AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791035610005
Éditeur : Le Serpent à plumes (30/08/2018)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Nous sommes en 2015, en Afrique du Sud. Des années durant, Masechaba a souffert de douleurs chroniques liées à une endométriose. Le sang a forgé son caractère, non seulement il a fait d'elle une personne solitaire, presque craintive, mais il l'a aussi poussé à devenir médecin. Quand débute le roman, elle est interne dans un hôpital. Dans le flux ininterrompu des patients, elle s'interroge sur sa capacité à les aimer tous, à leur donner toutes ses forces, tout son dé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
loup0
  23 juillet 2018
Existe t-il une seule femme au monde qui ne déteste pas avoir ses règles ? Pour Masechaba qui souffre de menstruations anormalement abondantes, longues et douloureuses, les saignements honnis ont conditionné sa vie dès l'adolescence. Impossibilité d'exercer une activité physique, peur constante de la tâche honteuse, évanouissements dus à l'anémie, ... Masechaba a donc un rêve secret : devenir médecin afin de rencontrer un ou une collègue qui acceptera de lui pratiquer une hystérectomie et la débarrassera enfin de son utérus.
Après avoir subit une endométrectomie les saignements et douleurs sont un lointain souvenirs. Devenue médecin elle peut enfin commencer à vivre. Ses illusions sont rapidement brisées en morceaux lorsqu'elle est confrontée à la réalité du système de santé sud-africain. Heures de travail interminables, fatigue, pauvreté des patients, racisme du personnel et des patients,... Sans s'en rendre véritablement compte, la désillusion la fait peu à peu sombrer dans la dépression.
Sa vie connaît un réellement changement lorsqu'elle rencontre une interne zimbabwéenne, Nyasha, et quitte sa mère pour emménager avec elle. Dans une Afrique du Sud où les tensions raciales sont encore loin de faire partie du passé, Nyasha qui hait les blancs et les accuse de tous les maux éveille la conscience de Masechaba et lui ouvre les yeux sur la xénophobie latente qui ronge la société sud-africaine. Mais en prenant la défense des victimes, Masechaba s'expose à la violence des siens.
Un roman court mais incroyablement intense, fort, cru et douloureux qui aborde des sujets difficiles : la maladie (physique et mentale), le racisme, la violence, le viol.. Écrit sous la forme d'un journal intime adressé à Dieu, Masechaba y dévoile sans interdits ses pensées les plus intimes.
Avec ce roman Kopano Matlwa délivre un message féministe. Non les femmes ne sont pas vouée uniquement à souffrir, et leur existence n'est pas conditionnée par les organes génitaux avec lesquels elles sont nées.
L'autre versant du roman est social, et explore la xénophobie dans l'Afrique du Sud post-apartheid. . L'auteur dresse un portrait assez sombre de l'Afrique du Sud dont les crimes liés aux tensions raciales alimentent régulièrement la colonne des faits divers.
Ce roman est un coup de coeur. Je suis tombée sous le charme de la plume de Kopano Matlwa. Une écriture simple mais rageuse et percutante.

*lecture en VO -édition britannique-*
A noter que contrairement à l'édition sud-africaine qui s'appelle "Period pain", l'édition britannique de l'ouvrage est titrée "Evening primrose" du nom anglais de l'onagre. L'huile essentielle issue de cette plante est utilisée pour réduire les douleurs pré-menstruelles. le titre anglais a également un sens caché que l'on découvre à la fin du livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JustAWord
  12 octobre 2018
Née à Prétoria en Afrique du Sud, Kopano Matlwa n'est pas seulement une enfant de l'ère Mandela, elle est également médecin et écrivaine déjà remarquée pour son premier ouvrage, Coconut, consacré au parcours de deux femmes noires évoluant dans des milieux sociaux différents. Si l'on attend toujours la traduction française de Spilt Milk, c'est aujourd'hui son troisième roman, Règles douloureuses, qui trouve le chemin des librairies française grâce aux éditions le Serpent à plumes et à la traduction signée Camille Paul. Un livre court (à peine 150 pages) mais d'une densité remarquable et d'un réalisme poignant.
Être une femme en Afrique du Sud
L'héroïne de Règles douloureuses n'est autre qu'une jeune femme médecin (coïncidence ?) qui travaille en tant qu'interne dans un hôpital public sud-africain. Si le récit va très vite se recentrer sur la question médicale puis religieuse, le roman de Kopano Matlwa parle avant tout de la condition féminine en Afrique du Sud en 2015. Avec ses superstitions et ses croyances, Masechaba doit affronter son propre corps avec ces règles abondantes et douloureuses qui lui font honte. Hantée par les imprécations d'une mère qui pensent que la jeune fille n'honorent pas ses ancêtres comme il faut, elle découvre petit à petit qu'elle souffre d'endométriose et que si les saignements seront maîtrisés par une opération radicale (une ablation de l'endomètre, la muqueuse tapissant l'utérus), les douleurs, elles, ne lui offriront aucun répit. Sans tabou, Kopano Matlwa parle de la souffrance de cette jeune femme qui doit se battre à la fois contre son propre corps mais aussi contre les regards extérieurs. Pourtant, en un sens, c'est cette souffrance qui va décider de son avenir : Masechaba sera médecin.
Médecin sans moyen
Second malheur pour Masechaba, elle découvre trop tard que la médecine en Afrique du Sud est conditionnée par l'argent. Dans son hôpital, les patients pauvres se contentent de ce qu'ils ont et meurent faute de mieux. Kopano Matlwa parle alors de quelque chose d'éminemment difficile : la confrontation entre la volonté du soignant et son manque de moyens matériels. On découvre avec Masechaba le calvaire moral d'une telle situation qui détruit petit à petit le moral et la santé du soignant réduit à l'impuissance. D'une terrible lucidité, l'auteure Sud-Africaine regarde l'état de pauvreté et de dénuement de son héroïne pour évoquer une situation sanitaire et humaine effroyable. Pourtant, au milieu, Masechaba veut mieux, pour elle et pour les autres. le problème, c'est qu'elle se heurte alors à l'autre grand problème posé par son choix de carrière mais également par le poids de l'Histoire : le racisme.
Pour la suite de la critique : https://justaword.fr/r%C3%A8gles-douloureuses-84a9c2caa2d4
Lien : https://justaword.fr/r%C3%A8..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SolennMirarchi
  19 septembre 2018
Masechaba est une jeune Sud-Africaine. Comme les autres. À quelques gouttes près. 💦
Son sac à main est rempli de serviettes, de tampons. Pas un, de secours, au cas où. Non. Des dizaines. Qui a besoin de tout cela ? 💉🌡

Une jeune femme, qui souffre. Qui vit dans la peur, la crainte. Sa phobie à elle a l'aspect d'une tache, l'odeur de fer, et une couleur qu'elle reconnaîtrait entre mille.
Elle se souvient, honteuse, de cette fois où son frère avait nettoyé ce siège, victime malheureuse de son passage dans cette voiture. Elle avait fait l'erreur de s'y assoir. le rouge de prendre ce tissu pour bavoir. 💉🌡

Rouge. Rouge d'un sang qui coule bien plus qu'il ne le devrait. D'un rouge qui va conditionner sa vie de femme, et lui forger ce caractère, cette envie d'être médecin, d'aider, de soigner les autres. 💉🌡

La maladie est évoquée, sans jamais tomber dans un discours médical complexe. On s'intéresse à la manière dont elle a régie les différentes facettes de la vie de Masechaba.
À commencer par son métier. La santé. L'aide. Être utile. Des envies auxquelles vont très vite se confronter la réalité du système et de la société Sud-Africaine.
La désillusion est dure. le désespoir et le découragement immense. 💉🌡

Écrit sous la forme d'un journal intime adressé à Dieu, la deuxième partie du roman nous donne envie de le secouer, ce Dieu. 💉🌡

C'est un court roman engagé, qui éclaire sur beaucoup de sujets, du racisme d'une société marquée par l'apartheid et son histoire, aux gestions désastreuses de patients mourants.
Le portrait de cette société, c'est une révolte. 💉🌡

À lire pour l'humanité qui se dégage du texte.
Règles douloureuses est sortie depuis le 30 août aux éditions @leserpentaplumes !
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Zalie
  02 octobre 2018
Règles douloureuses est effectivement un roman qui évoque la xénophobie, la violence, la douleur et le viol. Pour moi, Règles douloureuses est avant tout un roman qui interroge la question de la foi. J'ai beaucoup aimé sa construction sous forme de journal intime adressé à Dieu. J'ai suivi les interrogations de Masechaba quant à ce Dieu tout-puissant qu'elle ne comprend pas mais auquel elle se soumet avec plénitude. J'ai aimé les moments où elle le supplie, l'invective et se révolte, avec, toujours en filigrane la question du "Comment peux-tu laisser faire ça ?", que ce soit face au suicide de son frère, à la pauvreté du système médical, au racisme ambiant ou à l'injustice qui la frappe. C'est cet aspect du roman que je retiendrai ; la question de la foi et la parole de Masechaba, la voix du sang.
Un grand merci donc à Babelio et à la maison d'édition le serpent à plumes. Je ferai, à mon tour, découvrir ce roman à de nombreux lecteurs.
Commenter  J’apprécie          10
womens_books
  25 janvier 2019
Règles douloureuses est écrit par Kopano Matlwa, médecin sud-africaine, qui signe ici son 3ème roman. L'occasion pour moi de la découvrir pour la première fois !
Le titre est évocateur : les règles, le sang, la douleur. Il est en fait polysémique, puisque c'est aussi une histoire de convenances, de celles qui heurtent, qui font souffrir physiquement et mentalement...
Le livre est écrit à la manière d'un journal intime, celui de Masechaba. Dès le début, la jeune femme revient sur son enfance et sur ce jour où le sang s'est mis à couler, sans plus s'arrêter... Masechaba est atteinte d'endométriose et va devoir composer sa vie autour de cette maladie, elle va s'isoler, puis décider de devenir médecin le jour où elle se fait enfin opérer.
Devenue interne dans un hôpital, elle vit en collocation avec sa collègue Nyasha. Mais Nyasha vient du Zimbabwe, c'est une étrangère ! Car oui, dans cette Afrique du Sud post apartheid, le racisme s'est déporté. Il n'oppose plus les Blancs aux Noirs, mais les Noirs entre eux. Et Masechaba se questionne, pourquoi sommes-nous si méchants les uns envers les autres ? Elle interpelle Dieu, régulièrement, quotidiennement. Chaque chapitre est d'ailleurs introduit par une citation biblique.
Dans cette histoire, c'est finalement la foi qui est mise à l'épreuve à travers un événement violent qui survient. Comment réagir à la cruauté du genre humain ? Comment faire face à l'ignominie ? Comment continuer à croire ?
Je ne veux pas vous en dévoiler trop. Sachez seulement que le récit est direct, sans concession, d'une vérité crue qui ne prend aucun détour. C'est sans appel, Kopano Matlwa est un nom à garder en tête ! Elle est de celle qui lutte à travers l'écriture et mérite d'être reconnue.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ulostcontrolulostcontrol   18 juillet 2018
J’ai décidé d’arrêter tous mes traitements. Je suis fatiguée. J’ai fini par aimer ce mince filet de sang qui s’écoule de mon corps jour après jour. Il teinte l’eau du bain d’une jolie couleur rose. Parfois, quand un petit caillot s’échappe, l’eau devient marron foncé.
La partie molle de mon ventre est chaude et me picote. Je me sens si mal que je suis souvent obligée de m’asseoir pour ne pas m’évanouir. C’est une sorte de douleur, une sorte de plaisir, une sorte de liberté que j’aime et que le traitement du docteur Phakama a essayé de me dérober. Mais cette sensation est à moi, et elle est agréable, et je la veux.
Les murmures qui m’accompagnent ne me gênent pas non plus. Ils me tiennent compagnie, me chantent des chansons et me racontent des histoires qui font passer le temps. Ton silence était de toute façon bien trop assourdissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JustAWordJustAWord   12 octobre 2018
Ma dit que je dois laisser les patients là-bas. Je dois me mettre à leur place mais ne pas leur donner de place chez moi. Alors je les y laisse, coincés entre les draps sales et le sandwich caché dans l’attente du jour où ils auront retrouvé l’appétit, entre des toilettes bardées de merde et le distributeur de savon qui n’a fonctionné qu’une fois, le jour de la visite du ministre. Mais je ne parviens pas à me mettre à leur place. Ils n’ont pas de place, Ma. Comment est-ce que je peux me mettre à leur place alors qu’ils n’en ont pas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JustAWordJustAWord   12 octobre 2018
Je pense à l’infirmière du Patient anglais. Peut-être que si je m’étais occupé de mes patients autant qu’elle du sien ? Mais elle s’est aussi glissée dans son lit. Est-il possible de les aimer et de les laisser là où ils sont ? Est-il possible de les aimer sans marquer son cœur ? Un cœur a-t-il assez de place pour accueillir toute leur douleur (et la sienne propre), leurs os brisés (et sa propre âme en miettes), leur gêne (et sa propre honte) ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JustAWordJustAWord   12 octobre 2018
Ceux qui n’ont pas de respect pour la vie n’ont pas à dire aux autres comment vivre la leur.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Kopano Matlwa (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kopano Matlwa
Pierre Bisiou présente Kopano Matlwa - Règles douloureuses
autres livres classés : afrique du sudVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Kopano Matlwa (1) Voir plus