AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Khalya


Khalya
  20 janvier 2018
Ce livre a un gros point positif : son histoire. le machiavélisme derrière la rencontre, à première vue fortuite, de Sara et de Ben, l'organisation de la cellule terroriste… tout cela est vraiment intéressant et donne une profondeur à l'histoire.
Malheureusement, cette histoire n'est pas mise en valeur.
Tout d'abord, la première chose qui m'a frappée, c'est le titre. « Pour l'amour d'un terroriste », ça fait vraiment romance Harlequin. J'ai failli refuser le livre à cause de ce titre. Il ne rend pas justice à l'histoire.
Aux premières lignes de ma lecture, j'ai été très dérangée par le style. Je l'ai trouvé assez abrupt, factuel. J'avais l'impression de lire une chronique judiciaire plutôt qu'un roman, surtout au tout début lors de la présentation des personnages. J'aurais préféré les découvrir petit à petit, plutôt que cette biographie assénée d'entrée de jeu.
De plus, définitivement, je trouve que le présent n'est pas du tout adapté au récit. A la rigueur dans les biographies, dans les documentaires romancés d'une période de l'histoire, mais pour un roman, je n'adhère pas. Mais ça, c'est vraiment une opinion très personnelle et ce qui me dérange dans l'utilisation du présent ne fera peut-être pas sourciller un autre lecteur.
Ce style assez…rigide, dirai-je, à défaut d'un meilleur terme, m'a empêché d'entrer pleinement dans l'histoire et de m'attacher aux personnages.

J'ai aussi trouvé que l'auteur a une tendance très nette à répéter le prénom de ses personnages. Plusieurs phrases d'affilées, et des phrases très courtes, qui plus est, commencent par Sara. Sara dit que, Sara pense, Sara…Sara… Parfois, une seule phrase pourrait en remplacer trois, avec quelques virgules, quelques pronoms, et une tournure différente.

Au niveau de l'écriture elle-même, j'ai remarqué quelques coquilles (orthographe et conjugaison essentiellement), mais j'ai franchement vu pire.
En revanche, souvent, trop souvent pour moi, j'ai dû arrêter ma lecture pour comprendre ce que l'auteur avait voulu dire. J'ai trouvé qu'il y avait un gros problème de vocabulaire, un mot étant souvent employé à la place d'un autre, ce qui change complètement le sens de la phrase et parfois fait qu'elle ne veut plus rien dire.
Un exemple parmi tant d'autres ? A un moment, on parle d'un attentat. Dans l'énumération des actes qui doivent avoir lieu, je lis : « trois hommes se feront exploser à l'aide de ceintures dans des endroits stratégiques de ce monument après avoir essuyé un déluge de rafales sur ceux qu'ils qualifient de « mécréants ». »
C'est précis et c'est réaliste. le seul problème, c'est qu'essuyer une rafale de balles, cela veut dire la recevoir. Quand on est celui qui tire, on arrose, plutôt qu'on essuie. Donc : Après avoir arrosé d'un déluge de balles ceux qu'ils…
Un autre ? « Ben sait qu'il va devoir engranger la vitesse supérieure. » Depuis quand on engrange une vitesse ? Des informations, des vivres, du grains, mais non, pas une vitesse. On peut passer à la vitesse supérieure, à la rigueur l'embrayer ou l'engager…
Ce ne serait pas grave si c'était les seuls exemples, mais je suis tombée sur bon nombre de ce genre d'erreurs ou de méconnaissance du vocabulaire et ça a rendu ma lecture vraiment pénible.
En résumé, je dirais que les idées sont là, le déroulé de l'histoire aussi. Il y a un énorme potentiel sur ce roman. Mais il nécessite un énorme travail de relecture, de réécriture et de correction.
En l'état, je ne le recommande pas. Remanié, j'en parlerais certainement autour de moi.
Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (3)voir plus