AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : SIE141377_667
Éditeur : Robert Laffont (30/11/-1)
4.33/5   3 notes
Résumé :
Bien qu'anglaise depuis 1810, l'île Maurice a gardé du temps où elle s'appelait Île de France l'habitude de notre langue et nombreux sont les mauriciens qui parlent le français de préférence à l'anglais. Elles se partagent aussi entre noirs et blancs, les premiers fournissant généralement le prolétariat et les seconds les éléments de la "bonne société" du pays, tel Maître Emile Galantie dont l'étude est des plus prospères.
Pourtant, à la génération suivante, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
sandrine57
  29 octobre 2020
Alors qu'il n'est plus qu'un vieillard solitaire, celui que l'on nomme avec mépris ‘'le notaire des noirs'' convoque les fantômes de son passé pour raconter sa trajectoire, celle d'un jeune homme bien sous tous rapports, amené à succéder à son oncle dans sa florissante étude notariale mais qui abandonna sa riche clientèle de colons blancs pour aider les mauriciens noirs opprimés, en mémoire d'un jeune garçon mort trop tôt. Ses souvenirs le ramènent au temps de sa jeunesse, il n'avait pas encore trente ans, vivait chez son oncle Emile Galantie et sa tante Marthe, un couple stérile qui se détestait férocement. Son cousin Fernand, un ivrogne et un escroc, exilé à Madagascar pour cause de malversations financières, laissait derrière lui le petit André, âgé de sept ans, recueilli par les Galantie. André était chétif, fragile, rêveur. Il voyait en son père un révolutionnaire au service des noirs et guettait tous les jours son retour sur une mer désespérément vide. Immédiatement attaché à cet enfant comme un père à son fils, l'apprenti notaire jalousait tous ceux qui auraient pu capter l'affection d'André mais il le délaissait parfois au profit d'Aline, une femme mariée aussi gironde que passionnée. Victime de la pingrerie de l'oncle Emile qui refusait de l'envoyer en pension où il aurait pu se faire des camarades de son âge, victime de l'égoïsme du narrateur trop occupé par sa liaison, victime de la cruauté des adultes qui brisèrent ses rêves d'enfant, André, petit à petit, sombra dans la fièvre, pour finir par s'éteindre à petit feu.
Roman du sentiment paternel, de l'enfance et de la cruauté du monde, le notaire des noirs est un huis-clos tragique dont l'issue est connue dès le début. André va mourir, six mois à peine après son arrivée chez les Galantie. Mort d'avoir été mal aimé, mort d'avoir trop rêvé, mort par la faute d'adultes égoïstes et jaloux. Car même si le narrateur voyait en lui un fils et l'aimait sincèrement, il n'a pas su le protéger de la trop dure réalité, il n'a pas su mettre de côté ses sentiments et ses instincts pour se consacrer entièrement à cet enfant trop fragile.
Mais le notaire des noirs est aussi le roman de l'île Maurice, sa végétation luxuriante, ses cyclones meurtriers et la colère sourde des noirs contre les colonialistes blancs. On y sent l'amour de l'auteur pour son île mais aussi une critique de la société blanche qui y règne, méprisante jusque dans sa générosité. Emile Galantie, soucieux de sa position et de ses biens en est le représentant, vacillant devant les changements profonds qui se préparent.
Un roman triste et cruel, porté par l'écriture poétique de Loys Masson.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   19 mars 2015
Une épouvantable misère succéda aux cyclones. Ceux de ma génération s'en souviennent encore. Toute l'île baignait dans la faim. Que de longs regards sur les chemins ! Des couteaux ! et qui vous suivaient, qui pointaient vers vos omoplates ou venaient au-devant de vous à hauteur d'estomac — tous ces gens, tous ces estomacs qui vous haïssaient d'avoir mangé. Je revois les cortèges de chômeurs allant de porte en porte, ne sachant même plus mendier, à la fois menaçants et peureux ; celui-là notamment où les hommes portaient en guise de bannière le sari jaune d'or d'une Malabaraise attaché à une gaule de bambou. Ils criaient que ses jumeaux étaient morts de privation et que Dieu les mutliplierait par cent mille dans la vengeance et comme chacun j'appréhendais l'émeute, tout en me prouvant que ces malheureux étaient trop faibles pour tenter quoique ce fût. De temps à autre la femme elle-même prenait la tête de la procession, demi-nue, ses seins flasques lui pendant presque sur le ventre, hurlant et invectivant, par moments se roulant dans la poussière — hystérique — jusqu'à ce que les policiers la ramènent à la raison à coups de gourdins et de ceinturons, bien plus pour l'obscénité de son attitude que pour le reste. Alors elle avait de rauques plaintes, un peu comme les appels d'un oiseau de mer à l'époque de la pariade.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Herve-LionelHerve-Lionel   16 août 2018
Quatre ou cinq déceptions et l'enfance vous quitte avec toutes ses lumières et on ne la regagne jamais. On est de petits hommes avant l'âge, on charge sa croix, on trouve tout prêts le manteau et les clous et l'éponge imbibée de vinaigre...
Commenter  J’apprécie          50

Video de Loys Masson (5) Voir plusAjouter une vidéo

Peau d'âne
Le nain jaune présente aux jeunes auditeurs le conte "Peau d'âne", d'après Charles PERRAULT, librement adapté pour la radio par Paula et Loys MASSON.
autres livres classés : littérature mauricienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère