quartier avant de disparaitre, car oui, malheureusement il reçoit l'Ikigami ?
Du coté de Fujimoto, un poste de surveillance idéologique va être installé dans la mairie. Fujimoto s'inquiète, tous les fonctionnaires vont tous être contrôlés, sondés, … Les agents de la police pour l'application de la loi de sauvegarde de la prospérité sont à la recherche d'agents dégénérés.
Dans la seconde histoire « un rêve à réaliser, un jeune garçon fait du break dance dans la gare avec un de ses potes. C'est leur façon de s'exprimer, d'âtre libre. Il annonce à son ami, qu'il arrête la danse pour faire des études et prendre la direction d'un cours de danse dans a boite de cours particulier de son père. Un an passe. Il a pris 25 kg, il ne danse plus et malheureusement il reçoit l'Ikigami. Entre temps, son pote avec deux autres dansent toujours à la gare, de temps en temps, il venait leur donner des conseils. Un des danseurs se casse le bras et ils ne peuvent postuler au concours. En sursis de 24h, l'ancien danseur les aidera-t-il ? le peut-il?
Fujimoto est contrôlé et une inspectrice l'accompagne dans ses livraisons d'Ikigami. Pour cette inspectrice, le côté administratif est bien géré par Fujimoto mais elle est trouve qu'il n'insiste pas assez sûr l'honneur de donner sa vie, que les désignés sont des héros de la nation.
La pression monte pour Fujimoto dans ce tome, il doit réussir à faire taire ses convictions de peur d'être considéré comme un élément dégénéré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Natacha851
  16 juillet 2014
Le tome 7 ne fait pas exception à la règle de cette série :
L'auteur nous relatent les dernières 24 h de deux jeunes personnes.
Le thème abordé ici est le regret.
Le regret que nous pouvons ressentir lorsque nous avons laissé de côté une passion, un rêve pour faire ce que les autres attendent de nous.
L'un des personnages, par exemple, laissera tomber la pratique de la danse pour les études.
Difficile d'assumer cette décision quand il ne vous reste plus que quelques heures à vivre.
Un tome intéressant, certes, mais qui m'a moins ému que d'autres.
Pourtant le thème me plaisait mais j'ai trouvé les intrigues un peu plates, avec peu de contenu, de fond.
Peut-être en raison du fait que les derniers tomes commençaient à faire émerger les problèmes, les dérives que l'ikigami engendre dans cette société. Il est donc difficile de repartir sur des récits plus "légers" sur ce sujet.
Je regrette d'ailleurs le peu de place que prend notre porteur, Fujimoto, dans ce tome.
C'est un personnage que je commence doucement à vouloir suivre plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LeGrandLecteur
  25 juillet 2015
Dans un pays asiatique imaginaire, régie par une "loi de prospérité nationale", tout les jeunes dont l'âge est comprit entre 18 et 24 ans, sont susceptible recevoir une carte appelé "Ikigami", qui annonce leur décès 24 heures à l'avance. le manga suit le quotidien de Fujimoto, livreur de ces préavis de mort.
Autant le dire tout de suite, cette critique sera valable pour tout les tomes de la saga. C'est une série que j'ai dévoré, tout en ayant eu un peu de mal au début car il s'agit au premier abord de deux histoires différentes et indépendante dans chaque tome. Cependant, une fois les deux premiers tome posés, le manga s'axe alors sur "l'arrière plan", l'organisme et l'histoire de la loi. Au fil des volumes, les révélations sur l'évolution de la loi se succèdent et se superpose aux différentes mésaventures des personne recevant leur préavis de décès. Certains épisodes mettent d'ailleurs la boule à la gorge, tant dans leur intensité que dans leur sentimentalisme. Pour ma part, ce fut "Photo souvenir" (Tome 7) qui parvint à m'arracher une petite larme.
L'épisode final est riche en découvertes, en suspense, et surtout en retournement de situation même si , ce point étant, à mon sens, le seul point négatif du mangas.
Mangas choc par moment, Ikigami est une bonne découverte, pour de très bon moment de lecture dans un monde qui, on l'espère, ne deviendra pas réel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Softymel
  19 novembre 2012
Le manga continue encore et toujours sur sa bonne lancée, cependant, j'ai du mal à voir comment l'auteur va pouvoir finir son histoire en 10 tomes... l'intrigue principale avance assez lentement au final, et il ne reste plus que 3 tomes!
Dans tous les cas, dans ce tome, le gouvernement commence à dévoiler sont côté oppresseur, conséquence de la découverte de la traitrise de la doctoresse dans le volume précédent.
Commenter  J’apprécie          50
Yvan_T
  17 novembre 2020
Après avoir montré deux adolescents totalement conditionnés par leurs parents lors du tome cinq et deux jeunes délaissés par leurs familles lors du tome six, celui-ci invite à suivre deux jeunes qui sont suffisamment encadrés par leurs proches et qui vivent pleinement leurs passions respectives.
Le premier est un fana de photographie et le second vie au rythme des danseurs de rue. Ils reçoivent tous les deux l'occasion de faire leur métier de leur hobby ... jusqu'à l'arrivée de l'ikigami ... qui va mettre fin à leurs rêves.
L'intrigue de fond, concernant le développement psychologique de Fujimoto et son total respect de la loi de prospérité nationale, n'est pas laissée en reste, avec l'arrivée d'une nouvelle cellule de contrôle pour les employés de la mairie.
Un bon tome !
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
BigDreamBigDream   29 mars 2015
Ça ne m'inspire pas grand chose cette danse de rue.
Je me demande pourquoi ils choisissent de faire ça dehors...ce ne sont pas les lieux qui manquent...
Je verrais presque ça comme une forme de nuisance.
Mh... Pour ma part, je n'ai rien contre.
C'est votre point de vue, d'autres pensent autre chose...
A mes yeux, c'est juste une forme de communication.
Songez que nous vivons une époque où chacun d'entre nous peut entrer en contact avec autrui d'un simple clic, sans même se montrer.
Pour être pratique, c'est pratique...
Mais sans "odeur", ni "chaleur", ni rien.
Or, eux utilisent leur "chair" pour attirer l'attention des autres...
Le procédé a quelque chose de primitif mais ce n'en est pas moins un moyen de communication sain et fort.
Pour moi, ça explique que de plus en plus de gens s'y livrent.
Est ce que...ce ne serait pas la preuve que notre société actuelle manque de moyens d'expression qui ont de la substance?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MeroMero   01 juillet 2013
Sa danse était peut-être la preuve qu'une passion désintéressée peut aisément enfoncer la barrière de la technique ou de la honte.
Commenter  J’apprécie          90
BigDreamBigDream   29 mars 2015
Regardez bien Monsieur.
Le voilà votre fils.
Votre vrai fils!
La danse est tout pour lui. J'aimerais que vous ne l'oubliez jamais.
Commenter  J’apprécie          50
Stephanie39Stephanie39   02 juillet 2019
En fin de compte, y a vraiment que ça qui compte pour moi. Suffit que je danse, ça me fait oublier tout, jusqu’à la mort. C'est tout pour moi... c'est ça, ma "vie"...
Commenter  J’apprécie          10
Stephanie39Stephanie39   02 juillet 2019
Quelqu'un ici croit encore en moi. Et si je renonce maintenant, toute ma vie aura été un mensonge.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Video de Motorô Mase (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Motorô Mase
Bande-annonce de l'adaptation d'Ikigami, le manga de Motoro Mase, réalisé en 2008 par Tomoyuki Takimoto (The Investigation Game)
autres livres classés : mortVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1127 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre