AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2851818155
Éditeur : L'Arche (02/09/2013)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 7 notes)
Résumé :
THEATRE

Le 15 septembre 2008, la banque d'investissement Lehman Brothers fait faillite, entraînant les bourses mondiales dans sa chute. Le nom de cette entreprise devient alors indissociable de la crise économique que nous connaissons et sa faillite devient le symbole de la crise d'un système entier, un système qui avait fini par échapper à ses créateurs. Dans Chapitres de la chute, Stefano Massini s'empare de ce sujet brûlant dans une forme théâtrale... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Pirouette0001
  04 juin 2016
Quelle superbe texte ! Quelle magistrale pièce de théâtre !
Et ne craignez rien, l'auteur insiste sur le côté burlesque de la pièce ! Il faut dire que l'économie aujourd'hui ressemble bien à une grande farce.
Ou comment les frères Lehman parviennent à se créer un empire, se relèvent après chaque crise, sauf lorsque le dernier d'entre eux meurt et que l'empire est repris par des extérieurs. Là le géant se casse les reins et c'est la faillite.
Courtes phrases percutantes ! Du grand théâtre !
Commenter  J’apprécie          270
mabertrand
  27 octobre 2013
Voici l'un des rares livres dont on connaît déjà la fin. Et cela n'enlève rien au plaisir de le lire.
Lorsque je l'ai reçu (dans le cadre de masse critique), j'étais perplexe devant le style de la pièce qui tient aussi de la poésie. Mais je me suis très vite habituée à la lecture de ce conte de Stefano Massini.
Tout commence par l'arrivée de Henry Lehman sur le sol américain le 11 septembre 1844. Très vite, il s'installe à Montgomery, Alabama, et travaille d'arrache-pied dans son tout petit magasin de coton. Puis deux de ses frères vont, eux aussi, quitté l'Allemagne et effectuer la traversée de l'Atlantique en bateau pour rejoindre en Alabama. Nous voyons les trois frères évolués, aussi bien dans leur vie privée que dans leur ascension sociale. En toile de fond, l'histoire des Etats-Unis et de l'Europe n'est jamais bien loin...
Ce que j'apprécie particulièrement c'est la façon poétique dont certaines choses sont racontées. Par exemple, chacun des frères a une place bien précise dans la fratrie. L'ainé, Henry, est la tête. Et en tant que tête, il prendra toutes les décisions. Puis vient Emanuel, le bras, qui, lui, est dans l'action. Et le cadet, Mayer, est une patate. Il est celui qui va permettre aux deux autres frères de s'entendre.
Ca vous semble étrange, cette histoire de tête, bras et patate? J'ai trouvé cette métaphore plutôt sympathique. Et ce n'est pas la seule métaphore.
J'ai également beaucoup apprécier les petits rappels que l'auteur a distillé à travers ses pages, afin de nous rappeler d'où venaient ces hommes, ce à quoi ils aspiraient, leurs rêves et leurs déconvenues.
Je conclurais en disant que j'ai très vite adhéré au style et je me suis laissée entrainée dans cette saga familiale bien construite, bourrée de détails, et qui va pourtant à l'essentiel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Celkana
  31 octobre 2013
Livre étonnant, tant par le style que la syntaxe et que l'utilisation de la page en tant que tel. Cependant, grâce à Masse Critique et les Éditions de l'Arche, j'ai pu lire cet ouvrage avec un réel plaisir.
Pièce de théâtre traitant de l'ascension des Lehman Brothers et de leur chute, on peut se demander comment, justement, on en fait une pièce mais l'histoire est très bien contée en tout cas. J'ai trouvé la lecture musicale. En effet, par le jeu de l'écriture et de la disposition des phrases, courtes, rythmées, on est entrainé dans une musique qui nous raconte l'histoire exceptionnelle de ces immigrés juifs allemands venus s'installer en Amérique et la conquérir, pour finalement être lâchés par le système qui a fait leur gloire.
Franchement, une belle découverte, un chouette moment de lecture et une histoire de l'Amérique très bien expliquée.
Merci à Masse Critique et aux Éditions de L'Arche.
Commenter  J’apprécie          60
michfred
  28 février 2015
Pour la première fois de ma vie, j'ai compris le mécanisme d'une crise économique! Cela n'a duré que quelques heures -après, rassurez-vous, je suis retournée à ma nullité crasse en la matière- mais pendant quelques heures, dans la pénombre de la salle du Rond-Point, je me suis sentie économico-intelligente. Merci Stefano Massini!
Trois frères,- le bras, la tête et la patate- trois émigrés juifs allemands ouvrent aux USA une boutique de tailleur, qui va devenir une banque du coton puis une banque tout cours. Plus la marchandise se dématérialise, plus la spéculation prend de l'ampleur, plus les gains sont immenses, plus les risques sont insensés...La fin, on la connaît: les 3 frères - le pragmatique, l'illusionniste et le tampon entre les deux- s'appellent les Lehmann Brothers...
A voir ou à lire: le texte a la forme d'un poème- et c'est une originalité de plus à mettre au crédit de Massini. Vous avez dit crédit?
Commenter  J’apprécie          43
ErnestLONDON
  04 janvier 2017
Les tableaux se succèdent, brefs, saisissants l'essentiel de chaque époque, pour retracer la saga de la famille Lehman, depuis la boutique de tissus ouverte à Montgomery (Alabama) par Henri, l'ainé, arrivé d'Allemagne en 1844. (...)
Stefano Massini déroule son texte à la façon des rhapsodes, utilisant, comme eux, des « chevilles », épithètes homériques pour marquer les personnages (Henri la tête, Emanuel le bras, Mayer le bulbe), fragments de récits et de dialogues qui reviennent régulièrement, comme en écho, pour planter un décor (la poignée qui coince ou l'enseigne que l'on repeint), façonner les caractères, souligner la récurrence des situations.
C'est l'épopée du capitalisme qu'il nous raconte, à la fois Iliade et Odyssée, écrasée par le poids de la fatalité, puisqu'il faut toujours grandir, grossir, monter… comme « une automobile qui n'a pas de freins ». L'ascension foudroyante et inexorable de cette entreprise familiale, sans but ni autre issue semble-t-il que la chute, semble symbolique du système lui-même. Ces tableaux, tels des chants, rythmés par des refrains en yiddish, au-delà de l'anecdote historique, nous donnent des clés de compréhension du monde.
(...)
Ce grand texte littéraire, à la manière des épopées, propose sa vision de la société, avec ses jeux de pouvoir, ses desseins, sa propre critique inscrite en filigrane. À côté des essais aux démonstrations rigoureuses, il impose par sa fulgurance une vision globale des grands principes qui gouvernent le monde.
Article complet en suivant le lien.
Lien : http://bibliothequefahrenhei..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Pirouette0001Pirouette0001   04 juin 2016
tout à coup
tout le monde s'est mis à vendre
à vendre
à vendre
- mais qu'est-ce qui se passe aujourd'hui ?
On vend
On vend
Qu'y a-t-il dans l'air aujourd'hui ?
On vend
On vend
Comment est-ce possible qu'hier encore
les actions vous collaient aux mains
et maintenant
tout à coup
tout le monde s'en défait, tout le monde,
s'en débarrasse,
on veut voir l'argent, l'argent frais,
pas les cotations,
pas la valeur titre :
l'argent.
Point.
L'argent.
Point.

L'argent ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
mabertrandmabertrand   27 octobre 2013
Depuis que les nordistes ont gagné la guerre
New York
n'est plus la même.
Au 119 de Liberty Street
avec l'enseigne noire et jaune
flambant neuf
on n'a jamais vu entrer autant de monde,
une population bigarrée,
depuis que
Emanuel Lehman,
fils d'un marchand de bétail,
juif circoncis
est devenu l'un des fondateurs
de la Bourse du Coton de New York.
Ici à New York,
où on n'a jamais vu un champ de coton
converge tout le coton qui existe en Amérique,
tout le coton qui transite sur le marché,
tout le coton qu'il est possible d'écouler :
et ce depuis que la guerre a d'un seul coup
battu en brèche
l'arrogance du Sud
et la honte des esclaves :
suffit, fini,
tous libres, tous égaux,
Abraham Lincoln a gagné,
Washington a gagné,
mais surtout
surtout New York a gagné
où tout
tout
tout
pas seulement le coton :
tout
se transforme en billets de banque à tel point
que the King Cotton désormais
- l'or du Sud -
comme dit Emanuel
"rapporte, certes, mais n'enrichit pas".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
mabertrandmabertrand   27 octobre 2013
Fils d'un marchand de bestiaux,
juif circoncis
une seule valise
debout immobile
droit comme un poteau télégraphique
sur le quai number four du port de New York.
Grâce à Dieu d'être arrivé :
Baruch ha shem.
Grâce à Dieu d'être parti :
Baruch ha shem.
Grâce à Dieu d'être là, enfin, en Amérique :
Baruch ha shem ! Baruch ha shem ! Baruch ha shem !
Commenter  J’apprécie          21
CelkanaCelkana   31 octobre 2013
Un Département Trading peut vous rapporter des millions par jour, mais oubliez de nous faire entrer dans vos salons: nous sommes des mécaniciens, les bonnes manières, c'est pas notre rayon.
Commenter  J’apprécie          40
CelkanaCelkana   31 octobre 2013
Si nous réussissons à faire entrer dans le crâne du monde entier qu'acheter, c'est exister, nous réussirons à renverser, chers Messieurs, l'ultime vieille barrière du "besoin". Notre objectif, c'est une planète Terre sur laquelle on n'achète plus rien par besoin mais par instinct.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Stefano Massini (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stefano Massini
Terre noire (Stefano Massini / Irina Brook) Avec Romane Bohringer, Hippolyte Girardot, Jeremias Nussbaum, Babetida Sadjo, Pitcho Womba Konga
autres livres classés : banqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
366 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre