AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 201203859X
Éditeur : Hachette (11/06/2014)

Note moyenne : 4.13/5 (sur 86 notes)
Résumé :
Taylor a une manière bien à elle de traiter ses problèmes personnels : elle les fuit. Mais lorsque son père, atteint d'un cancer, décide de passer son dernier été en famille dans leur maison de vacances, la jeune fille ne peut se dérober. C'est là, cinq ans plus tôt, qu'elle avait laissé sa meilleure amie, Lucy, et son premier amour, Henry, avec la ferme intention de ne plus jamais les revoir. Les souvenirs ressurgissent et, cet été, elle va devoir les affronter.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
  11 août 2012
Je n'ai malheureusement pas aime cette histoire....
La narratrice, Taylor Edwards est une adolescente a premiere vue comme toutes les autres. Elle vit avec ses parents, son frere aine et sa petite soeur. Les parents possedent une maison de campagne mais n'y sont pas retournes depuis 5 ans (pourquoi?). Cet ete pourtant ils decident d'y retourner et de passer des vacances en famille car on vient de diagnostiquer un cancer en phase terminale au pere.
Moi qui voulait une lecture legere pour l'ete c'est plutot rate et malheureusement des que j'entends le mot cancer, je me refuse a continuer la lecture. Cette maladie me fait peur (je pense ne pas etre la seule) et est malheureusement assez presente autour de nous, dans les medias.... c'est la raison pour laquelle je ne veux pas lire la dessus. La lecture doit etre une evasion pour moi, un moyen de rever, de voyager et pas un moment de tristesse....
Commenter  J’apprécie          230
orbe
  10 juillet 2014
Taylor n'aime pas les problèmes. Cinq ans après, la voilà revenue dans la maison familiale de vacances. Plus moyen de fuir, il va lui falloir expliquer à sa meilleure amie et à son petit ami de l'époque pourquoi elle est partie sans un mot...
Mais le pire, reste le présent, et ce dernier été à passer avec son père en phase terminale du cancer.
Pourtant, il se pourrait que tout cela se transforme en l'été des secondes chances !
Un roman parfait pour les vacances avec à la fois la bonne odeur du sable chaud, l'énigme du passé qui va progressivement être dévoilée, mais aussi la place laissée à l'acceptation de ses sentiments. L'héroïne doit avant tout réussir à se pardonner afin d'occuper sa vie, son présent et aller de l'avant. Un joli livre ! (à lire avec des mouchoirs)
Lien : http://cdilumiere.over-blog...
Commenter  J’apprécie          180
Liphe
  13 août 2016
Je cherchais une lecture d'été pour me détendre et j'ai choisi celle-ci en librairie. Je ne connaissais pas ce roman avant, je l'ai pris juste en lisant le résumé.
Rien qu'en lisant celui-ci, je me doutais de ce qui allait se passer. Pendant tout le roman, j'ai trouvé ça prévisible. Il y a eu quelques surprises mais mis à part celles-ci tout se déroulait comme je l'avais deviné.
Taylor m'a beaucoup plue. Je me suis reconnue en elle et je m'y suis attachée. J'ai ressenti ses émotions, j'ai ri, j'ai souri, j'ai été contente, triste, j'ai espéré, j'ai même versé quelques larmes. Lucy et Henry m'ont aussi paru très compréhensibles et je me suis aussi attachée à eux, ainsi qu'aux membres de la famille de Taylor.
J'ai aussi aimé les flash backs de ce qui s'est passé cinq étés auparavant et j'ai apprécié l'idée de découvrir au fur à mesure et pas tout tout de suite dès le début. Cela aidait à comprendre la situation actuelle.
Le style d'écriture est très fluide et agréable, la lecture est intéressante si bien que les pages se tournent toutes seules, que j'ai lu ce livre assez vite car je voulais savoir la suite (même si elle était prévisible).
Les sentiments des personnages sont complexes et la réflexion là-dessus est intéressante.
Pour conclure, cette lecture a frôlé le coup de coeur est l'aurait été si l'intrigue avait été moins prévisible. Malgré cela, je donne quand même la note de 5 étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Analire
  12 juillet 2016
Il y a quelques semaines, je m'étais lancé dans la lecture de Cet été-là écrit par Sarah Ockler, espérant passer un moment de détente sous le soleil de la Californie. J'y avais découvert une famille brisée suite au décès subit d'un jeune homme, qui partaient en vacances pour tenter de faire le deuil de cette mort. J'ai alors débuté L'été des secondes chances, voulant, une nouvelle fois, chercher le calme et l'évasion estivale. Malheureusement, le schéma est presque le même que le livre cité précédemment. Ce sont les vacances, avec des paysages idylliques et reposants. Mais une tragédie va continuellement planer au-dessus des esprits de ces vacanciers.
Lorsque le père de Taylor apprend qu'il ne lui reste que quelques mois à vivre, toute la famille s'envole dans leur maison secondaire à Lake Phoenix, pour passer un dernier été tous ensemble. Là-bas, des souvenirs lointains, où tout était normal, où tous étaient heureux, remontent dans la mémoire de chacun. Taylor va devoir faire face à ses responsabilités, notamment devant son ex petit copain et son ex meilleure amie, qu'elle avait fuit soudainement lors de leurs dernières vacances.
Un été placé sous le signe de l'amour. La famille se retrouve ensemble, pour profiter au maximum de leur père durant ce dernier été. Les liens familiaux n'ont jamais été aussi forts qu'à ce stade-là. Même après seize années de vie commune, Taylor apprend encore à connaître son père, à travers des anecdotes ou des petites histoires qu'il lui raconte sans pudeur.
Mais L'été des secondes chances, c'est aussi une histoire d'amitié entre filles. Taylor va renouer des liens avec sa meilleure amie de vacances, Lucy, qu'elle avait délaissée il y a plus de cinq ans. Même après tout ce temps, leur amitié reste inchangée, toujours aussi forte et intense. Il ne faut pas oublier non plus Henry, l'ex petit copain de Taylor, qui revient inopinément dans la vie de la jeune fille. de la romance s'invite dans l'atmosphère dramatique de la maladie.
Je trouve quand même étrange le fait de mélanger le bonheur des vacances à l'omniprésence de la mort. C'est un petit peu macabre et ça gêne l'évasion. A cause de l'imminence du décès, j'ai été focalisée sur la maladie du père, bloquant inconsciemment les moments de bonheur liés aux histoires d'amour alentours. J'ai même été en colère par l'attitude des enfants, qui préfèrent s'amuser avec leurs copains et copines plutôt que de passer d'agréables moments aux côtés de leur père mourant.
Comment continuer à vivre quand on sait que quelqu'un de notre famille est condamné ? Une histoire déchirante, emplie de sensibilité, qui vous laissera un goût doux amer dans la bouche.
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Mokeby
  05 juillet 2014
Il est des livres que l'on prend sans se douter des trésors qu'ils secrètent dans les méandres de leur lignes. Il est des livres que l'on prend des perles finement cachées sous des titres illusoires. Il est des livres que l'on prend, que l'on dévore alors au fin fond de notre coeur ; des livres ravageur par leur authenticité à fleur de peau (retenez bien ce mot : authenticité).
Que peut-on faire avec de simples lettres formant des phrases simples avec une histoire à l'apparence simple quand elle se révèle être une plume de soie, un ballet de diamant, une gourmandise douce-amer sous nos lèvres closes par les émotions, ce trop plein d'émotion qui nous submerge ? Regardant la couverture que ne me faisait pas envie au début, ce livre m'a tout de même appelé comme si je devais le lire. Je l'ai lu en effet. Et le choc m'a transpercé. Aurais-je du me douter de ce qui se trouvait entre ces lignes ? Aurais-je du fuir des sentiments graciles, fins papillons s'accrochant narquoisement sur mon épiderme frémissant tandis que les pages se tournaient, s'enchaînaient course tempérées à mon ogre cerveau qui en demandait plus, toujours encore de ressentir. Un écho subit de titre me vient soudain de Toi et Moi à jamais ce merveilleux livre d'Ann Brashares si les personnes ici présentes ont pu poser leur orbes sur ce joyaux alors vous voyez à peu près l'ambiance mélancolique, amoureuse, joyeuse agrémentée d'une once de douceur larmoyante que Morgan Matson donne à son roman. Tout cela mélangé et plus encore car le livre est écrit à la première personne du singulier offre une relation particulière entre le lecteur et Taylor. Ce qu'elle ressent je le ressens.
Les pâles figures de dentelles qui me sont apparus dans divers romans solitaires, troublaient ma vision critique, ainsi, au début de cette histoire de coeur battant m'étais-je avoué que c'est ce que j'allais lire. Une histoire banale peut-être bancale. Surprise dans ma bouche tourmentée par la tournure que prenait le vent d'avoir en ma possession une histoire de sentiment comme il en convient de Jane Austen, Charlotte Brontë peut-être un peu plus accessible il est vrai car nous parlons décemment d'un roman jeunesse. Les termes abordés, jetés à la mer ne sont pas des registres légers cependant : la maladie, la mort. Puis ces détails incorporés rendant des moments intenses (tout était intense de tout façon) et les relations tissées entre les personnages humains. de sa plume elle a créé des hommes comme vous comme moi. de sa plume elle a rendu des événements quotidiens autre chose de plus profonds, de plus... irréversible. Quelques larmes ont été versés je me sentais à la fin sur le point de défaillir tout comme Taylor. On le savait le pire est là, on le savait que cette fin inévitable approcherait tant que le papier se mouvait entre mes doigts tremblant (j'en perds même mes mots vous avez vu...). Personnages subtilement attachants, tous uniques par leur caractère, leurs réactions, leurs sentiments. Une touche d'humour sucre d'orge placé dans quelques paragraphes, des éclats de rire fusant mais aussi la tête planté contre le mur d'avoir eu la fin. Pourtant j'ai pas rêvé les vacances durent deux mois... pourquoi le livre n'a duré qu'un jour ?
Les mots que je me dois de déballer, les principaux, ont été déposés sur l'immaculée feuille blanche. Je ne me doutais pas qu'il allait m'émouvoir à ce point pourtant la magie a opéré ne me laissant pas le choix de mon coeur. Ce livre... qualifions le de trouble-coeur justement comme il parfait à merveille ce que j'ai ressentis tout au long de ma croisée. Une plume sur un lac, un radeau au vide de l'océan parfumé. Voilà les quelques métamorphoses que je me plais à assimiler concernant ce coup de coeur (là il faut que vous trouviez tous les jeux de mots de mon article). Ainsi les descriptions de voyage, de vacances semblent être la cerise sur le gâteau. Totalement addictif.
Lien : http://envoledepage.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
orbeorbe   08 juillet 2014
Fuir était devenu ma solution préférée face à la contrariété. C'était devenu une telle manie que lorsque j'annonçais, en larmes sur le pas de la porte, que je partais à tout jamais, ma mère se contentait d'opiner et de me dire, avec à peine un regard, d'être à l'heure pour le dîner.
Commenter  J’apprécie          170
ptitelily01ptitelily01   22 juillet 2014
Un baiser plume au début, ses lèvres effleurant à peine les miennes. Il s’est écarté pour poser la main sur ma joue et m’embrasser à nouveau. Cette fois, ça n’avait plus rien d’hésitant et je lui ai rendu son baiser, un baiser à la fois familier et inédit, un baiser qui me rappelait le précédent, cinq ans plus tôt, tout en donnant l’impression d’être le premier de ma vie. Lucy se trompait sans doute: les moments parfaits étaient peut-être rares, mais ils existaient bien. Il m’a prise par la taille pour m’attirer contre lui et j’ai noué les mains autour de son cou, caressant son visage au passage. J’ai soudain été incapable de m’arrêter de le toucher. Et, pendant que nous nous embrassions, la pluie a faibli au-dessus de nos têtes jusqu’à ce que, enfin, le soleil apparaisse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LipheLiphe   13 août 2016
Les gens ne se font mal, vraiment mal je veux dire, que lorsqu'ils essayent d'être prudents. Tu peux être sûre que les blessures arrivent comme ça, quand on se retient à la dernière seconde, par peur. Il n'y a pas de meilleur moyen de se blesser. Et de blesser les autres.
Commenter  J’apprécie          80
AnalireAnalire   07 juillet 2016
Pour la première fois, j'ai compris pourquoi on offrait des fleurs aux malades, enfermés dans une chambre d'hôpital, sans possibilité de sortir. C'était une façon de leur apporter un petit bout de monde qui continuait à tourner sans eux.
Commenter  J’apprécie          90
dadouchedadouche   24 septembre 2014
En fixant l'eau, je me suis rendu compte que je n'avais nulle part où aller, plus aucun endroit où fuir. Je n'avais plus qu'à rester ici et à affronter la terrible vérité. J'ai mesuré, alors que d'autres larmes coulaient, combien j'étais fatiguée d'esquiver, fatiguée de ne pas en parler tout court, fatiguée de prétendre que tout allait bien quand ça n'avait jamais été aussi mal.
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : eteVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2639 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .