AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Démences (47)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
LanaTurner
  06 décembre 2016
« La lavande est bleue, lala-lala
La lavande est verte.
Ici je suis le roi, lala-lala
Tu seras la reine. »

Graham Masterton nous plonges dans (le mur?) l'horreur ! Bien meilleur romancier qu'écrivain de Nouvelle, il m'a convaincue. J'ai un certain penchant pour les Psychopathes. Alors quoi de mieux, dites-le moi, quoi de plus exaltant, que 137 cas psychiatrique, juste pour mon bon plaisir.

Petite visite guidée... suivez-moi :

Oh ! Regardez ! En voila un qui cloue son sexe à un arbre!
C'est « fou »,non?
AH! Et un autre là... Non non pas celui qui se tape la tête au mur, C'est banal ça, l'autre!

.... Oui! Celui-là, il a l'air inoffensif hein? Faudrait demander à sa soeur.
Celle qu'il a décapité. Bah quoi? Un petit foot, ça roule, non?
Et voila Jack, c'est celui qui prévoit d'acheter le domaine, et son fils Randy. Shhhhhh.

Quelques visites s'imposent. (Nocturne.)
Pourquoi pas emmener la secrétaire ?

De quoi plaire, non ? Shhhhhhhhh
Ce bruit ? Oh, ce sont les murs.
.... Ou plutôt ce qu'il y a « dedans ».

Moi ? Pas de problème, j'ai un chevalier, certifié L.G, pour me protéger.

Fin de la visite.

Vous vous demandez peut-être, pourquoi je n'ai coché que 3 cases. D'autant si j'ai été, comme je le laisse entendre, séduite.

A mes yeux, « démence » est prenant, je me suis régalée. Cependant, il y a certains détails qui m'ont chiffonnés.

Mon soucis tiens surtout de:

Sa relation avec sa femme, qui au début est bonne. du moins d'après ses pensées initiales. Il s'inquiétait pour elle, de leur avenir « ensemble ». Du repas qu'elle préparait, de son retard, de l'appeler.

Et du jour au lendemain, ADIEU ! Elle n'est plus qu'un monticule de chair, rembourrée de défauts.

Ses réactions vis-à-vis d'elle, dans le premier tiers du roman, ne sont pas « cohérentes ».

Pour sa relation avec Karen, (sa secrétaire), non plus.

« Il n'y aura jamais rien. », Nia nia...
Il n'y pense pas.
Et soudainement, presque en un claquement de doigt, il la désire. Ils s'appellent par des petits Noms.

Cohérence -2 (Une étoile en moins.)

J'ai retiré la seconde, tout simplement car je me suis attendue à beaucoup de choses.

Il n'y a pas eue de « surprise », pour moi.

Si je vous le conseil ? Oui. L'intrigue est rudement bien menée. Une fin qui (pourrait) laisse présager une suite. Jamais écrite finalement. Un jour, qui sait? Quoi que si c'est pour que le niveau soit celui de Docteur Sleep, qui à suivi Shining, nous dirons peut-être « non merci ». Et nous contenterons de cette première version.


L.G



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6711
LePamplemousse
  13 septembre 2016
Vous connaissez tous les sites comme Stonehenge ou Carnac…
Mais avez-vous déjà entendu parler des lignes Ley ?
Laissez-moi vous emmener dans un univers un peu particulier, un endroit sous la terre, où des forces magnétiques, mais pas seulement, sont en action.
Tout commence par un journal qui vole, emporté par le vent et qui entraîne un brave responsable d'une entreprise de pneus à s'imaginer en futur responsable d'un club de luxe, au milieu des bois. Parce qu'il découvre par hasard un vieil établissement médical abandonné, Jack se retrouve immergé dans une histoire terrifiante qui surfe sur des théories magiques, des légendes anciennes, et l'univers à la fois des druides et celui des forces occultes.
Jack va vouloir acheter cet endroit et le transformer en un lieu de villégiature avec piscine, terrain de tennis et golf, mais il n'a visiblement pas saisi tout le potentiel du lieu et surtout, il n'a pas compris que cet endroit était toujours habité par la centaine de pensionnaires qui y résidaient 60 ans plus tôt avant qu'ils disparaissent tous mystérieusement un soir.
Une fois encore, Graham Masterton nous plonge dans un univers particulièrement flippant, et dont les descriptions sont très réussies. J'ai adoré apprendre ce qu'étaient ces fameuses lignes Ley, et une fois le roman terminé, j'ai vite été me renseigner sur ce sujet qui ne manque pas d'intérêt.
L'écriture est entrainante, le suspense est haletant dès le début et je n'ai pas été déçue par cette histoire qui tient ses promesses et m'a fait légèrement frissonner.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Millencolin
  30 janvier 2018
Sssssshhhhhhhh.... Sssssshhhhhhh....
Vous n'avez rien entendu ? Non ?

Ssssshhhhh. Sssssshhhhhhh....
Et là ? Toujours rien ? Comme un frottement contre les murs....

Ssssssssssshhhhhhhh..... Ssssssshhhhh....
On dirait que ça se rapproche. On dirait que c'est dans le mur.....

Autant je ne suis pas un inconditionnel de littérature d'horreur-épouvante, autant j'ai vraiment passé un bon moment avec cette histoire qui ne fait pas toujours dans la dentelle. Les premiers détails gores m'ont tout de même un peu déstabilisé, surtout que le hasard voulait que je sois en train de casser la croûte en lisant le dit passage. Je n'ai d'ailleurs pas réussi à terminer mon assiette du coup. Mais ensuite on s'y habitue et on finit par se délecter de chacune de ces morts plus atroces les unes que les autres.

Alors pour ce qui est de l'intrigue, tout est très visuel, surtout la première partie qui est essentiellement basée sur le thème de la maison hantée. On s'y croirait, on voit les pièces, les couloirs, les escaliers, la piscine avec son eau noirâtre dégueulasse. le héros est d'autant plus énervant et tête à claque qu'il en devient attachant au final.

Un élément qui m'a plu, et qui marque une différence par rapport à de nombreux autres ouvrages, c'est qu'en permanence on se demande si au final les personnages "gentils", dont le principal protagoniste lui-même, s'en sortiront vivants. On sent que l'auteur peut à tout moment sacrifier n'importe qui et de manière bien cruelle et violente.
L'intégration de la thématique des rituels obscurs sur fond de magie noire est prenante et intéressante. A aucun moment je n'ai trouvé que cela tombait dans le ridicule, comme je m'y attendais. le tout reste finalement plausible, si on attache un minimum de crédibilité aux phénomènes paranormaux.

Par contre, le gros point négatif pour moi réside dans l'attitude et le comportement du héros par rapport à sa collègue Karen et vis à vis de son fils Randy. En effet, je trouve que, d'une part ses sentiments pour cette femme "distinguée" sont simplistes et trop subits pour paraitre véridiques. Il ne ressent rien pour elle au début et sait au plus profond de lui qu'il ne ressentira jamais rien, mais quelques pages plus loin il est déjà en train de l'appeler "ma chérie" et concevoir davantage dans leur relation. Ensuite, et c'est ce qui m'a le plus dérangé, c'est, par moments, l'absence d'émotions par rapport à son fils et à ce qui lui arrive.


Je conseille fortement cet ouvrage. Je l'ai bouffé en trois jours, alors que je lis normalement assez lentement. Il est très prenant bien que je m'attendais à davantage d'angoisse pour le lecteur que je suis. Et pourtant, j'ai lu, pour l'essentiel, dans l'obscurité sur ma liseuse. Mais le divertissement est au rendez-vous, et Masterton a un style facile à lire tout en imposant un excellent rythme.
Je pense même que je vais me lancer dans un autre ouvrage de ce bon vieux Graham. Je suis donc ouvert à toute suggestion afin de poursuivre cette percée dans le monde de l'épouvante.




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3811
Tatooa
  11 avril 2016
Je ne connais pas très bien Masterton, vu que je ne me souviens pas de ce que j'ai lu de lui il y a des lustres (Manitou), et que le seul autre livre lu de lui récemment est "Le portrait du mal", qui ne m'avait que moyennement plu...

Mais ce bouquin-là est juste excellent ! Si Jack apparaît au départ comme un brin stupide, il se révèle plein de ressources, finalement ! Un personnage intéressant... L'action est incessante, l'enquête vraiment prenante, et j'ai bien aimé les références mystiques et mythiques du toutim.
Ajoutez à cela des descriptions gorissimes et vous obtenez un livre à ne pas lire juste avant de s'endormir. Un livre à ne pas lire appuyé au mur. Ni dans son lit. Ni dans sa voiture. Ni, ben nulle part en fait !

Cependant, mais cela m'est tout à fait personnel, je suis moins impressionnée par des monstres que l'on peut saisir et toucher, que par les "insaisissables" ! Je n'ai donc fait aucun cauchemar lié à la lecture de ce livre, mais, je le répète, cela m'est tout à fait personnel car il est quand même très impressionnant.

Bref, âmes sensibles s'abstenir ! (Lire un avis sur SC disant "j'ai trouvé ce livre trop cru", c'est à mourir de rire ! On ne lit pas du Masterton quand on n'aime pas le gore, épicétou, c'est quoi ces minauderies...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          288
Siabelle
  05 décembre 2015
«À travers le lichen vert-noir qui cachait la plus grande partie de l’écriteau, Jack put seulement distinguer les mots : «‘’À VOS RISQUES ET PÉRILS.’’»

«Aimer un peu», «aimer beaucoup», «aimer passionnément» et «aimer à la folie», voilà ce que je ressens. À ma grande surprise, ce livre est un coup de cœur. J’ai repoussé ce livre, je crois que seul le titre «démence» me terrifiait. Il y avait quelque chose, qui me rebutait. J’ai décidé de le reprendre, avec le support de mes amis, et c’est pour découvrir une histoire incroyable.



«Dément», «Diabolique», «Démoniaque», ce sont trois qualificatifs qui le représentent bien. Je rajoute ensuite «Intense», «Loufoque», «Extrême», ce sont trois mots qui définissent bien l’atmosphère qui règne dans le livre «Démence». Je crois que tant on ne l’a pas lu, on ne peut pas imaginer, on ne peut pas comprendre, ce qu’est vraiment «Démence»…



L’histoire :
On fait tout de suite la connaissance de Jack, c’est notre héros. Il aperçoit par hasard, l’énorme bâtisse et il tombe immédiatement sous le charme. Il aime ce bâtiment tellement fort, qu’il veut devenir le propriétaire. Il décide un soir d’y amener Karen et son fils Andy. Pendant la visite, il arrive un événement inattendu, Andy est disparu et il est en danger. Jack est déstabilisé, et il cherche à tout prix à sauver son fils. Est-ce qu’il va y parvenir à temps ?

Quand on ouvre «Démence», on se retrouve dans une ambiance terrifiante. C’est un peu comme si le destin invitait Jack à sa demeure. On n’y échappe pas. C’est un peu un conte à la Disney mais à la manière de Masterton. C’est tout à fait déjanté, irréaliste et illogique. Jack nous transporte avec lui dans sa bâtisse et c’est comme si on s’y voit. On vit à fond ses aventures. L’auteur Graham Masterton décrit tellement bien le lieu, que c'est presque réel et c’est ça qui est effrayant… C’est ce que Jack pense quand il dit :



Lieu étrange :
On entend parfois des murmures, on sent parfois des odeurs et on écoute parfois de la musique comme :
On distingue aussi un bruit inconnu qui vibre : «Ce fut à ce moment que Jack fut certain d’entendre ce bruit horriblement familier. Ce sssssshhhhhh – sssssshhhhh – lent et étouffé. Il se retourna vivement et essayant de déterminer d’où il provenait. Mais cela s’approchait. Un crissement sourd, étouffé et grave.»
On perçoit desfois des ombres qui semblent si réalistes.
Dans ce monde qu’est «démence», tout peut être trompeur, il faut se méfier de notre imagination, c’est ce que Jack subit sans arrêt. Il se demande toujours si c’est vrai ou si c’est lui qui s’imagine des choses.



Personnages :
Au cours du roman, on se rend compte que Graham Masterton a une imagination infernale, les personnages dans le bâtiment sont tordus et enragés, on est dans un territoire complètement cinglé. Graham Masterton est vraiment le roi de l’imaginaire, de ce monde un peu fou, qui maltraite le lecteur.
Ce que j’aime aussi dans ce roman, c’est que Jack sait bien s’entourer. Il trouve en Karen une amie, une complice mais il rencontre d’autres personnages qui l’aident pour sauver son fils. Il ne lâche pas et il va toujours de l’avant. Je souligne aussi trois personnages que j’aime bien : karen, Lester et Geoff…Ils se démarquent par leurs personnalités :)



Les Légendes :
Je constate que tout est bien pensé, même l’emplacement de la bâtisse. Graham Masterton ne laisse rien au hasard, son histoire est bien construite, tout a un sens pour lui. On parle bien sûr, des rituels, des symboles. Il nous transporte à l’époque «des Druides.» Il amène sa théorie sur la «Magie de la terre», il parle des «Marcheurs sous terre», qu’il aborde. On commence à comprendre où l’auteur veut nous amener. On apprend tout en lisant un livre d’horreur, je suis captivée par ses passages sur l'histoire et son savoir.



Mes impressions :
Je suis un peu triste quand je vois, que Jack fait un voyage au «Québec», car ça me rappelle que je suis loin de mes amis. Je suis quand même flattée, que mon auteur fait un clin d’œil à ma belle province. Je veux aussi remercier mes amis ‘’Greg320i, Masa, Pied2chien, AlbertHenri, Walktapus’’ de m’avoir encouragé à lire ce livre.
C’est un UNIVERS inoubliable, c’est un livre qui te marque et je comprends l’engouement de mes amis. C’est un autre GRAND coup de cœur. C’est un livre où tu es saisi d’effroi et c’est ce sentiment d’horreur qui t’accompagne tout au long de ton aventure. Tu es toujours en haleine, tu veux toujours savoir ce qui va se passer. Est-ce que tu réagirais pareil, si ça t'arrivait ? Est-ce que tu aurais autant la trouille ? Comment est-ce que tu te débrouillerais ?
Je me suis régalée de cette lecture et je suis remuée par son écriture à la fois animée et déchaînée, avec des scènes sanglants et des moments émouvants. Je n’oublierai pas non plus cette citation de sitôt : «N’approchez pas, esprits impurs, sinon !»
Je souligne un personnage haut en couleur, qui fait tout autant horreur, qu’honneur : Quintus… Je me permets d'y faire un clin d'oeil mais je ne veux surtout pas le rencontrer.
Je crois que j’ai maintenant peur d’aller chez quelqu’un et de voir un heurtoir… Je frissonne aussi si j’entends un bruit au loin ou je tremble si une ombre passe. Est-ce que c’est cela être une vraie fane ? Pour ce qui est de la fin, c’est encore une finale spectaculaire de Masterton. Je suis sans voix. Je peux juste dire que parfois un rêve peut devenir notre pire cauchemar.
C’est à vos RISQUES ET PÉRILS si le livre «Démence» est entre vos mains…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2514
Milka2b
  22 juillet 2013
Mon tout premier Masterton, et je ne suis pas du tout déçue de cette lecture assez glauque et sanglante.
Je voulais depuis longtemps essayer cet auteur, et j'ai pris ce livre au hasard.
Et quelle surprise en lisant le livre, je m'attendais à une histoire de fantôme et de maison hantée, mais pas forcement à tomber dans un bain d'hémoglobine...bien visqueuse, avec une multitude de détails (qui ne fut pas pour me déplaire).
Une ambiance sombre, des personnages attachants pour certains, bizarre pour d'autres, et effrayant en ce qui concerne les psychopathes enfermés dans les murs.
Un récit qui vous glace le sang tout le long, à vous en donner la nausée, montant en puissance dans les derniers chapitres.

Etant déjà une trouillarde...je peux vous dire que le moindre bruit derrière moi ne me rassure pas.
Commenter  J’apprécie          191
jamiK
  14 octobre 2018
Je ne mets pas une note très supérieure à d'autres romans sur le même sujet qui pourtant font plutôt partie de la catégorie “nanar”. Celui-ci est plus ambitieux, mieux contruit, les scènes d'horreur mieux écrites, mieux détaillées, l'aspect gore méticuleusement travaillé, rythmé avec une grande justesse, mais voilà, les histoires de magie noire, j'ai du mal à prendre ça au sérieux et je me demande si ce que je cherche dans ce genre de littérature, ce ne serait pas la “nanaritude”. le diable, les forces du mal, les religions païennes, je trouve ça ridicule en général, alors, plus c'est gros, plus c'est lourd, plus c'est bourré de clichés, plus j'aime, et au contraire, plus c'est argumenté, plus c'est sérieux, plus je m'ennuie. Encore que niveau clichés, ce n'est pas si mal. Nous avons tous des manière différentes d'aborder une lecture, et je n'ai pas été décontenancé par ce livre, c'est grosso modo ce que j'en attendais, et je dois reconnaitre que niveau horreur, gore, suspense, c'est bien foutu. Maintenant, c'était une lecture divertissante, agréable, du moins par ce qu'on peut entendre par agréable quand il s'agit de gore, mais j'ai parfois éprouvé un peu de lassitude, l'envie de passer à autre chose malgré la qualité indéniable de ce roman. Je pense qu'en fait, c'est un genre qui ne me passionne pas vraiment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Saiwhisper
  29 janvier 2016
"Démences" est non seulement mon premier Masterton, mais c'est également une oeuvre qui m'a fait chavirer du genre "Heroic fantasy" au genre "Horreur"… J'avais envie d'essayer ce nouveau style de livre, mais j'ignorais que j'en deviendrais adepte à ce point…

Jack Reed, un père de famille, est au volant de sa voiture lorsqu'il croit voir un enfant sur la route. Désorienté, il finit dans le fossé… Finalement indemne, il décide de trouver le bambin à travers la forêt. Ses recherches le conduisent à un étrange bâtiment désaffecté… Pensant que la chance lui sourit et projetant de faire de cet endroit le country club (un lieu de loisirs) dont il a toujours rêvé, il décide d'acheter le terrain. hélas, il ne pensait pas découvrir de la magie noire derrière les sinistres murs de la bâtisse…
L'intrigue tourne donc autour d'un ancien asile désaffecté où, autrefois, les cent trente-sept pensionnaires ont mystérieusement disparu… le plus troublant, c'est qu'ils étaient de dangereux criminels psychopathes… Accompagné de son fils Randy, notre protagoniste ne va pas tarder à découvrir la vérité : les résidents n'ont jamais quitté les lieux !... Bien au contraire, ils sont là, aux aguets, prêts à frapper et à tuer de nouveau…

Je m'attendais à une simple histoire de fantômes et ne connaissais pas cet auteur à l'imagination infernale. Finalement, ce fut une belle découverte ! Certains passages gores sont vraiment bien décrits : il y a de la souffrance, de la violence, de l'hémoglobine, des membres tranchés, des abominations, … L'auteur ne nous épargne pas ! Ses détails visqueux peuvent en choquer plus d'un, mais cela n'a pas été mon cas. J'ai trouvé cela terrifiant et c'est ce côté horrible qui m'a plu ! Cette ambiance sombre, haletante et effrayante me changeait de mon style de livres. Pour une fois, j'avais vraiment l'impression que le personnage principal était en difficulté ou qu'il n'allait pas s'en sortir. J'ai eu de la peine pour lui et pour son fils... En outre, les derniers chapitres m'ont vraiment tenue en haleine. J'avais hâte de savoir comment Graham Masterton allait conclure son récit… Depuis cet ouvrage, je me suis jetée sur d'autres livres de cet auteur afin de retrouver cette plume addictive, pleine de sensation et d'horreur. J'ai été conquise par d'autres titres que j'évaluerai plus tard, cependant « Démences » est, à mes yeux, l'un de ses meilleurs. E.C.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          178
Masa
  02 juin 2013
C'est toujours un plaisir d'ouvrir un livre de Graham Masterton. Il fait parti de ces auteurs injustement délaissé et ignoré. le seul reproche que je peux lui faire est de suivre régulièrement un schéma narratif récurant. Je me suis donc lancé dans Démences. Après un début plutôt poussif, l'histoire se met en marche et là, c'est que du bonheur. On commence par une première partie vraiment écoeurante, qui me m'a mit très mal à l'aise. J'ai eu l'impression que le personnage principal allait avoir du mal à s'en sortir. Et puis, ces passages abominables comme seul Graham Masterton sait le faire. Puis vînt la seconde partie nettement plus intéressante mais tout aussi trash et bien gore, narrant une recherche sur les divinités anciennes disparut. Pas de surprise donc, puisque c'est dans ce domaine que Graham Masterton excelle. La fin arrive bien trop tôt parce qu'au fil, j'y ai prit goût à ce livre. Ces dernières pages sont haletantes et j'ai eu un mal fou à le relâcher avant d'atteindre le point finale. Étonnement dans cette histoire aucune scène de sexe a part une vraiment légère puisque, c'est une des caractéristique de Graham Masterton. Ça faisait vraiment longtemps que je n'avait pas lu un livre aussi passionnant, certainement le meilleur que j'ai lu de lui. ivre aussi passionnant, certainement le meilleur que j'ai lu de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
greg320i
  13 décembre 2011
Quand l'épouvante est là , Graham n'est pas loin ,pour preuve cette effrayante poussée dans la démence matiné de détails bien déroutant pour aller jusqu'au bout du dégout. Un bagout certain quand on veut de l'horreur dans ses bagages; Et pour notre voyage au confins de la folie nous allons être en effet être servi, pas de quoi s'arreter sur une page ou autre, embarquement immédiat pour l'horreur démente et démentiel .
Ciel mon auteur !
Masterton est et restera celui qui connait l' essentiel des ficelles pour ravir un amateur de lecture horrifique : de l'exagération à tout va ,du non-sens des plus jouissif et l'envol dans la tradition de l'effroi sans façon.
Constat, tracas et fracas final : Effrayant passage dans un asile désaffecté, murs chuintant de plaintes à vous glacer le sang pour un bruitage de fond des plus inquiétant.
Un passeport assuré dans l'ambiance glauque et cauchemardesque de cette fresque des plus angoissantes, vous êtes prévenu: le mot peur prendra ici des dimensions jamais atteinte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les titres de Graham Masterton

Peur ...

Aveugle
Sourde
Muette

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Graham MastertonCréer un quiz sur ce livre