AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Chambon (Traducteur)
EAN : 9782369352358
48 pages
Éditeur : Le Passager Clandestin (21/11/2019)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Que diriez-vous si votre père, comme toutes les personnes de plus de 60 ans, devait passer régulièrement un test qui détermine si sa vie offre encore quelque intérêt pour la communauté ? En 2003, dans une société régie par la productivité, les personnes âgées ne peuvent être un « poids » pour les actifs. Aussi, passé un certain âge, chacun est contraint par la loi de passer un examen pour évaluer ses aptitudes intellectuelles et physiques et dont le résultat détermi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  03 janvier 2020
On découvre (ou redécouvre) parfois des textes oubliés ou passés inaperçus ; c'est le cas ici de L'Examen, de Richard Matheson, réédité chez le Passager clandestin.
Dyschroniques
L'Examen est publié dans une collection nommée Dyschroniques. Elle cherche à remettre au goût du jour des nouvelles de science-fiction (souvent d'anticipation plus précisément) parues au milieu du XXe siècle, soit sous la plume de maîtres du genre déjà reconnus, soit sous celle d'auteurs plus confidentiels qui ont donc besoin d'un coup de projecteur (un peu à l'image de ce que fait également L'Arbre vengeur). C'est donc une parution dans un petit format pour des textes précieux, puisqu'ils sont choisis par les éditeurs pour leur fort lien avec notre actualité : quand bien même le texte a été écrit il y a plusieurs décennies, en d'autres lieux et en d'autres moeurs, son propos de science-fiction recèle des réflexions précieuses pour la compréhension de notre monde à la dérive.
La vieillesse est-elle un naufrage ?
Ici, nous suivons Tom, quatre-vingts ans, qui doit passer son quatrième « test », examen qui doit vérifier ses aptitudes physiques et cognitives. Dans ce but, Leslie, son fils, l'entraîne sur certaines questions, sa femme Terry et leurs enfants sont également présents à la maison. Dans cette société (datée de 2003 dans ce récit de 1954), il semble qu'une fois les soixante ans arrivés, il faille passer un test pour mériter de rester en vie. C'est une façon certes singulière, mais assez pratique, de sélectionner ceux qui auront l'honneur et l'avantage de mourir plus vieux que les autres, cela règle les problèmes de « gestion » des personnes âgées, des soins gériatriques et autres « soucis » liés à nos EHPAD. Ce texte nous renvoie en pleine figure ce que peut ressentir une personne qu'on ne considère que sous l'angle de la productivité qu'elle n'a plus, de la mobilité qu'elle a perdue et de l'autonomie qu'elle recherche toujours.
Récit poignant et percutant
Dans ce court récit, ce qui est fort est d'abord l'empathie entre les personnages, non seulement vis-à-vis du père, Leslie, qui voit son propre père dépérir et attend malgré tout son décès approchant, mais surtout vis-à-vis du grand-père, Tom, qui arrive à la fin de sa vie et dont le destin dépend d'un banal test médical d'aptitude. Dès les premières lignes, la tension est posée entre le lien filial et familial autour du grand-père et l'extrême difficulté à trouver une utilité productive à cette « personne âgée ». le texte se termine sûrement de façon un peu trop abrupte, mais a le mérite de nous laisser imaginer la suite en toute liberté.
L'Examen est un très bon choix de la part de cette collection Dyschroniques, à la fois beau texte et très actuel au vu de notre constante recherche de la productivité au détriment de l'humain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
Shan_Ze
  21 avril 2020
Courte nouvelle sur la vieillesse : dans un futur imaginaire (en 2003) Les et Terry, loge Tom, le père de celui-ci. Mais ces derniers temps, Tom est rattrapé par les années qui passent, les problèmes de mémoire, d'attention viennent et l'examen qui doit décider de sa place dans la société approche...
Une nouvelle simple mais implacable. Dans ce futur, c'est un examen sur les capacités de réflexion qui décide si les plus de soixante ans ont encore leur place parmi leurs semblables. Terry pense d'une façon un peu coupable à l'échec de son père, octogénaire, à l'examen car cela signifierait la fin de cette gêne permanente chez eux. La fin est comme un coup de tonnerre... Une nouvelle à mettre en parallèle avec l'époque de celle-ci, les années 50 et le vieillissement de la population et la non-productivité d'une partie de celle-ci... La science-fiction permet de montrer de façon extrême les conséquences que peuvent avoir les décisions (très) abusives sur la vie de chacun. Nouvelle très percutante de Richard Matheson
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
LeCombatOculaire
  20 novembre 2019
Cette nouvelle, publiée à l'origine dans les années 50, prend place en 2003 (le futur donc - même si pour nous c'est déjà du passé). L'auteur y décrit une société qui fait face à un grave problème de surpopulation, et notamment de la hausse du nombre de personnes âgées dans une société qui se doit d'être active, et où ces dernières sont perçues comme des poids, des assistées. Pour y remédier, une loi a été votée pour que les personnes de plus de 60 ans (et donc retraitées) doivent passer tous les cinq ans des tests d'aptitude afin de valider ou non leur droit à continuer de vivre. Les personnes qui échouent sont euthanasiées.
Dans le cadre de son histoire, Richard Matheson fait le choix de nous placer dans le camp du fils adulte de Tom, octogénaire, qui vit aux crochets de son fils Leslie et de sa femme Terry. Après avoir passé le test plusieurs fois, il devient évident que le vieux ne réussira pas cette année-ci. Alors que son fils lui fait passer des tests de révision avant le jour J, on le voit en proie à d'énormes troubles d'attention, de mémoire, de motricité... Et ensuite, on suit Les et Terry qui discutent du fait que ce serait quand même mieux que le père échoue. le texte est très court, et se passe en 24h. Il ne s'agit pas tant d'une réflexion approfondie sur le sujet que sur une volonté de transcrire une tranche de la vie de cette famille, avec les émotions du fils, ses questionnements, ses contradictions, les injonctions de sa femme et le comportement embrouillé du père. Ce qui est probablement une tentative de l'auteur pour nous mettre dans la peau des gens qui seraient susceptible d'avoir voté cette loi, d'avoir des proches concernés, me fait penser à tous ces témoignages de parents d'handicapés : on n'a pas du tout le point de vue des personnes concernées. Et ici, le vieux est clairement montré comme un poids, comme un râleur, une gêne, quelqu'un qui ferait mieux d'accepter la mort plutôt que d'accepter... le cours normal de la vie, qui est de vieillir. Je ne cache pas que j'ai été très gênée par ceci, parce que quand bien même il s'agirait de montrer que ce genre de décision est horrible et ne devrait pas avoir lieu d'être, qu'on ne devrait pas avoir à choisir entre la vie d'êtres humains et le profit. Et on peut bien sûr faire le parallèle non seulement avec les personnes âgées (ici même, seulement retraitées), mais aussi avec les personnes handicapées, les personnes qui ne peuvent pas travailler, et même, carrément, les enfants. Bref, je pense que s'il s'agissait d'une critique virulente, l'auteur nous aurait donné le point de vue de celui qui risque sa vie plutôt que de donner les arguments pour / contre qu'on aurait en tant que personne qui a de l'autorité et ne risque pas sa propre vie, et de faire passer la mort du vieux comme quelque chose de, au final, bénéfique pour tout le monde.
À la fin de la nouvelle, comme pour chacun de ses textes SF réédité de nos jours et publiés dans un contexte antérieur, l'édition du passager clandestin fait une brève revue sur l'auteur, mais surtout sur le contexte du récit : ici la question du vieillissement de la population occidentale à la fin du XIXe siècle, les maladies liées aux vieillissement, le programme de sécurité sociale de Roosevelt en 1935, la question de la dignité des personnes âgées, la transition entre les "mouroirs" et les maisons de retraite, l'euthanasie involontaire... et même le programme Hitlerien concernant les personnes handicapées, malades ou âgées. On peut donc comprendre toutes les étapes qui ont mené à une amélioration des droits des personnes âgées, entre le XIXe siècle et le XXe (et, maintenant, au XXIe siècle), et même si je pense que ce genre de réflexion est un peu brutale, le fait que ce texte sorte juste au moment de la réforme des retraites par le gouvernement français est particulièrement pertinent - néanmoins le sujet n'est pas forcément bien abordé de mon point de vue.
Lien : https://lecombatoculaire.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
apcalipticart
  22 janvier 2020
C'est assez troublant. Une nouvelle de 38.p, écrite par un pillier de la SF. le sujet : l'obsolescence programmée de la vie. Matheson, on le connait pour : Je suis une légende, moi je ne connaissais rien de son style, ni de ses thématiques. .
Cette nouvelle est une réussite. Très bien écrite et forcément très bien traduite, en très peu de pages, elle réussit le tour de force d'embarquer le lecteur dans un tout autre univers. Certainement dû à un style très succinct, privilégiant des dialogues touchant entre deux protagonistes, le fils et son père. .
Deux personnages construits sur une seule et même idée, celle de l'espoir, mais pas le même pour tous les deux. Sans en divulguer plus, sachez juste que le Temps n'est pas tout le temps qu'une affaire de Physique. Il peut être un présent précieux et un souvenir impérissable. .
L'examen, c'est une excellente mise en bouche pour la suite de l'oeuvre de l'auteur, après une nouvelle aussi réussie, on ne peut qu'être curieux de la suite. Matheson touche là où nos sentiments sont enfouis. Généralement ses sentiments on les convoque qu'à des moments plus difficiles, mais là ils sont mis à nus et choyés de toutes parts. .
L'examen c'est cette petite tape sur l'épaule qui te rappelle que la vie, ce n'est pas où plus une question de performance, mais une question de souvenirs. Et bien traités, ces souvenirs te permettront de vivre. .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LisaGiraudTaylor
  01 mars 2020
Texte très court sur une société régissant le vieillissement de la population en faisant passer des tests pour "éliminer les vieux non utiles"...
C'est court mais émouvant, notamment au niveau de la culpabilité de Les par rapport à son père... Sans compter sur le choix libre du papa...
Cela serait à faire lire pour remettre les "vieux" dans la société...
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   27 janvier 2020
Si seulement il pouvait oublier le passé et prendre son père pour ce qu’il était à présent : un vieillard impotent, radoteur, qui leur gâchait la vie. Mais il était difficile d’oublier combien il avait aimé et respecté son père, difficile d’oublier les randonnées dans la campagne, les parties de pêche, les longues conversations le soir venu et toutes les joies qu’ils avaient partagées.
Voilà pourquoi il n’avait jamais eu le courage de signer la demande. Il ne s’agissait que de remplir un formulaire, d’une procédure des plus simples, beaucoup plus simple que d’attendre le retour de cet examen tous les cinq ans. Mais cela aurait signifié l’arrêt de mort de son père, le droit pour l’État de se débarrasser de lui comme d’un déchet. Il ne pourrait jamais s’y résoudre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   20 novembre 2019
Personne ne parlait de mourir. L'Administration envoyait des convocations, on subissait un examen, et ceux qui échouaient étaient sommés de se présenter au centre administratif pour leur injection. La loi fonctionnait, le taux de mortalité était stable, le problème de la surpopulation jugulé - le tout de façon officielle, impersonnelle, sans hauts cris ni scandale. Mais c'étaient toujours des personnes aimées que l'on tuait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   20 novembre 2019
« Série de nombres », murmura Tom en essayant d'assimiler les mots à mesure qu'il les entendait prononcer. Mais les mots ne se laissaient plus assimiler aussi vite ; ils semblaient s'attarder sur les tissus de son cerveau comme des insectes sur un carnivore léthargique. Il les répéta mentalement : série de... série de nombres - là, ça y était. Il regarda son fils et attendit.
« Alors ? s'impatienta-t-il après un moment de silence.
- Papa, je t'ai déjà donné la première.
- Euh... » Son père s'efforçait de trouver les mots appropriés. « Veux-tu avoir la bonté de me donner la... la... fais-moi le plaisir de... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   20 novembre 2019
Encore heureux, songea-t-il, que les examinateurs ne soient pas les fils et les filles qui avaient voté la loi. Encore heureux qu'il n'ait pas à marquer du tampon noir INAPTE la fiche de son père et, par là, prononcer la sentence.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Richard Matheson (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Matheson
Adaptation #38 : Je suis une légende
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'homme qui rétrécit

Richard Matheson a écrit ce roman...

dans les années 30
dans les années 50
dans les années 70
dans les années 80

10 questions
31 lecteurs ont répondu
Thème : L'homme qui rétrécit de Richard MathesonCréer un quiz sur ce livre