AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Mademoiselle Caroline (Autre)Mademoiselle Caroline (Autre)
EAN : 9782413024330
128 pages
Delcourt (30/09/2020)
3.83/5   207 notes
Résumé :
"Avortez.", "Il va falloir faire un autre sport, votre fille n'est pas assez gracieuse pour la danse.", "On ne va pas avoir votre taille en rayon.", "T'as de la chance d'être grosse, au moins t'existes."...
Les journées de Mathou et Mademoiselle Caroline sont remplies de ces petites phrases, parfois anodines mais toujours assassines à propos de leur poids. Si l'une essaie désormais de s'accepter, l'autre fera toujours en sorte d'essayer de mincir mais ensemb... >Voir plus
Que lire après À volonté : Tu t'es vue quand tu manges ?Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 207 notes
5
16 avis
4
17 avis
3
10 avis
2
0 avis
1
1 avis
Avant, on était gros et on le vivait plus ou moins bien, on assumait ou non son corps, on encaissait ou non des réflexions venant d'inconnus, de ses proches, du corps médical ou professionnel, mais désormais, on a inventé la grossophobie et ça permet de vendre des livres sur un sujet qui n'intéressait personne, hormis les gros eux-mêmes.
Je trouve dommage qu'il faille qu'un sujet soit à la mode pour faire parler de lui.
Cette bande dessinée permet à deux femmes, Mathou et Mademoiselle Caroline, de s'exprimer sur ce qu'elles ressentent face à la société et aux regards des autres sur leurs corps.
La nourriture est à la fois un plaisir et une source de culpabilité et de grande souffrance pour ces femmes qui jamais ne se font plaisir, tant le regard des autres sur leur corps et leur vie leur pèsent, car beaucoup de gens se croient autorisés à faire des commentaires désagréables sur leurs poids, alors qu'ils ne les connaissent même pas, mais le surpoids est encore perçu comme quelque chose de négatif, de dégradant, qui montre que la personne est faible, sans volonté, bref, tout un tas de clichés qui ont la vie dure.
Cette bande dessinée ne prétend pas apporter de solutions, ni face au surpoids, ni face aux préjugés ou aux propos déplacés, mais elle permet de donner la parole à deux femmes et de peut-être aider d'autres personnes à prendre conscience que leur corps n'est d'une partie de ce qu'ils sont et qu'un corps qui ne correspond pas aux normes de la société ne fait pas de vous une mauvaise personne.
Commenter  J’apprécie          291
On ne va pas avoir votre taille en rayon. », « T'as de la chance d'être grosse, au moins t'existes. » Tu as passé tes vacances en graisse?… Les journées de Mathou et Mademoiselle Caroline sont remplies de ces petites phrases, certes parfois anodines mais toujours assassines à propos de leur poids

N'en pouvant plus de ces moqueries, et clichés contre les personnes de forte corpulence ( clichés que la récente émission de M.6 a réactivé), la piquante autrice de BD Mathou , qu'on aime bien à Baz'art et sa complice de régime Mademoiselle Caroline ont décidé ensemble de réunir dans une BD réalisée à 4 mains.

A volonté, tu t'es vu quand tu manges ? », publié aux éditions Delcourt retrace donc toujours avec une dérision qui en fait tout le sel(!) le parcours du combattant de ceux et celles qui ne font pas une taille 36 et nous montre en évitant tout manichéisme à quel point la grossophobie suit les personnes en surpoids partout où elles vont.

Arborant en préface une observation fine et intelligente de Gabrielle Deydier qui a raconté son parcours dans le livre « On ne naît pas grosse » et dans le film « On achève bien les gros », cette BD qui recentre une journée les moqueries et parcours du combattant de ces deux copines de régime afin de montrer aux lecteurs comment ces regards en coin et phrases pas si anecdotiques que cela peuvent être mal percues par les personnes concernées et leur pourrir totalement la vie

On prend énormément de plaisir aux traits de crayon et l'humour et aux situations pleines de vérité de Mathou et de Mademoiselle Caroline !
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          260
Une BD agréable à lire sur un thème essentiel : la grossophobie et comment la société par des images, des mots et des comportements pousse au régime de maigreur mais certains passages m'ont fait tiquer.
Ici abordée par l'humour.
Après les habitués des auteures retrouveront un peu toujours la même chose qu'elles abordent dans leurs oeuvres respectives.
Commenter  J’apprécie          220
Mathou est une de mes personnes préférées au monde – dans la catégorie des personnes que je ne connais pas en vrai, mais dont le travail me touche, me donne la pêche et surtout l'énergie pour affronter le monde. A chaque fois que sort un de ses albums, je suis en joie (#groupie) et évidemment j'attendais avec impatience la sortie de A volonté, sa bande dessinée coécrite avec Mademoiselle Caroline. J'étais très curieuse d'avoir cette bande dessinée entre les mains, d'autant que les deux autrices et illustratrices n'ont pas la même façon de dessiner. Je me demandais donc comment allait se marier leur travail.

Mademoiselle Caroline est autrice et illustratrice, elle tient le le journal d'en haut de Mademoiselle Caroline. Je l'ai découverte grâce à Mathou et j'ai eu l'occasion de lire La lose, Carnets d'aventures ordinaires, inspiré de son quotidien. Et franchement, cet album m'a encore plus donné envie de lire A volonté.

Dans A volonté, sous-titré Tu t'es vue quand tu manges ? Mathou et Mademoiselle Caroline racontent leur quotidien de femmes rondes : les remarques choquantes, les interventions soi-disant bienveillantes (mais absolument pas demandées), les galères comme celle de trouver le bon manteau dont les boutons ne vont pas sauter au moindre mouvement… Bref, tout un tas de moments de malaise que l'on peut éprouver quand la balance affiche quelques kilos de trop.

Après avoir terminé A volonté, je l'ai immédiatement relu. J'ai trouvé Mathou et Mademoiselle Caroline bien courageuses de raconter ce que j'aurais, moi, essayé d'enfouir au fond de ma poche pour oublier au plus vite. Et ça fait un bien fou. En deuxième lecture, j'ai pensé qu'il serait bien qu'il n'y ait pas que les rondes qui lisent A volonté et que ceux et celles qui se permettent de faire des remarques comme « nan, mais c'est pas grave, vous avez un beau visage » ou « nan mais comment tu fais ? Moi je prends 200 grammes et j'ai envie de me tuer » se mettent plutôt un coup de pelle en pleine tronche réfléchissent à deux fois avant de parler.

Ce qui est super chouette, c'est que cet album est plein de bienveillance – exactement comme je m'y attendais. Et qui sait ? Peut-être aidera-t-il certains et certaines à apprivoiser leur corps, ou au moins à être plus doux avec.

A volonté, ça énerve un peu aussi : tout serait tellement plus sympa si chacun se mêlait de ses affaires au lieu de vouloir s'immiscer dans les assiettes ou dans la garde-robe des autres.
Lien : https://mademoisellemaeve.wo..
Commenter  J’apprécie          60
Deux autrices de talent s'unissent pour dénoncer la grossophobie.
Soyons honnête, je partais avec un très fort mauvais a priori. Certes, j'adore plus que tout mademoiselle Caroline et ses oeuvres précédentes mais le sujet de la grossophobie est tellement souvent mal traité que j'étais persuadée que la lecture de cette bd allait m'agacer. Et, pas cool, ce fut le cas. Sauf, bonne nouvelle, la dernière page. J'aurais envie de rebondir sur absolument chaque bulle tant je trouve les textes pleins de faussetés. Mais on va faire court. Pourtant, tout part mal dès le début avec la présentation des kilos annoncés "en trop". Déjà, c'est poser, ou admettre comme tu veux, que trop il y a. Que norme il y a. Bref, tu entres toi-même dans la grossophobie. Ensuite, les scènes sont clichées car, oh grand scoop, le problème ne vient pas des médecins ou des amis. Il vient des cons. Pause lecture : on pourrait me stopper net en me disant "oui mais toi tu es mince". Ah, ce talent de faire de la maigrophobie pour attaquer de la même manière que l'inverse. Fin de la pause. Les gens sont cons donc. le médecin est un con comme il l'était avec moi quand il m'a dit "ohla à moins de 40 kgs, vous n'aurez jamais d'enfant" (bim, si, connard). Les amis sont des cons sur les rondeurs du visage qui rajeunissent comme lorsqu'on m'a dit "oui mais toi tu as plus de rides car les maigres ça marque plus vite". Et en boutique, les petites tailles ne sont pas non plus présentes. Et on pense aussi que je vais refuser un chocolat car on est persuadé que je suis au régime perpétuellement. Bref, la grossophobie dénoncée dans cette bd cible en réalité uniquement les remarques des abrutis, qui sont tout aussi cons quand tu es mince. le vrai problème s'il en est un réside donc à la dernière page : le poids gêne les gens qui se trouvent "trop" gros. Tiens, revoilà le trop. Et c'est donc un autre sujet mais qui n'est que très peu abordé ici. Pour moi, le livre tape donc à côté.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          71

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Le poids, on le porte d'abord physiquement. Cependant, la charge émotionnelle que ces kilos perçus comme superflus impliquent est grandement relativisée, moquée voire ignorée. La première forme de souffrance des grosses et des gros c'est la culpabilité. Culpabilité de ne pas savoir ne pas être gros. Culpabilité d'être soit-disant dénué de volonté. Culpabilité de ne pas leur ressembler. À qui ? À ces gens parfaits qui, en réalité, n'existent pas ?
Commenter  J’apprécie          30
Le poids que j'ai vraiment à perdre n'est pas dans mes bourrelets mes bras ou mon cul... Il est dans mes peurs et mes angoisses.
Commenter  J’apprécie          40
- Ouais. Ben, voilà le problème : arrêter de manger ce qu'on veut, c'est pire que d'arrêter de fumer.....
- Ah, bon?
- Ben, oui : quand t'arrêtes de fumer, t'arrêtes complètement, tu touches plus une clope, t'es d'accord ? Rien, niet, nada, walou.
- Ouais...
- Alors que tu ne peux pas arrêter totalement de manger. Sinon tu crèves relativement vite et bien. Tu vois où je veux en venir ?
-Oh que oui !
Commenter  J’apprécie          00
« J’ai dû choisir entre être mince et suicidaire ou grosse et heureuse.. Je n’ai pas hésité très longtemps. Ne jugez pas trop vite les gros… On ne connaît pas toute leur histoire. »
Commenter  J’apprécie          10
La montagne à gravir pour la perte de poids est bien plus remplie d'émotions à combattre que de calories.
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Video de Mathou (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Mathou
Vidéo autrice Mathou - Dans le gros cœur d'Anouk
autres livres classés : grossophobieVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (345) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5209 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}