AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Éditeur : Alexandrie On Line (13/02/1960)
3.5/5   2 notes
Résumé :
Jean-Luc est comme tout le monde, il a quelques copains un peu « limite ». Le problème, c’est que de l’autre côté de cette limite se cachent des choses pas très propres. Alors quand la balance commence à pencher du mauvais côté, il vaut mieux éviter de se trouver dessous…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Woland
  19 août 2008
Le Thème :
""Jean-Luc est comme tout le monde, il a quelques copains un peu « limite ». le problème, c'est que de l'autre côté de cette limite se cachent des choses pas très propres. Alors quand la balance commence à pencher du mauvais côté, il vaut mieux éviter de se trouver dessous…"
Bien que nos politiciens aient dévoyé comme à plaisir les termes "populiste" et "populaire", il faut oser reconnaître ici à Jean Matrot un talent similaire à celui qui animait Eugène Dabit ou encore Francis Carco et qui a trouvé sa meilleur expression cinématographique avec le Marcel Carné de "Le Jour se Lève" ou de "Quai des Brumes."
Si les petits voyous parisiens se sont considérablement bigarrés depuis Carco, dans le fond, ils n'ont pas changé. Toujours aussi violents et cruels. Simplement, comme nous sommes en 2007 et non dans les années trente, tout est mis noir sur blanc, sans complaisance aucune d'ailleurs - saupoudré d'humour au passage parce qu'il en faut bien un peu pour survivre dans cette jungle.
Bref, après "Place aux Amateurs", Jean Matrot nous confirme ici avec superbe qu'il possède bel et bien un style, vif et gaillard que sert admirablement son sens hors de pair du découpage et de l'action.
Contrairement à "Place ...", la fin de "L'Innocence même" s'entoure d'une tristesse déchirante qui, par le retournement qu'elle amène, ne pourra que combler le lecteur curieux et observateur.
Un livre à lire et à recommander, qu'on se le dise. ;o)
A télécharger sur Alexandrie :
htpp://www.alexandrie.org/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   21 mai 2013
Dans certaines situations, vaut mieux éviter de penser, de retourner des trucs dans sa tête. C’est ce que j’essaie de faire en me concentrant sur la conduite. J’essaie de pas penser au toucher sur ses hanches, à la douceur du tissu et, dessous, à la fermeté du corps menu. J’essaie de pas penser au sourire qu’elle avait quand elle descendait la rue, tout à l’heure. J’essaie de pas penser à ses yeux, noirs, brillants, à ses seins que je ne prendrai jamais dans mes mains, à ses jambes entre lesquelles je n’irai jamais… A force d’essayer de pas y penser, j’en ai plein la tête, de Louise, plein les yeux, le ventre, le cœur, le futal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   21 mai 2013
La meilleure défense restant encore l’attaque et cette soirée étant déjà forte en émotions, je n’hésite pas un instant, la plaque contre moi après avoir posé mon sac et l’embrasse amoureusement sur la bouche. Le coup a été promptement porté, avec précision, elle n’a pas eu le temps de faire quoi que ce soit pour se défendre… ou pour approuver.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   21 mai 2013
Toute histoire démarre petitement, vaut mieux se dire ça si on veut éviter l’avalanche d’euphorie, la chute d’ivresse meurtrière… Les gens tirent une tronche, là dedans ! Teints cireux, cadavériques. C’est pas l’éclairage qui va arranger le tableau… On se croirait dans un charnier. En tout cas, pour l’odeur, ça doit pas être très loin.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   21 mai 2013
On se sent s’envoler, décoller, on a le corps tout entier qui s’ouvre, les bras qui s’écartent, un peu comme si on voulait se retourner de l’autre côté, comme une peau d’avocat, comme si on souhaitait accueillir la terre entière contre soi…
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   21 mai 2013
Savourer… un bien grand mot pour une banlieue aussi glauque, en tout cas de nuit. Nous circulons au milieu de maisons ternes, grises, presque noires de crasse pour certaines. Nous croisons des silhouettes, des ombres dans les mêmes teintes.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : citéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2170 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre