AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 275602595X
Éditeur : Delcourt (07/09/2011)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 145 notes)
Résumé :
3 secondes, le temps pour la lumière de parcourir 900 000 kilomètres, le temps d'un coup de feu, d'une larme, d'un SMS, d'une explosion... Observer les détails, enquêter d'une scène à l'autre permet de reconstituer les angles morts et de récolter les indices sur ce qui relie les personnages et les motive. Affaires, crimes, complot... À chacun de se faire sa propre idée. Bonne investigation.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
emyrky
  29 septembre 2011
Une critique un peu longue, mais je ne pouvais pas faire plus court tellement j'ai apprécié l'album et tellement celui-ci est complexe, étonnant et fascinant (et j'ai supprimé des paragraphes par rapport à ma critique initiale postée sur mon blog!)
J'attendais cet album avec impatience, lorsque j'ai entendu parler de son concept de BD, j'étais très intriguée! D'une part par la pluralité des supports (numérique et papier) puis par le sujet de la bande dessinée.
Je trouvais le concept osé, 3 secondes c'est quand même court, pour raconter une histoire, avec une intrigue, et les indices suffisant pour comprendre cette histoire? ça me paraissait un peu fou!
Et bien non c'est une réussite! Graphisme plaisant, intrigue accrocheuse, personnages nombreux et détails à foison!
Je me demandais comment il était possible de zoomer à l'infini en réussissant à amener de nouveaux personnages dans l'intrigue, la réponse était simple (une fois qu'on y pense!) il suffisait de faire intervenir des miroirs dans chaque scène, permettant ensuite de zoomer à l'intérieur de ce miroir, ainsi on peut voyager dans toutes les directions, sans cesser de zoomer!
En lisant la version papier, j'ai donc d'abords été épatée par les « stratagèmes » utilisés par Marc-Antoine Mathieu pour faire passer les différents plans de manière très fluide, les différents miroirs utilisés, dans chaque scène, il en trouve toujours un auquel on ne s'attend pas forcément qui permet de faire rebondir l'histoire (miroir, montre, coupe, lustre, cuillère, boucle d'oreille…).
L'avantage est qu'il n'y a aucun texte permettant de rythmer notre lecture, tout est dicté par notre capacité à nous attarder sur les détails.
En lisant la version numérique je me suis d'abord dit, mais c'est carrément plus fluide en numérique ! Mais après quelques minutes de lecture numérique, je me suis rendue compte qu'en fait la version papier permet de soi-même décider du temps à accorder à chaque case, sans intervention des mains, seuls les yeux sont maitres du récit, ce qui est vraiment bien. de plus avec la version papier si l'on a un doute où que l'on veut vérifier la position de tel personnage, ou tel miroir, a un moment du récit alors que l'on est beaucoup plus avancé dans le récit, c'est possible sans perdre le fil. On peut visualiser plusieurs cases très facilement, très rapidement. Alors qu'en version numérique c'est beaucoup plus délicat, il faut déplacer le curseur à l'endroit où l'on souhaite aller et le re-déplacer ensuite.
Ce que je trouve très bien sur la version numérique c'est les possibilités données au temps, on peut l'accélérer, le ralentir, le faire reculer, et les différents plants s'enchainent merveilleusement bien. (Au ralenti il y a quand même quelques « défauts » des plans qui sont flous dû à un micro décalage en hauteur ou largeur des zooms, mais à une vitesse classique cela ne se voit pas et même au ralenti ce n'est pas gênant pour la lecture.)
L'avantage de l'histoire c'est qu'elle est très dense malgré ses 3 secondes réelles. Il y a beaucoup de personnages ayant tous un lien entre eux je suppose, je ne les ai pas encore tous trouvés ! Et cela permet de pouvoir relire l'histoire de très nombreuses fois pour pouvoir découvrir un nouveau détail !
Au début de l'histoire, il y a des éléments que l'on pensait évident, qui finalement au fil des jeux de miroir dévoilent une autre réalité. Chacun des éléments, au début nous paraissent n'avoir aucun sens avec le reste de l'histoire (le passant, l'avion, le dentiste) mais au final on se rend compte que chaque détail est important et que tout est lié. Je n'en suis qu'à ma troisième lecture et n'ai pas encore tout reconstitué. Il y a aussi des éléments dont j'ai l'impression qu'ils n'ont pas de rapports avec l'histoire (le gars avec le miroir à l'entrée de la galerie, pourquoi a-t-il un miroir, que fait-il là?). Je n'ai pas lu non plus les journaux écrits à l'envers, j'imagine qu'ils sont importants pour l'histoire mais n'ai pas de miroirs sous la main pour les déchiffrer !
Bref tout cela pour dire que je pense que l'on peut passer de très nombreuses heures à lire et relire cette histoire, personnellement ma deuxième lecture je l'ai faite en parallèle entre la version numérique et papier, à me repasser certaines cases, à remonter le temps ou le faire défiler très lentement! Et c'est vraiment une très chouette expérience de lecture. Pour la première fois d'ailleurs, j'ai aussi pris un papier et un crayon pour noter les différents plans (avec personnages, lieux, liens). La critique négative serait donc, que si l'on souhaite juste lire une bande dessinée pour se détendre sans réfléchir, 3 secondes n'est pas adaptée ;) Mais si vous souhaitez passer un bon moment de lecture, avec un graphisme soigné, une intrigue poignante, qui ne dure pas qu'une demi-heure, foncez!
Bref une fois de plus Marc-Antoine Mathieu nous transporte dans son univers, il nous tient en haleine et nous oblige à nous replonger maintes fois dans son album pour en comprendre tous les tenants et aboutissants !
Enfin il fait le pari délicat de réussir une oeuvre papier et une oeuvre numérique, sans que l'une puisse (à mon sens) se passer de l'autre, et le tout pour une quinzaine d'euros seulement ! ;)
Pour conclure (car je pourrais continuer longtemps sinon!) c'est typiquement le genre d'album sur lequel j'ai envie de discuter avec des amateurs l'ayant lu ! Je pense qu'il y aurait beaucoup à dire et à partager sur les détails de l'histoire.
Des fans de cinéma ou séries policières devraient également y trouver leur compte ;) Je ne suis pas assez calée en cinéma pour l'affirmer, mais je pense que cette BD pourrait être critiquée par un expert cinématographique, tant sur le fond que la forme : les plans, les séquences, les personnages, les liens entre les différents éléments…
Lien : http://emyrky.com/2011/09/29..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
jamiK
  18 janvier 2017
Ce livre étrange au graphisme sec et détaillé, en noir et blanc raconte une histoire qui dure 3 secondes, avec des effets de reflets qui se reflète dans un reflet qui se reflète... comme des poupées russe. Et l'intrigue, c'est comme un jeu, une énigme qu'il faut reconstituer en cherchant les détails dans les images. Une idée très originale et ludique, pas tout à fait une bande dessinée, plutôt comme un flip book qui d'ailleurs est remonté en film sur le site des éditions Delcourt
Commenter  J’apprécie          180
mfgaultier
  26 mars 2015
3 secondes, c'est le titre de cet album tout à fait original que son auteur, Marc-Antoine Mathieu, a conçu chez Delcourt en 2011. Il le présente comme une « oeuvre hybride pensée à la fois en version papier et en numérique ». Effectivement, après le papier (ou avant), le lecteur peut parcourir la version numérique sur le site de Delcourt (avec un code d'accès donné dans le livre).
Personnellement, la version numérique* m'a un peu laissée de marbre et quelque peu déçue, par contre la bande dessinée est absolument fascinante et représente une expérience unique de lecture.
De quoi s'agit-il ? « Cet ouvrage se propose de relater la trajectoire de la lumière dans une petite portion d'espace-temps », à savoir trois secondes. Et c'est fou comme plein d'évènements peuvent subvenir durant ces trois secondes, car le regard du dessinateur choisit un angle, l'agrandit pour nous permettre d'en saisir tous les subtilités, souvent cachées. Mais en agrandissant la focale, une autre image se trouve imbriquée, et ainsi de suite. Marc-Antoine Mathieu utilise toutes les surfaces susceptibles de faire réfléchir la lumière et donc l'image : les miroirs bien entendu mais aussi les objectifs d'appareils photos, les lunettes, les caméras de surveillance, les montres et j'en passe, son imagination se révélant très fertile à cet égard.
Ainsi, d'images en images, plusieurs intrigues se croisent et parfois se rejoignent. Il serait notamment question d'un match de football (sans doute truqué), de ministres (peut-être) corrompus, d'une galerie d'art très courue, d'un meurtre…
C'est donc un album très inventif qui laisse totalement libre le lecteur : à lui d'en délimiter les cadres, quoique ici aucune limite n'est imposée, bien au contraire. Chacun peut s'inventer son histoire, relier les fils entre eux, couper les indices, tout comme le souhaite son auteur. A l'aide de miroirs et de reflets, les images se répondent les unes aux autres, sans que nous soyons influencés par des bulles de textes. Au final, une bande dessinée passionnante qui fait exploser nos habituels codes de lectures et qui séduit également par la beauté des dessins, leur rigueur formelle, la finesse des angles mais aussi la part d'ombre qui les habitent et que l'auteur sublime, fatalement.

Lien : http://blogs.lexpress.fr/les..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
alouett
  28 septembre 2011
Un album « nouvelle génération » ? Il semblerait ! Parler de cet album ? Exercice difficile parce que justement il innove, donc de comparaisons possibles. C'est en cela qu'il est intéressant. Pour le reste, je suis loin du coup de coeur même si j'ai conscience de tout le travail qu'il a fallu pour le finaliser.
Un univers de contrastes, de noirs & blancs très tranchés. Un jeu d'ombres et de lumières permanent. On découvre chaque scène grâce à une vue d'ensemble puis, par un effet de zoom permanent, le champ de vision zoom sur un élément du décor (de type miroir, cuillère, caméra…). Cette surface réfléchissante renvoie donc le reflet de la scène sous un autre angle de vue. On commence par deviner l'ensemble avant que l'image devienne plus précise et ne cible de nouveau sur un autre élément réfléchissant… Marc-Antoine Mathieu utilise des univers-gigognes pour se déplacer dans l'univers infini des mondes reflétés… Au terme de l'album, on a une vision d'ensemble d'une intrigue, de ses différents protagonistes (décideur, observateur) et de ses répercussions (à l'échelle de l'individu et de la société).
Un album interactif puisqu'il nous invite à enquêter sur une intrigue politico-économico-sportive (je vous renvoie au pitch du quatrième de couverture qui introduit mon article). Je me suis prise au jeu de la récolte des indices durant les 69 pages de l'ouvrage, cherchant à savoir à quel détail s'intéresse MAM pour choisir un autre angle de vue. On manipule l'album, on le retourne, on scrute les coupures de presse quand elles sont une image-reflet… l'album aurait pu être un immense palindrome si une césure en milieu d'album ne nous projetait pas dans une transition originale avant de redécouvrir les scènes de la première moitié d'album défiler dans le sens inverse, mais ce situant 3 secondes après la scène décortiquée. Les personnages ont interagit sur un décor qui reste figé.
Une nouvelle fois, Marc-Antoine Mathieu intègre de nombreuses références dans ses décors. Oeuvres d'Art, personnages médiatiques… les clins d'oeil sont nombreux. Il suffit de repérer Eric Cantonna derrière un hublot pour compléter la liste des anagrammes repérés dans les coupures de presse (comme ce Renato Nacci du synopsis).
Le tout est assez fluide, l'oeil du lecteur est guidé dans cette lecture très cinématographique de l'univers. La version papier m'a donné l'impression d'un flip-book dont on aurait arraché puis les pages sur une même feuille. Si je trouve cet ouvrage intéressant, j'étais assez dubitative de ma lecture. Restait le site de la série à découvrir. Une vidéo reprend à la case près le contenu de l'album. Si je suis restée assez extérieure à la version papier, ce n'est pas le cas de la version numérique. La possibilité nous est laissée de moduler la vitesse de la vidéo, de faire marche arrière, de zoomer. C'est assez jouissif et très prenant.
Une lecture dans laquelle le lecteur s'implique.
Les deux expériences cumulées (papier et écran) rendent la lecture atypique. C'est innovant et cela ouvre des perspectives intéressantes. MAM est-il placé en orbite ?
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Seraphita
  05 février 2012
23h10. Un homme, aux yeux agrandis par une frayeur sans nom, tient à bout de bras son portable : sur l'écran, un SMS s'affiche, qu'il vient de recevoir. Dans son dos, un autre homme, qui semble déterminé, braque un revolver sur le premier. Tout va se jouer en 3 secondes, dans un jeu de reflet qui semble pourtant s'étirer à l'infini.
Un récit condensé dans un temps infinitésimal que Marc-Antoine Mathieu, auteur de génie, s'amuse à étirer au long de 80 pages, dans un graphisme noir et blanc déserté par les bulles, mais où les mots ne sont pas forcément absents : des journaux ou affiches peuvent en être porteurs.
Le procédé employé ici consiste en d'interminables jeux de miroirs, la lumière se reflétant de points en points. Des zooms se déploient, d'un point à un autre, amenant une démultiplication de l'espace, à l'infini, là où le temps du récit est pourtant infinitésimal.
« 3s » peut se lire comme une véritable enquête policière : Marc-Antoine Mathieu glisse quelques indices, çà et là, invite le lecteur à émettre des hypothèses, le mène en bateau, jusqu'à un dénouement, …, sur fond de magouilles footballistiques.
Une version numérique complète utilement la version papier sur le site des Editions Delcourt. La BD papier défile, case après case, amenant une certaine cohérence d'ensemble, redonnant un fil conducteur qui manquait – peut-être – à une lecture sur un support papier. J'ai pu encore améliorer ma compréhension de certains événements, même si d'autres m'échappent toujours. L'internaute peut contrôler le temps du défilement, l'accélérant ou le retardant à volonté.
Un procédé habile, celui des jeux de miroirs, mais qui peut, à la longue, lasser le lecteur par son déploiement interminable. Une expérience papier-numérique particulièrement originale, à découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

critiques presse (8)
LaPresse   17 janvier 2012
L'artiste français propose des zooms équivalant à trois secondes sur des scènes se déroulant en divers lieux. De petits drames ou anecdotes sont ainsi relatés à travers une série de reflets qui vont d'un appartement à un bureau de dentiste, d'un rétroviseur de moto jusque dans un avion... On se plaît à lire et à relire cet étonnant album pour y découvrir le mystère qu'il abrite et y aller de notre propre interprétation.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Du9   21 décembre 2011
Malgré ces défauts bien visibles, 3" mérite le détour, ne serait-ce que parce qu’il bouscule des codes établis de la narration en bande dessinée et qu’il développe sa part ludique. Mais surtout, aucun de ses défauts n’arrive à m’ôter le plaisir du vertige ressenti à la première lecture.
Lire la critique sur le site : Du9
Du9   14 octobre 2011
Pour ma part, ce récit-là aurait pu tenir dans neuf fois moins d’espace sans perdre une once de sa fluidité ou de son intrigue. Car pour ce qui est du message, comme de la métaphore de la lumière, à moins d’être passée à coté du projet philosophique, je ne déchiffre nullement en quoi ce thème ou l’expérience de ce cheminement revêt, dans le cas présent, un sens quelconque.
Lire la critique sur le site : Du9
Du9   23 septembre 2011
Le système mis en place par Marc-Antoine Mathieu, aussi créatif soit-il, apparaît donc, huit fois sur neuf, comme de l’occupation d’espace pour un propos nul.
Lire la critique sur le site : Du9
BDSelection   23 septembre 2011
Cette bande dessinée muette à l'intrigue policière qui s'éclaircit progressivement est une réflexion ludique, riche et dense sur le point de vue, les images et les apparences qui montre à quel point ces dernières peuvent être trompeuses.
Lire la critique sur le site : BDSelection
Sceneario   15 septembre 2011
De chaque planche émane une vraie cohérence graphique, une petite prouesse de plus qu’en on songe qu’il s’agit d’un seul et unique zoom […] Enivrant, captivant, fascinant, 3 secondes est sans conteste un album à posséder d’urgence !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   15 septembre 2011
3’’ manque d’âme pour vraiment séduire au-delà d’un public intéressé par la mécanique de la bande dessinée. Reste donc le caractère expérimental, important en soi, et pour les auteurs en général pour ce qu'il ouvre comme possibilités.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   12 septembre 2011
La lecture de 3 secondes est aussi complexe que jubilatoire [... ]. Cet album et son pendant numérique (un zoom « animé » continu, accessible avec un code présent dans le livre) poussent les frontières visuelles et narratives de la bande dessinée encore un peu plus loin, interrogeant l’objet livre et son hybride digital, et surtout intégrant le lecteur comme composante à part entière du projet. Brillant, tout simplement brillant.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
lanardlanard   20 novembre 2012
IN GIRUM IMUS NOCTE...
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Marc-Antoine Mathieu (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc-Antoine Mathieu
Libre arbitre, causalité, déterminisme, pourquoi sommes-nous celui que nous sommes ?
Marc-Antoine Mathieu nous livre des éléments de réponse inattendus à cette question dans une fable moderne, récit d?un homme à la découverte de lui-même.
Résumé : Otto Spiegel, artiste performeur reconnu, est sur le point de perdre ses repères quand le destin lui offre l?occasion unique de lire le détail de sa vie de sa conception jusqu?à ses 7 ans. s?ensuit une plongée vertigineuse dans le processus qui génère l?individualité d?un homme. Avec ce récit érudit et troublant, Marc-Antoine Mathieu questionne par la raison nos certitudes les plus profondes.
En savoir plus :
http://www.editions-delcourt.fr/actus/news/decalages-une-exposition-marc-antoine-mathieu-a-angers.html
http://www.editions-delcourt.fr/serie/otto-l-homme-reecrit.html
+ Lire la suite
autres livres classés : zoomVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
2821 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
. .