AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2732485926
Éditeur : Editions de la Martinière (30/08/2018)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Avec La Massaia, écrite sous l’Italie patriarcale de Mussolini, Paola Masino brosse un tableau tragi-comique du mariage et de la condition de la femme, dont le rôle ultime (et unique) serait celui de mère au foyer. Pour avoir osé s’attaquer aux institutions et aux valeurs exaltées par le fascisme, elle voit son livre soumis à la censure. La version qui sera publiée en épisodes dans une revue, entre 1941 et 1942, sera considérablement expurgée. Deux ans plus tard, al... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
  15 août 2018
Ce roman singulier est construit autour d'un personnage haut en couleurs. La Massaïa débute sa vie dans une malle , en compagnie de détritus nauséabonds , se nourrissant de quignons de pain moisi. Recluse volontaire, autour de laquelle gravite une famille indifférente , ou résignée. Jusqu'au jour où sa mère entreprend de faire éclore la chrysalide, dans le but de lui faire suivre un chemin plus orthodoxe, à savoir prendre époux. A partir de là, la Massaïa endossera le costume de multiples personnalités, façonnées par le contexte familial ou social, et par l'apparition ponctuelle du jeune homme croisé le jour de son mariage.
L'originalité du personnage-clé et de l'histoire méritent que l'on se penche sur la genèse de ce roman. Surprise : Nascita et morte della Massaïa a été publié en Italie en 1945! Il aura donc fallu presque 75 ans pour que ce roman phare de la littérature italienne soit traduit en français.
Quant à son auteur, elle fut résolument moderne, et chaque page est un désaveu de la condition féminine de cette moitié de vingtième siècle.
Le roman a subi les conséquences de la guerre. Il devait être publié en 1939 sous une forme expurgée, destinée à éviter que l'on reconnaisse le pays , mais le bombardement de l'imprimerie fit remettre à plus tard la parution, ce dont l'auteur profita pour essayer de faire passer la première mouture.
Le récit a clairement le ton d'une fable, qui permet l'incursion du fantastique et de l'onirique, propice à désorienter le lecteur jusqu'à ce que l'on accepte de se laisser perdre dans les divagations du personnage. On pense bien sûr à Italo Calvino, particulièrement au début , mais aussi à Boulgakov, par le foisonnement et par l'impression que l'auteur s'est laissée emportée par son récit, l'imagination ayant pris les rênes de la trame. Mais derrière le burlesque, transparait à peine déguisée, la doléance qui dénonce l'injustice faite aux femmes, prisonnières d'un conservatisme aliénant.
Déroutant et nécessaire, on regrette que les lecteurs francophones aient pu être privés de cette pépite aussi longtemps.
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
colimasson
  11 octobre 2018
Oh non, encore un bouquin de bonne femme sur les bonnes femmes, me suis-je dit. Mais pourquoi donc ai-je choisi ce bouquin pour la dernière édition masse critique ? Vous savez, c'est un peu comme pour les croissants : on en a goûté un, quand on était gosse, qui était vachement bon, avec du vrai beurre, et ensuite tous les autres se sont montrés décevants, et si on continue d'y revenir quand même, de temps à autre, c'est dans l'espoir de retrouver la saveur originelle. Pour la littérature féminine, c'est pareil que le croissant. Bien sûr que des femmes qui écrivent bien, ça existe, je me souviens en avoir lu quelques-unes et elles ne parlaient même pas forcément de leurs mioches, de leurs règles ou de leur clitoris. le malheur c'est qu'après ça, on se dit : allez, je vais lire un autre bouquin de meuffe, et là on tombe sur les derniers bouquins de la rentrée littéraire, ça parle de comment réussir un rendez-vous amoureux, chez quel coiffeur aller pour avoir une teinture réussie, ou de comment expliquer à son petit garçon qu'il ne faut pas se moquer des filles parce qu'elles n'ont pas de zizi : décidément, les bonnes femmes feraient mieux de rester aux fourneaux pendant qu'elles essaient de retrouver la recette des croissants du siècle dernier. Cependant, ayant pris au mois de septembre la bonne résolution d'arrêter de me méfier des bonnes femmes (tout d'abord parce que j'en suis une, ensuite parce que je préfère laisser à ces êtres le bénéfice du doute, enfin parce qu'il faut bien en passer par là si on souhaite avoir un aperçu de la totalité de l'expérience qu'offre la vie), j'ai décidé de me jeter à l'eau une nouvelle fois.

Eh bien oui, surprise ! La Massaia, c'est de la bonne came. Celle qui a écrit ce bouquin s'appelle Paola Masino et elle a ce privilège, que les meuffes de la rentrée littéraire n'ont pas, d'être morte depuis quelques décennies. Est-ce à dire que notre époque aurait cette fâcheuse tendance de renforcer le pli d'une tendance somme toute naturelle (la superficialité féminine) qui ne se remarque pas forcément dans l'attitude des femmes des siècles passés ? Je ne connais pas assez bien le mouvement protestataire féminin (je n'oserai ici parler de féminisme, de peur qu'on se méprenne sur le sujet) sous l'Italie fasciste pour généraliser mais, à partir de ce que Paola nous donne à voir, on sent croître le respect, tandis que les féministes de la gogo consommation qui ne rêvent que de montrer leurs nibards sur les chariots de la gay pride ne font croître que les bites des puceaux et la lassitude des autres.

A l'image de son personnage, Paola n'a jamais voulu mener une vie conventionnelle de femme. Elle a refusé de se marier et d'avoir des enfants pour se consacrer à sa vie d'artiste bohême. Pourtant, son bouquin laisse transparaître la connaissance de l'expérience qui s'empare de toute femme lorsqu'elle abandonne ses idéaux pour se consacrer aux tâches ménagères et à la vie du foyer conjugal dans un mélange d'abandon las et de résignation à l'intérieur duquel le soulagement n'est jamais bien loin. Dommage que je n'ai pas pu en apprendre plus sur le genre de vie mené par Paola, mais bon on s'en fout dans le fond.

« le matin, au saut du lit, le premier devoir de la femme au foyer est de déposer sur les lèvres de son mari un baiser chargé d'une gratitude infinie pour le bien-être qu'il lui procure quotidiennement. La Massaia avait des réserves de haines insoupçonnées, mais elle savait dissimuler. Toutefois, peu à peu, elle eut le sentiment qu'elle parvenait à supporter de mieux en mieux la monotonie de ses devoirs conjugaux ; ou plutôt si, au début, elle s'était sentie accablée par leur monotonie, à présent leur aspect routinier lui facilitait la tâche. »

Mais – et heureusement ! la Massaia ne découvre pas seulement cette triste vie à laquelle toute femme est prédestinée, et c'est ce qui la sauve en tant qu'être vivant et écrivain. Devenir ménagère c'est certes naître une seconde fois mais se souvenir quand même de sa vie d'enfant : une vie passée dans une malle, à naviguer au milieu des pensées les plus sauvages de ce monde en mastiquant des quignons de pain sec et en lisant des bouquins, au milieu d'elfes logés dans les recoins moussus du corps. le monde des bonnes gens apparaît alors comme un univers surréaliste composé de règles quantifiées auxquelles il vaut mieux se soumettre, sans se départir de sa capacité d'hallucination éveillée, qu'en interroger éternellement la signification. le combat devient alors celui qui oppose la spontanéité d'une vision sensitive à la mort cérébrale qui accompagne toute soumission au monde des vainqueurs.

« Mais où sont donc passés les jardins immaculés d'antan, enclos de haies d'aubépines et ornés de simples parterres de giroflées ? Quand a-t-elle désappris à se promener dans les sentiers tapissés de lierre, où les hautes branches des arbres forment un dôme qui masque le ciel ? Depuis qu'elle sait que transplanter un chêne coûte mille lires et qu'une graine de giroflée vaut deux lires et cinquante centimes. »

La condition de ménagère incombe peut-être aux femmes de manière la plus flagrante mais la Massaia sait voir les plis douloureux qu'on inflige de la même manière aux objets, aux plantes, aux enfants, aux époux, aux amis. Sa conscience accrue pourrait se résumer dans cette phrase, qui clôt la description d'une scène familiale idéale pour exemplariser la notion de double contrainte : « Ce mari et cette femme s'aiment vraiment, et ils aiment vraiment leur enfant, c'est pour cela qu'ils se sont si souvent du mal : ils se mortifient, et ils s'imaginent qu'ils doivent faire des sacrifices, ils ont une fausse idée de l'amour et ne font qu'aggraver la situation. » Contrairement à ce que beaucoup de féministes ne réussissent pas à faire – et pour cause, en aucun cas Paola ne mériterait de se faire traiter de féministe -, cette charmante défunte nous entraîne du singulier vers l'universel : la chute de l'être humain dans le carcan étroit du rôle que la société lui impose de jouer. Tout son roman symbolise cette trajectoire que d'étranges rêves ou hallucinations ne cessent de parcourir, comme les convulsions dernières d'un corps qui ne veut pas quitter la vie promise par l'inconscient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          204
Bazart
  24 août 2018
Classique de la littérature italienne qui, jusqu'à présent , jamais publié en France : La Massaia, de Paola Masino est une fable littéraire, féministe et anticonformiste, écrite sous l'Italie fasciste de Mussolini.
llustration romanesque de la phrase de Simone de Beauvoir :”On ne nait pas femme on le devient”, le roman de Paola Masino pourrait être le pendant italien du “ Deuxième sexe”, sauf que contrairement au chef d'oeuvre de Madame de Beauvoir on n'a pas ici à faire avec un essai, mais une vraie oeuvre littéraire audacieuse qui empreinte à tous les genre

C'est aussi peut-être la limite du roman, cette tendance à aller dans tous les sens et tous les genres et du coup échapper à toute classification : est-ce un journal intime, une pièce de théâtre, une fable surréaliste- sans doute un peu trop surréaliste si l'on n'est pas fan du genre ou bien encore un pamphlet féministe.??..
Si l'on se laisse emporter par la force du sujet et le style (trop?) puissant et sure de l'écrivaine on découvre un roman audacieux et politique sur la condition féminine et la société patriarcale du XXe siècle...
Un roman féministe oui! Et alors? Comme l'était en son temps “Madame Bovary” et à notre époque” La servante écarlate” ... La Massaia,c'est plutôt Madame Bovari.. avec le "i" de l'Italie, quoi ! .
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
doyoulikefrogs
  14 octobre 2018
Bonsoir à tous. Aujourd'hui je veux vous parler de ma lecture récente "La Massaia" de Paola Masino. Ayant refermé ce livre avec le sentiment d'avoir lu un chef d'oeuvre, j'ai voulu en savoir plus sur le contexte historique de l'écriture de ce livre. Un avant-propos explique déjà le problème qu'a rencontré l'auteure face à la censure morale et politique. Publié en 1945, ce livre est un condensé de la pensée féministe antifasciste de cette période, avec humour, décadence, ironie, cynisme et onirisme, Paola Masino fait chavirer le coeur des lecteurs, dans un univers absolument absurde et vivifiant.
L'héroïne du roman, la Massaia, choisit de vivre recluse dans une malle, s'encrassant d'année en année, comme paralysée par quelque chose de son temps qui fait qu'elle n'est pas à sa place. (serait-ce la montée du fascisme de Mussolini ? de 1922 à 1945 ?).
Un jour, elle décide d'en sortir et épouse son oncle. Situation cocasse ? On passe de la description d'un corps organique sale et lourd à porter et on termine par ce même corps organique. La Massaia connaît tous les états. Et tout le roman est ainsi. Incroyablement féministe et porté par une plume au sens rocambolesque et théâtral, passant du réalisme sombre à un état de rêverie absolue comme si nous étions aussi perchés que le Baron Perché d'Italo Calvino, ce roman comique et burlesque souligne la situation tragique de la femme du XXe siècle.
Le contexte historique qui forme l'armature de ce livre c'est "L'oubli du féminisme d'avant le fascime" que décrit Victoria de Grazia dans un article intitulé "Fascisme et féminisme latin, Italie 1922-1945". Ce sont les fasci femminili, de 'braves et dévouées massaie'. Et tout ce qui arriva de catastrophique à l'histoire de ce livre présageait de son immense importance pour recouvrer une mémoire du passé indélébile. Ce texte, maintes fois retravaillé dans un long espace temps, détruit puis réécrit témoigne d'une grande réflexion sur le sujet, enchaînant passages poétiques, en dialogues de théâtre, mémoires d'un journal intime et chapitres romancés.
L'héroïne se trouve embarquée dans de drôle de scènes, prise en otage dans un mariage à la fois désiré et repoussant. Devant des dilemmes comme ceux de la domesticité, de l'éducation d'une jeune fille ou de l'amour extra-conjugale, l'auteure à travers elle se pose toutes les questions.
J'ai beaucoup ri à cette lecture qui m'a définitivement bouleversée. Je vous la recommande. Moi-même je relirai ce livre c'est certain. A vous !
Lien : http://www.unefrancaisedansl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Olivia-A
  02 août 2018
Elle a grandi dans une malle, à l'abri des pressions sociales et des obligations familiales, à se nourrir de croûtons moisis et à végéter au milieu de livres éparpillés. Mais sa mère allait mourir de chagrin alors elle honora sa requête : elle orchestra sa « vraie naissance ». Comme le papillon émerge de sa chrysalide, la jeune femme, une fois sortie de la malle, n'avait plus rien de commun avec la créature d'antan. Belle à la peau diaphane, elle éblouit ses parents et toutes leurs connaissances lors d'un grand bal, suite auquel elle fut donnée en mariage à un vieil oncle extrêmement riche. Là, La Massaia découvrit le fardeau imposé aux femmes : la responsabilité de la maisonnée. Elle tentera toute sa vie, et même au-delà, d'échapper au poids de sa domesticité, mais sans succès…
Conte fantasque et fantaisiste, La Massaia nous entraîne dans un monde étrange et inquiétant, proche du nôtre mais chargé d'esprits malfaisants, inflexibles et menaçants. Notre héroïne se débat au milieu d'eux, incapable de façonner sa vie comme elle le souhaite, obligée de prendre la fuite pour échapper, de temps en temps à toutes ses obligations. Femme parfaite, elle est la plus malheureuse de toutes, alors qu'elle passe pour être la plus accomplie. Tout le récit tourne autour du renoncement, du poids social et de la force de l'habitude, ces liens entravant les femmes quotidiennement sans qu'elles puissent choisir de s'en extraire. Plus encore que ces réflexions sur le genre et les inégalités associées, l'auteur exploite chaque péripétie du roman en y insérant des réflexions plus larges, sur la guerre et la paix, sur le commerce et la famille, sur la mort et la religion.
Paola Masino démontre ici une maîtrise incroyable du genre littéraire, mêlant tous les styles : théâtrale, poétique, épistolaire, fantastique et romanesque. C'est un récit surprenant où chaque page prend une direction différente de celle que nous, lecteurs, aurions pu imaginer. Rêve ou réalité ? le doute subsiste tout au long du roman, où chaque fantasmagorie est présentée comme foncièrement logique et réaliste, ayant sa place dans la vie de la Massaia. Parfois difficile à suivre, ce livre est tout de même une très belle découverte, qu'il aurait été dommage de ne jamais publier en France et je remercie les Editions de la Martinière de l'avoir fait.
Lien : https://theunamedbookshelf.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (2)
LeMonde   14 septembre 2018
Tantôt ébloui, tantôt sonné, le lecteur suit cette descente au foyer où le désir de mort dit assez quelle consigne l’auteure adresse à ses contemporaines : dédomestiquez-vous !
Lire la critique sur le site : LeMonde
Actualitte   03 septembre 2018
Féministe, anti-conformiste, l'âme révolutionnaire, Paola Masino nous entraîne dans un conte drôle et inquiétant à la fois questionnant le sens de l'existence. Ni plus ni moins ; ouvertement. Et elle dresse pour cela un douloureux et incisif portrait de la vie de La Massaïa. D'une déconcertante actualité.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   19 novembre 2018
Mais où sont donc passés les jardins immaculés d’antan, enclos de haies d’aubépines et ornés de simples parterres de giroflées ? Quand a-t-elle désappris à se promener dans les sentiers tapissés de lierre, où les hautes branches des arbres forment un dôme qui masque le ciel ? Depuis qu’elle sait que transplanter un chêne coûte mille lires et qu’une graine de giroflée vaut deux lires et cinquante centimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
colimassoncolimasson   15 novembre 2018
Le soir, lorsque son papa rentre à la maison et qu’il s’aperçoit que la maman est en train de crier dans la cuisine, il rouspète : « Quand je t’ai épousée, tu n’étais pas comme ça. » La maman devient blanche, bat des cils : le papa est très vilain. A dîner, il y a la soupe de légumes que les enfants détestent : « J’aime pas ça », dit le petit garçon. La maman remplit une cuillère de potage et l’avance vers l’enfant : il pince les lèvres et secoue la tête, il tache la nappe ; son papa le réprimande, mais la maman pose la main sur la tête de son fils, pour le défendre contre ce père qui gronde ; elle demande qu’on emporte la soupe, qu’on n’en parle plus, qu’on serve plutôt un bifteck pour son enfant, un peu de morue pour elle et pour son mari, agrémentée de beaucoup de pommes de terre pour le papa. Après quelques bouchées, le mari éloigne le plat, repousse le pain, sa serviette tombe par terre et, tandis qu’il boit, il murmure : « Ma mère faisait cuire la morue dans du lait. » Sa femme voit qu’il lorgne le bifteck de son fils : « Ma parole, il serait capable d’arracher la nourriture de la bouche de son fils », se dit-elle en lui lançant un regard méprisant. Elle aussi a envie de viande, elle aussi déteste la morue, mais avec ce qu’il gagne ! – comme il ne cesse de le lui répéter chaque fois qu’elle veut acheter une rose pour la placer dans un vase au milieu de la table ou deux bonbons pour le petit. Cependant, elle fait un effort ; elle coupe la moitié du bifteck dans l’assiette de son fils et, d’un ton tout à fait naturel, elle lance : « Donnes-en un peu à papa. » L’enfant ne bronche pas, son père rougit, la mère recoupe la viande très lentement au même endroit où elle l’a déjà coupée et, finalement, l’homme dit ce que tous s’attendaient qu’ils disent : « Non, non, ile n a plus besoin que moi. » Ce mari et cette femme s’aiment vraiment, et ils aiment vraiment leur enfant, c’est pour cela qu’ils se sont si souvent du mal : ils se mortifient, et ils s’imaginent qu’ils doivent faire des sacrifices, ils ont une fausse idée de l’amour et ne font qu’aggraver la situation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
colimassoncolimasson   12 novembre 2018
Elle était sensible aux tortures que l’on inflige à la matière pour lui donner forme : découpage, rabotage, polissage ; elle pensait au sciage du marbre, et elle lui souriait avec une tendresse maternelle ; elle songeait au calvaire du métal trempé dans le feu, et elle le soulageait de son jeune souffle ; à la composition satanique du verre, et elle s’efforçait de l’assouplir par la chaleur de ses mains. Elle savait désormais ce que signifiait être déchiré, souillé, révélé à soi-même : la douleur au fondement de la création. Dorénavant, elle respecterait toujours les objets et les êtres humains, tous autant qu’ils étaient, car tous ont subi ou subiront ce martyre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
colimassoncolimasson   09 novembre 2018
nous manque un endroit où stocker des soleils en réserve, au cas où nous voudrions nous promener lorsqu’il pleut, et des astres nocturnes pour les jours où le ciel est couvert et où nos invités voudraient voir un clair de lune.
Commenter  J’apprécie          30
colimassoncolimasson   07 novembre 2018
La face des dames vira au vert squameux ; des croûtes de fard se détachaient de leurs pommettes, tels des morceaux de plâtre ; celle des jeunes hommes, en revanche, prenait une teinte bleutée : certains poils de barbe, courts et drus, s’étant frayés un chemin sous leur peau toute la nuit, à présent la hérissaient entièrement de dards piquants.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Paola Masino (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paola Masino
Littérature italienne - Rentrée Littéraire 2018
Voici une petite fille qui a décidé de ne rien faire comme tout le monde. Elle a choisi de vivre? dans une malle. Oubliée de sa famille et de la société, entièrement absorbée par ses questionnements sur le sens de l?existence, elle ignore les devoirs qui incombent à toute femme. Car, sous l?Italie fasciste ? où l?on devine que se situe le roman ?, les femmes sont assignées au mariage et à leur foyer : « Des enfants, des enfants ! » assénait Mussolini. Sale, repoussante, cette étrange créature fait le désespoir de sa mère. Jusqu?au jour où elle cède à ses suppliques : adolescente, elle sort de la malle. Dans une riche propriété, la jeune fille mariée, entourée de domestiques, semble renoncer à ses idéaux, et tente à tout prix de devenir une parfaite maîtresse de maison : une Massaia.
À l?instar de son héroïne, Paola Masino (1908-1989) fut une femme moderne et émancipée, très critique à l?égard des valeurs réactionnaires du fascisme. Intellectuelle d?avant-garde, figure des cercles artistiques et littéraires du XXe siècle, elle fit scandale dans son pays par sa liaison avec l?écrivain Massimo Bontempelli, séparé de son épouse et de trente ans son aîné. Francophile, elle fut aussi la traductrice en Italie de Barbey d?Aurevilly, Balzac ou Stendhal.
Traduit de l?italien par Marilène Raiola Préface de Marinella Mascia Galateria
Découvrez La Massaia en librairie : https://bit.ly/2MGr4ka
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
497 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre
.. ..