AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782235021760
311 pages
Tallandier (31/01/1998)
3.86/5   18 notes
Résumé :
4° de couverture :
(Edition source : Tallandier - 01/1998)


Quatre-vingt-cinq ans après sa disparition, le 15 avril 1912, le Titanic suscite toujours la curiosité passionnée des foules. Naufrage catastrophe - il y eut plus de 1 500 disparus -, l'image du géant des mers s'enfonçant lentement dans les eaux noires de l'Atlantique a frappé durablement les esprits.

Grand spécialiste de la marine, Philippe Masson se penche sur l... >Voir plus
Que lire après Le drame du TitanicVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Ce livre est un véritable roman policier. Il détaille le drame dont tout le monde a entendu parler. le naufrage s'est joué sur un concours de circonstances qui ne pouvait être décrypté que par un spécialiste des affaires maritimes. Philippe MASSON met au service du lecteur sa grande connaissance du milieu maritime. Les explications techniques sont indispensables mais elles n'occultent pas le drame humain qui s'est joué. le lecteur imagine la fin de vie des passagers. Les adieux sur le pont. Lorsque l'épave a été retrouvée : Philippe MASSON imagine la dispersion des effets personnels des passagers : « la descente d'objets plus légers à du prendre des heures, une pluie de débris divers s'est éparpillée sur deux kilomètres autour des restes du géant des mers »…Cette évocation de la perte des biens matériels des nauvragés nous fait rentrer dans l'intime. La perte des biens intimes est la perte de la vie. La clarté du récit rend la lecture captivante comme un polar. La survenance du drame est exposée minutes par minutes : le lecteur devient un passager du TITANIC. C'est saisissant.
Le livre comporte une deuxième partie sur les explorations entreprises pour découvrir l'épave au fond de la mer. L'épave du TITANIC sera retrouvé en 1985 et réexaminée en 1986 grâce notamment à l'expertise de L'IFREMER. L'examen de l'épave permettra de rechercher les causes de la défaillance sans pouvoir conclure de manière définitive.
Philippe MASSON écrit : le naufrage du TITANIC reste toujours entouré d'un halo de mystère. L'énigme n'est pas totalement résolue. On ne peut en fin de compte que s'en féliciter.

immergé à la suite d
Commenter  J’apprécie          30
Sorti au milieu des années 80 et mis à jour pour la sortie du fameux film, ce livre se révèle assez complet ,présentant le contexte et l'évolution des transports maritimes dans les années précédant la mise en service du paquebot,avant de se pencher sur le descriptif de ce dernier, le déroulement du naufrage et d'évoquer ensuite toute les interrogations entourant le drame.
La dernière partie de l'ouvrage s'attarde sur la construction de la légende du navire,entretenu par les livres et surtout le cinéma, et sur la découverte de l'épave.
Commenter  J’apprécie          00
Très bon documentaire sur le naufrage du Titanic. A lire si le sujet vous intéresse car il s'agit vraiment d'un bon ouvrage de références avec documents et photos d'époque à l'appui.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
La catastrophe tient encore à une malchance diabolique. En 20 ans, de 1890 à 1910,le Board of Trade avait constaté que 89 000 traversées de l'Atlantique avaient été effectuées par des bâtiments battant pavillon britannique. On n'avait enregistré que 13 accidents liés à la glace,sans la perte d'une seule vie humaine. Or le Titanic a eu la malchance de heurter un iceberg imposant dans le cadre d'une situation climatique exceptionnelle.
Il a encore eu le malheur de naviguer par une nuit qui n'était pas comme les autres,sans brume, sans vent, sans la moindre houle. Les veilleurs et les hommes de passerelle n'ont pu bénéficier de leur repère habituel,la frange d'écume qui signale la base des icebergs à bonne distance. Pour clore le tout,l’iceberg a été aperçu trop tard et trop tôt. Trot tard pour l'éviter. Trop tôt pour ne pas tenter une manœuvre d'évitement qui a conduit à un choc latéral plus grave,plus pernicieux qu'une collision de plein fouet.
Commenter  J’apprécie          10
Dernière innovation, enfin : les passagers de troisième classe, à la surprise générale apparaissent spécialement favorisés. L'entrepont obscur et nauséabond,ou s'entassaient il y a un demi siècle encore des centaines de malheureux émigrants avec leurs provisions,n'est plus qu'un mauvais souvenir. Décidée à attirer au maximum une clientèle qui assure la fortune des compagnies allemandes,la White Star a pratiquement renoncé à ces dortoirs de 40 ou 50 personnes que l'on trouve encore sur tous les paquebots de l'époque. Il n'en subsiste plus que quelques - uns limités à 8 ou 10 couchettes et installés à l’extrême avant.
Commenter  J’apprécie          10
Chose étrange, aucune commission ne relève une faiblesse,la plus grave peut être du Titanic, la lenteur à réagir de la barre,qui a largement contribué à la gravité de l'accident,empêchant le bateau d'éviter l'iceberg. La superficie du safran était probablement trop faible et ce défaut se retrouvait sur l'Olympic. Au lendemain de la catastrophe,de nombreuses expériences seront effectuées à bord du sister-ship du Titanic et il faudra bien constater qu'un délai de 35 secondes intervenait entre le moment ou la barre était mise à gauche ou à droite toute et celui ou le navire commençait à réagir.
Commenter  J’apprécie          10
Une des toiles les plus impressionnantes de Ken Marschall représente le Titanic au cœur de la nuit fatale sur le point d'aborder l'iceberg. Elle porte un titre significatif : "A l'approche de la fin d'une époque." Un titre dont l'artiste n'est nullement l'auteur,qui en a fait l'objet d'abondants commentaires et n' a pas toujours été bien compris.
On a voulu y voir parfois la fin d'une certaine catégorie de passagers . Certes,au lendemain de la Première Guerre Mondiale, avec l'inflation, les lois sociales,la crise économique,on ne retrouve plus à bord des grands paquebots la cohorte prestigieuse des happy fews,ces "rois" ou ces rejetons des vieilles familles aristocratiques. On rencontre encore des financiers ou des industriels comme les Deterding, les Krueger, ou les Vanderbilt, mais il s'agit plus de managers. Il y a bien quelques belles héritières comme Barbara Hutton et l’habituelle faune d'aventuriers, mais les passagers de marque sont désormais les représentants du monde du théâtre,du cinéma ou du sport.
Commenter  J’apprécie          00
Le mercredi 10 avril 1912, au début de l'après-midi, sous un ciel gris typiquement britannique, le Titanic, le plus grand et le plus luxueux paquebot du monde, appareille de Southampton. Lentement, majestueusement, l'énorme bâtiment descend le chenal, double l'île de Wight par le Solent et pénètre dans la Manche.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : titanicVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (70) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3167 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}