AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782130500636
280 pages
Éditeur : Presses Universitaires de France (01/09/1999)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Dès la première publication en 1999, cet essai a suscité de nombreux débats et quelques réserves portant sur la sévérité jugée excessive du titre : les actions du " sujet moderne " seraient-elles réellement immondes ? Face à la barbarie éternelle, à l'inhumanité du monde actuel qui est aussi celle du sujet moderne, ne peut-on espérer un salut par l'art ? Plutôt que de nier la présence de la barbarie dans notre civilisation, l'auteur analyse les effets de cette " bar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
vincentf
  12 juin 2016
Le barbare, c'est toujours l'autre, celui qui baragouine, l'étranger, l'envahisseur, le sauvage. Pourtant, ce que montre ce livre, c'est que la barbarie se cache au coeur de la civilisation et au coeur de l'homme quand il se coupe du monde en se recroquevillant sur lui-même. La barbarie, au sens moderne du terme, c'est le sujet qui ne se reconnaît que lui-même et qui ne voit pas qu'il est lié à d'autres hommes, à un monde et à une histoire. Devenir barbare, c'est faire de l'homme une fonction et non un être, c'est voir dans le monde non plus un sens mais une procédure. Jean-François Mattéi montre cette barbarie du sujet à l'oeuvre dans de nombreux domaines, de la pédagogie à l'art, en passant par la politique. Il défait les préjugés de la modernité en montrant que l'école est en faillite parce qu'on y a évacué le savoir pour n'en retenir que l'enfant, que l'on maintient ainsi dans un monde insensé où il développe des compétences mais aucune réflexion. Il voit dans l'art contemporain également une barbarie qui ne conserve que le geste de l'artiste mais supprime l'oeuvre et l'idée, extérieure, transcendante, de beauté, pour ouvrir le domaine artistique à tout et à n'importe quoi. Il met enfin dos à dos le nazisme et le communisme, barbaries plus manifestes que l'école et l'art, en montrant que tous deux sont basés sur la négation de l'homme libre pour ne garder de lui qu'une seule de ses composantes, à laquelle il est réduit, sa race ou sa classe. le sujet, seul, ne voit plus la personne humaine, qui dépasse ses seules particularités biologiques ou sociales et se reconnaît donc le droit d'éliminer tout ce qui n'appartient pas à sa race ou à sa classe. La barbarie intérieure alors sort dans la rue. Ce livre a le mérite de nous rendre attentif au fait que le barbare, c'est moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
stekasteka   04 avril 2019
L'homme ne pourra connaître et agir s'il ne commence d'abord par apprendre à penser afin de réussir progressivement à penser ce qu'il apprend.
Commenter  J’apprécie          60

autres livres classés : barbarieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
537 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre